> [Kotoko], new - 8/11 - Itsumademo Issho chapitre 31
Kotoko
posté Jan 10 2006, 07:56 PM
Message #1


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Listing des créations (IMG:http://membres.lycos.fr/guiltyglance/kotoko-test.gif) (Fait par shizuku)
  • Last update - 30/10/06
-----------------------------------
Itsumademo Issho - Chapitre 31- >>Ici
Cadeau pour TFC -
>>Ici
-----------------------------------

* = [explicit content] réservé aux + de 18 ans
* = [spoilers]
Go to the top of the page
 
+Quote Post
2 Pages V   1 2 >  
Start new topic
Réponse(s) (1 - 19)
Kotoko
posté Jan 10 2006, 08:04 PM
Message #2


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Oneshots FB (suivant La Voie® Kotoko inc.):Part I
  • Mayuko*


    Elle se promène de long en large au travers de la maison...
    Un an maintenant qu'ils étaient mariés...un an ou elle vivait pleinement son amour pour le médecin...
    Elle s'approcha de la fenêtre et regardait au dehors son mari qui soignait Momo qui s'était blessée en tombant pendant qu'elle jouait avec Momiji.
    Sa main passa sur son ventre bien rebondi...
    Il lui avait interdit de sortir et de risquer de perdre cette petite vie qui naissait en elle...
    Le début de sa grossesse avait été en effet très mouvementé...
    Elle avait du se résoudre alors à mettre sa profession entre parenthèses pour cette année du moins....
    Elle regarda sa montre...

    Il est tout juste quatre heure,
    Je frôle la fenêtre, et mon coeur
    Et pendant que tu sauves des vies
    Moi je sauve mes esprits...

    Je pourrais être ta lance
    Car mes yeux sont des torrents.
    Torrents d'amour, torrents tout court...
    Mais c'est notre secret défense


    Son mari leva les yeux vers elle et lui sourit...
    Momo sautait au cou de son "guérisseur" et chantait à tue tête accompagnée par son frère...
    Tous riaient de bon coeur...Tous sauf elle...
    Trois mois...Trois mois qu'elle n'était pas sortie du Manoir....

    Cette fois le plancher est humide
    Et sur ce vernis tout réside.
    Mes nuits, mes envies et mes doutes
    Je ris, je dis et puis j'écoute...


    Elle vit le jeune couple arriver...elle aussi attendait un enfant...mais elle pouvait sortir...
    Son mari alors se dirigea vers eux, les salua puis ils rentrèrent vers le cabinet du médecin....
    Elle regarda à nouveau sa montre...

    Il est tout juste cinq heure
    C'est drôle cette fenêtre me fait peur
    Et pendant que tu sauves des vies
    Voici une heure que je m'ennuie...




  • Mi-chan*

    Elle avance fébrilement dans la forêt…
    Elle sait…elle sait…
    Elle avance…
    Elle pense à lui….
    Elle regarde sa montre. Elle regarde autour d’elle…
    Elle arrive enfin…Elle frappe…
    Rien…
    Elle frappe encore…
    Toujours rien….

    Il y a des jours ou le monde me dégoûte
    Il y a des jours ou je regrette certaines choses
    Que j’ai pu dire ou bien faire…


    Elle s’assoit devant le pas de la porte et se met à pleurer…

    Il y a des jours ou j’ai envie de mourir
    Car je ne supporte plus de souffrir…


    Elle remarque alors un minuscule bout de papier….
    Elle l’attrape et le lit...

    "Je suis parti en promenade ! "

    Soma Shiguré.

    P.S : Ne m’attendez pas !!!


    Il y a des jours ou je crois que plus personne ne m’aime…
    Il y a des jours ou je me dis que le monde est immonde…


    Elle ouvre son sac…
    Elle en sort un objet qu luit au soleil…

    Il y a des jours ou je me demande…si je serais encore là demain…

    Elle rapproche vers elle l’objet brillant…Ses larmes brouillent sa vue…

    -Voix : Oh ! Mi-chan ! Pas devant ma porte !!!
    Elle se retourne et distingue à travers ses larmes l’objet de sa peine…
    -Mi-chan : Shiguré-sensei !!!!

  • [pop=Shiguré*]

    Dans son bureau l’écrivain pense…Il songe à un nouveau roman….
    Il doit l’écrire sinon elle essaiera encore de se donner la mort sur le pas de sa porte…
    Mais son esprit vagabonde…

    Sommes-nous finis pour l'instant,
    Ou est-ce pour de bon,
    Y aura-t-il quelque chose à temps ?
    Qu'il y aurait avec nous.

    La seule fille pour moi c'est toi
    Il ne peut y en avoir une autre
    Si je n'avais pas la foi
    J'aurais détruit

    Tant de promesses dans tes yeux
    Il semble que moi seul peut les voir
    Cela m'a toujours fait me demander
    Si tu les sauves toutes pour moi


    Il leva les yeux et son regard fit le tour de la pièce…et s’arrêta…
    Ses yeux se bloquèrent sur une fleur en papier…

    Peut-être le fais-tu
    Peut-être ne le fais-tu pas
    Peut-être le feras-tu
    Probablement pas...

    Parce qu'il y aura...

    Il y aura d'autres mecs
    Qui vont murmurer dans ton oreille
    Ils disent qu'ils vont chasser ta tristesse
    Et tes peurs

    Ils vont peut-être être gentils et vrais
    Ils vont peut-être être bons pour toi
    Mais ils ne prendront pas soin de toi
    Plus que je ne le fais


    Il regarda alors à coté de cette fleur cette photo….
    Celle qu’il aime…La seule qu'il ait jamais aimé...
    Son mariage…avec un autre…

    Je serais toujours là
    Là jusqu'à la fin
    Je ne peux pas faire plus
    Mais être ton seul vrai ami
    Jusqu'à la fin
    Pendant la fin
    Nos vies à passer
    Avec l'autre jusqu'à la fin
    Des temps...

    Toujours les promesses dans tes yeux
    Et toujours à me demander si c'est pour moi
    Mais je sais que c'est toujours là
    Même quand tu dors


    Il se leva…prit son calepin et son stylo…
    Il se dirigea vers la sortie….
    Il gribouilla quelques mots et le laissa tomber...
    Il avait besoin de sortir et de voir…
    Il avait une idée pour son prochain livre….

    Donc je dis, bonne nuit douce fille…

    ____________________


    Il s'agit de la traduction de "Good Night Sweet Girl" que j’ai utilisé pour les pensées…

    "Good Night Sweet Girl", Ghost Of The Robot

    Are we done for now,
    Or is this for good,
    Will there be something in time ?
    With us there should.

    Only girl for me is you
    There can be no other one
    If I didn't have faith
    I would come undone

    So much promise in your eyes
    Seems that I can only see
    It always makes me wonder
    If you save it all for me

    Maybe you do
    Maybe you don't
    Maybe you should
    Probably wont...

    Because there will be...

    There will be other guys
    Who will whisper in your ear
    Say they'll take away you sadness
    And your fears

    They may be kind and true
    They may be good for you
    But they'll never care for you
    More than I do

    I'll be always there
    There to the end
    I can't do much
    But be your one true friend

    To the end
    Through the end
    Our lives to spend
    With each other till the end
    Of time...

    Still see the promise in your eyes
    And still wonder if it's for me
    But i know it's still there
    Even when you sleep

    So I say, good night sweet girl...


  • [pop=Saki*]

    Elle coupe et coupe encore....
    Sans jamais s'arrêter...
    Sans fin....

    Tout ce temps
    J'ai su qu'un jour tu devrais chercher
    Quelque chose que tu as laissé derriere toi
    Quelque chose que je ne peux te donner...


    Elle vérifie la chaleur....
    Se lave les mains.....
    Et recommence....

    Toutes ces larmes...
    Comme la nuit, l'amour s'en va...
    Mais le coeur aime à se souvenir
    Et la mémoire n'oublie jamais...

    Tout ce temps
    Indéfiniment
    J'ai n'ai aucun regret...
    Le soleil brille et se leve toujours
    Le coeur pardonne et oublie
    Mais que vais je faire à présent de tout ce temps...


    Elle trempe le tout...
    Nettoie ses mains et sort de la pièce...
    Elle arrive au salon et prend un livre....
    Elle en sort une photo cachée...
    Elle à cette époque là...

    Un autre baiser
    Bien qu'on en soit arrivés là...
    Je ferme les yeux
    En espérant que tu te souviennes...

    Tout ce temps
    Indéfiniment
    J'ai n'ai aucun regret...
    Le soleil brille et se leve toujours
    Le coeur pardonne et oublie
    Mais que vais je faire à présent de tout ce temps..


    Des larmes naissent sur ses yeux noirs...
    L'une d'entre elle roule sur sa joue...
    Une main chasse cette larme...
    Elle relève la tête...

    Au revoir...
    Plus tard nous reéssaierons...
    Mais ne t'excuse pas pour tes larmes
    Je pleure avec toi...

    Tout ce temps
    Indéfiniment
    J'ai n'ai aucun regret...
    Le soleil brille et se leve toujours
    Le coeur pardonne et oublie
    Mais que vais je faire à présent de tout ce temps..


    Elle se jette dans ses bras...
    -Saki: Mes ondes...Ce doit être à cause de mes ondes....
    -Voix: Ne pleure plus...Ce n'est pas ta faute....
    Elle regarde l'homme qu'elle aime...l'homme qui partage sa vie depuis près de deux ans...
    On dirait que le temps n'a pas d'impact sur lui...
    Il lui sourit...doucement...tendrement...
    -Kazuma: Nous aurons cet enfant une prochaine fois....
  • Hiro*
    Il s'avance vers son nouveau lycée....
    Elle...elle ne sera plus là...

    J'me sens trahi,
    J'me sens blessé,
    Car toute ma vie
    S'est envolée

    Je l'ai aimé
    Et je l'aime encore
    J'me suis relevé
    Pour n'pas être mort
    J'ai affronté
    Tous mes torts
    J'ai tant pleuré
    Et qu'est-ce qui sort?
    Du sang versé
    Je saigne encore


    Il se reprend...
    Ne pas pleurer....
    Je suis un grand....

    J'avais beau sourire
    J'suis amoureux
    Mais ce qui est pire
    Chuis pas heureux

    Elle est si distante
    Je ne sais plus rien
    Elle est si troublante
    Je n'vais plus bien...


    Puis il arrive...
    Du mieux qu'il peut il se faufile....
    Un endroit juste pour lui....

    Ce qui fait mal s'en va
    Laisse sa place au malheur
    Je ne sais pas qui saura
    Pourquoi en ce moment je meurs
    Tu ne le sais pas,
    J'ai si mal au coeur
    Tu t'en fais, n'est-ce pas?
    Moi, j'ai compris mon erreur
    Je t'en supplie pardonne moi
    Je n'ai pas été a la hauteur
    Je voulais être avec toi
    Mais je n't'ai pas apporté de bonheur...


    Elle...il l'aime depuis toujours....
    Mais par sa faute...
    S'en prendre à l'autre....

    Je suis toujours le même
    Désolé si ca te choque
    Mais même dans cette pièce rauque,
    Je peux te crier que je t'aime


    Onee-chan...
    Pourquoi était elle si proche d'elle...
    Pourquoi l'a t il insulté...une fois de plus...
    Une fois de trop....

    Il ne me vient qu'un seul nom
    Le tien ma source d'inspiration
    Auquel j'allie tant d'émotions,
    pour dire que je t'aime, toi qui n'a pas de nom...

  • Yuki*

    Il la regarde endormie....
    Il sait que le bonheur existe....
    Oui auprès d'elle...

    Puisque demain l'on se marie
    Apprenons la même chanson
    Puisque demain s'ouvre la vie
    Dis moi ce que nous chanterons

    Nous forcerons l'amour
    A bercer notre vie
    D'une chanson jolie
    Qu'à nous deux nous chanterons
    Nous forcerons l'amour
    Si tu le veux, ma mie
    A n'etre de nos vies
    Que l'humble forgeron


    Elle remue...se tourne...
    Il l'observe ému...
    Jamais il n'aurait pu imaginer...

    Puisque demain l'on se marie
    Apprenons la même chanson
    Puisque demain s'ouvre la vie
    Dis moi ce que nous y verrons

    Nous forcerons nos yeux
    A ne jamais rien voir
    Que la chose jolie
    Qui vit en chaque chose
    Nous forcerons nos yeux
    A n'etre qu'un espoir
    A deux nous offrirons
    Comme on offre une rose


    Son regard caresse le drap...
    Ses yeux dessinent ses courbes....

    Puisque demain l'on se marie
    Apprenons la même chanson
    Puisque demain s'ouvre la vie
    Dis moi encore ou nous irons

    Nous forcerons les portes
    Des pays d'orient
    A s'ouvrir devant nous
    Nous forcerons, ma mie
    Le sourire des gens
    A n'etre plus jamais
    Qu'une joie qui soupire


    Elle ouvre les yeux et lui sourit....
    Il l'embrasse...
    Elle pose sa main sur son ventre...
    Boum
    -Emma: Tu as senti?
    -Yuki: Oui...
    -Emma: Tu es nerveux pour demain?
    Il se penche pour l'enlacer...
    -Yuki: Non...je n'ai aucune raison de l'être...

    Puisque demain s'ouvre à la vie
    Ouvrons la porte à ces chansons
    Puisque demain l'on se marie
    Apprenons la même chanson



    Avec l'aide de "Demain l'on se marie" (J.Brel)

  • Emma*


    Elle se regarde dans le miroir et ne se reconnait pas....
    Toc-toc
    -Emma: Oui...
    -Noa: Que...tu es belle...tu lui ressemble tellement...
    -Emma: Merci...
    -Noa: Allons y...

    Elle remonte cette allée drapée de rouge...
    Ils se regardent...
    Elle continue d'avancer...
    Mais ne détache pas son regard du sien...

    Comme un beau levé du jour, ton amour un jour est arrivé
    Grâce à toi il a cessé de pleuvoir et le soleil est de nouveau apparu
    Illuminant mes nuits vides


    Il lui sourit...

    Depuis que je t'ai connue, toute ma vie a changé
    J'ai su en te regardant qu'enfin la fin, s'éloignerait la douleur
    Que nous serions deux à jamais

    Amoureux, toujours de mains, éternellement
    Si je ne t'avais pas connu je ne sais pas ce qu'il serait advenu de moi, mon amour
    Sans ton regard amoureux je ne sais pas si je pourrais vivre


    Ils se fixent...
    Il lui sourit...

    Sans le battement de ton cœur

    Le monde est plus froid

    Rien n'aurait de sens
    Si je ne t'avais jamais connue


    Elle se retrouve seule face à lui...
    Avec lui face au monde...

    Toute ma vie j'ai rêvé avec de ton arrivée, mon amour

    Il lui prend la main...

    C'est ainsi que je t'ai imaginé, aussi belle qu'une fleur

    -Voix: Nous allons commen...
    Mais ils n'entendent plus le bruit qui les entoure....

    J'ai su que nous serions toujours deux
    Amoureux, toujours de mains, éternellement
    Si je ne t'avais pas connu je ne sais pas ce qu'il serait advenu de moi
    Sans ton regard amoureux je ne sais pas si je pourrais vivre


    Elle lit au fond de ses yeux...

    Sans le battement de ton cœur

    Ce que lui peut voir aussi en elle...

    Le monde est plus froid

    Il lui passe son alliance...

    Rien n'aurait du sens
    Si je ne t'avais jamais connu


    Puis à elle.....
    Que serait-il advenu de moi
    Rien n'a de sens
    Si ce n'est pas avec toi


    Ils se regardent encore une fois...
    Je ne sais pas
    Ce qu'il serait advenu de moi


    Il soulève le voile...

    Que serait-il advenu?
    Non non, sans ton regard amoureux je ne sais pas


    Il l'embrasse d'un doux et long baiser...

    Si je pourrais vivre...

    Des larmes naissent dans ses yeux...
    Du revers de sa main, il chasse les larmes...

    Sans le battement de ton cœur

    Elle lui sourit...

    Sans toi, le monde est plus froid

    Il baisse les yeux...
    Et pose sa main sur son ventre...

    Rien n'aurait de sens si je ne t'avais jamais rencontré

    Elle pose ses mains sur les siennes...

    Rien n'aurait de sens si je ne t'avais jamais rencontré


    Alors si vous voulez savoir avec quoi j'ai fait les pensées,c'est "Si no te hubiera conocido" de C.Aguilera et L.Fonsi...
  • Luna*

    Elle est à l'intérieur avec elle....
    Elle regarde par la fenêtre....
    Il pleut...

    Une goutte d'eau est tombée du ciel
    Et sur mon carreau là, elle ruisselle
    Elle glissera dans le caniveau
    Pour aller grossir un petit ruisseau


    Elle regarde "Gikito"*...
    Elle l'aime vraiment...
    Elle est belle et gentille...
    Et elle ne sera plus seule...

    Ce petit ruisseau devenant rivière
    Rejoindra un jour les bords de la mer
    La goutte chauffée par notre soleil
    Deviendra buée là-haut dans le ciel


    Elle n'a pas oublié sa maman...
    Mais même à son âge
    Elle sait que la vie continue...

    Dans un gros nuage elle s'entretiendra
    Avec d'autres gouttes du vent et du froid
    Et puis tout à coup elle retombera
    Sur mon carreau gris vous savez pourquoi.


    -Gikito: Tu viens Luna c'est l'heure de ton goûter.
    -Luna: J'arrive Gikito!!!!
    Elle est une petite fille heureuse...

    Donnez moi une petite clé
    s'il vous plaît
    pour ouvrir la porte au soleil
    donnez moi une petite clé
    je vous prie
    pour fermer la porte à la pluie
    une clé qui fait clic
    une clé qui fait clac
    et voilà !



    *Gikito= Gibo (belle-mère) et Akito
  • Ritsu*


    Il l'observe...
    Elle est si jolie...
    Mais elle ne le remarque même pas....

    Je pense que je me noie
    Asphyxié
    Je veux briser ce sort
    Que tu as créé

    Tu es quelque chose de magnifique
    Une contradiction
    Je veux jouer le jeu
    Je veux l'affrontement


    Il ne supporte plus ses larmes...
    Il ne supporte plus de la voir souffrir...
    Il aimerait pouvoir souffrir à sa place...

    Tu seras
    Ma mort
    Oui tu seras
    Ma mort


    Il repense alors à Lui...
    A cause de Lui....qu'elle souffre....

