Des Heures perdues par Rinli





Note de l'auteur
: Et si Kakeru découvrait la malédiction? Voilà de quoi parle ma fic. Niveau trad, quand je l’ai écrit, on en était qu’au chapitre 92, et on ne connaît pas beaucoup Kakeru, donc je me suis permis quelque liberté quant à ce personnage. Alors, bonne lecture.


Dans un couloir du lycée.
Kakeru : Yun-yun, attend moi!!
Yuki : He…
Pensée Yuki : C’est ce que je craignais, j’ai fini par m’habituer à ce surnom.
Kakeru (essoufflé) : Qu’est ce que tu fais dimanche après-midi ?
Yuki : Je ne sais pas encore, je…
Kakeru : Tant mieux, (il tire quelque chose de sa poche) j’ai deux billets pour aller voir le spectacle de Katsuki, tu sais l’humoriste, même toi tu dois le connaître. Je les ai gagné à un combat… D’accord, j’avoue je les ai achetés, et comme c'est nul d’y aller tout seul, j’ai pris deux billets. Allez, dis oui.
Yuki : Mais, pourquoi moi ?
Kakeru : Bien sûr, j’ai pensé à Machi, mais… enfin, elle a refusé. Quant à Nao ou Kimi, alors là PAS QUESTION.
Je sais que nous ne sommes pas vraiment amis, je n’essaye d’ailleurs plus… mais ça serait juste une occasion de rigoler un peu…
Pensée Yuki : Ne nous sommes pas amis, et c’est de ma faute…

Flash back

Yuki est avec une fille dans un couloir du lycée, il vient de refuser d’être son petit ami.

Fille : … Tu fuis les autres, tu ne veux pas t’engager, tu as un cœur de pierre, reste dans ta bulle, tu n’auras plus jamais d’amis.
Pensée Yuki : Je fuis, je le sais. Cette impression de faire des efforts pour m’ouvrir aux autres, n’est en fait qu’une illusion…
Kakeru : … pour décompresser…

Flash-back de la dispute entre Yuki et Kakeru :

C’est moi qui suis malade que tu ne veuilles pas me parler…

Kakeru :… enfin si tu ne veux pas…
Yuki : Je viens.
Kakeru : Vraiment !...de vrai de vrai!!!!!
Yuki : Oui, à quelle heure c’est ?
Kakeru (sautillant de joie) : C’est à 16 heures, mais comme on devra prendre le bus, faudra sortir plus tôt, comme c’est sur mon chemin, je viendrai te chercher à… à 15 heures, comme une princ… heu… un prince ^-^.
Yuki sourit.
Kakeru : Puis en sortant on ira dans un night club, avec pleins de jolies filles, et boira du saké…
Yuki : Arrête ton délire.

Kakeru est à présent devant la maison de Shiguré.
Kakeru : Il y a quelqu’un ???
Tohru : Oui ! Bonjour.
Kakeru : Bonjour Miss Honda, je suis Kakeru Manabe.
Tohru :… Oh, bien sûr, vous faites partie du conseil avec Yuki… Entrez donc, je vais l’appeler.
Kakeru : Oui, merci.
Shiguré : Oh ! un invité ! Bienvenue dans mon humble demeure. Je me présente : Shiguré Soma.
Kakeru :... Shiguré Soma… ?!!!!!!
Shiguré : Heu…oui…
Kakeru : Vous êtes le Shiguré Soma !!!
Shiguré :…il y en a peut-être d'autres...
Kakeru : Shiguré Soma l’écrivain ??!!!!
Shiguré (reculant de quelques pas) : Heu, oui, pourquoi ?? (Restons sur nos gardes, on ne sait jamais).
Kakeru : C’est le plus beau jour de ma vie, j’ai devant moi le plus grand écrivain du siècle… je suis votre plus grand fan… Je suis indigne de tant de bonheur…
Shigure est soulagé, il s’attendait plutôt à ce qu’il lui fasse des reproches sur ses livres.

