Help - Search - Member List - Calendar
Full Version: [Fic] Extra-times, la suite
Forum FB > Fruits Basket > Fanarts-Fanfics
addict
XD Selphie a du friser la dépression nerveuse en voyant la longueur de mes chapitres à chaque fois, d'où la publication à l'américaine peut-être :P mdr



Enfin, sont déjà en ligne, les 4 premiers chapitres:



https://selphie.randomfandom.com/SF/Fanfics/fic46.htm



(à noter que je viens de remarquer une petite erreur: sur le site on passe du chapitre 2 au chapitre 4 on dirait, donc du coup le dernier chapitre est le 5, alors que c'est le 4, mdr enfin bref)



Voilà donc le 5ième!!!



**************



Chap 5 : Brûlures de cigarettes (Discussions inattendues : première partie)



[Petite note de moi-même, the wonder reporter : Salut tous ! Contrairement au petit quiproquo qui a mis les lecteurs dans l’erreur peut-être, le chapitre 4 n’était pas le dernier chapitre de cette fic ! J’ai encore pas mal d’idées à revendre… ^^ Quand je disais « c’est fini » je parlais du chapitre et non de la fic donc ;) (A dire vrai, je pense que cette fic prendra véritablement fin lorsque le manga prendra fin, donc pas mal de temps encore à me supporter ! XD)]



Voici aujourd’hui la première partie – parce que je pense que mon chapitre sera interminable sinon, pire que d’habitude je veux dire – des discussions inattendues que Takaya sensei ne vous a pas raconté ! Une série de petites entrevues diverses entre personnages qui n’avaient rien à faire ensemble… Et il s’est passé ce qui s’est passé ^^.



D’après les témoignages que j’ai reçus et autres investigations personnelles [mouahaha] il semblerait que ces rencontres aient eu lieu peu après la rentrée de septembre! Nous en sommes donc à peu près au milieu du tome 12. J’essaierai néanmoins au possible d’éviter les spoilers, mais comme d’habitude, si je ne peux pas y réchapper, ce sera clairement signalé.



Commençons commençons vite le récit à présent !!! Prenez chips, boisson fraîche, et bonne lecture ^^ !





Nous voici dans la résidence principale des Soma, plus particulièrement dans le cabinet médical d’Hatori. La fin de cet après-midi est douce, claire. La demeure paraît très tranquille…



Hatori : Et quand j’appuie là ça te fait mal ?



Rin : Non.



Hatori : Et là ?



Le Dragon qui suit autant qu’il peut la santé d’Isuzu est donc en train de l’ausculter.



Rin : C’est bientôt fini ?



La voix cassante et brutale de la jeune fille résonne dans la pièce silencieuse. Le médecin, qui écoute désormais le cœur du Cheval, ne répond rien dans un premier temps.



Rin : J’ai pas que ça à faire, moi.



Hatori ne dit toujours rien, continuant son examen comme si de rien n’était.



Rin : Oh, tu m’écoutes ?



Hatori : Respire à fond.



Excédée, l’adolescente s’exécute, non sans quelque mauvaise volonté.



Hatori : Il semblerait que tu te sois bien remise de tes blessures.



Rin : Je n’avais pas besoin de cet examen pour le savoir.



Hatori : Mais tu restes encore très faible… Tu as une tension assez basse.



Rin se lève brutalement, tire un peu sur son haut et s’apprête à partir.



Hatori : Fais attention, Rin.



Rin : Qui es-tu pour me dire ça ? Toi, le docteur emprisonné dans ses mares de glace qui efface les mémoires sans jamais protester ? Pour qui te prends-tu ? Je n’ai d’ordre à recevoir de personne.



Hatori : … C’était un conseil. D’un médecin à sa patiente.



Rin : Je ne veux pas de tes conseils. Je vais très bien !



Elle prend son sac et ouvre la porte.





Hatori : Reste une minute s’il te plaît.



Rin : Pourquoi ?



Hatori : Je n’ai pas fait ton ordonnance.



Rin : Je n’ai pas besoin de médicaments.



Hatori : Pourtant, si tu veux mener ton projet à bien, il t’en faudra. Plus que tu ne penses.



Claquant la porte, Isuzu revient au bureau d’Hatori, le regard noir.



Rin : Mes projets ne te concernent pas.



Hatori : Vraiment ?



Silence. Au dehors, il fait très beau. Quelques feuilles d’érables glissent sur le sol au gré du vent.



Rin : Je n’ai besoin de personne.