    Enterre-le
    Je ne te laisserai pas l'enterrer
    Je ne te laisserai pas l'étouffer
    Je ne te laisserai pas l'assassiner
    Nous manquons de temps
    Et nous manquons de temps
    Tu ne peux pas l'envoyer sous terre
    Nous ne pouvons pas l'arrêter en criant


    Ses pensées se bousculent...
    Il se sent coupable...
    Il ne doit pas penser ainsi...

    Je voulais la liberté
    Mais je suis limité
    J'ai essayé de renoncer à toi
    Mais je suis dépendant


    Il regarde par la fenêtre et vois son cousin arriver...
    Il vient pour sa consultation hebdomadaire...

    Maintenant que tu sais que je suis emprisonné
    Sentiment d'exultation
    Tu ne rêveras jamais de briser cette fixation
    Tu presseras la vie hors de moi


    -Hatori: Comment vas tu Ri-chan?
    -Ritsu: Je vais...bien...je pense....Et elle?
    -Hatori: Elle va bien...Elle prend de tes nouvelles de temps en temps...
    -Ritsu: Et Shi-chan? M'en veut il toujours?...
    -Hatori: Non...Je ne sais d'ailleurs pas comment ça se fait mais il arrive à te comprendre...Et heureusement...sinon tu ne pourrais pas être là...
    -Ritsu:Pardon... Je sais bien....Je n'ai pas le droit d'être chez moi...Je n'ai pas le droit de vivre..

    Comment en est-ce arrivé là?

    Il repense à son doux visage...
    Pourtant il veut vivre...
    Pour elle....

    Oui tu aspireras la vie hors de moi

    Et comment en est-ce arrivé là?
  • Noa*

    Il la regarde dormir....
    Elle a l'air radieuse malgre sa fatigue apparente...
    Il repense à ce voyage qu'ils avaient fait....

    Sur les coteaux en pentes
    Les vallons amoureux
    Un rayon de soleil
    Est passé sur nous deux
    J'attendais de ce ciel
    Qu'il me fasse juste un signe
    Et je vois mon château
    Sortir du cœur des vignes


    Il a l'impression que c'était hier...
    C'était...il y a neuf mois....
    Il tourne la tête et la regarde...

    Tu es mon millésime
    Ma plus belle année
    Pour ce bonheur en prime
    Que tu m'a donné
    Je suis à jamais ta terre
    C'est ça être père


    Elle bouge...
    Ses petits poings collés contre elle...
    Elle est si belle quand elle dort...

    Après autant d'amour
    La saison des vendanges
    On récolte le fruit
    Le meilleur des mélanges
    La bouche est ronde et pleine
    Et le nez si discret
    Quel prénom allait-on bien pouvoir te donner?


    La porte de la chambre s'ouvre...
    Une petite fille entre....
    Chuuuut...elles dorment....
    Elle regarde sur le lit...un petit scotch avec écrit...
    "Jinai Neto"....

    Je ne sais pas de quoi
    Notre histoire sera faite
    Mais je me sens porté
    Un jour est une fête
    Quelques notes légères
    Les regards qui caressent
    Et je gagne en amour comme en gagne en noblesse


    Elle se réveille et lui sourit...
    Il l'enlace...
    La petite fille se joint à eux...
    Un petit cri se fait entendre...

    C'est ça être Père...


    Jinai=Générosité
  • Akito*
    Elle est dehors dans le grand jardin...
    C'est le printemps...

    J'aperçois des arbres verts
    Des roses rouges également
    Je les vois s'épanouir
    Pour toi et moi
    Et je me dis tout bas
    Quel monde merveilleux


    Elle regarde à coté d'elle..
    Elle est emerveillée...
    Elle a "crée" un nouveau lien...

    Je vois des cieux bleus
    Et de blancs nuages
    L'éclatant jour béni
    La sombre nuit sacrée
    Et je me dis tout bas
    Quel monde merveilleux


    Il arrive avec le panier repas...
    Elle le suit en trottinant...

    Les couleurs de l'arc-en-ciel
    Si jolies dans le ciel
    Sont aussi sur les visages
    Des passants
    Je vois des amis se serrer la main
    Se dire « comment vas-tu »
    En réalité ils se disent « je t'aime »


    -Noa: Le repas arrive!!!!
    -Luna: Oui! Oui! J'ai faim!!!!
    Un cri se fait entendre...
    Elle se précipite...
    Elle a faim...
    Elle sourit...
    -Akito: Tu n'es pas la seule à avoir faim...

    J'entends des bébés pleurer
    Je les vois grandir
    Ils apprendront bien plus
    Que je n'en saurai jamais
    Et je me dis tout bas
    Quel monde merveilleux
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 10 2006, 09:20 PM
Message #3


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Oneshots FB (suivant La Voie® Kotoko inc.):Part II
  • Megumi*

    Il arrive au point de rendez vous...
    Il la voit...
    Elle lui sourit timidement...
    Elle ne veut pas qu'Il sache...

    Mon cher amour, n'as-tu jamais voulue être avec moi
    Et mon cher amour, n'as-tu jamais désiré être libre
    Je ne peux plus continuer à faire semblant de ne même pas te connaître
    Et cette douce nuit, tu es mienne
    Prends ma main


    Elle lui fait un signe...
    Ce signe qu'ils ont entre eux...
    Ce signe d'amour...

    Nous quitterons cet endroit ce soir
    Il n'y a pas besoin de le dire à qui que ce soit
    Ils ne feraient que nous retenir
    Alors à la lumière du matin
    Nous serons à mi-chemin vers n'importe où
    Où l'amour est plus que simplement ton nom
    J'ai rêvé d'un endroit pour toi et moi


    Tous les jours il y pense...
    Elle non plus n'a plus besoin de lui...
    Elle vit sa vie avec celui qu'elle aime....
    Il peut partir sans contrainte...

    Où personne ne sait qui nous sommes là-bas
    Tout ce que je veux est donner ma vie uniquement à toi
    J'ai rêvé si longtemps que je ne peux plus rêver
    Enfuyons-nous, je t'emmène là-bas


    Il n'en peux plus de devoir cacher son amour....
    Il n'en peux plus...
    Il voudrait tellement pouvoir le hurler...
    Mais son regard le supplie de ne pas le faire...

    Oublie cette vie
    Viens avec moi
    Ne regarde pas en arrière tu es en sécurité maintenant
    Ouvre ton c?ur
    Baisse ta garde
    Personne n'est là pour t'arrêter


    Il s'avance vers elle...
    Il lui prend la main...
    -Mégumi: Viens on s'en va!
    -..: Pour aller ou?
    -Mégumi: Je veux t'emmener quelque part...juste toi...et moi...
    -...: Mais...et si on croise Hiro...Je ne veux pas qu'il soit blessé...je ne veux pas qu'il souffre...
    -Mégumi: Ne t'en fais pas...Ca ira...
    Elle le regarde...
    Il lui tend la main...
    -Mégumi: Allez viens...Kisa...
    -Kisa:...oui....

    Oublie cette vie
    Viens avec moi
    Ne regarde pas en arrière tu es en sécurité maintenant
    Ouvre ton coeur
    Baisse ta garde
    Personne n'est plus là pour t'arrêter désormais
  • Rin*

    Cela fait à présent un bon nombre d'années qu'ils sont ensemble...
    Un bon nombre oui...
    Elle ne veut meme pas compter...
    Ellle ne veut meme pas savoir...

    Toi que j'ai appris a détester
    Tu es malgré tout mon bien-aimé
    Cette attache entre nous est si profonde
    Nous sommes les meilleurs ennemis du monde


    Elle ne sait plus....
    Elle sait....
    Elle l'aime tellemnt...
    Mais la haine et l'amour sont si proches....

    Passés par les pires encombres,
    Mais avant tout liés pour l'éternité
    Le mariage du ciel et de l'ombre
    De l'amour puis l'hostilité...


    Elle n'a toujours pensé qu'a lui...
    Rien qu'a lui...
    Seulement ce n'est pas son cas...
    Il a aimé autrefois...

    La plus profonde de toute les blessures
    Celle de l'ame et du coeur
    Ressentie comme une brulure
    Importune le bonheur


    Elle est différentte...
    Il l'aime autrement...
    Mais en elle...
    Elle se sent toujours trahie...

    Un jour la haine, un jour l'amour
    Dans ce brouillard tellement obscur
    Les mains dessinent le contour
    De la projection vers le futur...
  • Hatori*

    Assis sur son bureau il essaie d'etudier ses dossiers...
    Son regard devie sur la photo qui trone a present sur son espace de travail...
    Une photo de famille particulierement réussie....
    Soushun*....leur fils....

    La vie un jour s'est éveillée
    Par un beau matin de Mai
    C'était il y a quelques années
    Et de moi un pere il a fait.


    Sur cette photo, elle est la aussi..
    Souriante malgré les epreuves qu'elle a subies..
    Forte pour eux quand il doutait de tout...
    Mais si douce en meme temps...

    Le cours du temps s'est envolé...
    Petit à petit en mon coeur tu es entrée
    Tu as fait de moi un homme comblé...
    Alors que je ne t'ai pas mérité...


    Il songe...
    Son esprit vole au dela des souvenirs...
    Il se souvient....
    Son rire...sa joie....

    Toi qui a brisé les chaines de mon coeur
    Tu m'as appris ce qu'était le bonheur
    Nous avons eu des moments magiques
    Qui deviennent des souvenirs uniques


    Il enleve le cadre de verre...
    Il glisse sa main sous la photo...
    Il en sort une autre...
    Elle...son premier amour...

    Je t'aimerais toujours
    Toi mon premier amour
    Mais ma vie a changée
    Quand tu as du t'en aller


    Il prend la photo et la contemple longuement...
    Enfin il se décide avec un leger pincement...
    Il la glisse doucement dans cette corbeille...
    -Hatori: Adieu toi que j'aimais tant...
    Il replace le cadre en ordre sur son bureau et la regarde...

    A present tu es la seule, l'unique
    Je decouvre une nouvelle vie magnifique
    Jamais je ne saurais t'etre assez reconnaissant
    De m'avoir refait decouvrir ce qu'est le printemps...


    Toc-toc
    La porte s'ouvre...
    -...:Ha-san! Je suis la!!!
    -...: Moi aussi! On t'apporte le thé!
    -Hatori: Encore vous deux....
    -Shiguré: Pourquoi es tu si méchant avec nous Ha-san.....
    -Hatori: .....
    Le regard d'Ayame se pose sur la corbeille.
    -Ayame: Ca y est...tu l'as enfin fait....
    -Shiguré: Fetons ca autour d'un bon thé!
    -Hatori: Oui...fetons ca....


    Soushun=début du printemps
  • Ayame*


    Il la regarde sur le quai d'embarquement...
    Il ne peut se résoudre à la laisser s'en aller...
    Elle compte tellement pour lui...
    Il la serre contre lui, hume son parfuum...

    Un jour nous nous sommes rencontrés
    Peu à peu j'ai commencer à t'aimer
    Sans armes, sans justice ni loi
    Notre Amour ne se juge pas


    Elle s'écarte de lui...
    Le regarde droit dans les yeux et lui sourit...
    Des larmes sillonent ses joues...
    Il les chasse du revers...mais il pleure également...


    Des mois se sont écoulés
    Auprès de moi tu es restée
    J'aimerais pouvoir t'enlacer toute ma vie
    Mais aujourdhui c'en est fini...


    -Minne: Ne t'en fais pas je rentre dans deux jours...Je vais juste voir ma grand-mère qui est malade...
    -Ayame: Je ne veux pas que tu t'en ailles....
    -Minne: Je reviens dans pas longtemps voyons...
    Le vol en destination de Fukuoka porte 7 est avancé.....
    -Minne: C'est mon vol...
    Elle embrasse Ayame qui ne la lache plus.
    Elle parveint a se défaire de cette etreinte.
    -Minne: Tu vas me manquer mais je reviendrais vite.
    -Ayame: Oui je sais bien...
    Elle se dirige vers la porte d'embarcation...
    Elle se retourrne et lui fais un signe de la main avnt de continuer...
    Il la voit s'éloigner petit à petit jusqu'à ne plus etre dans l'horizon qu'une infime particule.
    De ses yeux coulent des larmes....

    Le Destin en a décidé ainsi
    Et mes larmes étouffent mes cris
    Puisque mon amour pour toi est si étrange
    Il est plus beau que celui des Ange...

  • Kyo*

    Encore une fois elle pleurait...
    Il ne la voyait pas mais il le sentait...
    Elle faisait mine de rien...
    Mais au fond de lui il le sentait tres bien...
    Il doit le faire...

    Toi qui as illuminé ma vie,
    Toi qui m'as redonné le sourire,
    Je t'abandonne, mais je t'en prie,
    Ne me laisse pas te faire souffrir...


    Elle lui prépare un thé...
    Tous les jours...
    Avec tant d'amour....
    Elle l'aide du mieux qu'elle peut...

    Mon amour pour toi est grand,
    Mais mes habitudes ne sont pas changeables,
    Cela paraissait tellement inévitable...
    J'aurais du te dire qu'il était temps...


    Elle lui amene des gateaux...ses préférés...
    Elle lui sourit...comme si de rien n'était...
    A quoi peut elle penser...

    Temps de te dire adieu,
    Temps de quitter tes yeux,
    Tu as donné un sens a mes jours,
    Pour cela je t'aimerai toujours...


    Il se rapelle leur premiere rencontre...
    De son sourire, de sa beauté et sa gentillesse...
    A quand cela remonte t il maintenant...

    Un jour, une année, une vie...
    En moi résonne cette envie...
    Te voir heureuse, comme jamais,
    Et te dire que je ne t'ai pas oublié...


    -Tohru: Kyo-kun...je...suis désolée de ne pas savoir te rendre heureux...
    -Kyo: Mais de quoi tu parles?
    -Tohru: Tu t'enerves...tu semble distant...
    Kyo comprend enfin que son attitude inquiete son aimée...qu'elle ne pleure pas parce qu'elle est malheuresue avec lui....
    Il la serre dans ses bras...
    -Kyo: Aho...

    Parler d'amour ne veut rien dire
    Rien ne saurait parfaitement decrire
    Ce magnifique et troublant sentiment
    Que, pour elle, je ressens...

  • Arisa*

    Elle sourit...
    Regarde, fixe l'objectif....
    Les flashs crepitent autour d'elle....
    -...: Oui vas-y! C'est ca! Bravo! Tu es magnifique!

    Encore une journée sans toi,
    Encore une journée loin de tes bras
    Et cette tristesse s'enfonce encore plus cruellement dans mon coeur,
    J'ai n'ai plus gout à rien et ne sais qu'etre en pleurs...


    -...:PAUSE!
    Elle se glisse du dessous des projecteurs...
    Elle file droit dans sa loge et guette son telephone...
    Rien...pas encore....
    Elle se dit que ce doit etre du au décalage horaire....

    Encore une journée sans ton sourire charmeur
    Encore une journée sans admiere ton regard reveur
    Et mon corps qui hurle de desespoir de me sentir contre toi,
    Je n'ai qu'une seule envie: me blottir dans tes bras...


    -...: On y retourne! Arisa on commence!
    Elle y retourne...le coeur lourd...
    Elle feint...joue avec l'objectif....avec le photographe...
    Elle est radieuse....
    Mais en elle....

    Encore une journée ou l'allégresse m'a quittée
    Une journée à ne pas vouloir exister
    Et des desirs omnipresents de ne pas etre la
    De rentrer...juste etre avec toi...
  • Machi*

    Elle regarde par le hublot de l'avion...
    En bas le monde semble si petit...
    Elle est obligée de s'en aller...
    Elle met le casque sur ses oreilles et ecoute une chanson....

    Une chanson qui me ramene loin
    Un air qui me brise comme un rien
    C'est réellement terminé
    Une page s'est tournée
    Pourtant je n'oublie pas
    Tous ces instants avec toi


    Elle pense à lui...
    Ce garçon qu'elle a connu et été...
    Pas assez bien d'apres sa famille...
    Pourtant il lui a fait vivre de si doux moments...

    J'aimerais pouvoir te serrer contre moi
    De me sentir toute petite dans tes bras
    Que tes gestes soient lents, doux et sensuels
    Que ta main se fasse douce comme du miel...


    Mais finalement ils avaient eu raison et la voila partie...
    Elle doit aller dans ce pays afin de faire oter cette petite vie qui s'installe en elle...
    Loin de tous...
    Pour que personne ne l'aprenne...

    A toi qui ne m'appartenait pas
    Te quitter m'est douloureux
    Je savais que ce serait comme ça
    Sauf que mon coeur serait malheureux...


    Elle sort de son portefeuille ce dernier vestige de cet été magique...
    Une photo...la seule d'eux...
    La derniere fois qu'elle l'a vue avant son départ...
    Une larme coule de ses yeux...

    Petit a petit, j'ai succombé à ton charme
    Pour finalement baisser les armes
    Et construire un chateau de vent
    Pour contenir nos sentiments...
  • Kakeru*

    Elle regarde par le hublot de l'avion...
    En bas le monde semble si petit...
    Elle est obligée de s'en aller...
    Elle met le casque sur ses oreilles et ecoute une chanson....

    Une chanson qui me ramene loin
    Un air qui me brise comme un rien
    C'est réellement terminé
    Une page s'est tournée
    Pourtant je n'oublie pas
    Tous ces instants avec toi


    Elle pense à lui...
    Ce garçon qu'elle a connu et été...
    Pas assez bien d'apres sa famille...
    Pourtant il lui a fait vivre de si doux moments...

    J'aimerais pouvoir te serrer contre moi
    De me sentir toute petite dans tes bras
    Que tes gestes soient lents, doux et sensuels
    Que ta main se fasse douce comme du miel...


    Mais finalement ils avaient eu raison et la voila partie...
    Elle doit aller dans ce pays afin de faire oter cette petite vie qui s'installe en elle...
    Loin de tous...
    Pour que personne ne l'aprenne...

    A toi qui ne m'appartenait pas
    Te quitter m'est douloureux
    Je savais que ce serait comme ça
    Sauf que mon coeur serait malheureux...


    Elle sort de son portefeuille ce dernier vestige de cet été magique...
    Une photo...la seule d'eux...
    La derniere fois qu'elle l'a vue avant son départ...
    Une larme coule de ses yeux...

