Mimi par Lukyô





Note de l'auteur
: Si vous voulez m’écrire vos commentaires vous pouvez le faire à cette adresse: lukyo_power@hotmail.com





Chapitre 1





Bon, comme d’habitude, tout commence dans la petite maison de Shiguré. Et comme dans toutes les bonnes histoires, une petite bagarre se prépare ....en secret...

Yuki : Tu m’énerves, baka neko!

Kyô : Si tu m’appelles encore baka neko, je ...

Yuki se leva et fit ce petit regard super traumatisant (avec ces yeux en étoiles, Je commence à avoir peur!!).

Yuki : Tu quoi?

Kyô baissa les oreilles et se rassit. Kyô n’alla pas plus loin (est-ce que tu te sens bien, Kyô??). Aujourd’hui était une journée orageuse (ah! Ça explique tout!) et il avait commencé à pleuvoir. Et comme tous le monde le sait, quand il pleut, notre (mon!) petit neko ne se sent pas bien et il dort. Tohru regardait par la fenêtre songeuse. Yuki tourna la tête et vit Tohru.

Yuki : Honda-san? Est-ce que tout va bien?

Tohru : Oui? Oui, oui! Tous va bien! Qui se tourna immédiatement vers Yuki, est-ce que tu veux encore du nato? Il en reste un petit peu!

Yuki : Je vais y aller moi-même! dit-il en lui souriant.

Yuki se leva et se dirigea vers la cuisine.

.. : Bonjour mon jeune frère!!

Yuki sursauta.

Yuki : Arrête de venir m’embêter, Ayamé!

Ayamé : Mais je n'y peux rien, je t’aime!

Yuki soupira.

Tohru : Est-ce que tout va bien, Yuki-kun?

Tohru entra dans la cuisine.

Ayamé : Mais c’est la belle Tohru!

Kyô et Yuki : JE TE DÉFEND DE LUI PARLER!

PAAAF!

Tohru : Ayamé Kun! Est-ce que ça va?

Ayamé : Ce n’est que quelque égratignures, voyons! Ne t’en fais pas! Kyô et Yuki ne seraient jamais assez fort pour....

Yuki montra férocement son point.

Ayamé : *Gloups!*

Shiguré : Aya?

Shiguré arrive en courant (imaginer le petit décor: des petites fleurs roses et mauves volent dans tous les sens, Shiguré et Ayamé courent pour enfin ce rencontrer et se serrer dans les bras!!

Ayamé : Shiguré, je ne vivais que pour te revoir!

Shiguré : Aya, ta venue est le rayon de soleil de cette journée!

Yuki et Kyô étaient au bord du haut-le-coeur quand quelqu’un cogna providentiellement à la porte. Dehors un puissant orage grondait. Tout le monde avaient le pressentiment que quelque chose d’horrible et de mystérieux allait se passer, mais quoi? Tohru se précipita vers la porte pour ouvrir.

Yuki : Qui pourrait bien venir par un temps pareille?

Kyô : Sûrement un dérangé comme...

Yuki le regarda en voulant dire: «Si tu finis cette phrase, je te bute!!!»

Kyô : comme....

Yuki : Si tu finis cette phrase, ça sera la dernière.

Revenons à Tohru.

Un grincement retendit lorsqu’elle ouvrit la porte. Une chose était dans l’entrée et tremblait de la tête au pied. La fille était trempée jusqu’aux os. Elle ne portait qu’un chandail troué et des pantalon gris. La fille leva les yeux et la regarda fixement. Elle avait les yeux rouges, signe qu’elle avait pleurée. Ces yeux bleus disaient quelque chose. Ces genoux touchèrent le sol, ensuite ce fut son corps. Elle tendit les mains vers Tohru et s’accrocha à ces chaussures. Elle regarda Tohru. Des larmes coulèrent le long de ses joues. Elle était morte de peur. Mais elle put quand même murmurer ces quelques mots:

Aidez-moi, je vous en prie!

Elle baissa la tête, lâcha ces chaussures et ferma les yeux.

__________

Quand elle entrouvrit les yeux, elle était dans une chambre assez petite. Son lit était par terre et un autre se dressait à côté d’elle. Elle se frotta les yeux légèrement. Elle entendit des personnes discuter. Elle se retourna et vit que la porte était entre ouverte. Elle s’avança vers la porte. Ces yeux étaient encore sensibles à la lumière du jour. Cependant dans la chambre il fessait noir. Elle regarda dans la fente de la porte. Elle entendit une conversation venant d’en bas.

.. : Si vous la retrouver, j’aimerais bien que vous me contactez.

Shiguré : Pas de problème, j’ai noté votre numéro de téléphone. À bientôt!

La voix ne répondit pas mais on entendit une porte se refermer.

« Ils m’ont retrouvée! pensa-t-elle, il faut que je parte au plus vite!»

Elle rassembla ces vêtements et descendit les escaliers sur la pointe des pieds.

Tohru : Tu t’es enfin réveillée?

Tohru n’avait pas remarqué à quel point elle était jolie. Elle avait les cheveux brun clair avec quelques reflets dorés. Elle avait presque les même yeux que Yuki. Des beaux yeux bleu clair virant au violet. Mais ces yeux se cachèrent vite. Tohru avait quand même sorti quelques mots pour la définir: timide, secrète et.... faible. Non, ce n’étais pas une qualité. À quoi Tohru voulait-elle faire allusion?? La fille tourna la tête pour apercevoir Tohru et Yuki qui la regardait avec un grand sourire.