Hatori : (soupir) T’opposer de la sorte n’y changera rien…



Rin : Ah oui ??? Et qui es-tu toi, pour me dire une chose pareille ??? Te laisser aller dans ton petit cabinet te plaît peut-être, mais il y a des gens qui…



La jeune fille déglutit difficilement. Sa voix est de plus en plus puissante, pleine d’une colère douloureuse, tout comme le traduit son visage énervé.



Rin : … qui veulent se battre !!! Qui veulent changer les choses !!! Ca ne peut plus durer !!! Je ne veux pas…



Apparemment, elle a beaucoup de mal à trouver ses mots. Ses émotions la dépassent. D’un geste rageur, elle essuie ses larmes qui menacent de couler.



Rin : Tu ne pourras jamais me comprendre !!! N’essaie même pas !!!



Hatori : Je n’essaie pas. Nous sommes juste de la même famille. Je te dis ce que j’en pense.



Rin : Je me fiche de ce que tu peux penser ! Je me fiche de l’opinion d’un type qui n’a même pas lutté pour… pour celle qu’il aime…



Sa voix s’étrangle d’elle-même. Hatori, quant à lui, baisse les yeux, finissant de rédiger l’ordonnance. Puis il regarde au dehors, le paysage si calme du jardin japonais de la vaste demeure des Soma… Tellement calme… Tellement pesante…



*Rin : Je n’ai jamais compris comment il avait pu… La laisser partir, comme ça… Sans même en vouloir à Akito… Sans même essayer de changer les choses… En restant prisonnier, comme figé dans de la neige… Si Akito avait… Je n’aurai jamais pu… le supporter…*



Hatori : Je ne suis pas le seul à m’éloigner de ceux que j’aime pour les protéger.



Les yeux exorbités, elle regarde un long moment le Dragon sans rien dire. Finalement, elle s’écrie avec colère :



Rin : Ca n’a rien à voir !!!



*Rin : Comment a-t-il pu… Comment arrive-t-il à rester ainsi… Si froid…*



Hatori : Tiens, ton ordonnance. Il faudra revenir me voir dans un mois.



*Rin : Peut-être que… Tous les maudits se ressemblent…*



Sans ajouter un mot, elle arrache le papier des mains du médecin.



Hatori : Pourquoi es-tu si en colère, Rin ?



Prise de court par la question, elle ne répond rien, se contentant de fixer Hatori. Puis elle part sans rien ajouter de plus, claquant la porte derrière elle.



*Rin : Il faut que je réussisse…*



Le Dragon, quant à lui, range quelques papiers, puis part sur la terrasse fumer une cigarette.



*Hatori : Bientôt, ce sera l’hiver…*



Il soupire, passant une main dans ses cheveux qui sont restés longs, les yeux perdus dans le vague, tandis que le soleil se couche.





Toujours dans la résidence familiale principale. Shiguré marche dans la nuit d’un pas lent et tranquille, se dirigeant vers la grande maison centrale.



*Shiguré : C’est calme, ce soir.*



Il pousse la porte, se déchausse, puis se dirige vers le salon de cette maison.



Shiguré : Bonsoir. Excusez-moi pour le retard.



Un homme est assis devant une table, le visage fermé, une cigarette brûlant entre ses doigts. Sans lever les yeux, il dit d’un ton rude :



Père de Kyô : Dépêchez-vous, je n’ai pas que cela à faire.



Shiguré : Oui, bien sûr, je comprends.



Père de Kyô : Soma sama n’a pas pu rester pour cette réunion, il se sentait mal.



Shiguré : Ah bon d’accord. C’est vrai qu’il fait encore très doux pour la saison.



Père de Kyô : Mais nous avons longuement discuté. L’enfermement de mon fils est toujours d’actualité, j’espère que vous ne vous méprenez pas à ce sujet, comme cet baka de maître de Dojo.



Shiguré : Mais non, du tout. Cependant, il reste encore beaucoup de longs jours avant que cela ait lieu.



Père de Kyô : Rah ! Je sais ! C’est insupportable ! Malheureusement Sôma sama refuse de précipiter l’enfermement. Pour expier ses fautes, il doit vivre encore un peu plus longtemps dans la compagnie des autres, m’a-t-il dit. Il n’en paiera que plus cher sa peine lorsqu’il sera temps de l’appliquer. J’avoue que c’est un raisonnement qui se tient.



Shiguré : En effet.



L’écrivain remue légèrement et sort son paquet de cigarettes.



Shiguré : Excusez-moi, auriez-vous du feu… ?



Père de Kyô : Oui, bien sûr. Tenez.



Le Chien allume tranquillement sa cigarette puis tire une longue bouffée d’air âcre.