    Petit a petit, j'ai succombé à ton charme
    Pour finalement baisser les armes
    Et construire un chateau de vent
    Pour contenir nos sentiments...
  • Kazuma*

    Il tremble...
    Il parcourt sans arrêt cette salle morne...
    De long en large, inlassablement....
    Il regarde la pendule au dessus de la porte et attend encore...

    Souffres tu là-bas?
    Si loin de toi je ne sais pas
    Comment faire...Quoi dire...
    Je ne souhaite que te chérir....


    Le temps defile lentement...
    Les secondes s'égrennent une à une...
    Elles lui semblent interminables...
    Il se leve...se rassied...se releve...

    Pardonne moi mon amour
    J'ai le coeur si lourd
    Et en moi ce stupide sentiment
    De ne pas savoir être présent...


    Sa famille le rejoint enfin...
    Sur leurs visages on y lit crainte, joie, tristesse...
    Mais rien n'arrive à calmer son coeur...
    Au fond de lui il a si peur...

    Reviens moi toi que j'aime
    Sans toi je ne suis plus moi meme
    Je serais l'eau quand tu voudras boire
    Ta lumiere qui t'éclaire dans le noir....


    Une porte s'ouvre enfin...un homme en sort...
    Il s'approche...encore..encore...
    -...: Monsieur Soma?
    Tous les hommes de la famille leve la tete et répondent en choeur:
    -Oui?
    L'homme ne sait pas à qui s'adresser...
    C'est alors que surgissant de la foule, il arrive et lui demande:
    -Alors?
    -Medecin:Eh bien vous avez une jolie petite fille!
    -Kazuma: Et...elle...enfin ma...
    -Medecin: Robuste et en pleine forme étonnamment!
    Des larmes perlent alors son visage....La pression retombe enfin...Des larmes de bonheur...Des larmes du coeur....
  • Kuréno*
    Ne pars pas?
    Ne me laisse pas?
    S?il te plait?.


    Il s?en souvient comme si c?était hier?
    Il se rappelle alors de ses larmes?
    Dieu sait alors à quel point il pouvait l?aimer?
    C?était avant?il y a longtemps?

    Je ne te hais pas?
    Mais je te déteste fort?Très fort?


    Il avait tant perdu à cause d?elle?
    Tant perdu rien que pour elle?
    Il s?était enfermé dans un cocon
    Dont il ne prenait même plus conscience?

    Mais il lui a suffit d?un regard?
    D?un sourire ce jour là?.


    Il avait eu si mal?
    Il s?était enfin éveillé à la réalité.
    Elle ne l?en avait que trop dépossédée?
    Il avait finalement compris?
    A présent il devait vivre Sa vie.
    Tel un enfant qui vient au monde
    Il devait réapprendre à vivre?
    Pour lui? Pour elle?
    Pour cette jeune fille qu?il avait croisé un jour?
    Il ne désirait rien de plus qu?être avec elle?

    Le temps a passé depuis?
    Pourtant il ne regrette rien de sa vie?
    Car c?est grâce à ça aujourd?hui
    Qu?il est après tout devenu un homme accompli.


    Comme vous avez pu le constater, cette fois je n'ai pas inséré de pensée en poeme mais des phrases( en gras) tirées du manga lui meme...
  • [pop=Kagura*]

    Elle marche dans la rue...
    Elle erre...
    Elle ne cesse de revoir son visage dans sa tete...

    Je meurs d'envie de te supplier que tu ne partes pas, ma vie,
    Je meurs d'envie de t'entendre dire les choses que tu ne diras jamais,
    Plus je me tais et tu pars
    Je garde l'espoir d'être capable un jour
    De ne pas te cacher les blessures qui me blesse en y pensant
    Que je t'aime chaque jour un peu plus.
    Combien de temps allons nous attendre ?


    Elle ne sait pas quoi faire...
    Elle doute...

    Je meurs d'envie de te serrer dans mes bras et que tu me serres aussi fort,
    Je meurs d'envie de te divertir


    Elle est désemparée...
    Elle se souvient...

    Et que tu m'embrasses lorsque je me réveille serrée contre ta poitrine
    Jusqu'à ce que le soleil apparaisse.
    Je me perds dans ton arôme,
    Je me perds dans tes lèvres
    Qui s'approchent sussurant des mots
    Qui arrivent à ce pauvre coeur


    C'est si récent entre eux...
    Elle ne peut pas...
    Ce n'est pas raisonnable...
    Mais il lui manque tellement...

    Je meurs d'envie de te connaître, savoir ce que tu penses
    Je sens le feu à l'intérieur.
    Ouvrir toutes les portes
    Et vaincre ces torrents qui voudront nous abattre
    Diriger en tes yeux mon regard,
    Chanter avec toi à l'aube,
    Nous embrasser jusqu'à dessecher nos lèvres
    Et voir dans ton visage chaque jour s'accroitre ce noyau


    Elle commence a prendre conscience de sa vie...
    De ses doutes, ses peurs...
    Elle ne veut plus les subir...

    Créer, rêver, laisser tout surgir,
    Laissant de côté la peur à la souffrance


    Maintenant elle sait...
    Elle releve la tete et se met a courir...
    Il faut qu'elle le fasse...
    Elle doit y aller...
    Elle doit partir avec lui...

    Je meurs d'envie de t'expliquer ce qui passe par mon esprit,
    Je meurs d'envie de m'abandonner à toi et de continuer à être capable de te surprendre,
    Sentir chaque jour ce coup de flèche en te regardant,
    Qu'importe ce qu'ils disent qu'importe ce qu'ils pensent
    Si je suis folle c'est mon problème
    Et maintenant je recommence à voir le monde en ma faveur,
    Je recommence à voir briller la lumière du soleil.
  • [pop=Kagura: Le nouveau départ*]


    Kagura revenait du Dojo?Kyo n?était pas venu aujourd?hui?une fois de plus?Elle ne savait que trop bien pourquoi?surtout pour qui?Jamais il ne l?aimerait?.non puisque l?autre est dans son c?ur?Kagura aimerait pouvoir la haïr, détester celle qui lui a « pris » l?homme de son c?ur?mais ça lui est impossible?Elle, si douce, si prévenante?Elle avait su rendre le sourire au rouquin et pour cela elle lui en serait éternellement reconnaissante?mais dans cette histoire personne n?avait songé à elle?Ses sourires feints, ses rires forcés?son attitude toujours joyeuse?trop même?Non personne n?avait vu qu?elle était brisée?Personne n?avait vu ou n?avait voulu voir?Elle souffrait tellement, chaque sourire lui arrachait un effort immense?.Sans même s?en rendre compte elle s?était dirigé la?Cet endroit?.Son souvenir?Kagura se trouvait dans ce petit parc?là ou elle jouait avec Kyo quand il était enfant?là ou elle a découvert sa troisième forme?là ou elle lui avait avoué son amour?là ou tout s?était fini pour elle?.Depuis ce jour la elle ne faisait plus que survivre dans ce monde hostile ou rien ne parvenait à toucher son âme?
    Elle s?assit et des larmes roulèrent sur ses joues?.

    Je vis ma vie de manière à ce que tu reviennes
    J?aimerais pouvoir retourner dans le temps
    Pour te comprendre et adoucir ta peine
    Mais ce ne serait qu?illusion et égarement?.



    Hikari avançait, son appareil photo en main?Il faisait beau en cette journée ensoleillée et le ciel bleu était éclatant?.La vie semblait lui sourire en ce moment, le concours qu?il avait passé la peur au ventre l?avait désigné grand vainqueur, il allait bientôt visiter le monde et faire ce qu?il aimait le plus : les photos.
    Clic-clac
    Un oisillon essayant son premier envol?
    Clic clac
    Des enfants insouciants dessinant sur le sable?
    Clic?
    Il suspendit son geste et régla son viseur?.Ce qu?il voyait était plus que magnifique?.
    Clic clac
    Il avait capturé la beauté éphémère que l?on nomme fragilité?.
    Puis il releva les yeux?Elle était la?Le visage relevé vers le ciel, laissant ses larmes s?échapper sur ses joues?La brise soufflait sur son visage, dégageant ses cheveux, sa beauté n?en était qu?exaltée?Il s?avança vers elle?


    Kagura pleurait sa peine, son amour déçu, mais surtout sa haine contre elle-même?
    Elle se haïssait?Comment en avait elle pu arriver la ? Comment ?....
    Un mouchoir se dessina alors sous ses yeux?.Elle releva la tête et vit un jeune homme à peine plus âgé qu?elle lui tendre un mouchoir et lui sourire. Elle prit le mouchoir et regarda le garçon. Penché vers elle son regard pénétrait et touchait le c?ur de la jeune fille?Ses cheveux encadrant son visage, elle le trouvait très mignon.
    -Hikari : Bonjour je m?appelle Hikari.
    -Kagura : Moi c?est Ka?Kagura?Soma Kagura. Enchantée de faire ta connaissance?
    -Hikari : Tu veux manger une glace avec moi ça te dirait ?
    Kagura ne savait quoi penser de ce beau jeune homme qui lui offrait un mouchoir quand elle en avait besoin et qui à présent l?invitait à déguster une glace?Etait ce un pervers ? Un détraqué ? Kagura se mit aussitôt sur ses gardes, séchant du revers de sa main gauche les larmes restantes.
    -Kagura : Et pourquoi est ce que tu m?invites ? On ne se connaît pas.
    Hikari était lui même le premier étonné de sa démarche, lui qui ne se mêlait de rien et surtout ne s?attachait à personne, lui qui s?estimait heureux sans attache?voila aujourd?hui qu?il consolait une jeune fille, jolie certes mais inconnue et qu?en plus il l?invitait?
    -Hikari : Je ne sais pas moi-même?Je n?ai aucune réponse à ta question?
    Kagura était ébahie devant une telle franchise, une telle honnêteté?.Son regard limpide ne trompait pas?Il était quelqu?un de bien?Puis elle se mit à le détailler?Il était grand?Presque aussi grand qu?Ha-san Sa pensée la fit sourire mais elle continua?Ses yeux étaient à la fois doux mais sincère?.chez qui avait elle déjà vu ce regard ? Kagura chercha rapidement?.Yuki ! Elle pouffa intérieurement?Non?il n?avait vraiment rien en commun avec Kyo?Il était svelte, ses cheveux d?ébène et son regard gris contrastait énormément?Il aurait pu être un Soma même?Puis elle sourit?
    -Hikari : Si c?est moi qui te fais rire j?en suis heureux mais j?ai comme l?impression que c?est à mes dépens?
    Hikari se sentit bête face à une fille qui quelques instants plus tôt pleurait et qui à présent riait?.
    -Kagura : Oh non ! Je ne ris pas de toi ! Mais si cette offre tient toujours je l?accepte avec plaisir !

    Hikari et Kagura allèrent alors manger une glace?
    Assis devant leur coupelle Kagura regardait fixement l?appareil photo d?Hikari.
    -Kagura : Que fais tu avec cet appareil ?
    -Hikari : Je suis photographe?un vrai puisque je viens de gagner mon concours !
    -Kagura : Bravo !
    -Hikari : Si tu veux je te montrerais ce que je fais?
    -Kagura : Oh oui ! Ca me plairait vraiment.
    Puis Kagura regarda sa montre et vit qu?elle devait rentrer chez elle?
    -Kagura : Je suis désolée mais je dois y aller mes parents risqueraient de s?inquiéter.
    -Hikari : Quand est ce que je pourrais te revoir ?
    -Kagura : Demain à la même heure !
    Kagura s?en alla précipitamment. Elle se rendit compte sur le chemin qu?elle avait parlé beaucoup trop vite sans avoir même réfléchi.

    Hikari marcha par cette belle nuit dans la rue?Que lui avait il prit de parler ainsi à une inconnue ? Quel était ce sentiment de bien être ?

    Le lendemain il revint l?attendre au parc.
    Kagura en sortant du dojo hésita longuement puis se souvenant de son sourire elle se décida à y aller.
    Après tout il ne peut rien me faire?
    Puis ils se virent, se saluèrent et allèrent s?asseoir et discuter?de tout, de rien?
    Un mois passa?
    Un jour Hikari annonça à la jeune fille son départ prochain?
    Kagura se mit à pleurer?

    Pourquoi est ce que je me sens ainsi ?
    Apres tout je ne suis rien pour lui?
    Pourtant j?ai si mal dans mon c?ur?
    Comme ce jour ou s?était évanoui mon bonheur?


    Hikari se lança?
    -Hikari : Kagura?viens avec moi. Je pars dans 2 jours. L?avion décolle à 10h de Narita*. Je t?attendrais car bien qu?on ne se connaisse pas, je ne saurais pas te dire si je t?aime?à vrai dire je n?ai jamais aimé alors ce sentiment m?est totalement étranger. Mais je sais qu?avec toi je me sens bien, que je n?ai pas peur de parler, que tout semble simple et merveilleux quand tu es la?Mes doutes, mes peurs, rien ne me parait insurmontable si tu es la?.
    -Kagura : Je?je?je ne sais même pas ton nom?
    Quelle idiote ! C?est quoi cette question ?...
    -Hikari : Noyami?Hikari Noyami?c?est marrant non ? Mes parents avaient trouvé ce jeu de mot à leur goût?.
    -Kagura : Noyami?
    La lumière des ténèbres?.Hikari No Yami?
    Un ange passa?
    Elle leva son regard vers Hikari.
    -Kagura : Je?
    Hikari se pencha vers elle et l?embrassa?
    Puis il détacha ses lèvres et la regarda?
    Kagura passa sa main sur ses lèvres?.
    Mon premier baiser?.
    Hikari se mit à rougir?.
    -Hikari : Pardonne moi?Je?
    Kagura se leva et partit en courant?

    [Pour ceux qui ne se souviennent pas le shot sur Kagura fait reference à ce passage la]

    Hikari arriva à l?aéroport avec un peu d?avance?Il n?espérait plus qu?elle vienne?Ces deux derniers jours il l?avait attendu sans cesse dans ce parc?Elle n?était pas venue?
    Il entra dans le hall et se dirigea vers le tableau des vols.
    Il ne vit pas qu?une jeune fille avec sa valise d?en haut le cherchait du regard?
    Il ne remarqua même pas qu?elle courrait vers lui?.
    Deux mains se posèrent sur ses yeux.
    -Hikari : C?est toi Kagura ?
    Sans savoir pourquoi la joie l?envahissait.
    Il enleva les mains et se retourna. C?était elle?
    -Kagura : Ton offre tient toujours ?
    Il ne put articuler tant il était heureux.
    Sa seule réponse fut de la serrer dans ses bras?.
    Oui?Il savait que tout lui souriait ?.vraiment tout?.


    * Narita est l'aéroport international de Tokyo.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 10 2006, 09:35 PM
Message #4


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Divers
  • Elle

    Elle regarde vers le large?
    Une larme roule sur sa joue?
    Le coucher de soleil déploie ses lumières chatoyantes?
    Pourtant elle ne le voit pas?

    Des jours sans but, sans envies
    On en a tous dans une vie
    Ces moments la sont les plus vivaces
    Car ils laissent en moi une trace tenace


    Une femme passe avec son nouveau né?
    Elle rejoint son homme qui les serre dans ses bras?
    Cette image si attendrissante ne la touche même pas?
    Une image se superpose a celle la?celle du bon temps?.

    Je ne ressens plus rien
    Comme si je n?avais pas de liens
    Mes yeux sont ouverts
    Mon âme est endormie
    Je ne sais plus quoi faire
    Je ne me sens plus en vie?


    Lui?elle courait sur ce même sable?
    Ils riaient?.Puis elle se lovait contre lui
    Ils aimaient alors à venir admirer le soleil couchant?
    Il lui disait alors à quel point il l?aimait?

    Tout est factice
    Rien n?est vrai ou réel
    Hormis les sentiments, le vice
    Le reste n?est que superficiel?


    Mais en ce jour funeste, elle apprit sa disparition?
    Plus rien n?a été comme avant?
    C?était il y longtemps?.
    C?était il y a un an?
    Des jeunes s?installent non loin d?elle?
    Ils préparent leur fête avec entrain?
    Un air qu?elle reconnaît résonne au loin?.

    Je me sens si seule, si mélancolique?
    Assise à écouter de la musique
    Loin de ce monde qui m?entoure
    Mon esprit vole, court?
    Vers de rêves d?avoir des jours meilleurs,
    De ne plus craindre l?extérieur,
    D?avoir le sentiment d?exister
    Et ne plus fuir le passé?.
  • Mon Calvaire


    Je m'avance....
    Je l'observe...
    Si beau ...si majestueux....
    Non! Ne me regarde pas!
    Laisse moi te contempler...
    Sans rien en échange....
    Pourquoi....
    Je n'ai pas le droit....Je ne peux pas...
    Je ne peux plus....
    Te trahir???
    Non ce n'est pas ça!!!!
    Mais...mais...
    Seulement...Je n'ai pas le choix....
    J'ai pris cet engagement....
    Je dois m'y résoudre....
    Ne me tente pas....
    C'est si dur.....
    Je ne dois plus penser à toi....
    Laisse moi te contempler une dernière fois...
    Te reviendrais-je un jour?....
    Seul le temps nous le dira....
    Mais...toujours je t'aimerais....
    Mon gateau au chocolat...


    Voilà le supllice d'une gourmande au régime...TT-TT
  • Mes mots

    Je n'ai pas l'âme d'un écrivain
    Mais ces mots sont à moi
    Ils expriment ma souffrance
    Si profonde en moi
    Comme si elle était ancrée dans mon sang
    Gravée de façon indélébile
    Au plus profond de mon coeur...
    Personne n'arrive à la comprendre...
    Elle est telle une partie de moi
    Qui ne pourrait pas s'en aller...
    Rien n'arrive à la déloger...
    Pourtant faute ne m'est pas d'avoir
    Hélàs en vain essayé...
    C'est un mal qui vous ronge...
    D'abord le coeur puis l'esprit...
    Elle torture...
    Pire que tout, c'est ma peine...
    Elle me tue...
    Petit à petit, elle me dévore...
    Elle me consume...
    Puis elle commence à trouver
    Ce "jeu" amusant...
    Alors elle continue de plus belle...
    Elle aime...
    Elle en rit...
    Elle en vit de me voir
    Si misérablement tenter de la chasser...
    C'est la face cachée de ma vie...
    Le côté inavouable de moi-même...
    Elle est ce poignard remuant dans une blessure
    La maladie incurable de l'être
    Elle m'assassine à petits feux...
    Elle me rend folle...
    Elle me brûle telle de la lave
    Puis me plonge dans l'eau glacée...
    Elle est semblable à des centaines
    De coups de lames...
    Elle vous fait perdre tout ce que
    Vous possédez: Amis, Dignité, Estime de Soi...
    Rien n'arrive à la calmer...
    Pas même la mort de l'Ame...
    Ce n'est qu'une étape dans son acheminement
    Vers son but final: Votre Destruction Totale...
  • Le droit de s'aimer*

    Un jour peut être il saura?un jour oui il saura à quel point je l?aime et qu?il est tout pour moi?
    Eichi marche seul?son sabre à la main il erre?
    Si seulement ?.si seulement elle n?était pas la?