La jeune fille ne réagit pas. Elle resta sur place, en observant les deux jeunes. Mais vite elle baissa les yeux et fuyait les regards que les jeunes lycéens pouvaient lui lancer.

Tohru : Comment est-ce que tu t’appelles?

La jeune fille commença à pleurer. Elle cacha son visage dans ses mains. Elle avait honte, honte de montrer sa faiblesse. Honte de montrer qu’elle avait mal, qu’elle souffrait. Quelques gouttes tombèrent, puis encore d’autre, elle ne s’arrêtait plus. Toute sa peine, sa colère tombaient, enfin. Tohru la regarda. Elle avait pitié. Une petite goutte glissa le long de sa joue. Tohru s’approcha de sa protégée et prit la jeune fille dans ses bras. Tohru et la jeune fille pleuraient de plus belle. Yuki était impuissant. Il regarda la triste scène, invulnérable. Mais on pouvait quand même lire dans ses yeux qu’il pleurait, mais en silence. Tohru se reprit et essuya les joues de la jeune fille.

Tohru : Est-ce que ça va aller?

La fille ne répondit pas et regarda de nouveau à terre. Elle évita les regards et on voyait qu’elle fessait des efforts pour ne pas pleurer. Yuki se rapprocha de la jeune fille et lui murmura à l’oreille.

Yuki : Si tu veux, tu peux me le dire à moi ton nom.

La fillette leva les yeux et regarda Yuki. Elle n’avait pas remarquer avant que le prince était vraiment beau. Elle essuya ces larmes et se jeta dans ces bras. Mais rien. Rien ne se passait. Tohru regardait la scène avec des grands yeux. La jeune fille serra fort le jeune homme. Il regarda la tête de la jeune fille encore mouillée de la veille, sur sa poitrine. La jeune fille se remit à pleurer mais elle chuchota quelque chose:

La fille : Je m’appelle Minaki.

Yuki n’y comprenait plus rien. Il était désorienté. Il sentit qu’elle le serra mois fort. Il la regarda et s’aperçue qu’elle s’était assoupie dans ses bras. Tohru regardait Yuki bouche bée. Elle n’en croyait pas ces yeux. Mais pourtant c’était vrai, Yuki ne s’étais pas transformé.





Chapitre 2





Note de l'auteur : Hihi! Me revoici pour une deuxième fois! J’espère que vous n’êtes pas trop déçu! J’espère que ma fic vous a plus!! En tout cas assez de bavardage, commençons tout de suite avec mon chapitre deux.

Une fois de plus la jeune fille se réveilla à la même place que la fois précédente. Elle se sentait encore toute de travers. Elle bailla avant de s’asseoir dans son lit. Elle regarda autour d’elle. Personne. Elle était enfin seule. Elle réfléchissais à toute les choses qui s’étaient passés. « Est-ce que c’est vraiment lui? L’aurais-je enfin trouvé?» Elle tourna la tête. Elle ne voulait plus y pensée. Un petit sourire se dessina sur son visage. «Et si c’étais le cas?». Son sourire s’élargit. «Après toute ces années... ce pourrait-t-il qu’il m’est oublié?» Son sourire se dissipa. Elle se recoucha. Elle pensa et tourna la question dans tous les sens. Elle entendit des pas dans l’escalier. Aussitôt elle ferma les yeux. La porte s’ouvrit. Yuki entra dans la pièce. Il s’assit à côté d’elle. Il la regarda pendant un moment. Il se leva et rouvrit la porte avant de s’éloigner dans le couloir. La jeune fille s’étais assoupie.

__________

Le lendemain matin l’odeur d’un bon petit déjeuner la sortit de son sommeil. Elle entrouvrit les yeux et vit un petit plateau avec un mot ou était écrit ces quelques mots: Bon petit déjeuner Minaki!

Elle dégusta le petit déjeuner que Tohru avait spécialement préparé pour elle. Maintenant le ventre plein, elle décida d’aller se dégourdir les pattes. Mais au fond, son désir de découvrir l’emporta. Elle se leva fit quelque pas en direction de la porte. Elle l’ouvrit. Elle regarda à droite puis à gauche. Personne. Le deuxième étage était désert. Elle se dirigea vers la première porte à gauche. Elle entra. Un bureau et un lit se dressait devant elle. La chambre était un peu plus grande que celle où elle avait dormit. Quelques papiers étaient éparpillés sur le bureau. Mais un en particulier attirait son attention. Elle le prit et commença sa lecture: Je déteste ce sale rat! Quand vais-je enfin pouvoir le battre? Si je ne le bat pas... ma conséquence sera terrible. Mais Tohru... je l’aime.... et elle...

Elle arrêta vite sa lecture. Elle ne voulait pas en lire plus. Elle regarda vers le coin gauche de la chambre. Quelque affaires y étaient entassés. Elle s’agenouilla tout près et commença à fouiller. Rien d’intéressant. Quelques babioles sans intérêt. Elle poussa un long soupir. Elle se releva et se dirigea vers la porte, déçue de n’avoir rien trouvé. Avant de sortir elle regarda d’un bord et ensuite de l’autre. Elle voulait s’assurer que personne ne la surprendrait. Elle continua son enquête. Elle décida de prendre à droite. Une autre chambre l’attendait. Elle y entra. Cette chambre-ci était beaucoup plus en ordre. Cependant quelques livres traînaient sur le bureau. Chimie, Math, Français que des livres absolument inutiles, pensa-t-elle. Elle tourna la tête vers le lit. Elle s’aperçue qu’il avait une petite bosse au niveau de l’oreiller. Intriguée, elle se rapprocha. Une petite enveloppe y était glissée. Elle la prit et l’ouvrit. Le papier était bleu, avec des beaux motifs. Elle était fascinée par l’écriture qui s’étendait sur toute la feuille. Elle commença à la lire: Chère Honda-san...