Yuki (surpris) : Kakeru !!
Kakeru : QUOI T’ES PAS ENCORE PRÊT ! Je t’ai pourtant bien dis que je viendrai à 15 heures.
Yuki (petite vaine) : On est samedi.
Kakeru : Je sais quel jour on est, mais pourquoi remettre à demain ce qu’on peut faire le jour même.
Shiguré : Belle philosophie, bravo.
Kakeru : Merci, venant de votre part, ce compliment me va droit au cœur…
Kyo (qui vient d’apparaître) : Qu’est ce qu’il fait là celui-la ?!
Kakeru : Je disais donc, que si tu n’as rien à faire aujourd’hui Yun-yun…
Shiguré : Yun-yun !!!?
Kakeru : ...et je suis certain que tu n’as rien d'autre à faire, nous allons de ce pas voir le spectacle!
Yuki : …… !!
Kakeru : Et bien quoi, je me suis trompé, le spectacle est pour aujourd’hui. Erare humanum est...
Shiguré: Yun-yun !!!?
Yuki : Tu ne me laisses pas le choix, donne moi deux minutes et on y va.
Shiguré : Revenons à nos moutons, tu disais que je suis ton idole. Tu es un bon garçon. Prenez exemple sur lui, vous ne savez pas la chance que vous avez d’habiter avec un célèbre romancier, HAHAHAHAHA.
Yuki : Pourquoi ça ne m’étonne pas ??
Kyo : Quoi ?! Tu lis ces âneries, et ça se prétend représentant des élèves, tu parles. Bon, je m’casse.

Tohru qui était allée préparer du thé, revient avec un plateau dans les bras, elle ne voit pas Kyo qui sort du salon.
Tohru : Vous partez ? Oh, Kyo attention…
Pouf, chat.
Kyo : Ah, c’est chaud. T’aurais pas pu éviter de renverser l’eau bouillante sur moi.
Tohru (en larmes, au bord de la crise) : Pardon, pardon, je suis désolé Kyo, je t'ai brûlé. Vite, je vais t’emmener chez un médecin… Non, Hatori… j’appelle Hatori… Non ça sera trop tard…
Kyo : Du calme, c’est rien, c’est utile la fourrure, ça arrête l’eau.
Yuki et Shiguré : …..
Kakeru : Oh !! Il s’est transformé en chat !!!
Shiguré : Quel sens de l’observation !!
Kakeru : Mais… comment il a fait… et puis non, je veux pas l’savoir.
Shiguré : Et bien, tu remarquer que juste avant qu’il se soit transformé, on parlait de ma célébrité, en fait quand Kyo est envieux ou jaloux, il se transforme en chat.
Kyo : ET PUIS QUOI ENCORE, parce qu'un demeuré t’envoi des fleurs, tu te crois le centre du monde. Non, mais…
Shiguré : Yuki, je peux te parler? (il l’attire dans la cuisine)
Kyo : Sale chien, où tu détales comme ça ? (s’adressant à Kakeru) Et toi , qu’est-ce que t’as à me regarder, tu veux ma photo?
Tohru : Kyo calme toi T-T
Kyo : Grrr, j’vais dans ma chambre.
Kakeru : Pourtant j'aime bien les chats moi...
Shiguré : Il va falloir que j’en parle à Akito, et ce n’est pas comme pour Tohru, on devra lui...
Yuki : Je sais… mais Akito se mettra assurément en colère après Tohru et Kyo, il n’attend que ça.
Shiguré : C’est vrai, mais qu’est-ce que tu veux qu'on fasse? Demander à Hatori de lui effacer la mémoire sans passer par Akito ? Hatori ne le fait pas de gaité de cœur, il ne fait qu’obéir, parce qu’il ne peut faire autrement, c’est difficile de lui demander…
Yuki : Je ne sais pas, tu peux raconter que j’ai été pris par une crise et que je me suis transformé. J’en prends la responsabilité, et puis comme ça il se fâchera moins ?
(il sort de la cuisine et empoigne Kakeru) : Aller, on y va.
Kakeru : Hein, quoi !! Mais… attend moi…

Les deux jeunes hommes sont assis à l’arrêt de bus, ils ne se sont pas adressés la parole depuis qu’ils sont sortis de la maison.