    Eichi se dirige empli de liesse dans la chambre de son ami afin de lui parler et c?est alors qu?il voir devant lui le pire spectacle : Yuitsu avec?une femme?avec cette femme?Amami?

    Eichi s?arrête près d?un arbre et frappe?frappe encore et encore?
    Pourquoi ?...Pourquoi ?...
    De ses yeux émeraude jaillissent sa peine?son amour déçu?son amour tabou?
    Il tombe a terre et sort de la manche de son hakama un papier?un portrait?

    2 ans auparavant

    -Eichi : Bouge pas !!!! Attends et reste tranquille !
    Eichi essayait tant bien que mal de dessiner Yuitsu?Lassé, il finit par abandonner?
    Yuitsu alors s?allongea sur l?herbe et se mit à regarder le ciel?
    -Yuitsu : Eichi?tu crois qu?un jour on y arrivera tous les deux ?...Tu crois qu?on pourra réaliser nos rêves sans jamais se séparer ??
    Eichi se mit à rougir?
    -Eichi : Oui? Je veux y croire?
    -Yuitsu : C?est bien?
    Et il ferma les yeux?
    Son visage était si paisible?si doux?Les rayons du soleil dansaient et jouaient avec ses cheveux châtains?
    Eichi attrapa son calepin et fit un croquis de ce moment unique?
    Yuitsu ouvrit les yeux et se leva.
    -Yuitsu : On rentre ? J?ai faim?
    Eichi cacha son esquisse dans sa manche, et s?empara de ses affaires?
    -Eichi : Oui on y va ! Ce soir je te ferais de la soupe miso !
    -Yuitsu: Alors dépêchons nous ! J?en ai déjà l?eau à la bouche !!


    Les deux garçons s?étaient connus enfants, ils venaient tous deux de villages qui avaient été rasé et décimé par la révolution d?Edo. Ne sachant que faire, ou vivre ils se mirent à pratiquer les arts martiaux auprès d?un homme sage et fort patient dans la foret tout en sachant qu?ils ne leurs serait jamais permis de pratiquer le sabre ni même le droit d?en avoir un sur soi?telle était la réalité depuis la fin de la Révolution. Pourtant cela leur convenait à l?époque?Avoir un toit et de quoi manger?Puis le temps passa et ils décidèrent de continuer leurs routes ensemble?L?art du sabre était ce qui les avait sauvés de la délinquance...ils en avaient conscience.

    Je suis tombé amoureux de toi?
    Mais combien de temps s?est il écoulé depuis ce moment ?
    Mes sentiments se sont renforcés
    Je me demande si tu réalises ce que je ressens?


    Ils n?avaient jamais été séparés depuis leur rencontre il y avait maintenant dix ans de cela?Ils avaient tout partagé ensemble?Jusqu?à aujourd?hui?
    Pourtant il se décida quand même à rejoindre leur « maison »?cette cabane qu?ils avaient eux même fait de leurs mains?qui contenait juste 3 pièces?
    « Elle » serait là?Amami?.
    Ils l?avaient rencontrée un soir en rentrant?Elle s?était perdue dans la foret en essayant de fuir des voleurs et s?était heurtée aux deux jeunes hommes. Son teint pâle, ses longs cheveux ébène la faisaient paraître encore plus fragile que ce qu?elle était. C?est ainsi qu?Amami est arrivée il y avait 3 mois dans leurs vies. Eichi au début appréciait énormément cette jeune fille qu?il considérait comme une petite s?ur?Elle n?avait que deux ans de moins qu?eux mais du haut de ses 17 ans elle paraissait si vulnérable. Yuitsu au début ne voulait pas avoir avec elle? Dès qu?elle apparaissait il quittait la pièce?C?était Eichi qui avait convaincu Amami de discuter avec Yuitsu?Si seulement il avait su?

    Il marchait le long de la foret tout en se remémorant ces pénibles souvenirs?
    ____________________________________________________________

    -Yuitsu : Laisse moi tranquille?.
    -Amami : Mais Yu-chan?
    -Yuitsu : Je t?ai dit de me laisser?
    Et il se leva et sortit de la pièce?

    Comment avait il pu faire ça?Son regard?
    Yuitsu avait mal?si mal?une douleur sourde mais si intense?il y avait vu tant de souffrance?Jamais il n?aurait du?Eichi devait être quelque part?mais ou était il ?

    Comme la neige éternelle du haut des cimes
    Qui s?amoncelle de plus en plus chaque jour
    En moi existe un désir que la morale réprime
    Car augmente pour toi tout mon amour?



    Quelques mois plus tôt

    -Eichi : Yui?crois tu que nous serons ensemble à jamais ?
    Yuitsu fut déconcerté par cette question?Que voulait Eichi ?...Que devait il répondre ?...
    -Yuitsu : Oui?je pense?
    -Eichi : En es tu sur ?
    Yuitsu ne pouvait pas?non il ne pouvait pas lui dire à quel point il l?aimait?
    -Yuitsu : Oui?Tu es?
    -Eichi : Je suis ?...
    Yuitsu lu dans le regard de son ami une vive inquiétude.
    Je ne dois pas lui dire?Il partirait s?il connaissait la vraie nature de mes sentiments pour lui?
    -Yuitsu : Tu es mon meilleur ami Ei?
    -Eichi : Oui?c?est ça?ton meilleur ami?
    Eichi détourna la tête afin que Yuitsu ne voie pas sa peine?
    -Eichi : Allez dépêchons nous on a du boulot ! On va être en retard sinon?


    Yuitsu restait la dehors sous la lune qui brillait à se demander pourquoi Eichi ?oui pourquoi ce regard?
    Il ne pouvait pas rester ici plus longtemps il fallait qu?il parte à sa recherche?Il ne pouvait plus se cacher indéfiniment ses sentiments?il devait lui dire?peu importait le résultat?
    ____________________________________________________________

    Amami se laissa tomber sur le sol?
    Qu?avait elle fait?.Eux qui l?avait recueillie quand elle n?avait plus rien?elle aimait Eichi comme s?il était un grand frère?Ses cheveux noirs contrastaient vraiment avec son regard azur et adoucissait son visage fin qui avait parfois l?air fermé. Elle savait que ce n?était qu?une façade, qu?en dehors du regards des autres il était quelqu?un de joyeux, de vivant et incroyablement doux bienveillant?Yuitsu? l?avait séduite dès le premier regard?ses yeux émeraudes, ses cheveux châtains, ?son visage?tout semblait parfait chez lui il avait l?air d?un dieu?Pourtant il ne s?ouvrait pas?à personne?hormis à Eichi. Elle s?était rapprochée de Yuitsu grâce à Eichi ça elle le savait?elle les entendait le soir se disputer?Ils avaient ce lien indicible qui les liaient?puis?elle avait tout gâché?

    -Amami : Yu-chan je peux te parler ?
    -Yuitsu : Vas-y?
    Couché sur le ventre à regarder au dehors Yuitsu ne prit même pas la peine de se retourner.
    -Amami : Qu?y a-t-il entre toi et Eichi ?
    Yuitsu se retourna et se redressa.
    -Yuitsu : Que veux tu dire par « entre » Eichi et moi ?
    -Amami : Eh bien?tu sais je ne vois jamais de filles ici à part moi?et?je ne te soupçonne pas d?aimer un homme ! Oh non ! Je sais bien que ce n?est pas ton genre ! Mais?
    -Yuitsu : Pas mon genre tu dis ? C?est quoi mon genre alors ?
    Amami vint s?asseoir auprès de lui?Elle leva son regard vers lui?ses grands yeux noirs le dévorait?mais elle semblait encore intimidée malgré tout.
    -Amami : eh bien?je pense que tu dois être un homme qui sait être rude mais doux aussi quand il le faut, que?tu es tendre?et prévenant?
    Yuitsu se mit à rire.
    -Yuitsu : Tu dis vraiment n?importe quoi !
    -Amami : C?est comme ça que je te vois...en homme...en vrai homme?Je?
    Yuitsu attrapa Amami par les cheveux et la rapprocha de lui.
    -Yuitsu : C?est quoi un vrai homme?hein ? Si je fais ça ça fait de moi un homme ?
    Joignant le geste à la parole il prit les lèvres de la jeune fille qui répondit au baiser et entoura le cou de Yuitsu avec ses bras.
    -Amami : Oui par exemple?
    Puis il continua à l?embrasser?
    Peut être que je pense a Eichi de cette façon car je ne connais rien aux femmes?
    Puis il ouvrit le yukata d?Amami et empoigna ses seins?Elle se mit à gémir?Elle passa ses mains sous son hakama et caressa le torse musclé du jeune homme. Elle se leva et enleva alors son yukata?
    Il l?attrapa et la retourna sur le lit passant alors au dessus d?elle?.
    C?est alors qu?Eichi ouvrit la porte?


    Amami se sentait misérable?A présent elle savait?Oui elle savait qu?ils s?aimaient plus que tout au monde?Bien que ses larmes coulaient elle se demandait quoi faire?.Rester?Partir?.
    ____________________________________________________________

    Eichi avançait lentement?humant la brise de l?été?cela faisait plusieurs heures déjà qu?il était partit?.Yuitsu s?était il inquiété ?
    Pourquoi se serait il inquiété hein ? Il est avec elle?

    Il n?avait pas vu Yuitsu au loin qui avançait vers lui?
    ____________________________________________________________

    Yuitsu vit Eichi au loin?il vit ses yeux gonflés?Il ne pouvait pas le supporter?Il ne pouvait supporter de l?avoir fait souffrir?alors qu?il l?aime tant?
    Il se mit à courir et quand il fut près d?Eichi il ne put retenir ses larmes et serra son ami dans ses bras.
    -Yuitsu : Ei?je?pardonne moi?
    Eichi resta bouche bée?il ne comprenait pas ce qu?il se passait?
    Yuitsu alors ferma les yeux et se pencha vers Eichi et l?embrassa timidement?Puis il rouvrit les yeux inquiet?
    Eichi ne savait pas s?il rêvait ou non mais il était si heureux?Eichi alors embrassa Yuitsu?
    Puis il détacha ses lèvres de celles de son ami.
    -Eichi : Yuitsu?je?
    Yuitsu posa son doigt sur la bouche d?Eichi.
    -Yuitsu : Chuuuut?Ne dis plus rien?
    Et ils s?embrassèrent de nouveau. Le baiser devint de plus en plus profond et de plus en plus fougueux. Yuitsu passa ses mains dans le hakama d?Eichi et le lui défit. Il avait devant lui le torse nu de son ami tant de fois contemplé sans jamais n?avoir osé y toucher?Cette fois c?était réel?Il embrassa le cou d?Eichi qui ferma les yeux et s?abandonna aux caresses prodiguées par son ami.
    -Yuitsu : Ei?es tu?enfin?
    Eichi acquiesça sans dire un mot?puis il lui prit la main et il le mena dans une petite clairière non loin de la?Ils s?allongèrent sur les mousses et continuèrent leurs baisers.
    Eichi défit les vêtements de Yuitsu et caressa le torse, l?embrassa et descendit lentement vers le bas ventre de Yui. Cette caresse arracha un gémissement de plaisir à Yuitsu. Eichi remarqua alors la tumescence de son ami?et sourit?
    Yui dévêtit alors hâtivement Eichi et remarqua un bout de papier?
    Il s?arrêta et le prit?Il vit alors qu?il s?agissait d?un croquis de lui?
    -Yuitsu : Quand ?...Pourquoi?
    -Eichi : Il y a deux ans à la « colline de la vie »?Je?je t?aime Yui?depuis toujours?
    Yuitsu sut alors que pendant tout ce temps ils s?aimaient sans n?oser se le dire?
    Yuitsu embrassa Eichi et ils se caressèrent mutuellement arrachant l?un à l?autre des gémissements de délectation. Puis doucement?.lentement Yui pénétra Eichi?Il commença à se mouvoir précautionneusement?Puis il vit Eichi se cambrer et lui agripper le dos. Yui bougea de plus en plus en plus vite?Soupirant à chacun de ses va et vient. Puis un râle fendit l?air?Ils venaient tous deux d?atteindre l?extase?Il s?affala sur Eichi qui se mit à jouer avec les cheveux du jeun homme?Yui releva la tête?
    -Yuitsu : Je t?aime Ei?Je t?aime plus que tout au monde?
    -Eichi : Mais?et Amami ?
    -Yuitsu : Rien?Nous nous sommes arrêtés quand je t?ai vu?J?ai compris alors que je ne devait plus me mentir?
    Eichi n?en croyait pas ses oreilles?Son rêve devenait réalité?
    Il embrassa Yui du baiser le plus doux qui soit?Sentant leurs désirs monter encore une fois ils se remirent à se caresser?Cette fois ce fut Eichi qui prit les devants?Il caressa et prodigua avec soin les caresses les plus douces à Yui?Il se retenait lui aussi mais il ne voulait pas gâcher ce moment?Yui passait ses mains dans les cheveux de son amant en gémissant?
    -Yuitsu : Viens?viens?
    Alors délicatement Eichi s?enfonça pour ne former plus qu?une seule âme avec l?homme qu?il aimait. Il l?embrassa et lui susurrait des mots doux au fur et à mesure de ses coups de reins?Yui n?en pouvait plus?Il se cambrait du mieux qu?il pouvait et réclamait l?amour d?Eichi?Eichi s?agita consciencieusement, n?allant ni trop vite, ni trop lentement?Quand Yui fut à bout il accéléra la cadence et c?est sous la lune pale que les deux corps s?arc- boutèrent et finirent dans une félicité sans pareille?


    Plus tard devant la maison ils se tenaient par la main?.
    -Yuitsu : Pour Amami?
    -Eichi : On avisera avec elle non ?
    -Yuitsu : Oui tu as raison?Mais?tu n?as pas peur ?...Pour nous de ce que dirons les autres ?
    -Eichi : De quoi aurais je peur ? D?avoir auprès de moi celui que j?aime ? D?être heureux ?
    Puis il lui sourit?
    Yuitsu sentit alors une bouffée de tendresse le prendre et il embrassa Eichi?
    -Eichi : On y va ?
    -Yuitsu : Oui?

    Et main dans la main, éclairés par cette lune qui avait illuminé leur amour ils entrèrent chez eux?dans leur foyer?
  • [pop=Just for once]

    La salle est pleine à craquer?
    Il s?avance tandis que toutes les filles hurlent et scandent son nom sans relâche.
    Il s?assied sur son tabouret, ajuste le micro?
    -Bonsoir?
    Des cris à n?en plus finir?.
    -Je voulais vous remercier d?être venues ce soir pour ma dernière représentation?Voila ma dernière chanson?.
    Et voilà?Quelques notes s?élèvent?Sa voix douce et rocailleuse entonne les premières notes?

    Is there a place for me?
    Somewhere I could lastly be happy?
    Can?t you see me? Can you see me?
    My heart?s bleeding inside, I feel so lonely


    Des voix accompagnent ce chant. Des briquets s?allument, des voix hurlent, d?autres se taisent?Le staff autour de la scène s?active. Sortir les personnes évanouies, faire vite sans gêner la représentation. Sous sa mèche brune qui retombe sur son visage, ses yeux se ferment?

    It's hard...too hard and so painful
    I've never agreed those stupid rules
    I can't stand anymore that old lullaby
    I miss you so...Don't pass me by...


    Il poursuit avec le refrain?Il ne cesse de penser à elle, à son regard chaleureux, sa douceur, sa gentillesse?Il l?aime tellement que ça lui fait mal?Il l?aime comme un fou?Comme lui seul saurait l?aimer?.

    Please baby just for once try to forget me
    Let me wipe out all of your tears
    Let me protect you from all your fears
    Please just for once more forget the real me?


    Sa main vole et virevolte, les notes s?enchaînent, sa voix se fait supplique?Il ouvre ses beaux yeux gris et aperçoit dans la salle des jeunes femmes en pleurs?La musique va crescendo, sa voix hurle?

    I'll bring you the moon to light up your darkness
    I'll be your wish, your hope in your sadness
    I'll always be there for you?
    Those words I can swear to you?


    Le silence s?installe?Seul avec sa guitare?Seul avec ses pensées?Il entame le dernier couplet?

    Why do I have to feel this sorrow
    Why do I have to love you so...
    I can't stand that situation no more
    Try to forget the real me once more....


    Une salve d?applaudissement accueille la fin de la chanson. Il se lève et remercie son public.
    Il arrive enfin à sa loge elle est là?Son sourire lui brise le c?ur et une bouffée d?amour l?envahit en même temps?.Il voudrait tant pouvoir l?aimer comme un homme aime une femme?Juste une dernière fois?Comme cette fois qu?ils avaient partagé?avant de savoir?.
    -Ca y est tu es la !!! Tu chantes si bien ! Mais tu peux me le dire cette chanson?.maintenant que tu arrêtes?de qui est ce que ça parle ????
    Son regard était emprunt de malice.
    Il la regarda?et lui tourna le dos?
    -Personne?.
    -Allez dis le moi !!!!!!! S?il te plait !!!!
    Il se souvint de leur amour fou, de cette nuit passée à s?aimer?Il s?était rencontrés deux ans auparavant?Elle avait deux ans de moins que lui?.Tout de suite ils s?étaient plus?Ils se ressemblaient beaucoup?.Trop même pour un couple?Mais ils s?aimaient?Ils avaient eu une vie difficile : parents morts durant l?enfance, les orphelinats, la solitude?Ils se comprenaient?Jusqu?à ce qu?ils apprennent?.Jusqu?à ce qu?on lui brise le c?ur?Jusqu?à ce qu?ils sachent qu?en fait s?ils se ressemblaient tant?c?était tout simplement parce qu?ils étaient de la même famille?Frère et s?ur?
    -Cette chanson?elle parle?de toi?.
  • [pop=Traduction de l'anglais de "Just For Once]
    Existe t-il un endroit pour moi?
    Quelque part ou je serais enfin heureux...
    Ne peux tu me voir? Peux tu me voir....
    Mon coeur saigne intérieurement, je me sens si seul...