Depuis que tu es venu habitué chez moi, ma vie a changé. Tu ensoleilles mes journées. Sans toi ma vie ne serait que tristesse. Je te remercie beaucoup. Je ne parle pas seulement de ta façon d’agir et de réagir aux situation les plus critiques, je parle de toi. Tu es une fille formidable et d’une grande beauté. Honda-san je t’aime.

La lettre finissait ainsi. Elle n’était pas signé. Minaki eu un léger sourire. Personne ne lui avait jamais écrit une lettre comme ça. Elle aurait bien aimé. Mais..... Une petite larme de joie coula le long de sa joue. Elle ferma les yeux. Elle pensa à la dernière phrase: Je t’aime. Ces mots lui étaient inconnu. Que voulait-il dire? Elle en avait oublier la signification. Elle rouvrit les yeux. Elle essuya ces larmes avec sa manche de son chandail. Elle replia la lettre, la remit sous l’oreiller. Elle resta quelque instant figée devant le lit d’un des occupant de la maison. Elle se retourna tranquillement. Elle vit le jeune homme. Il était accoté sur le bord de la porte, les bras croisés. Minaki le regarda. Elle murmura:

Minaki : Yuni?

Yuki décroisa les bras.

Yuki : Yuni? répéta-t-il


FLASH BACK

Un soir, le petit Yuki regardait par la fenêtre. Comme toute ces soirées, il était seul. Il pleurait. Une ombre passa devant la fenêtre. Au début Yuki eu peur. Il recula. Mais il cherchait désespérément de la compagnie, alors il s’avança vers la fenêtre. Une petite fille plus jeune que lui le regardait toute souriante. Elle lui fit signe de la main. Yuki la regarda et à son tour lui fit un petit signe de la main. La petite fille lui fit aussi signe de sortir pour jouer avec elle. Yuki fit signe de la tête. La petite fille ne souriait plus. Elle regarda le prisonnier et s’avança vers lui. Elle était à la hauteur de la fenêtre. Maintenant Yuki pouvait l’entendre.

La jeune fille : Pourquoi tu ne veux pas venir jouer avec moi?

Yuki : Je ne peux pas sortir.

Yuki secoua la tête.

Yuki : Je voudrais venir avec toi mais je ne peux pas.

La petite fille : Comment tu t’appelles?

Yuki : Je m’appelle Yuki Soma, et toi?

La petite fille : Je m’appelle Minaki.

Yuki : C’est un jolie nom.

Minaki : Merci! Est-ce qu’un jour tu pourras sortir?

Yuki haussa les épaule.

Minaki : Si tu veux je pourrai venir te voir, tous les soirs.

Yuki sourit. Il avait une amie.

Yuki : Ça me ferait plaisir.

Quelqu’un l’appelait. Minaki sourit avant de s’en aller. Yuki fit un léger signe de la main.

C’est comme ça que tous les soirs, pendant de longs mois, les deux amis se rencontrèrent en silence. Minaki l’avait surnommé Yuni et
Yuki l’avait surnommé Mimi. Ils trouvèrent ça mignon. Mais un soir, la jeune fille ne vint pas le voir. Yuki avait entendu une grande partie de la nuit , mais jamais personne n’était venu. Yuki retomba dans le désespoir et la tristesse. Mais il n’arrêta jamais de penser et d’espérer qu’un jour il la reverrait.

FIN DU FLASH BACK

Yuki : Mimi? se risqua-t-il

Minaki ne put s’en empêcher. De nouveau, quelques larmes coulèrent. Elle se précipita dans les bras de Yuki. Qu’il se transforme ou non, ça lui était égal. Il avait retrouvé une amie, la seule amie qu’il n’avait jamais eu. Mais peut-être que...... c’étais plus qu’une amie.... (Ndl: Ne tournez pas ça avec perversité, svp!) (note de Selphie : Ha Ha Haa! Trop tard! ^^ Ooh Yun Yun petit coquin, n'oublie pas qu'elle est mineure!)





Chapitre 3





Note de l'auteur : Haha! Me revoici, me revoilà! Le mystère plane!! Comment ça va finir?? Je ne le sais même pas moi-même alors allons-y!!





Yuki serra fort la jeune fille. Il était songeur: «Pourquoi?? Pourquoi je ne me transforme pas??» Yuki ne trouvait pas de réponse. Minaki était si heureuse. Elle avait retrouvé le seul être qui l’aimait. Mais....... est-ce qu’il l’aimait encore?? Ces yeux se rouvrit.

Minaki : Yuni....

Yuki : Hum?

Minaki : Je suis désolé, dit-elle désespérée

Yuki garda le silence. Il ferma les yeux pour mieux se rappeler les longs soirs qu’il avait passé avec elle. Il se rappela des nombreux jeux qu’ils avaient inventés, des nombreux rires, des nombreux sourires....

Minaki lâcha Yuki.

Minaki : Je ne suis pas revenu te voir....

Minaki allait recommencer à pleurer.

Yuki : Non..... Ne pleure pas, dit-il

Minaki : Je m’excuse Yuni. Je me sens tellement mal.