Père de Kyô : Y a-t-il des informations importantes à me faire parvenir, pour ce mois-ci ?



Shiguré : Pas que je sache. Rien à signaler pour ce mois-ci. Kyô san a repris les cours, comme tous les autres, et ils vont bientôt participer à un voyage scolaire. Aucun évènement particulier…



Père de Kyô : Je suis surpris de sa conduite depuis qu’il est chez vous. Il semblerait qu’il soit possible de le dresser momentanément… cet infâme imposteur… Mais faites attention hein…



Shiguré : Il sait se tenir, quand on sait s’y prendre. Ne vous en faites pas.



Un sourire sournois passe furtivement sur le visage de l’Isu, pendant qu’il dépose sa cigarette dans un cendrier.



Shiguré : Il devrait se tenir tranquille jusqu’à la fin de ses études.



Père de Kyô : Je l’espère. Il a fait suffisamment de dégâts comme cela.



Shiguré : Vous ne voulez toujours pas le voir… ?



Père de Kyô : Vous n’imaginez pas à quel point sa vue me répugne. Rien qu’à l’idée de me tenir en face de lui… Ce… Cela me révulse…



L’homme se crispe, à ces simples paroles. Un long silence s’en suit.



*Shiguré : Vous avez peur… N’est-ce pas… Peur de votre propre fils… Peur de ce qu’il est devenu… Peur d’apprécier celui sur qui vous faites peser toute votre rancune… Toute votre souffrance…

Je me demande ce que ça ferait si… Si vous revoyiez votre fils… Cela pourrait avoir… des conséquences intéressantes…*



Shiguré : Je comprends. De toute façon, Kyô san n’a jamais manifesté le souhait de vous voir.



Père de Kyô : Tant… Tant mieux.



Shiguré : Je pense qu’il n’y a rien à ajouter. Je vais aller voir Akito sama pour lui faire part de ce que nous avons dit, autrement dit pas grand-chose.



Un sourire aimable, l’écrivain se lève.



Shiguré : Je vous souhaite une bonne soirée. A bientôt ?



Père de Kyô : Au revoir.



Les deux hommes sortent de la pièce et partent dans des directions opposées.



*Shiguré : Qui sait… ce qui va bien pouvoir se passer ?*



Toujours souriant, une lueur énigmatique dans le regard, Monsieur le Chien toque quelques coups secs à une porte puis entre, la mine réjouie et respectueuse.





Le lendemain matin, à la maison de Shiguré. C’est le week-end. Quelqu’un frappe à la porte. La boulette de riz s’empresse d’aller ouvrir.



Tohru : Oui ?



Inconnue : Tohru Honda ? Je ne sais pas si tu te souviens de moi… Je cherche…



Tohru regarde la jeune femme qui se présente à elle. Elle a de longs cheveux noirs retenus par une queue de cheval, et un grain de beauté sur le visage qui lui rappelle…



Tohru : Oh ! Mais vous êtes une amie de Uotani ?!



Son interlocutrice lui sourit chaleureusement.



Inconnue : Je suis Mia Onmyo. Je faisais partie du gang de loubardes de Uotani et…



Tohru : Et vous êtes venue voir ma mère pour la sauver, un soir ! Je me souviens très bien. Je suis contente de vous voir ! Entrez !



Mia : Oh et on peut se tutoyer…



Tohru : Aucun problème ! Entre, je vais faire du thé !



Mia : Oh non ne te dérange pas pour moi…



Tohru : Pardon, tu es peut-être pressée ?



Mia : …Non ce n’est pas ça !



Tohru : Tu sais, il fait plus frais qu’hier, l’automne s’installe… Un peu de thé chaud ne peut que nous faire du bien tu ne crois pas ? Et puis, cela nous permettra de discuter agréablement! Ah mais si cela t’ennuie…



Devant tant d’enthousiasme, Mia ne peut refuser. Elle entre donc dans la maison en retirant ses chaussures, puis suit la petite Nigiri jusqu’au salon.



Tohru : Installe-toi ! Malheureusement, la maison est déserte, je ne peux pas te présenter aux hommes de la maison. Mais bon une autre fois peut-être. Fais comme chez toi !



Elle repart dans la cuisine en faisant réchauffer une bouilloire, et revient quelques minutes après avec un plateau.



Tohru : Voilà ! J’ai pris quelques gâteaux aussi. C’est toujours plus agréable avec le thé. Tu as pris ton petit-déjeuner ?



Mia ne peut s’empêcher de rire doucement devant tant de sollicitude et de politesse, et répond avec amabilité :



Mia : Ca ira, merci ! Par contre, est-ce que ça te dérange si je fume ?