    C'est dur...si dur et si douloureux...
    Je n'ai jamais accépté ces stupides règles
    Je ne supporte plus cette vieille melodie...
    Tu me manques tant...Ne me laisse pas tomber...

    (REFRAIN)
    S'il te plait bébé juste pour une fois essaie de m'oublier
    Laisse moi chasser toutes tes larmes
    Laissse moi de proteger de toutes tes peurs
    S'il te plait pour une fois encore oublie le vrai moi...

    Je t'apporterai la Lune pour t'eclairer dans ta penombre
    Je serais ton souhait, ton espoir dans ta tristesse
    Je serais toujours la pour toi
    Ces mots la je peux te les jurer

    Pourquoi dois-je ressentir cette douleur?
    Pourquoi est ce que je t'aime autant...
    Je ne supporte plus cette situation
    Essaie d'oublier le vrai moi juste une derniere fois....
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 10 2006, 10:53 PM
Message #5


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



La Voie®Kotoko inc. Part.I (chapitre 1 à 5)
  • Disclaimer + Prologue et liens des dessins de mes personnages
    Voilà je commence ma première fic (datant du 20/05/05) tout juste alors j'attend de vous que vous me disiez ce que vous en pensez....(suite aux spoilers du tome 17.)


    Disclaimer :
    Les personnages de Fruits Basket ne sont pas les miens mais…Je les aime !!!!!

    NDA :
    Les pensées et les flash-back sont en italiques, les bruits (toc-toc, etc…) seront écrit, les changements de spatiaux ou temporels seront marqués par des traits _____et les tirades précédées du nom de la personne qui parle.

    Prologue :

    Maman, Papa ! Pourquoi…vous nous manquez tellement…1 an déjà… Nous avons quitté la France pour venir vivre ici Maman, ce pays que tu aimais tant, ce pays qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui…Nous ne pouvions rester…C’était trop dur…


    Mes personnages:

    Description d'Emma et Noa.

    -Emma et Tohru
    -Emma et Noa
    -Noa et Akito
    -Noa,Brianna et Luna
    -Noa et Luna dans le bain

    Ces dessins ont été fait par MadEye alors n'hésitez pas à l'applaudir!!!!
  • [pop=Chapitre 1]

    « Le vrai lien, c’était ce qu’il y avait entre Akira et moi ! »…le vrai lien…vrai lien…
    -Une petite fille : Dis Papa, pourquoi Maman est si dure avec moi ?
    -… : Voyons Akito, ta mère n’est pas dure, elle a juste peur pour toi, pour nous…Mais ne t’en fais pas, tu es née pour être aimée…


    -… (Se réveillant en sursaut et en sueur)
    : AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Tatatatatatatatatatatatatata…
    Toc-toc
    -Servante : Pardonnez-moi, j’ai entendu un cri… vous avez besoin de quelque chose ?
    -Akito : VA-T’EN!!!!! VA ME CHERCHER KURENO !
    -Servante : Oui !

    Pourquoi ? Pourquoi ? Ca faisait si longtemps que je n’avais pas fait ce rêve…
    ______________________________________________________________________

    -Kuréno : Qu’y a t il Akito ?
    -Akito : Rien…Reste avec moi…
    -Kuréno : Bien.
    Elle se blottit dans ses bras… et se mit à sangloter...
    -Kuréno : A…A…Akito ?
    -Akito : Ne dis rien…
    Papa… tu me manques tellement si tu savais…Personne, non personne ne m’aime comme tu m’aimais…Personne ne m’aime comme tu l’avais dit…Pas même Kuréno…

    _____________________________________________________________________

    -… : Ca y est on est enfin arrivés !
    -… : C’est vrai Emma…Tu..tu..tu sais…, je te protègerais toujours…Quoi qu’il puisse arriver…
    -Emma : Moi aussi Noa, pour toujours…
    _____________________________________________________________________

    -Shiguré : AAAAAAAAAAAHHHHHH !!!!!! Tohru ! Qu’est-ce qu’il y a pour le déjeuner ?
    -Kyo : TA GUEULE ! C’est pas ta bonne !
    -Shiguré : De si bon matin, être aussi agressif…
    BAM !
    -Tohru : Kyo ! S’il-te plait ! Arrête de taper Mr.Shiguré !!!
    -Kyo : Fais - tuuut - le clebs ! Et toi arrête ! Aie l’air gênée ou outrée quand il est comme ça !
    -Tohru : OO…oui ! Ano…Mr.Shiguré, j’ai préparé du nattô, de la soupe miso et du ragoût…
    -Shiguré : Ah ! Tohru ! Tu serais une parfaite épouse !
    PAF !
    -Yuki : Arrête !
    -Shiguré : Oh non ! Pas toi aussi Yuki ! (versant des larmes de crocodiles) Tohru, il n’y a que toi qui m’aimes ici !!!
    -Torhu : Euh…
    -Yuki : Ca suffit ! Puis pleure pas comme une fillette !
    Un peu à l’écart…
    -Kyo : Bon on va être en retard si on n’y va pas !
    ______________________________________________________________________

    Toc-toc
    -Mayuko : Entrez !
    -… : Euh…Bonjour je m’appelle Neto Emma et je suis une nouvelle élève !
    -Mayuko : Présente toi un peu…
    -Emma : J’ai 17ans, j’arrive de France et…
    -Mayuko : Tu parles très bien notre langue !
    -Emma : Eh bien en fait j’ai appris le japonais depuis que je suis toute petite…
    -Mayuko : Bon bah alors va t’asseoir là-bas entre Yuki et Tête de Carotte !
    -Kyo : EH ! M’APPELLEZ PAS COMME CA !!
    -Emma: Euh…
    -Mayuko : Oh ! Pardon! Toi aussi tu es rousse!
    ______________________________________________________________________

    Son de cloche
    -Mayuko : N’oubliez pas de me retranscrire la page 77 en japonais ancien !!!
    -Elève 1 : Tu parles on fait le boulot à sa place oui !
    -Elève 2 : Oh la barbe !
    -Mayuko : …J’AI ENTENDU !!!
    -Les 2 : Oups !
    ______________________________________________________________________

    -Torhu : Bonjour ! Je m’appelle Honda Tohru ! Et là c’est Soma Yuki et Soma Kyo son cousin !
    -Yuki : Malheureusement …
    -Kyo : Quoi ! Tu veux te battre sale rat ?
    -Yuki : Non, t’es trop faible stupide chat !
    -Kyo : Attends un peu !!!!!
    -Arisa : Oye ! Kyon-kyon ! T’as pas fini là de vouloir te battre avec le Prince ?
    -Kyo : Quoi ? Qu’est ce t’as Yankee ! Tu veux que ce soit toi ?!!!
    -Emma : Euh…Excusez-moi…Je suis Emma. Enchantée !
    -Arisa : Mate Kyon-kyon ! Elle a les mêmes cheveux que toi !
    -Kyo et Emma en même temps : Moi c’est naturel !
    -Tous :……….
    -Arisa : Ouai bon, moi c’est Uotani Arisa mais on m’appelle Uo et là c’est Hanajima Saki dite Hana. Salut !
    -Saki : Des ondes…chaudes et douces…mais…
    -Arisa : Mais ?
    -Saki : Une peine immense aussi…

    -… : TOHRU !!!!
    BAM !
    -Momiji : OUIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNN !!!!Kyo m’a tapé !!!
    -Kyo : T’es con ou quoi ! Tu peux pas arrêter de courir !
    -Tohru : Momiji !
    Ah ! Emma c’est Soma Momiji et là c’est Soma Hatsuharu, ils sont en première…
    -Haru :’lut !
    -Emma : Euh… Soma... ?
    -Tohru : Oui des cousins aussi !
    -Momiji : Dis ! Dis ! Dis Tohru on peut venir ce soir ?
    -Torhu : Oui bien sur ! ^^
    -Yuki : Bon j’y vais ! J’ai une réunion au Conseil…Ravi de faire ta connaissance Emma !
    (Yuki s’inclinant, Emma se mit à rougir)
    -Kyo : Vas-y, casse-toi « YUN-YUN » !!
    BOUM !
    -Kyo : ‘tain mais tu fais mal !
    -Yuki : Bon à ce soir Tohru !
    -Tohru : Oui !
    -Emma : Euh vous vivez ensemble ?
    -Tohru : Oui et avec Kyo et Mr Shiguré aussi !
    -Emma : Mr Shiguré ?
    -Arisa : Laisse tomber ! On t’expliquera ça plus tard ! Aller Hana ! On y va !
    -Hana : Oui… à demain…
    -Tous : A demain !
    -Tohru : Tu..tu es très belle !
    -Emma : Euh…merci !
    -Tohru : Tu veux bien qu’on devienne amies ?
    -Emma : Oui.
    Tohru se jette dans ses bras.
    -Tohru : Bon à demain alors !
    -Emma : A demain !

    ______________________________________________________________________

    -Emma : C’est moi !
    -Noa : Ca y est tu es rentrée ?
    -Emma : oui ! Comment c’était ta journée ? Pas trop dur ?
    -Noa : Non ça va..Pa..pa m’avait montré…
    Mais toi ta journée, ça s’est bien passée ?
    -Emma : Oui… J’ai rencontré des gens...
  • Chapitre 2
    -Akito: Hatori! Emmène moi chez ces trois abrutis qui refusent de vivre avec nous...et préfère cette fille hideuse!
    -Hatori (songeant à Tohru): Que veux-tu aller faire là-bas?...Ne me dis pas que...
    -Akito: Tais toi! Je fais ce que je veux!
    ______________________________________________________________________

    Son de cloche
    -Tohru : Emma ! Dis tu veux bien venir manger à la maison ?
    -Emma : Euh…oui pourquoi pas ? Mais il faudrait que je prévienne chez moi…
    -Yuki : Tu appelleras de la maison, ça te va ?
    ______________________________________________________________________

    -Tohru : On est rentrés !
    -Shiguré : Bienven….Mais qui est cette charmante et jolie demoiselle ?
    BOUM ! PAF !
    -Yuki et Kyo : C’est pas tes affaires !!!
    -Emma : Je m’appelle Neto Emma et je suis nouvel…
    -Shiguré : Nattô ? (en proie à ses fantasmes) Miam ! Miam ! Une jolie jeune fleur prête à croquer…
    -Yuki et Kyo : SHIGURE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    -Emma : Euh non pas nattô… N-E-T-O. Neto.
    -Tohru : C’est… c’est mon amie !
    -Emma : Euh…excusez-moi mais je peux appeler ?
    -Yuki : Oui vas-y c’est par là !

    -Emma : Allô ? C’est moi ! Oui, je suis chez des amis… oui…tu pourras venir me chercher…d’accord….oui…à tout à l’heure…

    -Tohru : Qui est-ce que t’as appelé ?
    -Emma : Euh…

    -Kyo : Fais - tuuut - ! Je vais te battre !
    -Yuki : Non ! Non ! ^^
    -Kyo : Qu’est-ce que t’as sale tapette !
    -Shiguré : Allez…Arrêtez un pe…
    -Yuki et Kyo : Toi la ferme !
    ______________________________________________________________________

    Dans le bois près de chez Shiguré.
    -Akito : Hatori ! Arrête-toi ! Attends-moi je vais aller faire un tour dehors…
    -Hatori : Bien Akito.

    S’éloignant un peu dans le bois…
    Pourquoi est-ce que tout est si beau et que je ne peux réellement en profiter ?...
    BOUM !
    -… : Ah pardon…Vous allez bien ?
    -Akito : MAIS TU SAIS…
    Elle leva les yeux et vit alors le plus beau des regards émeraude qu’elle n’ai jamais vus.
    -Akito : Euh…oui…
    Il lui tendit la main et l’aida à se relever.
    Que sa main est douce et chaude…
    -… : Excusez-moi je ne vous avez pas vue…
    Il…il sait que je suis une femme…Comment…
    -… : Je me suis un peu perdu…Pourriez-vous m’aider ?
    Elle est belle…très belle…mais son regard…
    -Akito : Oui. Que cherchez-vous ?
    -… : Je cherche la maison Soma. Vous savez ou c’est ?
    -Akito : Oui…
    Que va t’il faire là-bas ?
    C’est tout droit puis au croisement c’est à droite…
    -… : Merci beaucoup…
    Il lui sourit d’une manière très douce.
    Et elle le regarda s’éloigner….
    Ces yeux…ce sourire…
    -Akito (se tenant la poitrine) : AAAAAAHHHHHH !!!!!

    Tatatatatatatatatatatatatata…
    -Hatori : Akito ! Akito ! Est-ce que ça va ?
    -Akito : J’ai…je…
    -Hatori : Rentrons ! Tu n’es pas bien.
    -Akito : Oui…
    ______________________________________________________________________


    -Tohru : J’ai passé une excellente soirée !!!!!
    -Tous : Nous aussi !
    -Emma : Oui j’ai beaucoup aimé ! Tu es un vrai cordon-bleu Tohru !
    -Tohru : Euh..Non..Non..
    -Kyo : Tu parles ! Si elle était pas là on crèverait de faim !
    -Yuki : Je dois reconnaître que pour une fois ce stupide chat a raison !
    -Kyo : QUOI ?! STUPIDE ?! REPETE UN PEU POUR VOIR !!!
    -Yuki : CHAT STUPIDE !!!
    -Emma : Ah ! Le voilà !
    -Tous : ………….

    Emma cours et se jette dans ses bras.
    -Noa : Ah te voilà ! Tu as passée une bonne soirée ?
    -Emma : Oui ! Et Tohru cuisine très bien ! J’ai bien mang…
    Pardon ! Et toi tu as mangé au moins ?
    -Noa (souriant) : Oui, oui, ne t’en fais pas. Comme j’avais un peu de temps, j’ai mangé en route…
    -Emma : OUF !! Viens !!! Je te présente mes amis.
    TOHRU !!! Je te présente Noa.
    -Tohru : Je m’appelle Honda Tohru et je suis enchantée de faire votre connaissance !
    -Noa (lui faisant la bise) : Moi aussi, je suis Noa.
    -Kyo, Yuki et Shiguré : AAAAAAAAARRRRRRRRRRGGGGGGHHHHHHHHH !!!!!!!!!
    -Tohru (brassant avec moult vigueur l’air autour d’elle) : Euh… euh…
    -Emma : Noa !!! Ici on ne fait pas la bise ! Ce n’est pas comme chez nous ! Tu as oublié ?
    -Noa : Oh ! Pardon !
    -Tohru (rougissant) : Euh…euh…ce n’est rien…c’est pas grave !
    -Emma : Et là-bas c’est Kyo Soma.
    -Kyo : ‘lut !
    PAF !
    -Yuki : Kyo sois poli ! Bonsoir, moi c’est Yuki Soma. Ravi de vous rencontrer.
    -Noa : Moi aussi. Je suis le…
    -Shiguré : Oh ! Un homme d’une telle distinction ! Prends exemple Kyo !
    -Kyo : TA GU**LE ! Je prendrais jamais exemple sur toi sale clebs !
    -Shiguré : Je me présente : je suis Shiguré Soma, écrivain de profession et permettez moi de vous dire qu’Emma est bien bel…
    POUF ! (Yuki et Kyo lui masquant la bouche)
    -Yuki : Ce que mon cousin a voulu dire c’est qu’Emma est la bienvenue ici…-_-‘
    _____________________________________________________________________

    Sur le chemin du retour.
    -Noa : Ils ont l’air gentils tes amis…
    -Emma : Oui ils le sont mais…
    -Noa : Mais… ?????
    -Emma : Je ne sais pas trop quoi dire pour l’instant je ne les connais pas assez…
    _____________________________________________________________________

    Au téléphone.
    -Shiguré : QUOI ?????!!!!! Elle est venue et elle est repartie avant même d’arriver…Hein?... MAL ? Qu’est ce qu’elle a ?....Hum…Que voulait-elle ?...Non…C’est juste que Tohru et les garçons avaient invité quelqu’un…Bah oui…Heureusement qu’elle ne l’a pas vue…Quoi ?...Bizarre tu dis …. Je passerai demain…Très bien…À demain Hatori.

    _____________________________________________________________________

    Chez les Neto.
    -Emma : Bonne nuit Noa !
    -Noa : Bonne nuit à toi aussi Emma ! Au fait la femme de ménage arrive demain et les autres domestiques la semaine prochaine…
    -Emma : Mais tu sais très bien que je n’aime pas ça ! C’est pas parce qu’on est rich…
    -Noa : Je sais bien mais cette maison est trop grande pour que nous nous en occupions seuls et pense que cela permettra à quelques familles de vivre !
    -Emma : Oui ! Oui ! Je t’aime fort ! A demain !
    -Noa : Moi aussi, dors bien.

    Il sortit dans le vaste jardin de leur propriété…l’air était plutôt frais en ce mois de mars…une brise lui donna quelque frissons et il leva les yeux vers le ciel parfaitement dégagé, clairsemé d’astres illuminants faisant apparaître la Lune dans toute sa splendeur…
    Ce qu’elle était belle…D’une beauté si douce…si délicate…mais si différente à la fois…D’ailleurs pourquoi portait-elle cet uniforme de lycéen ?
    _____________________________________________________________________

    Au même moment, regardant aussi vers ce ciel magnifique, quelqu’un, quelque part dans cette même ville…

    Ces yeux…ce regard…si doux et chaud…Son sourire était si beau…Il a remarqué que j’étais une femme…Comment l’a t’il su…
    _____________________________________________________________________

    Deux âmes regardaient alors ce ciel de mars….