Yuki : Ça va aller. J’ai survécu!

En lui disant ça il sourit et il la fit sourire aussi. Minaki baissa les yeux. Elle s’en voulait terriblement. Elle avait laissé le petit Yuki dans le noir, tout seul, sans prévenir. Minaki avait grandi avec ça sur le coeur. Elle ne le s’étais jamais pardonné mais s’étais pas de sa faute...

__________

Kyô et Tohru était dans la cuisine et discutait tout en fessant la vaisselle. (hé! hé! Kyô commence à être serviable....)

Tohru : Est-ce que tu ne trouve pas ça étrange??

Kyô : De quoi tu parles?

Tohru : Ben... Minaki ressemble terriblement à Yuki. Peut-être qu’il sont...

Kyô : Frère et soeur? Non, Akito nous l’aurait sûrement dit.

Kyô ne semblait pas vraiment croire ce qu’il venait de dire. Mais Tohru se sentit quand même plus soulagée.

__________


Akito regarde Minaki. Il la trouve trop petite pour son âge.

Akito : Tu devrais mangé plus de légumes!

Minaki ne répondit pas. Elle avait peur, elle tremblait.

Akito : Ben alors..... t’as perdu ta langue, pauvre sotte!

La main d’Akito se leva dangereusement. Minaki ferma les yeux pour mieux recevoir le coup.

Akito : Que tu peux être faible!

Elle reçu une claque de plein fouet dans la figure. Le coup était vraiment très fort. Elle retenait ses larmes. Sa peau brûlait sous la marque rouge de la main de son agresseur.

Akito : Ça t’apprendra! Je t’avais pourtant dit de ne pas aller voir Yuki!

Minaki : Mais....

Akito : Mais quoi?

Une autre claque la pinça mais sur l’autre joue. Minaki tomba à genoux contre le sol. Sa main contempla les dégâts. Minaki sentit une larme couler le long de sa joue pour tomber sur le sol à côté de sa main droite.

Akito : Je te défend de pleurer!

Maintenant un coup de pied la heurta dans les paumons. Elle tomba sur le sol. Elle retenait sa respiration. La douleur était intense. Pendant un instant, Akito la regarda avec mépris.

Akito : Ne t’avise pas de recommencer....

Akito partit en laissant la pauvre jeune fille toute seule, dans le noir et avec sa douleur.

(ndlr : On dit que les fessées peuvent nous être utiles. Elles nous empêchent de faire des bêtises et de mal agir, ce qui aide à bien vivre (y paraît!))

Ces quelques souvenirs venaient hanté Minaki. Faible, ce mot ne cessait de la tourmenter. Est-ce qu’elle l’était vraiment? Elle avait céder à Akito, le chef de famille. Oui... elle était faible mais pas complètement... Minaki garda ces souvenirs pour elle. Yuki n’avait pas besoin de savoir qu’elle avait souffert... à cause de lui. Yuki était tout sauf méchant. Il était seul et sans défense.





Chapitre 4





Note de l'auteur : Hoho! Je suis à cours d’imagination! Je ne sais vraiment pas comment l’histoire va finir! Le plus dur c’est d’imaginer comment les personnages réagiraient devant les situations qu’on leur imposent! Je fais de mon mieux! Je vous assure! Vous m’avez l’air douteux? Je me trompe?

** Collaboration spéciale d’Aqualia dans ce chapitre! Michi ! ^^**





Le soir venu, Shiguré, le neko et le nezumi ainsi que notre petite Tohru accompagnée de la petite Minaki étaient tous réunis autour de la table basse. Tohru leur avait préféré le fameux ragoût que tous le monde adorent. Comme toujours, notre héroïne (je parle de Minaki) regardait son assiette sans dire un mot ce qui engendra un grand et long silence. Tous le monde mangea sans dire un mot mais il ne put s’empêcher.....

Shiguré : Alors Minaki, quoi de neuf??

Yuki se tourna vers Shiguré.

Yuki : Tu la connaissais?

Shiguré : Ben... c’est à dire que....., bégaya-t-il ( tu bégaies??)

Minaki : Oui, on se connaît depuis déjà quelque année, déjà

Yuki se retourna vers Minaki qui avait maintenant levé les yeux vers Yuki. Il la regarda en voulant dire: ???, explique-toi!

Shiguré : Elle fait parti de la famille!! s’exclama-t-il

Yuki et Kyô se retournèrent (encore une fois!) vers Shiguré.

Kyô : Explique-toi vieux bouffon!

Shiguré : Oublier ça je n’est rien dit! dit-il en agitant sa main

Yuki se leva et prit Shiguré par le collet. Il l’assomma contre le mur.

Tohru : Yuki, ne lui fait pas mal.....

Yuki : Explique-toi! cria-t-il

Minaki : Yuki.... murmura-t-elle

Yuki lâcha Shiguré qui tomba sur le sol avec un bruit sourd!! (ndl: Ne vous en faites pas, il va bien!)

Il se retourna vers Minaki. Il s’assit à ces côtés. Il se calmit et prit une grande respiration.

Silence total. Seul Shiguré fessait du bruit: il se releva et se rassit.

Shiguré : Tu as été un peu fort là!

Yuki ne répondit pas. Il était assez frustré comme ça.

Kyô : Yuki est tellement.....

Yuki : Hummm Hummm!

Kyô détourna son regard du sien et continua à déguster le fameux ragoût de Tohru. Cependant un bruit venant de sa droite attira son attention. Il détourna la tête. Minaki pleurait.