Tohru : Non non, pas du tout ! Shiguré san fume souvent dans le salon alors ne t’en fais pas. Ah, et Shiguré san est le propriétaire de cette maison.



Mia : Tu ne vis plus avec ta mère… ?



Tohru : Non, malheureusement, elle est décédée il y a plus un an et demi…



Mia : Pardon, je ne savais pas…



Troublée par cette révélation, Mia reste interdite, les yeux baissés vers sa tasse de thé fumante.



Tohru : Ce n’est pas grave. Elle a eu un accident de voiture… Depuis je vis dans cette famille d’adoption, avec Shiguré san et ses deux cousins, Kyô Sôma et Yuki Sôma. C’est un drôle de hasard que je sois tombée ici mais… Je suis très heureuse de vivre avec eux. Ils font beaucoup pour moi.



La boulette de riz esquisse un sourire tellement tendre que cela étonne légèrement l’autre adolescente.



*Mia : Drôle de situation…*



Tohru : Pardon, je suis trop bavarde parfois ! Tu voulais sans doute me demander quelque chose à propos d’Uotani en venant ici ?



Mia : Oui ! En fait j’ai réussi à trouver ton adresse hier, parce que ton grand-père connaît mon père et il m’a dit que tu vivais ici… Je n’avais pas bien compris pourquoi il avait évoqué le nom « Sôma », je pensais que tu étais encore avec ta mère et qu’elle s’était remariée ou quelque chose comme ça… Il ne m’avait pas prévenu que… Enfin bref. Je ne sais pas du tout ce qu’est devenu Uotani depuis le collège, mais comme vous étiez bonnes amies je me suis dit que tu devais avoir des nouvelles… Tu étais la plus proche d’elle à ma connaissance…



Tohru rougit, honorée d’entendre de la bouche de quelqu’un d’autre qu’elle est l’une des personnes les plus proches d’Uotani.



Tohru : Nous sommes toujours amies ! Et nous sommes dans le même lycée. Si tu veux, je te donnerai l’adresse du lycée, comme ça tu pourras venir nous chercher lundi à la sortie ! Je suis sûre que Uo sera très surprise de te revoir ! Vous avez tellement de choses à vous dire, j’imagine…



Mia : Et bien, j’ai toujours beaucoup admiré Uo, c’est pour ça que j’ai fait mon possible pour l’aider. Mais après j’ai du déménager, pour me faire oublier de mon gang… Aujourd’hui je voudrais juste savoir… si elle va bien…



Tohru : Elle va très bien ! Elle sera heureuse de te revoir, c’est certain. Elle a les cheveux longs maintenant tu sais ? Je lui ai dit qu’elle pourrait devenir mannequin.



Mia : Mannequin ? Ouah !



Tohru : Elle est très jolie, elle est grande et elle est très forte ! Si elle voulait, je suis sûre qu’elle pourrait. Enfin, on verra bien…



Brusquement, la boulette de riz songe à Kureno…



*Tohru : J’espère que Kureno contactera Uo, un jour…*



Mia, qui remarque que Tohru reste soudainement pensive, prend une gorgée de son thé et attrape un petit gâteau.



Mia : Vous êtes dans la même classe ?



Tohru : Oui ! Nous formons un petit groupe avec Saki Hanajima, une autre très bonne amie. J’espère qu’on restera longtemps aussi soudées.



Mia esquisse un petit sourire.



Mia : Il n’y a pas de raisons que ça change…



Tohru : Non, c’est vrai ! Il faudrait beaucoup pour briser notre amitié. Personnellement, je doute que ça puisse arriver un jour, sauf si je fais une erreur. Je les aime tellement !



Mia : Ca se voit. On sent votre attachement quand tu parles.



Tohru : Je suis tellement fière d’avoir des amies comme elles ! Elles sont exceptionnelles.



Mia continue de sourire, puis regarde sa montre.



Mia : Oh, pardonne-moi, je vais devoir y aller. Je suis revenue dans cette ville parce que j’avais plusieurs affaires à régler et… Je suis désolée de partir aussi précipitamment…



Tohru : Mais non ce n’est rien ! Attends je vais te donner l’adresse du lycée… Nous finissons à trois heures, lundi. Enfin je te laisse le numéro de chez moi si il y a un problème.



Tohru griffonne sur un morceau de papier plus d’informations que nécessaire et le donne à la jeune femme.



Mia : A lundi, et merci !



Tohru : De rien ! A lundi !