Kakeru : N’te met pas en colère, mais j’ai plus trop envie d’y aller.
Yuki :…
Kakeru : J’sais que si je n’avais pas tant insisté… si je ne m’étais pas trompé de date comme un petit gosse, tout cela ne se serait pas produit… Bien que tu n’aies pas confiance en moi, et je te comprends… je te jure que je ne le révèlerai à personne.
Yuki : Je sais…
Pensée Yuki : Peut être est-ce pour ça…
…à chaque fois que quelqu’un devenait important pour moi…
… que quelqu’un essayait de me sortir de ma bulle…
Yuki : Je sais que tu ne le diras à personne…
Kakeru : je ne l’écrirai pas non plus.
Pensée Yuki : Ils finissent tous par m'oublier…
… Tohru…
… elle aussi, un jour...
Kakeru : C’est tout de même dingue comme histoire. Il se transforme pas quand il est jaloux n’est-ce pas ??
Yuki : Non, en effet…
Kakeru : Enfin, ça ne me regarde pas.
Pensée Yuki : Au fond si je ne veux pas m’investir c’est peut être pour ne pas les perdre, pour ne pas avoir à dire ça, c’est trop dur.
Kakeru (à un passant) : Hé MONSIEUR, tenez voila deux billets pour le spectacle de Katsuki, cadeau pour vous et votre fiancée, si vous prenez le prochain bus vous arriverez à temps… Pourquoi je vous le donne ?? Parce que mon ami que vous voyez là, comptait y aller avec sa copine, mais elle vient de le larguer, il n’a pas trop le moral quoi. Il allait les déchirer, mais il vaut mieux que quelqu’un en profite, non ? AMUSEZ VOUS BIEN!
Yuki : T’étais obligé de leurs raconter ça ??
Kakeru : C’est mieux que la version originale.
Yuki : … Tu sais Kakeru… ça n’a rien avoir avec le fait que j’ai confiance en toi ou non… d’ailleurs sur ce point j’ai confiance en toi…mais...
Pensée Yuki : Je déteste ça.
Yuki : ...mais on va être obligé de t’effacer de la mémoire ce qui c’est passé …
Kakeru : ... avec la formule « Oubliettes » de Gildroy Lockart, dans Harry Potter ?? (NdRinli : Et bien oui, pourquoi Kakeru ne serait pas fan de Harry Potter, on ne sait jamais)
Yuki : Hein…quoi ??!! Je suis sérieux, je ne plaisante pas.
Kakeru : … éffacer la mémoire ! Ca m’est difficile à croire, mais après ce que j’ai vu y a quelques minutes, je suis prêt à croire au père noël.
Yuki : Je suis désolé…
Kakeru : Tu n'as pas à l’être… Maintenant que j’y pense, le fait que ton cousin se transforme change tout.
Yuki : Comment ça ?
Kakeru : Ne le prend pas mal, mais Tohru Honda a l’air d’une gentille fille, et…les gentilles fille on tendance à être attirer par la pauvre victime.
Yuki : Hein ! qu’est ce que tu en sais ??
Kakeru : Rien du tout, mais c’est plutôt logique, et surtout ce n’est pas à ton avantage… et bien quoi ? Moi qui suis de ton coté, ça ne te fait aucun effet ce que je viens de dire ??
Yuki : Je me dis seulement que ce sont les livres de Shiguré qui ont un effet sur toi.
Kakeru : Certainement… je peux te poser une question, puisque je vais en oublier la réponse ?
Yuki : Pose toujours on verra bien.
Kakeru : Heu ! c’est pas le genre de question qu’on pose tous les jours… allez je me lance… Est-ce que toi aussi tu prends l’apparence d’un chat ?
Yuki : …… (Il ne s’y attendait pas à cella là)
Kakeru : Je vois, tu n’as pas envie de répondre, c'est ton droit.
Yuki : Je ne me transforme pas...
Kakeru : D'accord...
Yuki : ...en chat…
Kakeru : Hen !! Pas en chat ??!! Tu veux dire que tu… j’y crois pas, moi qui avais lançé cette question comme ça !! Mais alors, en quoi??
Yuki : Souris.
Pensée Yuki : Je lui raconte ça, pourtant, ça ne sert à rien, ça ne changera rien…
Kakeru : Hihihihihihi.
Yuki : Vas y moque toi.
Kakeru : Pardon, mais l’idée que mon patron soit une souris, c’est trop drôle.
Mais ça change tout, je retire ce que j’ai dis à propos des gentilles filles, puisque dans ton cas toi aussi t’es une victime.
Yuki : Une victime ? moi ?
Kakeru : Et puis dans les dessins animés, la souris est la plus maligne, même si à la fin on ne sait jamais qui gagne.
Yuki : Tu vas arrêter oui.
Pensée Yuki : …mais alors pourquoi je le fais…
Kakeru : Ce qui m’ennuie dans cette affaire, ce n’est de ne pas d’oublier cette histoire rocambolesque, au contraire, c’est mieux, même si ça m’a permit de mieux te comprendre…