Kyô : Yuki, fais quelque chose!!!!

Yuki s’aperçut à son tour que la jeune fille pleurait.

Minaki : Tu ne me demande pas pourquoi tu ne te transforme pas quand je t’enlaces?

Les quatres... non les trois... Shiguré était déjà au courant (le petit sacripant!) , ouvrirent grand les yeux. «Elle est au courant?? » pensèrent le trio. Plus personne ne parla pendant le reste du souper qui se termina plutôt rapidement. Minaki alla se coucher. Elle était encore exténuée. Yuki en avait marre d’attendre. Dès qu’elle fut montée, il exigea des explications, une fois de plus.

Shiguré : Bon..... assois-toi.

Yuki, cependant, resta debout.

Shiguré : Tu serais mieux de t’asseoir.

Malgré l’avertissement, Yuki resta quand même debout. Shiguré soupira et commença.

Shiguré : Cette Minaki est beaucoup plus qu’une amie pour toi, Yuki. Comme tu le sais Ayamé fut le premier fils de ta mère et ton père, ensuite ce fut toi. Ta mère fut tellement déboussoler par la malédiction qu’elle vous repoussa tous les deux. Mais quelqu’un fallait bien s’occuper de toi alors nous t’ avons envoyer vers Akito qui n’étais pas beaucoup plus âgé que toi dans ce temps-là, mais c’étais quand même le chef de famille. Les erreurs sont courantes et nous ne pouvons les empêchés. Sans le vouloir ta mère mit au monde une belle petite fille nommée Minaki mais malheureusement elle n’était pas désiré et ce qui amena tes parents en s’en débarrasser. C’est qu’il venait de donner vie à un troisième maudit. Sans hésité ta mère la vendit à Akito, tout comme toi. Elle avait seulement 2 ans et 2 mois de différence avec toi. Nous avons promis de ne rien te dire. Mais puisqu’elle est là...

Shiguré prit une gorgé de son thé qui refroidissait.

Shiguré : Mais ta soeur aussi est maudit.

Yuki : Mais c’est impossible! Kyô est le seul à....

Shiguré : Apparemment non...

Yuki s’impatienta et le fit s’avoir par un long soupir. Shiguré le regarda et continua.

Shiguré : Ta soeur est maudit par l’esprit de la souris.

Yuki n’en revenait pas. Il s’assit (il t’avait prévenu!).

Yuki : La souris? Mais je suis l’esprit de la souris.

Shiguré : Non, il est l’esprit du rat. Apparemment le chat n’est pas le seul à s’être fait berné par le rat.

Yuki : Est-ce qu’elle a quelque chose .....d’autre?

Shiguré : Non, pas pour l’instant.

Yuki ne pouvait pas imaginer qu’il avait une soeur. Ça le fit sourire. Une soeur, pour lui tous seul (ndl :vous êtes que des vilains.. penser ça quand même.... c’étais quand même mon intention.. Lukyô ricane en silence! ^^).Tohru les avait rejoint.

Tohru : Du thé?

__________

Aaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhh! cria Minaki en pleine nuit. Elle était toute en sueur. Le souffle court, elle s’assit dans son lit. Quelques pas se fit entendre, la lumière s’ouvrit. C’était Yuki.

Minaki : Yuki...dit-elle en tendant ces bras vers le jeune homme

Yuki s’approcha vite de sa soeur et s’assit à côté d’elle. Il l’enlaça chaleureusement (euhh... vous le savez....).

Yuki : Chut.... chut.. murmura-t-il, je suis là....

Minaki se sentit rassurée. Rapidement, ces yeux se refermèrent. Yuki la déposa dans son lit et tira sa couette jusqu’à son menton. Qu’elle était belle quand elle dormait. Personne d’autre étaient venu rassuré la petite Minaki. Seul son frère était venu. C’étais l’essentiel.

__________

Le lendemain matin Minaki ouvrit les yeux. Yuki était là devant elle et lui souriait.

Yuki : Prête pour s’amuser aujourd’hui!

Minaki sourit et lui sauta des les bras jusqu’à le faire basculer.

Minaki : Oui! Oui! Oui! cria-t-elle

Minaki s’être habillée elle s’apprêta à descendre les escaliers. Kyô qui sortait de la salle de bain ne put l’éviter...

Kyô : Fais attention où tu mets les pieds! cria Kyô

Minaki : Je suis désolé!

Kyô ouvrit les yeux et vit la petite Minaki qui était à terre et se frottait la tête.

Kyô : Non! C’est de ma faute! grogna-t-il

Il se releva et s’enferma dans sa chambre. «Qui est-il??» pensa-t-elle. Elle haussa les épaules, elle le découvrira bien vite! Finalement elle descendit les escaliers. Son sourire était revenu malgré la petite bosse qui lui était poussé sur la tête.
Yuki commença par l’amener dans un petit restaurant bien sympa, après ils firent un tour au parc d’attraction et ensuite Yuki lui montra son endroit secret : son potager.

Minaki : Wow!, s’exclama-t-elle, c’est génial!

Yuki : Toi et Tohru vous êtes les seules à l’avoir vu.

Minaki : Tu as l’air de beaucoup l’apprécié cette Tohru?

Yuki : Oui, elle est très gentille! dit-il songeur.

Minaki : Tu devrais lui dire.

Yuki : Ce n’est pas si simple que ça!

Minaki : Je lui dirai moi!