Autre lieu, autre moment. C’est l’après-midi, après cette rencontre entre Mia et Tohru. Kakeru est dans la rue, l’air tout à fait enthousiaste, un grand sourire collé sur son visage.



*Kakeru : Ouaaaaais je vais voir mon idole !!! Nous avons tellement à nous dire !!! Il faut qu’il me conseille, qu’il me donne des tuyaux pour mon avenir au sein du lycée !!!*



Un petit bout de papier dans la main, il parcourt les rues à pas rapide.



*Kakeru : Bon, là je dois prendre à gauche et normalement… J’y suis !!! Heureusement que je n’ai pas mis Yun-Yun au courant : il aurait peut-être pété les plombs si je lui disais que je demandais conseil à son frère.*



En fait, Kakeru avait fait connaissance avec Ayamé au lycée. Le Serpent avait eu la bonne idée d’aller chercher son frère un soir pour boire le thé, chose que bien sûr le Rat avait complètement refusée (« Tu peux toujours courir !!! » avait-il répondu). Mais Kakeru, qui était un peu plus loin, avait assisté à cette révélation divine : oui, Ayamé Sôma, frère de Yuki Sôma, était à daté de cet instant son idole jusqu’à ce que la mort les sépare. Echangeant quelques mots que seuls les marginaux dans leur genre pouvaient comprendre (Yuki était donc à côté totalement à la ramasse), Kakeru eut aussitôt l’envie de se rendre à la boutique d’Aya pour la visiter et discuter un peu plus avec son Sempaï attitré.



Arrivé à la boutique, le jeune adolescent reste un moment baba d’admiration devant la façade. Puis il entre et découvre Ayamé en pleine discussion animée avec un client apparemment fortuné, assez ventru, une cigarette plantée dans sa bouche.



Ayamé : Ahhh excellent choix monsieur ! Le costume d’hôtesse de l’air vous irait à ravir ! Laissez ma douce assistante prendre vos mesures ! Par ici !



Le Serpent voit ensuite Kakeru rentrer et se précipite vers lui.



Ayamé : Mon élève !!! Mon disciple !!!



Kakeru : Mon aîné !!! Mon maître !!!





Lorsqu’ils arrivent à une distance raisonnable, Ayamé prend l’adolescent par les épaules.



Ayamé : Alors, comment trouves-tu ma caverne des fantasmes ?



Kakeru : Somptueuse ! Enfin, elle n’est pas assez black pour moi j’ai l’impression mais géniale !



Ayamé : Ah je comprends ! Le noir, une couleur terrible ! Comme le dit un certain précepte : pour vivre heureux, vivons cachés ! Et buvons à notre santé !



Kakeru : Tout à fait !!!



Les deux jeunes hommes vont s’installer à une table. Miné leur apporte peu après une bouteille remplie d’un liquide non identifié, souriant agréablement au nouvel invité, puis repart s’occuper du client.



Ayamé : Alors, tu désires avoir tous les secrets pour être parfaitement black, noir quoi ?



Kakeru : Exactement ! Je le suis déjà, mais je veux pousser encore plus loin ! Je veux que cela rayonne jusqu’au bout de mes ongles !!! Comme vous, Prince !



Ayamé : Ahhh je comprends ! Mais moi je suis technicolor !!!



Kakeru : Comment avez-vous pu réussir ce prodige ???



Ayamé : Un travail de longue haleine, ma foi !!! Il te faudra beaucoup de cran, du panache et de la volupté !!!



Kakeru : Je prends note cher Sempaï !!! Parlez-moi encore !!!



La discussion totalement incohérente continue de la sorte, jusqu’à ce que l’on évoque Yuki.



Ayamé : Au fait, comment va mon petit frère adoré ?



Kakeru : Yun Yun ? Il semblerait qu’il vous ressemble de plus en plus !!! Mais je me garde de lui dire. Le Prince Yuki Sôma a encore de beaux jours devant lui, s’il continue comme ça. C’est un grand bonhomme, malgré ses airs de jeune fille !



Ayamé : Assurément ! Je lui réserve une petite surprise… Je devrais repasser dans votre lycée bientôt…



Kakeru : Vraiment ?! Oh, mon maître, si vous venez, n’oubliez pas de venir me saluer !!!



Ayamé : Je n’y manquerai pas allons !!! Vous êtes l’un de mes disciples préférés !!!



Kakeru (air modeste) : C’est un grand honneur, pour moi.



Ayamé : D’ailleurs, mon deuxième disciple ne devrait pas tarder à nous rejoindre.



Kakeru : Oh, un autre disciple ? Fantastique !!! De quelle couleur est-il ?