    Ce regard qui m’a transpercé…aussi beau que l’Amour…mais en même temps si triste…
  • Chapitre 3

    Au manoir Soma.
    -Akito : Kuréno ! Je n’aurais pas besoin de toi demain tu peux prendre ta journée…
    -Kuréno : Bien.
    Elle est bizarre en ce moment…
    Toc-toc
    -Shiguré : Akito c’est moi.
    -Kuréno : …
    -Shiguré : Qu’est ce que tu fous là encore ?
    Kuréno sortit discrètement de la pièce.
    -Akito : Que veux tu ? Pourquoi viens-tu troubler ma tranquillité ?
    Shiguré l’attrapa par le bras et lui maintint le visage de son autre main…Leurs bouches se touchaient presque…Il la fixa dans les yeux…
    -Shiguré : Je vois dans ton regard que quelque chose te tourmente…
    -Akito (se dégageant de l’étreinte) : Que vois-tu, hein dis moi ? RIEN DU TOUT ! Parce que tu ne sais pas ce que je vis et ce que j’endure à cause de vous sales maudits ! Je vous déteste ! Tout autant que vous me détestez ! A cause de vous je ne peux pas vivre normalement ! JE VOUS DETESTE ! JE VOUS…
    -Shiguré (enlaçant Akito) : Chuuuuutttttt…. Je ne te déteste pas….bien au contraire…je ferai n’importe quoi pour toi…tu es ce qui m’est le plus cher…
    -Akito (repoussant Shiguré) : TAIS TOI ! TU MENS !
    PAF !
    -Akito : Tu crois que je ne me doute pas de tes manigances pour briser cette malédiction hein !!!!!
    -Shiguré (se tenant la joue) : ……De…de…de quoi tu parles ?
    -Akito : De quoi je parle ! Pourquoi crois-tu que j’ai laissé cette Honda Tohru vivre chez toi hein ?!Tu te crois si malin que ça ! J’ai bien vu tes manigances et ne parlons pas de tes coups de fil à Hatori !
    -Shiguré : Qu….
    -Akito : TAIS TOI ! ET VA T’EN !!! HORS DE MA VUE !!!
    Elle prit le vase qui se trouvait pas loin de la et le balança à travers la pièce de toutes ses forces. Shiguré l’esquiva de justesse avant qu’il n’aille se fracasser dans un énorme vacarme contre le mur.
    -Shiguré : Alors je m’en vais…
    -Akito : HORS DE MA VUE !!!!!!!!!!
    Quand Shiguré fut sorti elle s’effondra sur le sol et se mit doucement à pleurer…
    Pourquoi ne suis-je pas comme les autres…Pourquoi dois-je souffrir autant…Personne ne sait ce que j’endure…Non, aucun d’eux ne sait ce que j’endure pour eux…
    _______________________________________________________________________

    Pendant la récréation quelque part dans les couloirs, Emma rattrape Tohru seule.
    -Emma : Dis-moi Tohru…
    -Tohru : Oui…
    -Emma : Non...oublie…
    -Tohru : Non demande-moi !
    -Emma : Je… je voulais te demander…Comment se fait-il que tu vives chez les Soma ?
    -Tohru : Mon père est mort quand j’étais petite et ma mère dans un accident de voiture…Ca fera 2ans au mois de mai…Je vivais chez mon grand-père mais suite à quelques évènements j’ai vécu dans une tente et Mr Shiguré et Yuki m’ont trouvé et recueilli…Depuis je vis avec eux. Et toi ou vis-tu ? Et tes parents ? Tu n’en parles pas beaucoup…
    -Emma : …
    -Tohru : Excuse-moi si j’ai dis quelque chose qu’il ne fallait pas !
    -Emma : Non ! Non ce n’est pas ça ! Mes parents sont morts dans un crash d’avion un peu avant Noël il y a 1 an, ils rentraient à la maison pour les fêtes et nous avons quitté la France car nous ne supportions plus de vivre là ou nous avions vécu avec nos parents alors nous sommes venus nous installer ici dans la résidence secondaire de mes parents…
    -Tohru : Nous ?...
    -Emma : Oui Noa et moi.
    -Tohru : C’est…c’est…c’est ton frère ?
    -Emma : Oui bien sur. Qui crois-tu que c’était ?
    -Tohru : Eh bien je pensais que c’était ton petit ami parce que vous ne vous ressemblez pas trop…à part….oui à part vos yeux…
    -Emma : En fait Noa ressemble beaucoup à mon père et moi à ma mère. D’ailleurs c’est d’elle que je tiens la couleur de mes cheveux.
    -Tohru : Ah je vois ! Ta mère devait être très belle alors…
    -Emma : Oui elle l’était…Et toi, comment était ta mère ?
    -Tohru : Oh !!! Elle était….
    -Yuki : Désolé de vous interrompre mais ça va sonner les fill…
    -Emma (en se retournant, trébuchant sur Yuki) : AAAAAAAHHHHHHH !!!!!
    POUF !
    -Emma : Q….qu…Où est-il ? Que font ses vêtements ?
    -Tohru : Euh…
    -Yuki : Laisse Tohru on lui expliquera ça ce soir…
    -Emma : T…t…tu…tu es une souris ?
    Son de cloche
    PLOUF !
    Les filles se retournent en rougissant.
    -Yuki (tout rouge): Je vais me changer et j’arrive.
    _____________________________________________________________________

    Chez Shiguré
    -Emma : Alors comme ça vous êtes les douze du Junishi plus Kyo qui est le chat… Si toi Yuki tu es le rat et que Kyo est le chat…Qu’êtes vous Mr Shiguré ?
    -Shiguré : Voyons ! (se rapprochant d’Emma) Je suis le plus fidèle et dévoué d’entre tou…
    PAF ! PAF !
    -Yuki et Kyo : SHIGURE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    -Tohru : Mr Shiguré est le chien, Momiji le lapin et Haru le Bœuf. Les autres tu ne les as pas encore rencontrés…Mais c’est un secret…
    -Shiguré : Il va falloir que j’en parle à Akito…
    -Yuki et Kyo : Non ! T’es pas obligé !
    -Shiguré : Vaut mieux que je lui dise qu’Akito ne l’apprenne autrement sinon…
    -Tohru (se touchant la joue) : Oui vous avez peut-être raison Mr Shiguré mais…
    -Emma : Qui est Akito ?
    -Yuki : C’est le chef du clan Soma…
    -Tohru : C’’est le Dieu du Junishi…
    -Emma : Alors je viendrais avec vous Mr Shiguré ! Nous irons demain c’est dimanche !
    -Yuki : Non ! Tu ne dois….
    -Emma : J’ai dis que j’irai alors j’irai…A demain !
    -Yuki : D’accord à demain mais on ira avec toi…
    _____________________________________________________________________

    De bonne heure chez les Neto.
    -Noa : Emma ! Tu es déjà réveillée ?...Oh…Qu’est-ce que c’est ?
    Il prit un mot déposé sur la table de la cuisine…

    « Noa,
    Je suis partie très tôt aujourd’hui pour aller chez les Soma.
    Je dois rencontrer quelqu’un d’important mais malheureusement je ne peux pas t’en dire plus car j’ai fait une promesse.
    A ce soir.
    Je t’aime fort.
    Ta sœur Emma. »

    Il ne sut pourquoi mais à la lecture de ce mot il fut pris de panique. Il décida d’aller chez les Soma, sortit sa (belle) voiture (de luxe) et fonça chez Shiguré.

    Dans sa voiture.
    Pourquoi est-ce que tu ne peux rien me dire ? De quoi parle-tu ? Et qui est cette personne si importante que tu vas voir ?
    _____________________________________________________________________


    Il arriva enfin chez Shiguré.
    -Yuki et Kyo : …..
    -Noa : Excusez-moi mais vous n’auriez pas vu ma sœur ?
    -Kyo : Ta sœur ?
    -Noa : Oui ! Emma est ma petite sœur !

    Il leur tendit le mot d’Emma…
    -Yuki : Tohru ! Gardes la maison ! On doit partir avec Kyo !!!!!!!
    -Tohru : Quoi ? Qu’est ce qu’il se passe ? Oh! Bonjour Mr Noa…
    -Kyo: Vite!!! Elle est partie sans nous chez Akito!
    -Yuki : Vous pouvez nous emmener ?
    -Noa : BIEN SUR ! Montez vite !!! Elle est en danger n’est ce pas ?
    Yuki et Kyo baissèrent la tête…
    -Yuki : En fait, on ne sait pas…
    _____________________________________________________________________

    -Akito : Qui es-tu pour venir devant moi !
    -Emma : Je m’appelle Emma et je suis venue pour vous parler de …
    -Akito : Je sais de quoi tu veux parler !!!Pour qui tu me prends hein !!!!Tu crois que je suis stupide c’est ça ?!!!
    -Emma : Oh non ! Jamais je n’oserai…
    L’empoignant par les cheveux d’une main et par le visage de l’autre, Akito s’énervait de plus en plus.
    -Akito : Tu crois que tu peux faire comme l’autre fille hideuse hein ? Tu crois que je vais permettre à quelqu’un d’autre de savoir quelque chose sur la malédiction ?!!!ILS SONT A MOI !!!!! TU ENTENDS, A MOI !!!!!Hatori ! Dès ce soir tu effaceras la mémoire de Tohru et de cette fille !!!
    -Shiguré : Akito !
    -Emma : Effacer la mémoire ?....
    VLAM !!!
    -Yuki et Kyo : AKITO !!!!!!!ARRETES !!!!!
    C’est alors que Noa pénétra dans la pièce…
  • Chapitre 4
    Quelque part dans le centre ville, un homme entre dans un café.
    -Arisa : Comme on se retrouve !
    -Kuréno : Euh…oui…
    -Arisa : Dis-moi par hasard tu n’es pas seulement venu boire un café n’est-ce pas ?
    -Kuréno : Eh bien…
    -Arisa : Dis moi la vérité.
    -Kuréno : Non c’est vrai tu as raison…Je…je…je suis venu te voir…
    -Arisa : Et tu crois qu’en te pointant ici ce sera suffisant pour…
    -Kuréno : Je suis venu te parler…
    -Arisa :…
    -Kuréno : Alors…tu veux bien ?
    -Arisa : Attends moi ici 1 minute j’arrive. Mais surtout ne t’en vas pas !
    -Kuréno (lui souriant) : Ne t’en fais pas je t’attendrai…

    Arisa s’en va…Pendant ce temps Kuréno regarde tout autour de lui…
    Qu’est ce que c’est que cet endroit ? Pourquoi travaille-t-elle ici ? Pourquoi n’est-elle plus au magasin ?

    -Arisa : C’est bon je peux prendre ma journée ! Le patron me devait des jours en plus !
    -Kuréno : Merci…
    -Arisa : Alors on va ou ?
    -Kuréno : Suis moi tu veux bien ?
    _____________________________________________________________________

    Dans un parc, assis sur un banc près d’un étang.

    -Arisa : Bon qu’est ce que tu voulais me dire ?
    -Kuréno : Eh bien…J’ai beaucoup pensé à toi…
    -Arisa : C’est normal ça fait un bail que je t’ai plus vu !!!
    -Kuréno : À vrai dire tu m’as beaucoup manqué…
    Arisa fondit en larme et Kuréno la prend dans ses bras.
    -Arisa : Si tu savais comme j’ai pensé à toi…
    _____________________________________________________________________

    Au manoir Soma.
    -Akito : Qu’est-ce qui se pas…
    Elle relâcha Emma, surprise.
    -Emma : Noa ! Tu es là !!!
    Emma se jeta dans les bras de son frère.
    -Noa : Oui je suis là…Ne t’en fais pas, je serais toujours là…
    Akito regardait la scène et sans s’en rendre compte, des larmes coulaient de ses yeux.
    -Shiguré : Akito !
    Noa alors releva la tête et vit…
    -Shiguré : Akito !!!!!!! Vite Hatori !!!!!
    Akito s’évanouit…
    « Ne t’en fais pas…Je serais toujours là… » Non ce n’est pas possible ! NON !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    -Hatori : Vite il faut l’emmener à l’hôpital !
    -Kyo : M’en fous ! Qu’il crève !
    -Noa : Qu’il ?...
    ______________________________________________________________________



    -Arisa : QUOI !!!!! Tu es un Soma ?!!!!!!!!
    -Kuréno : Oui…
    -Arisa : Attends…Ca veut dire que tu connais le Prince et Kyon-kyon ?!!
    -Kuréno : Le Prince ? Kyon-kyon ?
    -Arisa : Bah oui ! Yuki et Kyo !
    -Kuréno : Mais pourquoi les appelles-tu comme ça ?
    -Arisa : Bah c’est leurs surnoms à l’école !
    -Kuréno : Bon d’accord…-_-‘
    Enfin ce que je voulais te dire c’est que si je ne t’avais pas vue depuis si longtemps c’est parce que…
    BIP ! BIP ! BIP!
    Kuréno fouille dans sa poche.
    -Kuréno : Attends c’est mon portable…
    Allo ! Oui…Shiguré ?...Oui…QUOI !... Ou ça ?...A l’hôpital !...J’arrive tout de suite !
    -Arisa : Qu’est ce qui se passe ?
    -Kuréno : Je..je dois partir…à l’hôpital…
    -Arisa : Quoi ?! Attends j’ai pas pris ma journée et je me suis pas embrouillée avec le boss pour que tu t’en aille !
    -Kuréno : Tu t’es quoi ?
    -Arisa : En fait il voulait pas me laisser partir alors je me suis un peu disputée avec lui…
    -Kuréno : Bon alors viens avec moi mais ne te fais pas remarquer !
    -Arisa : Comment ça ?! Qu’est ce que t’insinue ! Que je sais pas me tenir ?!
    -Kuréno (lui souriant) : Non c’est pas ça…Mais je ne veux pas qu’il t’arrive quoi que ce soit alors s’il te plait écoute moi et ne dis rien !
    -Arisa : D’accord.
    ______________________________________________________________________

    Dans la salle d’attente de l’hôpital.
    -Yuki : Infirmière ! Vous pouvez nous donner des nouvelles de Soma Akito s’il vous plait ?
    -Infirmière : Ah ! La jeune femme qui est arrivée tout à l’heure ?
    -Kyo : Vous devez être timbrés dans ct’hôpital ! C’est pas une femme c’est un sal type de merd…
    -Hatori : Kyo ça suffit !
    -Shiguré : Comment va-t-elle ?
    -Yuki et Kyo : Quoi ?!! Akito est une femme ?!!!!

    -Kuréno (essoufflé) : Qu…qu….que se passe t’il ? Où est-elle ? Où est Akito ?
    -Kyo : Qu’est ce que tu fous là toi ? Euh ????? Qu’est ce que tu fous là Yankee ?!!
    -Arisa : Euh ??? Bah vous qu’est ce que vous faites là ? Je suis venue avec Kurén…
    -Infirmière : Melle Soma est réveillée. Si quelqu’un désire la voir. Mais attention pas plus d’un à la fois !
    -Kuréno : J’y vais !
    -Shiguré : Non moi, j’y vais !
    -Hatori : Trop tard on a été devancé.

    Noa s’avançait à grands pas vers la chambre d’Akito.
    Toc-toc

    -Akito : Rentre Hatori…
    -Noa : Désolé ce n’est pas euh Ha.to.ri…
    -Akito :…… Je…je…je euh…je…
    -Noa : Non laisse moi parler d’abord.
    Qu’as-tu dis ou fait à Emma ?
    -Akito :…
    -Noa : Réponds-moi ! Ma sœur n’a pas voulu me le dire alors dis moi !
    -Akito : Ta…ta…ta sœur ?...
    -Noa : Oui ma petite sœur. Il ne me reste plus qu’elle au monde et je dois la protéger…
    -Akito : Plus qu’elle…Tu…tu es… seul…
    -Noa (baissant la tête) : Oui il ne me reste plus qu’elle…
    Des larmes se mirent à couler doucement sur ses joues.

    Akito l’enlaça et se mit à pleurer en silence avec lui.
    ______________________________________________________________________

    Dans la salle d’attente.
    -Arisa : Bah qu’est ce que tu fous là Emma ?
    -Kuréno : Tu les connais ?
    -Arisa : Bah ouai c’est le Prince et Kyon-kyon avec Emma, une amie. Et là c’est l’écrivaillon pervers…
    -Shiguré : Quoi ? Ecrivaillon pervers ? Je suis ériv…
    -Hatori : Je crois qu’elle doit assez bien te connaître pour aussi bien te décrire…
    -Arisa : Et lui c’est le doc du Prince, on l’a vu il y’a longtemps à une fête au lycée…
    -Shiguré : Et toi Kuréno, comment se fait il qu’elle te connaisse ?
    -Kuréno : Eh bien….
    -Kyo : M’en fous ! J’veux pas savoir ! Comment ça Akito est une femme ?!!!!
    -Yuki : Oui dites nous un peu la vérité pour une fois…
    -Arisa : Bon j’vois que c’est délicat alors je vais aller appeler Tohru. Elle doit certainement s’inquiéter pour vous…
    -Emma : Attends moi Uo ! Je viens avec toi !
  • Chapitre 5

    Chez Shiguré.
    -Momiji : Dis Tohru, ils en mettent du temps non ? Tu n’es pas inquiète pour Emma…
    -Tohru : Si, énormément…Au fait merci Momiji d’être venu me tenir compagnie…Mais comment tu as su que j’étais seule ?
    -Momiji : Au manoir j’ai croisé Kyo et Yuki qui couraient vers chez Akito suivi par un autre homme…Pendant leur course j’ai entendu : « Va chez Shiguré t’occuper de Tohru ! »
    -Tohru (rougissant): Qui a dit ça ?
    -Momiji (gêné) : Bah…à vrai dire je ne sais pas non plus j’étais en train de penser à mon morceau de violon…Tu m’en veux pas Tohru hein ? Hein ? Hein ?
    Tohru prit Momiji dans ses bras.
    POUF !
    -Tohru (serrant le lapin contre elle) : Bien sur que non ! Jamais je ne pourrais être fâchée contre toi Momij…
    DRRRIIIIIINNNNNNGGGGGGGGG
    -Momiji : Vite Tohru c’est le téléphone !

    -Tohru : Allo ! Résidence de Soma Shiguré, j’écoute…Ah ! Bonjour Uo !... Quoi ?...J’arrive tout de sui…Quoi ?...Elle va bien ?...Bien….Et Akito ?... Hana ?…Quand l’as-tu appelée ?.... D’accord. Merci Uo.