Yuki : Il n’en est pas question, dit-il en riant, de toute façon tu ne pourras y arriver!!

Yuki sauta sur Minaki et commença à la chatouiller jusque mort s’en suive. «Non! Non!» cria -t-elle! Elle se débattait mais rien n’y faire Yuki était beaucoup trop fort...Tohru regarda la scène de loin. Elle était bien contente que Yuki et Minaki se soit retrouvés et qu’ils soient heureux. Elle sourit.

Kyô : Tu les espionne?

Tohru se retourna.

Tohru : Non, Non! Je fessais seulement...

Kyô : les espionner.

Tohru : Je suis contente pour eux, (qui changea de sujet)

Kyô : Un autre rongeur...., dit-il en soupirant (Shiguré l’avait mis au courant en ne donnant pas trop de détails, bien sûr!!)

Tohru : Elle a l’air gentille, tu ne crois pas?

Kyô : Bof! Espérons seulement qu’elle ne restera pas longtemps!

Tohru tourna la tête et regarda de nouveau à la fenêtre. Minaki n’en pouvait plus. Ce qui mit fin à la bataille.Chapitre 5



Note de l'auteur : N’est-il pas merveilleux de voir qu’un «certain» esprit de famille règne dans cette maison?? Mais Kyô t’es pas obligé de tout casser, petit baka neko.



Minaki et Yuki étaient rentrés pour le souper. Ils étaient couvert de terre.
Yuki était monté prendre sa douche et pendant ce temps Kyô et Minaki étaient seuls à la table (Tohru était dans la cuisine!). Minaki trouvait que tête de
carotte (petit nom affectif!) était bien silencieux et très timide pour un garçon de son âge. En fait, quel âge avait-il?

SILENCE

Minaki : ...

Kyô avait les yeux rivés dehors et ne disait rien. Minaki, elle, regardait le sol silencieuse.

Yuki finit par descendre les escaliers.

Yuki : Minaki, il ne t’a pas fait mal, j’espère?


Kyô : Qu’est-ce que tu insinues, imbécile?!, cria Kyô

Yuki : Je ne voudrais pas que tu lui montre des trucs....

Kyô : Je vais te tuer, sale rat!, cria Kyô à pleins poumons

"Yuki est le signe du rat" pensa-t-elle

Yuki : Je ne me battrai pas avec toi!

Kyô : On va voir ça, ricana-t-il

Un coup de point, un autre et un autre, Yuki les arrêta tous sans faire le moindre effort. Kyô s’avança vers Yuki en lui lançant des coups de point, tandis que Yuki reculait. Minaki était restée assise et regardait le spectacle (5$ le billet!). Yuki s’en venait dangereusement vers elle. Il la contourna mais le neko eu moins de chance que lui : il trébucha sur Minaki et tomba face première sur le sol. (ndl: Ça ne vaut pas 5 $! Je veux être remboursé!!)

Yuki : Minaki, est-ce que tu vas bien?

Minaki se releva en poussant un petit «Ouch!».

Kyô resta un instant sur le sol. Le coup avait été dur pour lui. Yuki s’approcha de sa sœur.

Yuki : Est-ce qu’il t’a fait mal?

Minaki : Non, non... marmonna-t-elle en regardant le chat à moitié assommé

Yuki : Ne t’en fais pas pour ce chat. Il est stupide.

La légende était donc vrai..., pensa-t-elle

Kyô : Yuki, sois maudit, sale rongeur stupide!

Yuki : Si tu n’avais pas remarquer toi aussi t’es maudit, sale chat de gouttière.

Kyô se releva avec peine. Maintenant debout, il se précipita vers les escaliers et les monta. Une porte se claqua violemment.

Minaki : Peut-être qu’on devrait aller voir, s’il va bien?

Yuki : Laisse. Il a besoin de réfléchir.

Shiguré entra dans le salon tout joyeux (comme à l’habitude).

Minaki : Je devrais y aller, dit-elle en pointant les escaliers.

Elle monta les escaliers.

Shiguré : Alors Yuki?

Yuki le regarda un instant.

Yuki : Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé avant?

Shiguré : Tu ne me l’avais pas demandé.

Yuki fronça les sourcils.

Yuki : Toujours aussi stupide.... dit-il , en marchant tranquillement vers la cuisine pour aider Tohru.

__________


Minaki vit la porte fermée de la chambre du chat. «Est-ce qu’il va bien?» pensa la jeune fille (ndl: Comme vous l’avez pu le voir, Minaki est beaucoup trop gentille...). Elle ne connaissait pas vraiment le chat. En fait elle ne le connaissait pas du tout.. mais elle était curieuse d’en savoir plus sur le treizième animal du zodiaque. Elle s’avança vers la porte. Elle hésita un instant. «Et s’il ne veut pas m’ouvrir? Et s’il ne veut pas....» pensa-t-elle. Elle fronça les sourcils. Finalement elle décida d’aller prendre sa douche et d’y aller plus tard. Elle franchit la porte de la salle de bain. Elle ferma la porte derrière elle. Elle observait la petite salle de bain qu’était celle de Yuki. Seul une brosse à dent y était et elle était bleu. Bleu... la couleur préféré de Yuki. Elle arrêta son inspection et commença à faire couler l’eau. Pendant qu’elle se déshabillait, sa propre image se refléta dans le miroir. Ces yeux scrutèrent tranquillement les nombreuses imperfection de son visage. "Ça ne cicatrisera donc jamais?", pensa-t-elle. Elle soupira et elle détourna son regard du sien. Elle se glissa dans la douche et y passa au moins 10 bonnes minutes. Ces cheveux étaient gras et long alors ça prenait beaucoup plus de temps à laver. Ces mains tourna les deux poignées pour arrêter la douche. Ça fait du bien, dit-elle tout haut. Elle tira le rideau et prit une serviette sur le bord de levier et l’enroula autour de son corps. Elle en prit une seconde pour sécher ces cheveux. "Zut! Je ne peux pas mettre à nouveau ces vêtements, dit-elle, ils sont répugnants! Elle les prit et les jeta dans le coin de la salle de bain. Peut-être que Tohru pourrait m’en passer..." pensa-t-elle. Elle posa la seconde serviette sur le séchoir. Elle passa sa tête dehors. Personne à gauche, aucun chat à droite. Elle ouvrit la porte et sortit. Elle descendit les escaliers. Personne en vu. Elle alla à la cuisine. Personne non plus. "Où est-elle passer?" pensa-t-elle. Tohru? commença-t-elle à dire.