Ayamé : Difficile à dire pour le moment. Mais bientôt, il rayonnera, comme nous tous !!!



Kakeru : Avec vous, il ne peut en être autrement !



Ayamé : N’est-ce pas ? AH AH AH !!! (rire à la Ayamé, vous aviez bien sûr noté)



Un jeune homme sort d’une cabine d’essayage. Il a de longs cheveux retenus en une queue de cheval, le visage aux traits fins, et porte de riches vêtements élégants : une chemise en soie noire, une cravate blanche et un pantalon blanc.



Ritsu : Ohhhh pardon de vous dérangez excusez-moi je ne savais pas que tu avais un invité Ayamé !!! Pardoooooon je vais revenir plus tard !!! Je ne suis qu’un parasite et je vous interrompt dans votre conversation probablement passionnante avec ma présence tout simplement ennuyeuse !!!! Excusez-moiiiiiii !!!



Le Serpent, mort de rire, se lève à la vitesse de l’éclair et prend le Singe par les épaules.



Ayamé : Allons allons arrête de paniquer !!! Nous t’attendions !!! Permets-moi de te dire que le costume que je t’ai choisi te va à merveille !!!



Kakeru : J’approuve !!!



Ayamé : Kakeru san, voici Ritsu, un de mes proches parents et surtout un de mes plus fervents disciples !!! Il a un rendez-vous galant ce soir alors j’essaie de le mettre en valeur du mieux possible… Tu es sûr que tu ne veux pas que je te prête mon manteau en léopard ? Je suis sûr qu’il t’irait à merveille !!!!



Le visage de Ritsu s’empourpre rapidement.



Ritsu : Non je… euh…



Ayamé : Non c’est vrai tu as tout à fait raison, j’allais le dire !!! Le léopard n’irait pas vraiment à ton teint. Et puis, il faut faire déborder la testostérone qui brille en toi.



Kakeru : Je suis vraiment ébloui. Venez voir un verre avec nous, Ritsu san !!!



Ritsu : Euh oui mais…



Il n’a pas le temps de finir sa phrase : Ayamé l’a déjà entraîné vers la table avec une certaine brusquerie. Mais au passage, le pied de Ritsu heurte la table et fait renverser un verre.



Ritsu : PARDONNEZ-MOIIIIIII !!!!!!!! Je ne l’ai pas fait exprès je m’excuuuuse !!! Pardonne-moi ô Boudha d’être aussi maladroit !!! Excusez-moiiiii j’ai gâché toute votre journée à cause de ma maladresse incontrôlable !!! Je suis la pire créature qui puisse exister sur cette terre pardon PAAAa…



Le Serpent l’arrête net en lui donnant un petit coup de bouteille au niveau des coudes.



Ayamé : J’adooore ce truc que Shiguré m’a filé ! Ca le calme direct ! Allez buvons buvons ne perdons pas de temps !!! Que les liens de l’humanité se tissent entre nos esprits et que notre cœur s’élève par-delà les cieux vers l’univers inaccessible réservé aux étoiles !!!



Kakeru : Oui !!! Quand il n’y en a plus il y en a encore !!!



Ils trinquent joyeusement pendant que le Singe se traîne jusqu’à la banquette.



Kakeru : Au fait, Ayamé-sempaï, vous avez parlé d’un rendez-vous galant pour ce jeune homme en fleur ?



Ayamé : Oui !!! Figure-toi que l’éditrice de Shiguré, notre cousin à moi et Yuki, il a dû t’en parler…



Kakeru : Oui ! Il m’a dit que c’était un pervers dangereux. Une personne admirable, probablement.



Ayamé : Tout à fait, c’est l’amour de ma vie !!! Mais revenons à nos génisses. Je disais donc que Ritsu avait rendez-vous ce soir avec cette fameuse éditrice pour manger des Takoyakis paraît-il… Tu devines aisément ce que cela signifie…



Kakeru (solennel): Oui… Cela veut tout dire…



Ritsu : Euh… Qu’est-ce que ça veut dire ?



Ayamé boit une grosse gorgée de sa boisson étrange puis commence à déclamer :



Ayamé : Et bien, mon cher cousin, tu sais que les Takoyakis sont des gâteaux aux propriétés magiques… On raconte que c’est un berger dans la montagne qui a trouvé la recette un jour en se promenant dans la campagne et qui a crié : « Eurêka ! » quand l’idée frappa son esprit comme la foudre. Composé de nombreuses couches d’aliments colorés et aux propriétés puissantes, il est le met le plus apprécié des esprits profonds et créateurs…





[N.D.L.A : je n’ai aucune idée de ce que peut être les Takoyakis et de leur origine. Tout ceci n’est qu’un délire de notre Serpent préféré ^^]



Un silence s’installe, pendant que Kakeru approuve de signes de têtes entendus son aîné et que Ritsu regarde tour à tour les deux jeunes hommes. Ritsu se risque à demander la suite :



Ritsu : Et… ?