    -Momiji : Qu’est-ce qu’il se passe ? Dis ! Dis ! Dis !
    -Tohru : Uo et Emma Viennent de m’appeler de l’hôpital…
    -Momiji : De l’hôpital ? C’est grave ? Vite ! Faut y all...
    -Tohru : Hana va arriver bientôt…Arisa l’a appelée…On ne doit pas aller là-bas…
    -Momiji : Pourquoi ? Qu’est ce qu’il y…
    -Tohru : Akito a été hospitalisé…

    ____________________________________________________________________

    -Kyo : Bah alors c’est quoi cette histoire ?! Akito est une femme ?
    -Shiguré : Il est temps de leur dire la vérité…
    -Yuki : Quelle vérité ?
    -Hatori : Akito est bien une femme et seuls Shiguré, Ayamé, moi-même ainsi que Kuréno le savions…
    -Kuréno : En effet, Akito…
    -Shiguré : Toi la ferme ! Puis d’ailleurs qu’est ce que tu fais ici toi hein ? Tu n’as aucun droit d’être là !!!!
    -Hatori : Calme toi Shiguré !
    Le fait est que la mère d’Akito à la mort de son mari a décidé d’élever Akito comme un garçon…C’est tout ce que nous savons…

    _____________________________________________________________________

    Dans la petite chambre de l’hôpital, Akito et Noa avaient séché leurs larmes respectives.

    -Noa : Bon dis-moi qu’as-tu fait à ma sœur ?
    -Akito : Non je ne peux pas te le dire…Si je te le disais tu ne voudrais plus jamais me revoir…
    -Noa : Laisse moi d’abord écouter et juger de la situation par moi-même.
    -Akito : D’accord mais à la seule condition que tu me racontes ton histoire après…
    -Noa : … Bon très bien … Je t’écoute…
    -Akito : Bon eh bien…ta sœur s’est présentée pour me parler de…
    Même s’il me déteste après je pourrai encore regarder ses yeux encore un peu avant qu’il ne s’en aille
    -Noa : …De…
    -Akito : Voilà…En fait, il y a plusieurs siècles de cela, notre famille a été frappée par une malédiction dont l’origine nous est inconnue…12 d’entre nous sommes frappés par la malédiction des animaux du Junishi ainsi que l’esprit du Chat qui est le 13ème. … Nous nous transformons par faiblesse ou une trop forte émotion ou bien alors quand nous sommes enlacés par une personne du sexe opposé…
    -Noa : Et toi tu es quel sign…
    -Akito : Aucun….Je suis…Dieu…Le Dieu qui avaient convié les animaux…
    -Noa : C’est pour cela qu’ils ont été surpris de savoir que tu étais une femme…
    -Akito : Ils…ils…sont au courant ?
    -Noa : Oui.
    -Akito : Oui, ils ignoraient que je suis une femme à part 4 membres…Je suis Dieu…Mais je suis aussi celle qui porte le plus dur de cette malédiction…
    -Noa : Explique moi…
    -Akito : Non, attends… Ta sœur l’a su et elle est venue me demander…
    -Noa : Demander quoi ?...
    -Akito : Elle…elle…m’a demandé la permission d’être amie avec le Junishi…comme Honda Tohru…
    -Noa : Tohru ? La fille qui vit chez Mr. Shiguré ?
    -Akito : Oui c’est cela…et j’ai refusé, je lui ai dit des choses blessantes et j’ai voulu la frapper…
    -Noa : Pourquoi ?
    -Akito : Nous sommes des monstres et tôt ou tard elle les aurait fui…
    -Noa : C’est ce qui s’est passé ?
    -Akito (commençant à pleurer) : Oui…
    -Noa : Si c’est réellement ce qui s’est passé alors ne t’en veux pas…Je comprend que tu ai voulu les protéger…à ta façon…Apres tout tu es leurs Dieu, c’est ton rôle de veiller sur eux…
    -Akito : Mais…
    -Noa : Ecoute moi, tu veux…
    -Akito : Oui…
    -Noa : Mes parents étaient tous les deux de jeunes français sans le sou, mais un jour bien avant ma naissance, ma mère qui était décoratrice, eu la chance de rencontrer un industriel japonais qui lui demanda de décorer sa maison et c’est ainsi que tout commença…Le bouche à oreille fonctionna si bien que bientôt il furent submergés….Et créèrent la société « Netodeko »… Nous vivions en France malgré de nombreux voyages de mes parents et nous avions notre résidence de vacances ici…Ma mère a toujours voulu que prenions conscience de ce qui nous entoure et nous laissait à l’école publique…Mon destin était déjà tout tracé…Je devais reprendre la société mais cela ne me dérangeait pas, je tient de ma mère l’amour des belles choses… (Il plongea son regard dans celui d’Akito qui détourna les yeux en rougissant) donc je n’avais plus besoin d’aller à l’école, mes parents m’apprirent ce que je devais connaître. Malheureusement, ce n’était pas le cas d’Emma qui était rejetée à l’école parce que ses parents étaient riches…Puis mes parents sont morts et nous avons décidé de nous installer ici… A la mort de mes parents, je me suis juré que plus jamais ma sœur ne souffrirait…Je pense que c’est pour cette raison qu’elle aime autant ses amis…
    -Akito : Je…Je….

    Toc-toc
    -Infirmière : Vous devez la laisser se reposer Monsieur.
    -Noa : Bien alors repose toi…
    -Akito : Attends…Peux…peux tu leur dire de venir pour une réunion au manoir demain soir ?

    _____________________________________________________________________

    Son de cloche
    -Yuki : Excuse moi Tohru mais je ne pourrai pas venir te chercher à la sortie de ton travail…nous avons une réunion au Manoir ce soir…
    -Tohru : Ce n’est pas grave ! Je rentrerai seule…
    -Emma : Non, je demanderai à Noa pour qu’on vienne te chercher et on te déposera…
    -Tohru : Oh non ! Ce n’est pas la peine de vous déranger pour moi !!!!!
    -Emma : Si j’insiste !
    -Tohru : Bon bah d’accord si tu me promets que ça ne dérange personne…
    -Emma : Non c’est bon je t’assure !
    -Yuki : Merci Emma ! Et pardonne nous de ce que t’as fait Akito…
    -Emma : Non c’est pas grave…J’en ai discuté avec Noa…Elle avait ses raisons.
    -Tohru : Elle ?...
    -Emma : Laisse tomber je t’expliquerais ça ce soir.
    -Yuki : Bon bah à ce soir.
    -Emma et Tohru : Oui à ce soir.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 11 2006, 06:38 PM
Message #6


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



La Voie®Kotoko inc. Part.II (chapitre 6 à 10)
  • Chapitre 6

    Au Manoir Soma.
    -Akito : Si je vous ai fait tous venir ici c’est parce que j’ai à vous parler…Cependant je ne tolèrerai aucune moquerie, ni aucune discussion ! Je veux du silence pendants que je parlerai est-ce bien clair ? Dites vous bien que c’est la toute première réunion ou tout le monde est convié…même le chat…
    -Kyo : Alors comme ça c’est vrai que t’es une femme ?
    Brouhaha…
    -Haru : Quoi ? Akito est une femme ?
    -Momiji : Non c’est pas vra…
    -Akito : SILENCE !!!!!
    -Hatori : Je vous prie de bien laisser Akito parler…Elle sort juste de l’hôpital alors elle ne doit pas se fatig…
    -Akito : Hatori ça suffit ! Bon, il semblerait que certains d’entre vous ont découvert ma nature…Ou je suis bien une femme …MAIS cela ne changera en rien la situation actuelle ! Est-ce clair ?!
    -Tous : Oui Akito…
    -Akito : Alors allez vous en tous maintenant que vous êtes au courant et laissez moi tranquille !
    _____________________________________________________________________

    -Tohru : Alors comme ça Mr Akito est en réalité une femme ?
    -Emma : Oui c’est tout à fait ça.
    -Noa : Emma nous devrions peut-être rentrer chez nous, les autres ne vont pas tard…

    VLAM
    -Shiguré : On est de retour !
    -Kyo : Fais quelque chose ! Tu n’aurais pas du le laisser venir !
    -Yuki : Si je pouvais faire quelque chose ce serait déjà fait !
    -Ayamé : Ah mon frère chér…Tohru ! Que je suis heureux de te voir belle princesse !
    -Tohru : Moi aussi Ayamé !^^
    -Emma : Euh…
    -Ayamé : Mais que vois-je ? Une jolie créature venue du ciel et … (se rapprochant de Noa) un très très bel homme…
    -Noa : -_-‘ …
    PAF
    -Yuki : Casse-toi !
    -Emma : Yuki, qui c’est ?
    -Yuki : C’est personne ! D’ailleurs il va vite partir !
    -Ayamé : Comment ça ! Je suis Soma Ayamé ! Et je suis le merveilleux grand frère de ce prince que tu vois là ! AH ! AH ! AH !
    BAM !
    -Kyo : Arretes de faire chi** !!!

    -Noa : Bon bah on va vous laisser en famille…
    -Ayamé : Non ne partez pas bel Appollo…
    BAM ! PAF !
    -Yuki et Kyo : Si tu recommence on t’enverra en Enfer !!!!

    -Ayamé : Heureusement que j’ai mon Guré !
    -Shiguré : Ne t’en fais pas je serais toujours là pour toi !
    Signe du pouce.
    -Ayamé et Shiguré : YOSH !

    -… : Vous avez pas fini tous les deux là !
    -Tohru : Mr Hatori ! Bonsoir !
    -Hatori : Bonsoir tout le monde je suis un peu en retard mais bon…
    -Emma : Bon on va s’en aller. A demain !
    -Noa : Au revoir tout le monde.
    -Ayamé : Au revoir mon bel Appollo…
    BAF !
    -Yuki : Arretes !
    _____________________________________________________________________

    -Tohru : Bonne nuit ! Je vais me coucher !
    -Ayamé : J’arrive ma princess…
    BOUM ! PAF ! BANG !
    -Kyo : Tu vas mourir !
    -Yuki : Même pas en rêve !
    -Kyo : Bon bah je vais aller me coucher aus…
    -Hatori : Non Kyo ! Tu restes là !
    -Kyo : Mais…
    -Hatori : Pas de mais. Il est temps qu’on vous dise quelque chose maintenant que vous êtes au courant pour Akito…
    -Ayamé et Shiguré : Non Hatori !
    -Yuki : De quoi veux tu parler ? Et qu’est ce qu’ils ont à faire là dedans eux ?
    -Ayamé : Non Hatori ! Je t’en supplie…
    -Hatori : Non ! Ils doivent savoir…alors taisez vous et écoutez…
    Il y a longtemps quand nous étions petits, nous avions pressenti la naissance d’Akito…La nuit ou elle vint au monde….nous avons tous les trois fait le même rêve…bien que nous ne puissions toujours pas nous l’expliquer…
    -Yuki et Kyo : C’était quoi ce rêve ????
    -Hatori : Dis le Ayamé !
    -Ayamé : Non…je ne peu..
    -Shiguré (avec un air sérieux) : Nous avons rêvé de la fin de la malédiction…
    -Hatori : Attendez avant de parler ! Laissez nous finir… Nous ne savions pas et malheureusement nous l’ignorons encore, mais il est possible de briser la malédiction…et Akito en est la clé…
    -Ayamé (devenant sérieux) : En effet…Akito est le premier Dieu de la malédiction des Soma a être une femme et cette nuit là nous avons su par je ne sais quel moyen qu’elle était la clé…
    -Hatori : Le premier d’entre nous à avoir tenté quelque chose fut Ayamé…
    -Ayamé : Non ! Ne lui dis pas !
    -Hatori : Si il le faut.
    -Shiguré : Ayamé a essayé de se rapprocher d’Akito dans l’espoir de découvrir…Il faisait tout…Oui tout…
    -Hatori : C’est pour ça qu’Akito t’a enfermé Yuki…C’était pour tester la fidélité d’Ayamé… Mais un jour il t’a entendu pleuré…et…
    -Shiguré : Ayamé a essayé de tuer Akito…
    Ayamé pleure.
    -Hatori : Sous les ordres d’Akito, il a été enfermé et battu à sang pendant 6 mois chaque jour…
    -Ayamé :…C’est…c’est pour ça….que je t’ai rejeté ce jour là….
    -Yuki : Non c’est pas vrai !
    Il a essayé de me protéger durant tout ce temps en m’évitant afin qu’Akito ne me …
    -Hatori : Si c’est vrai….
    -Shiguré : Puis ce fut au tour d’Hatori…mais…
    -Kyo : Mais quoi ?!
    -Hatori : Je…je…j’ai déçu Akito…en voulant me marier avec Kana…
    -Ayamé : Shiguré était le seul sur lequel nous pouvions compter…c’est pour cette raison…qu’il a toujours été plus ou moins proche d’Akito…
    -Yuki : Comment ça plus ou moins ?
    -Hatori : Shiguré a… il a…
    -Shiguré : J’ai couché avec la mère d’Akito…
    -Kyo : T’as fait quoi ????
    -Yuki : Mais pourquoi ?
    -Shiguré : Ren m’avait dit savoir comment briser la malédiction…mais tout ce qu’elle voulait c’était…faire du mal à Akito…
    -Hatori : Ren en veut à Akito depuis la mort du père de celle-ci car les derniers mots d’Akira furent pour sa fille…
    -Kyo : Comment vous pouvez être sur qu’on peut briser la malédiction ?
    -Hatori : Nous en avons eu confirmation par la suite…puisque Kuréno qui est né sous le signe du coq…n’est plus maudit…
    -Ayamé : Et personne depuis la fin de sa malédiction n’a repris ce signe…C’était il y a à peu près 15 ans…
    -Yuki : Mais qui est réellement Kuréno ?
    -Shiguré : Kuréno est…mon petit frère…
    _____________________________________________________________________

    DRIIIIIIINNNNNNGGGGGG
    -Servante : Manoir Soma ! Oui…Non…Attendez quelques instants…oui ne quittez pas je transfère votre appel…
    Tuuut…tuuut….
    -Akito : Oui…Noa ? Attends…RACCROCHEZ CE COMBINE OU JE VOUS…..
    Cling
    -Akito : Oui que veux tu ?... Aujourd’hui ?.....Oui… Personne n’est là… Bien alors à 14h…Oui.
    _____________________________________________________________________

    -Hatori : Dis moi Shiguré…Que ressens-tu pour Akito ?
    -Shiguré : De quoi tu parles ?
    -Hatori : Tu es très proche voire même trop proche d’elle…
    -Shiguré : En fait…je suis tombé amoureux d’Akito il y a longtemps déjà….mais je me rends compte que jamais elle ne sera heureuse avec moi…
    -Hatori : Est-ce que c’est pour ça que tu déteste autant Kuréno ?
    -Shiguré : Oui...et non… En fait je suis jaloux…Il a réussi là ou j’ai échoué…
    -Hatori : De quoi parles-tu ?
    -Shiguré : Il a d’abord réussi à défaire sa malédiction….et il a été le premier avec qui Akito a…
    -Hatori : Tu sais au moins pourquoi Akito a fait ça ?
    -Shiguré : Oui… Elle voulait me rendre malheureux…et elle a réussi…
    -Hatori : Donc ton histoire avec Ren ce n’était pas que pour la malédiction, je me trompe ?
    -Shiguré : Non, tu as raison…J’ai voulu la faire souffrir autant qu’elle m’a fait souffrir…mais c’était peine perdue…elle ne m’aime pas et ne m’aimera jamais comme moi je l'aime…
  • Chapitre 7
    Dans un parc.
    -Kuréno : Je te remercie d’être venue encore une fois.
    -Arisa : C’est pas grave, De toutes façons les cours ça me faisait chi** aujourd’hui !
    _____________________________________________________________________

    -Mayuko : Tohru ! Saki ! Où est Arisa ?
    -Saki : Elle n’est pas là…
    -Mayuko : J’ai bien vu ! Mais ou est elle ?
    -Tohru : Euh… Pardon Maman, je vais devoir mentir mais c’est pour protéger Uo Euh…Je crois qu’elle ne se sentait pas bien aujourd’hui…elle…euh…elle..
    -Emma : Elle devait aller voir son médecin !
    -Saki (chuchotant) : Merci…
    _____________________________________________________________________

    -Arisa : Alors tu voulait me dire quoi cette fois ?
    -Kuréno : En fait…je vis au Manoir Soma, je suis l’Assistant Personnel d’Akito et je suis aussi le frère de Shiguré…
    -Arisa : Tu… tu… es le frère de ce pervers qui se dit écrivain !
    Ca veut dire que cet abruti pourrait être éventuellement mon beau-frère ?...Mais qu’est ce que je raconte moi !
    -Kuréno : Oui mais je voulais te dire que….ça fait longtemps que je pense à toi à chaque instant et …
    Kuréno releve la tête d’Arisa et s’approche près de son visage.
    -Kuréno (chuchotant) : Et…je crois que je suis tombé amoureux…c’est la première fois que je ressens ça…et…oui…je suis amoureux…de toi…
    Kuréno et Arisa s’embrassèrent dans un souffle.
    Arisa se mit à pleurer.
    -Kuréno : Est-ce que j’ai fait ou dit quelque chose de mal ?
    -Arisa : Non…je suis si…heureuse
    Et ils s’embrassèrent de nouveau avec une infinie douceur.
    Kyoko…maintenant je comprends enfin le sens de ta vie, de tes paroles…J’aime Kuréno…autant que tu aimais Katsuya…
    ____________________________________________________________________

    Une voiture pénètre dans le Manoir Soma. Une jeune femme sort à la rencontre de la voiture.
    -Akito : Je…je…suis là…
    -Noa : Tu es très belle Akito…
    Qu’est ce qu’elle est belle…si belle…
    -Akito (rougissant) : Mer…merci. Je suis désolée mais je n’ai pas d’autres vêtements que cet uniforme dans lequel tu m'as vue la première fois et des kimonos…
    -Noa : Ce n’est rien…tu es très belle ainsi.
    Il sortit de sa voiture et alla ouvrir la porte côté passager.
    -Noa : Si tu veux bien monter…

    Dans la voiture.
    -Akito : Où allons nous ?
    -Noa : Où veux tu aller ?
    -Akito : Eh bien pour out te dire…je ne suis jamais allée ailleurs que dans les résidences Soma…
    -Noa : C’est vrai ???
    -Akito : Oui…
    -Noa : Tu veux qu’on aille au restaurant ou faire les boutiques, ou encore aller…
    -Akito : J’aimerais…j’aimerais…voir…ou tu vis…
    -Noa : Tu veux aller chez moi ?
    -Akito : Oui…
    -Noa (en rigolant) : Voyons je ne suis pas une personne de petite vertu !!!!
    -Akito : Pardon !!!
    -Noa : Je rigole !!! Je suis très heureux de ta décision…
    -Akito : Ah bon ? Pourquoi ?...
    -Noa : Ca signifie que tu veux savoir qui je suis réellement…Je me trompe ?
    -Akito : Non…
    -Noa : Alors allons-y !
    ____________________________________________________________________