Tohru : Je suis ici! Dans la salle à manger!

Minaki s’avança vers la porte qui menait à la salle à manger.

Minaki : Je me disais si tu pourrais...

Elle ouvrit la porte. Shiguré, Kyô, Yuki et Tohru était là et regardait la jeune fille entouré d’une PETITE serviette. Waaa! poussa-t-elle avant de refermer la porte. Les trois garçons étaient complète­ment...... je ne peux pas le dire.... (ndl : Kyô vient de remarquer que les filles sont faites différemment des garçons.... que je suis méchante... mais c’est tellement facile!!) Minaki monta les escaliers quatre par quatre. Elle entra dans la salle de bain et referma la porte. «Qu’est-ce qui m’a prit??», pensa-t-elle terrifiée. Tohru avait quitté la table et monta les escaliers.

Elle cogna à la porte.

Tohru : Minaki? C’est Tohru!

Minaki : Je suis désolée... commença-t-elle, j’ai pas fait exprès...

Tohru : C’est pas grave Minaki, dit-elle doucement.

Minaki : Oui, c’est grave, dit-elle avant de commencer à pleurer.

Tohru : ...

Tohru alla vers sa chambre et ramena une de ces robes.

Tohru : Je met des vêtements propre devant ta porte. Quand tu seras prête tu ouvriras. Moi, je retourne en bas.

Des pas dans l’escalier retentirent dans la petite salle de bain. Minaki soupira. Elle entrouvrit la porte et prit d’une seule main les vêtements que Tohru avait laissé. Elle les enfila rapidement. C’étais une jolie robe rose qui lui allait parfaitement. Elle voulut aller dans sa chambre et s’y enfermer mais... elle n’avait pas de chambre. Elle décida après quelques minutes d’aller rejoindre Tohru et compagnie en bas. Elle descendit les escaliers un à un. Ils étaient tous restés dans la salle à manger et ne parlaient pas. Elle se dirigea donc vers cette porte. Elle l’ouvrit.





Chapitre 6





Finalement tous le monde s’étaient réunis autour de la table. Shiguré est encore... traumatisé ou je pourrais dire joyeux par la vue de Minaki en serviette. Donc, comme je le disais tous le monde s’était réunis autour de la table pour déguster un..... sauté de foie aux échalotes!! (ndL : le plat préféré de Kyô!! *rire machiavélique de Lukyô...*) Kyô soupira. «Qu’ai-je fait pour mériter ça?» pensa le chat.

Comme d’habitude, c’est le chien qui se jeta à l’eau le premier.

Shiguré : Minaki, tu peux rester autant de jours qu’il te plairait, ici! Tu es la bienvenue (En fait, il souhaite encore la voir presque nue.... )!

Minaki : Merci Shiguré!

Shiguré : Ce n’est rien voyons! (mais en réalité il pense: Humm. une deuxième lycéenne! (Vous pensiez tout de même pas qu’il pouvait changer!! (Mais je
l’aime bien comme ça!!)))

Yuki murmura seulement quelque chose à ses oreilles que les autres ne purent comprendre. Minaki sourit.

__________


Le soir venu, tous le monde étaient installés autour d’une petite table et jouait à un jeu que tous le monde connaît et qui est apprécié de tous... enfin presque! Le grand clodo!!!!! Minaki était entre Yuki et Kyô et regardait le jeu. Elle ne connaissait rien à ce jeu. Personne ne lui avait appris. Yuki venait de faire perdre le tour à Kyô. Kyô grognait.

Minaki : Tu aurais du jouer ça! dit-elle en lui montrant le 3 de cœur du doigt

Kyô : Tu n’y connais rien, arrête de m’embêter et laisse faire les pros!

Yuki : Depuis quand tu es pro?

Kyô : Depuis aujourd’hui!

Kyô déposa le 3 de cœur et remporta la partie! Il était fier de lui mais c’était grâce à Minaki mais il la remercia plus tard, il était trop occupé à s’obstiner avec le rat.

Kyô : Ah! Ah! Je t’ai enfin battu!

Yuki : Ce n’est qu’un jeu, Kyô!

Kyô : Je vais aller le crier au monde entier!

Yuki soupira.

Yuki : De toute façon il ne te croiront pas!

Kyô : Et pourquoi ça?

Yuki : Parce que tu es beaucoup trop stupide!

Kyô : JE VAIS TE TUER!

Yuki : Essaye un peu...