Ayamé : Et bien, maintenant, il faut boire en attendant ce soir !!! Santé !!!



Le Serpent et l’adolescent trinque pendant que Ritsu, complètement largué, trinque lui aussi timidement. L’après-midi se poursuit ainsi, ponctuée d’éclats de rire tonitruants de Ayamé et de crises d’hystérie habituelles de Ritsu. Kakeru rentre chez lui gonflé à bloc, et un prototype d’uniforme pour l’Armée de Défense des Elèves sous le bras.



Le premier volet des rencontres improbables est terminé ! J’espère qu’il vous aura plu. Pour le prochain numéro, au programme : sex, drug and rock’n’roll, comme d’habitude quoi.



[Shiguré : Ayamé, my love, tu es toujours aussi sublime. Il faut que je vois ce Kakeru un de ces jours !!!

Ayamé : Hasta la vista baby !!! Comme tu m’as manqué!!! Viens dans mes bras !!! Je vais tout te raconter à son sujet !!! Mon divin bien-aimé !!!

Shiguré & Ayamé en coeur: Yes!!!!

Hatori : Franchement… Vous pourriez arrêter de temps en temps…]



A bientôt !!!



********



Vous pouvez poster vos commentaires ici-même ^^ ou sur un autre topic que j'ai fait il y a longtemps, pour des remarques plus générales:



https://net-hive.com/furuba/Forum/phpBB2/vi...p=144918#144918



Et où il y aura prochainement la liste de tout ce que vous pouvez trouver sur moi en rapport avec Furuba.
Mimi
ADDDDDDDDDDDDDDDIIIIIIIIIIIIIICCCCCCCCCCCCCCCCCCTTTTTTTTT!!!!

t fics sont merveilleuses^^

BRAVOOOOOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!
addict
Merci beaucoup huh.gifje suis très touchée ;)
Selphie
QUOTE
(à noter que je viens de remarquer une petite erreur: sur le site on passe du chapitre 2 au chapitre 4 on dirait, donc du coup le dernier chapitre est le 5, alors que c'est le 4, mdr enfin bref)


Oooops, il était temps qu'on arrête XD
Taoundara
Je suis toujours aussi fan de toi Addict ^^



Tu as un style d'écriture très agréable et "entrainant", à chaque fois j'ai envie de passer au paragraphe suivant pour savoir ce qu'il raconte (je rappelle que je déteste lire...)

En plus, ton "extra-time" est super inovant : parler de Fruits basket tout en te basant sur Takaya sensei mais en y ajoutant ta touche personelle, du grand art :) Tu n'en fais pas trop, tu mets juste ce qu'il faut pour que ça reste crédible dans l'histoire, gé-nial :)



Encore d'autres, pleaze ^^
addict
Selphie : Mdr XD de toute façon mes chapitres paraissaient tellement longs qu'on aurait pu en effet facilement en compter plus qu'il y en avait! :P Bref! Point grave ^^



Taoun: Ouah merci beaucoup pour cette analyse on ne peut plus flatteuse! Je me colle au chapitre suivant dès que j'en aurai fini avec la fic sur la secte ;) (faudrait peut-être, un jour, que j'arrête de faire 1000 trucs en même temps XD)

En tout cas merci encore, vraiment, c'est très encourageant comme message rolleyes.gif
lexa
addict tu écris toujours aussi bien tongue.gif
addict
Marci beaucoup lexa ;) ^^
Hana-Chan
Bravo Addict !!!! c'est vraiment bien ce que tu fais !!!
Anzu
C'est génial, Addict ^^ Bravo ^^
addict
Merci beaucoup les filles ;)
loulou2a
Addict j'ai lu tous les chapitres d'un seul coup et j'adore



j'ai vraiment hate de lire la suite





les commentaires de shiguré sont super , et trop droles



alors bravo et continues
addict
Merci loulou2a ^^ vais essayer de la continuer dès que possible.
tomoyo
au bébut je me suis dit c'est quoi ça "extra time" mais dès que j'ai lu le concepte je me suis dit "sacrée addict! y a qu'elle qui peut penser à un truc aussi bien".