Flash back

Kakeru : Comment pourrais-je faire pour voir les mêmes choses que toi ?
Kakeru :… mais dans la vie, on peut perdre son temps à faire n’importe quoi ou rien du tout, mais on en est content, car on sait qu’on a vécu ces moments… mais là, j’aurai vraiment perdu des heures de ma vie…

Le bus arrive. Le couple à qui ils avaient offert les billets monte, le chauffeur regarde Yuki et Kakeru, qui n’ont décidément pas l’air de vouloir monter, puis reprend sa route.

Maintenant Yuki est dans une classe pendant un cours, auquel il ne fait pas attention.
Pensée Yuki : Nous sommes rentrés. Shigure a raconté à Akito ma version, Hatori est arrivé et lui a effaçé ses souvenirs… c’est aussi simple que ça…

(Shiguré : Quand même, vous auriez pu le laisser se souvenir que je suis son romancier préféré.
Kyo : Sûrement pas, c'était le plus insupportable...
Shiguré : Aaah, tu es jaloux…)

Pensée Yuki : Cela parait si simple… Ils parlent de ça comme d'un jeu. Mais personne n’accepte qu’on efface une partie de sa vie, quoi qu’ils en disent…

Plus tard, dans le bureau du conseil.
Yuki : Salut Naohito, tu n’aurais pas vu Kakeru aujourd’hui.
Naohito : Grrr, Non. D’ailleurs, je ne vois jamais personne ici, tous à me laisser le travail.
Kakeru (apparait de nulle part) : Et bien qu’est ce que t’as Nao ? tu déprimes ?
Naohito :…
Kakeru : D’accord. Alors quoi de neuf, patron, tu me cherchais ??
Yuki : Je voulais juste savoir comment tu allais aujourd’hui.
Kakeru : Ca va super bien, ce n’est pas dans mes habitudes de perdre conscience, mais ce qui m’étonne, c’est que j’ai perdu les billets. (Regard suspicieux)
Yuki : Pourquoi tu me regardes comme ça !!
Kakeru : Toi, je sais que t’es trop honnête pour me faire ce genre de coup, mais ton cousin au kimono, je l’ai trouvé louche…
Pensée Yuki : Et dire qu’avant hier il le vénérait.
Kakeru :… Qu’est ce qu’il fait dans la vie ?
Yuki : Heu !! (je ne peux pas lui dire qu’il est écrivain !!) Il est… sans emploi… pour le moment.
Kakeru : Je vois. Tu remercieras pour moi ton cousin Hatori, avant hier j’étais secoué, je ne lui ai pas di moi-même, c’est un chouette médecin. Surtout qu’il a refusé de se faire payer.
Yuki : Je transmettrai.
Kakeru : Cela sert d’avoir un médecin dans la famille. Tiens maintenant que j’y pense, tu n’aurais pas un parent qui soit écrivain.
Yuki : Oh non…
Kakeru : Dommage… Mais c’est énervant.
Yuki : Quoi, que je n’aie pas d’écrivain dans ma famille ???!!!
Kakeru : Non, ce n’est pas ça. C’est bête, mais j’ai l’impression d’avoir perdu quelque chose. Bon, dormir ce n’est pas totalement une perte de temps, puisque ça repose. Par contre, imagine tous ce que j’aurais pu faire si je ne m’étais pas évanoui, à commencer par aller voir le spectacle et qui sait, j’y aurais peut être rencontré la femme de ma vie… Mais là… j’ai l’impression d’avoir perdu des heures pour rien...
Yuki : Tu es donc toujours le même, tu ne changes jamais d’avis. C’est bien. ^-^ (il s’en va).
Kakeru : Hen !!... comment ça ?!… Hé, attend, tu fais quoi ce dimanche…





FIN

Note de l'auteur : Je voudrais remercier Tomoyo qui m’a donné les infos sur Harry Potter, et qui m’a toujours encouragé pour écrire.