Minaki n’était plus amusé par les chicanes des deux garçons. Elle se concentra plus sur les règlements que Tohru était en train de lui expliquer.

Minaki : Si j’ai bien compris, il faut seulement finir ces cartes avant tous le monde!

Tohru : Tu as tous compris!! s’exclama Tohru.

Minaki lui sourit.

Minaki : Merci Tohru!

Tohru la regarda à son tour et lui sourit.

Tohru : Ça me fait plaisir!

Crac!

Yuki : Est-ce qu’on joue une autre partie?





Chapitre 7





Minaki se leva. Elle regarda autour d’elle. Le lit de Tohru était fait. Elle se leva, descendit les escaliers et alla dans la cuisine. Elle y trouva Shiguré. Il sirotait une tasse de thé tout en regardant par la fenêtre. Dès qu’il la vit son visage s’illumina.

Shiguré : Bonjour! Bien dormi?

Minaki : Mmmm...

Elle s’avança vers Shiguré. Sa tête tomba sur l’épaule du chien.

Shiguré : euh....

Shiguré posa sa tasse de thé et secoua un peu la jeune fille.

Shiguré : Minaki? Minaki?

Minaki se réveilla en sursaut.

Minaki : Quoi? Quoi? demanda-t-elle

Shiguré : T’es comme ton frère, toi!!

Minaki n’y porta aucune attention.

Minaki : Qu’est-ce qu’il a à manger?

Shiguré pointa du doigt le frigo.

Shiguré : Tohru a insisté pour te faire un petit plat!

Minaki s’avança vers le frigo, l’ouvrit et prit le plat. Minaki sourit à l’idée que quelqu’un avait pensé à elle. Elle dégusta quelques boulettes de riz que Tohru avait spécialement fait pour elle. Yuki lui avait passé une chemise de nuit (en fait c’étais une blouse mais faisait une chemise de nuit pour Minaki), alors elle monta en haut et l’enleva. Elle vit à au pied de son lit quelques vêtements que Tohru avait mit de côté. Elle les enfila et redescendit.

Minaki : Shiguré?

Shiguré : Oui?

Minaki : Où est la machine à laver?

Shiguré leva les yeux de son bouquin.

Shiguré : Tu veux faire du lavage?

Minaki : Bah... Yuki m’a passé ça alors j’aimerais lui rendre totalement propre....

Shiguré : Laisse.. je vais te montrer...

Il se dirigea vers le fond de la maison où la buanderie était cachée.

Shiguré : Il faut mettre le vêtement dans la machine à laver, mettre du savon, programmer à ..... 5 minutes et le tour est joué.

Minaki avait l’air fascinée par les mots que Shiguré prononçait.

Shiguré : Tada!

Minaki : Je le saurais pour la prochaine fois... lui dit-elle en lui souriant.

Shiguré : Minaki?

Minaki : Oui?

Shiguré : Tu comptes rester combien de temps?

Minaki : Je sais pas... dit-elle un peu triste, le temps qu’il faudra pour je sois majeure.. dit-elle avec un léger sourire aux lèvres.

Elle lui tourna le dos et partit en direction de la cuisine. "Qu’est-ce qu’il a bien pu lui faire??" pensa le chien.

__________


Yuki : On est rentrés!!!

Shiguré : Bonjour! Comment as été votre journée??

Tohru : Bien! Comme d’habitude! Et vous?

Shiguré : J’ai presque finit mon livre et c’est presque ça.. ah non! J’ai fait de la lessive...

Tohru (émerveillée) : Vous avez fait une lessive?

Shiguré : J’ai montré à Minaki comment faire!

Tohru : A Minaki?? Comme elle est gentille...

Tohru, toute joyeuse, gambadait jusqu’aux portes de la cuisine . Yuki la suivait. Tohru les ouvrit. La cuisine était sans dessus dessous. Il y avait de la farine un peu partout et beaucoup de vaisselle.

Kyô : T’appelles ça une surprise??

Minaki était assise, les bras accoté sur le comptoir et dormait. La minuterie du four avait était mise mais elle avait sonné depuis longtemps.
Tohru s’approcha tranquillement de la jeune fille. Elle la secouant en murmurant son nom.

Tohru : Minaki.. Minaki...

Minaki : Mmmm...

Minaki entrouvrit les yeux.

Minaki : Tohru! Yuki!, s’exclama-t-elle, je vous est préparé des....

Yuki : Ça sent le brûlé....

Minaki : ........gâteaux!, dit-elle en se précipitant vers le four qui fumait déjà.

Elle sortit les gâteaux qui étaient à moitié brûlé. Minaki soupira.

Minaki : Je suis désolée...

Tohru : C’est pas grave.. tu te reprendras.. répondit-elle avec un large sourire

Minaki : Tu pourrais me montrer, commença-t-elle

Tohru
: Bien sûr!

Yuki regardait les deux jeunes filles et un léger sourire s’illumina sur son sourire. Minaki tourna la tête.

Minaki : Est-ce que tu sais cuisiner, Yuki?

Yuki : Euh... c’est à dire.... que... non... pas vraiment..

Minaki : Si tu veux je pourrais te montrer!, après que Tohru me l’ait montré!

Yuki : Si tu veux!

Le sourire de Minaki s’élargit.

Minaki : Bon, maintenant il faut tout nettoyer!

Tohru : Est-ce que tu as besoin d’aide?

Minaki : Non..non!

Minaki se mit tout de suite au travail. En trois heures, elle eu fini.
Juste à temps pour le souper.





A suivre...