vraiment addict t'as eu une idée de génie rolleyes.gifj'ai lu tous les chapitres d'un coup comme loulou2a et je me suis trop marée, trop style est toujours aussi géniale, continue comme ça tongue.gif
addict
Merci encore loool ^^ oui je fais jouer un double sens de l'expression "extra-times" qui veut dire passe temps en vérité, ce que j'évoque, mais aussi une sorte "d'extras" à la série à ma façon ;)



Bref! Je suis très touchée par vos encouragements ^^ je suis désolée d'être un peu lente, en fait, je mets beaucoup de temps à m'y mettre, mais très peu pour écrire! XD Faut donc me laisser le temps de bien préparer ma tête pour être suffisamment déjantée :P



Je vous donne un aperçu des rencontres qui seront évoquées dans les chapitres à venir (dans le désordre):



Kazuma – Kureno

Yuki – Megumi

Kagura – Hichitaka (un de mes personnages inventés ^^)

Hanajima – Akito

Momiji – Machi

Kyô – Hiro/Kisa

Kyô – Tohru ^^ (je sais, cette rencontre n'est pas surprenante, mais euh, je voulais trop leur faire un petit truc en tant que pro-kyô XD)



A noter que les combinaisons sont susceptibles de changer... Je ne suis pas encore tout à fait fixée!
Anzu
Hana/ Akito ...

J'en salive d'avance ^^

Et Kazuma / Kureno n'en parlons pas XD deux bô mecs comme je les aime *-* XD
addict
Lool ^^ Hana et Megumi, le duo de choc: au moins l'un des deux devait rencontrer Akito, même furtivement, cela me paraissait tout à fait incontournable, et surtout intéressant à imaginer :P



Quant à Kureno Kazuma rah ^^ Special K ahahah (hum, comprendra qui voudra XD)
Sakuraflower
Ah je sais ovus avez pas poster ici depuis un bout de temps mais je voulais juste dire :
KYYYYYYYAAAAAAAHHH!!! J'adore tes fics elles sont trop bien !!! Je viens de passer les meilleures heures de mes vacs je crois !! Je suis trop contente de mettre decider a lire toutes les fics du fofo (oui j'en ai encore pour demain je sais lol) Ahh mais je suis trop triste d'avoir deja termine!! En lisant je croyait lire vraiment Fruits Basket tellement c'est bien, en plus ca correspond tres bien a FB ca suit bien l'histoire, ca aurait pu etre dans l'histoire!! Oh.. pk ca l'est pas TT-TT En plus je trouve que la mise en forme est parfait pour k'on ne s'embrouille pas, le deroulement de l'hisoire auusi est tres bien. Le mieux ce ke : C'est long et j'adore!!!! Ah j'avai pas ressenti ce plaisir de lire depuis que j'avais enchainer plein de tome de FB quand j'ai decouvert que y'aV la suite en livre de l'anime (ahh je sais je suis trop niaise..)
/me admire Addict

Aussi si qqun voit ce mess est-ce que il y a encore une suite qui est deja sortie mais pas ici? (/me trouve les fics d'Addict trop magifiques *-* et veux pas que ca s'arrete non pitie non!)
the_free_cat
Bon...c'est vrai que j'aurai pu voir la note en haut de la page des fics, qui disait que la suite était sur le forum, mais y'a des fois ou des "petits détails" nous échappent !!! C'est d'ailleurs "ces petits détails" qui ont fait que j'ai mis si longtemps à comprendre qu'il y avait un forum, comment faire pour m'y inscrire, et enfin m'y inscrire (non non, je ne suis pas le frère de caché de notre nigiri internationale) !!!

Mais enfin, si je m'y suis inscrit, c'est pour TA fic, Addict !!! excl.gif

Mon attente a été aussi horrible que quand on a vu le FB tome 11 reporté quinze mille fois !!!! blush.gif

Sakuraflower : Tu n'es pas la seule à poster ici après la bataille !! mdrrr

QUOTE
Aussi si qqun voit ce mess est-ce que il y a encore une suite qui est deja sortie mais pas ici? (/me trouve les fics d'Addict trop magifiques *-* et veux pas que ca s'arrete non pitie non!)


Moi aussi ça m'intéresse !!! Moi aussi je veux pas que ça s'arrête !!!
joliekisa
ohh,addict-chan,je ne savais pas ke tu avais fait une suite ici *-*

alléééééé,te fais pas priere,la suiiiiiitheuuuuu!!!! *o*
en tout cas,magnifik,c vraiment,on dirai vraiment ke c ancré ds l'histoire *___*
This is a "lo-fi" version of our main content. To view the full version with more information, formatting and images, please click here.
Invision Power Board © 2001-2005 Invision Power Services, Inc.