    Ils arrivèrent devant un énorme portail en fer forgé et Noa sortit une petite télécommande de sa poche…
    Bip bip
    Le portail s’ouvrit, laissant place à une majestueuse allée bordée de cerisiers en fleurs, sous les yeux ébahis d’Akito qui n’en revenait pas…La voiture avançait toujours et vint se poster devant une grande maison d’architecture moderne. Akito était béate…
    -Akito : ….Tu…tu…vis ici ?
    -Noa : Oui. C’est la maison que mes parents ont conçue…L’architecture et la décoration vient de ma mère et toute l’installation c’est mon père qui l’a imaginée…
    -Akito : C’est…c’est vraiment magnifique !
    -Noa : Merci mais tout le mérite revient à mes parents…Ils étaient très talentueux. Mais suis moi…
    Ils sortirent de la voiture et se dirigèrent vers la droite de l’énorme bâtisse. Ils continuèrent et arrivèrent devant une petite forêt de bambou…
    -Noa : Ici c’est mon coin à moi…Quand j’étais petit, ma mère a fait pousser ces bambous pour me faire un coin à moi et elle m’ai laissé faire mon propre dessin…Bien sur mes parents ont du l’améliorer… (passe sa main dans ses cheveux et se gratte la tête) et voilà le résultat !
    Une petite maison de style japonais (un peu comme celle de Shiguré) se dressait devant eux mais ce qui émerveilla Akito fut…un bassin japonais surplombé d’un grand cerisier.
    -Akito : C’est magnifique !
    -Noa : Ma mère aimait beaucoup les fleurs de cerisiers…Emma a elle aussi son propre endroit…mais il n’est pas ici…
    -Akito : Ah bon ? Où est il ?
    -Noa : Dans notre maison principale…en France…
    Akito se dirigea vers le bassin et laissa sa main courir le long de la surface.
    -Noa : Akito, parle moi de toi…
    -Akito : Que veux tu savoir ?
    -Noa : Tout…Je t’ai parlé de moi
    Noa vit le regard d’Akito s’assombrir…
    -Akito : Bien…Je suis née il y a 20ans, possédée par la malédiction du Junishi…
    J’ai grandi auprès de mes parents bien que ma mère fut très dure avec moi, mon père lui redoublait d’attention…A cette époque là j’aimais beaucoup les maudits, il était très gentils avec moi…Puis mon père est mort et ma mère décida de me faire passer pour un homme et de vivre dans un pavillon éloigné du sien…Plus le temps passait et plus j’enviais toutes les filles que je voyais passer au Manoir dans leurs belles robes alors que moi je devais faire semblant d’être un garçon…J’enviais ceux qui était heureux…Un jour je me suis faufilée chez ma mère et j’ai admirée ses robes pendant un moment…Je m’imaginais avec ces belles robes qu’elle mettait du vivant de mon père…Je ne saurais dire combien de temps je suis restée à contempler ces robes mais ma mère me surpris et m’enferma dans une pièce…(son regard s’assombrit) ou elle me battit si fort et si fort en hurlant que j’étais un monstre et que bientôt je comprendrais mon destin…
    Elle se mit à pleurer…Noa la prit dans ses bras.
    -Akito : À la naissance du rat, je fus prise de malaise… J’appelais ma mère à l’aide et la seule réponse que j’obtins fut que mon sort en avait été décidé et que j’irais de plus en plus mal au fur et à mesure que le temps passerait…parce que j’était leur Dieu et que le poids des péchés passés me retombaient dessus…Je me suis mise à haïr tous ces maudits qui disaient m’aimer…C’était à cause d’eux si je souffrais autant…A cause d’eux que je devais être un homme…A cause d’eux que je ne pouvais vivre… La lumière me faisait mal, la beauté faisait saigner mon cœur et je repeignais tout ce qui m’entourait de noir…Presque un à un je les ai gardés près de moi…Je voulais qu’ils souffrent autant que moi…Ils n’avaient pas le droit au bonheur que je ne pouvais avoir…Petite, peu après la mort de mon père, je rêvais d’être un oiseau et de m’envoler loin, loin et de m’échapper de cette vie… La seule personne qui pouvait me comprendre était Kuréno…le coq…mais un jour il m’a dit qu’il ne pouvait plus voler…La malédiction avait été brisée…Mon seul ami, le seul qui me comprenait alors ne pouvait plus me comprendre…Comment aurait-il pu ?...Il fit alors le serment ce jour là de ne plus jamais me quitter…mais je n’étais aussi heureuse que ça…Alors dès que l’occasion m’était donnée, je faisais en sorte qu’ils n’ait pas d’amis, personne autour d’eux…Mais à l’arrivée de cette Honda Tohru, ils se sont tous mis petit à petit à être heureux…Elle pansait leurs blessures et eux me laissaient chaque jour un peu plus…Pourquoi avaient-ils droit au bonheur et pas moi ???...Puis ta sœur est arrivée…
    Akito pleurait et ne s’arrêtait plus.
    -Noa : Sèches tes larmes…Tu ne seras plus jamais seule…Je suis là…Et je te protègerais des autres et de ta propre peine…
    -Akito : P…p…pourquoi ferais-tu ça ? J’ai voulu blesser ta sœur et…
    -Noa : On fait tous des erreurs un jour mais tu la fais parce que tu es malheureuse…Je ne veux plus te voir pleurer, tu es si belle…
    -Akito : Co…co…comment as-tu deviné que j’ét…
    -Noa : Une femme ?
    -Akito : Oui…
    -Noa : Ton regard…Ton cœur me l’a dit au travers de tes yeux…
    Elle leva les yeux vers lui…Ils se regardèrent longtemps …et…
    ____________________________________________________________________

    -Shiguré : Quoi ??? Akito est sortie ???? En voiture ???
    -Servante : Oui maître Soma.
    -Shiguré : Elle est allée ou ?
    -Servante : Eh bien nous ne savons pas…mais elle a laissé une adresse pour Mr Hatori au cas où il se passerait quelque chose…
    -Shiguré : Donnez moi ce papier !
    -Servante : Nous ne pouvons pas…Mr Hatori l’a pris et il est allé la chercher….
  • Chapitre 8

    A la sortie des cours.
    -Emma : Bon bah…euh…faut que j’y aille ! Noa est venue me chercher.
    -Tohru : Salue le pour nous !
    -Emma : Oui, pas de problèmes ! A demain tout le monde !
    -Tous : A demain !
    -Saki : Au fait Tohru, tu travailles ce soir non ?
    -Tohru (gigotant dans tous les sens) : Oh oui ! Vite sinon je vais être en retard !
    -Kyo : Celle là elle ne changera jamais !
    -Yuki : Bon alors je viendrais te chercher !
    -Tohru : Merci ! A demain ! A ce soir Yuki ! A ce soir Kyo !
    ____________________________________________________________________

    -Emma : Noa ! Qu’est ce que tu fais là ?
    -Noa : Je suis venu te chercher…je veux te parler de quelque chose de très important pour moi…
    Ce baiser…Ce si doux baiser était il réel ?...Je crois que je suis tombé amoureux…oui je suis amoureux…J’aurais pu lui dire si seulement…si seulement…

    Un peu plus tôt.
    Tuuut tuut
    -Hatori : Bonjour ! Je m’appele Soma Hatori et je chercher Mr Noa.
    -Servante : Entrez !
    VOUMMMMMM
    Le portail s’ouvre et laisse entrer la voiture du medecin.

    -Servante : Mr Noa ! Un certain Mr Soma désire vous voir. Il arrive, je lui ai ouvert le portail.
    -Noa : Bien. Très bien.
    -Akito : Mais que vient-il faire ici ? Je ne l’ai pas appelé ?
    -Noa : C’est pas grave il devait juste s’inquiéter.

    Noa va à la rencontre d’ Hatori.
    -Noa: Bonjour Mr Hatori.
    -Hatori: Bonjour Mr Noa.
    -Noa: Appelez moi Noa, je n’aime pas particulièrement les Mr.!
    -Hatori : Bien. Je vais aller droit au but est-ce qu’Akito est ici ?
    -Noa : Veuillez entrer. Et oui elle se trouve ici même. Tiens d’ailleurs la voilà.
    -Akito : Hatori ! Que fais tu ici ?
    -Hatori : Toi que fais tu ici ? Avec ta santé on…
    -Noa : Pardonnez moi mais c’est moi qui lui ai proposé..
    -Hatori : Eh bien je ne vois pas d’inconvénients à ce que vous la voyiez mais…
    -Akito : Hatori ! Mais pour qui te…
    -Hatori : Excuse moi Akito mais avec ton état de santé, je me suis inquiété…
    -Noa : Excusez moi ! La prochaine fois je vous avertirais personnellement si nous décidons quoi que ce soit.
    -Hatori : Je pense que ce serait une bonne chose effectivement.
    -Noa : Ne t’en fais pas…Je te reverrai bientôt. (Glissant à l’oreille d’Akito) Je te le promets…
    -Akito : Oui…
    -Noa : Mr Hatori, est ce que cela vous dérangerai de raccompagner Akito, j’ai quelque chose à faire…
    -Hatori : Non bien sur…
    -Noa : Bon eh bien au revoir…
    -Akito : Oui…A très bientôt…



    -Emma : Qu’est ce qui se passe ? Tu m’as l’air songeur ?
    -Noa : Hum… oui… Allons à la maison et je te raconterai…
    ____________________________________________________________________

    -Emma : Quoi ??? Tu es amoureux ou quoi ??
    -Noa : Je pense que oui…mais tu es ma sœur et je voudrais ton opinion sur cette « relation »…
    -Emma : Ecoute il est clair que nous ne la voyions pas de la même manière…Je n’ai pas eu le droit au coté gentil d’Akito moi alors…
    -Noa : Je t’assure qu’elle est très gentille…mais si tu es contre alors je ne la verrai plus…
    -Emma : Tu veux bien me laisser le temps de la réflexion ?
    -Noa : Oui bien sur !
    -Emma : Je vais passer chez Tohru et je ne rentrerais pas tard ne t’inquiète pas.
    -Noa : tu veux que je vienne te chercher ?
    -Emma : Non c’est pas la peine ! A tout à l’heure !
    Il faut que je la voie…Il faut que je sache ce qu’elle ressent réellement…
    ____________________________________________________________________

    Chez Shiguré au même moment.
    -Shiguré : Allo ? Hatori ? Oui…pourrais-tu me donner l’adresse d’Emma ?...Non je ne compte pas la harceler !...Non…Euh… !!!!!!!C’est juste….que…euh…Emma a oublié son livre pour étudier à la maison et je vais demander aux garçons de lui ramener…Oui…Attends je note…Oui….Oui…Bien d’accord… Merci…Mais non je t’assure que je ne vais rien faire de bizarre !!!Comment j’ai su que tu….ah ! Je dois raccrocher !!!Bye-bye !
    _____________________________________________________________________

    Au Manoir Soma.
    -Emma : Bonsoir…Je viens voir Akito Soma. C’est très urgent !
    -Servante : Désolée mais nous ne…
    Emma poussa la porte et se dirigea vers le pavillon d’Akito en courant…
    -Servante : Arrêtez !!! Arrêtez !!!

    Mais Emma courait vite et fut bientôt dans l’antre d’Akito.
    Toc-toc
    -Akito : Je ne veux voir personne !
    Toc-toc
    -Akito : J’ai dit que je ne voulais voir personne !
    VLAM !
    -Emma : Moi j’ai à vous parler…
    _____________________________________________________________________

    Tuut tuut
    -Noa : Oui qui est-ce ?
    -Shiguré : Soma Shiguré.
    -Noa : Entrez !
    Y’aurait-il un problème avec Emma ?
    _____________________________________________________________________

    -Shiguré : Excusez moi de vous déranger mais je voudrais vous parler…
    -Noa : Il n’y a aucun problème avec Emma au moins ?
    -Shiguré : Non, non ! Mais pourquoi me parlez vous d’Emma ? Je suis venu vous parler d’Akito…
    -Noa : Attendez Emma n’est pas chez vous ?
    -Shiguré : Non pas que je sache.
    -Noa : Bon…Que vouliez vous me dire au sujet d’Akito ?
    -Shiguré : Que lui voulez vous ?
    -Noa : Je ne comprends pas…
    -Shiguré : Que voulez vous d’Akito ?
    -Noa : Ecoutez dites moi plutôt ce qui ne va pas.
    -Shiguré : J’aime Akito…Je l’ai toujours aimée…Mais je sais que cela n’est pas réciproque cependant je veux m’assurer qu’il ne lui arrivera rien alors si vous voulez vous amuser trouvez vous quelqu’un d’autre ! Je ne laisserai personne faire du mal à Akito !
    -Noa : Je l’Aime.
    -Shiguré : GLURP ! Quoi ???
    -Noa : Vous avez bien entendu je l’Aime. Je comprends parfaitement vos sentiments car moi aussi je ne veux pas qu’elle souffre…
    -Shiguré : Est…est…est-ce que vous lui avez dit ?
    -Noa : Non pas encore…
    -Shiguré : Je comprends…alors veuillez m’excuser d’être venu vous importuner…
    -Noa : Il n’y a pas de quoi… Cependant j’ai un petit service à vous demander…
    _____________________________________________________________________

    -Akito : Que veux tu savoir ? Je t’écoute…
    -Emma : Dites moi ce que vous ressentez pour mon frère ! Et dites moi la vérité !
    -Akito : Je…je…je suis désolée…
    -Emma : Vous êtes désolée de quoi ? J’espère que vous ne faites pas semblant de vous intéresser à lui pour me punir ! Parce que je préfèrerais encore que vous me tuiez plutôt que de voir mon frère souffrir !
    -Akito : Je…je…je t’ai dit que…j’étais désolée…
    -Emma : Vous êtes désolée de quoi ????
    -Akito : Je suis désolée de ce que je t’ai fait…Je suis désolée d’avoir été jalouse de toi…
    -Emma : QUOI ??? JALOUSE DE MOI ??? MAIS POURQUOI ???
    -Akito : Je…je…j’ai cru que toi et Noa…et…
    -Emma: AH! Ha! Ha! Ha! Hum hum… Bref…Tu n’as toujours pas répondu à ma question…
    -Akito : Je…je…je crois que… (dans un murmure) je suis amoureuse de lui…
    Emma se jeta dans les bras d’Akito qui ébahie ne comprenait rien.
    -Emma : Euh excusez moi ! Mais je suis si heureuse !
    -Akito : Je peux te demander pourquoi ?
    -Emma : Bah…c’est pas à moi de le dire mais vous le saurez bientôt !!!! Bon bah faut que je rentre sinon Noa va s’inquiéter ! Bye bye !
    Et Emma s’en alla aussi vite qu’elle était arrivée.
  • Chapitre 9

    Il faut que je lui dise…Il le faut…mais comment lui dire ?...
    -Yuki : Tohru, comme c’est dimanche aujourd’hui, est ce que ça te dirais de venir avec moi nous occuper du jardin ?
    -Tohru : Oh oui alors !!!
    -Yuki : Alors on y va ?
    -Tohru : Oui !

    -Yuki : Euh…Tohru…J’ai remarqué une casquette dans ta chambre la dernière fois et…
    -Tohru : Oh oui ! Cette casquette est mon trésor ! Un jour quand j’étais petite, les garçons m’embêtaient souvent et ce jour la je me suis cachée toute la nuit dehors…J’avais peur mais un garçon est…
    -Yuki : Est arrivé et tu l’as suivi jusque chez toi…
    -Tohru : Oh oui !!!! C’est ça mais je t’en ai déjà parlé ?
    -Yuki : Non…
    -Tohru : Mais…mais…
    -Yuki : Ce petit garçon Tohru…c’était moi…et la casquette…c’est celle de Kyo…
    -Tohru : ….Je…je…je ne comprends pas…
    -Yuki : S’il-te-plaît Tohru écoute moi… Quand j’étais enfant, un jour d’hiver j’ai croisé Kyo… Il sortait du Manoir avec Kazuma et un coup de vent avait soufflé sa casquette qui s’est retrouvée à mes pieds…Il est venu la récupérer et quand il a vu que je l’avais ramassée… il a fait demi-tour et s’en est allé…A cette époque la déjà il ne m’aimait pas parce que j’étais le rat et qu’il est le chat…J’ai gardé cette casquette avec l’espoir qu’un jour…qu’un jour nous serions amis…Un jour je me suis enfui du Manoir…je ne voulais plus…vivre…j’ai erré dans les rues et j’ai croisé une femme qui cherchait sa fille…alors sans savoir pourquoi…j’ai cherché…quand je t’ai trouvée…tu… tu…tu m’as redonné espoir en la vie cette nuit là…tout comme tu continue de le faire maintenant…Pardonnes moi Tohru de ne pas te l’avoir dit plus tôt mais…
    -Tohru (qui pleure) : Pendant tout ce temps j’ai pensé à ce garçon qui m’avait sauvée la vie en espérant pouvoir un jour le revoir et le remercier…et c’est toi…
    Tohru se jette dans ses bras.
    POUF !
    Tohru prend la nezumi au creux de ses mains…
    -Tohru : Oh Yuki !!! Si tu savais comme je suis heureuse !!! C’est toi qui m’as sauvée…Cette nuit là...et quand tu m’as recueilli avec Mr Shiguré quand je vivais dans la tente…
    POUF !
    Tohru se retourne vivement pendant que Yuki se rhabille.
    -Yuki : Kof ! Kof !
    -Tohru : Viens on rentre ! (Posant sa main sur le front de Yuki qui rougit) Il fait froid dehors et tu dois faire attention à tes bronches !!!!
    -Yuki : Kof ! Oui rentrons…
    Tohru…Si tu savais à quel point tu m’es précieuse…Oui plus que tout au monde…

    ____________________________________________________________________

    VLAM !
    -Shiguré : Kyo ! Ne casse pas la porte…Sinon tu auras une amende !!!
    -Kyo : M’en fo** de ton amende !!! Pis je l’ai pas cassée ta porte ! Je l’ai juste ouverte !
    -Tohru : Ah Kyo tu es rentré ! Tu t’es bien entraîné ce matin ?
    -Kyo (rougissant) : Oui…euh…merci…
    -Tohru : Ah Kyo ! Euh…tu peux…monter dans…ma chambre…s’il te plait ?
    Kyo détourne un peu la t^te car il rougit violemment.
    -Shiguré : Alors Kyo ! Tu vas monter faire quoi avec Tohr…
    PAF ! BAM ! BOUM !
    -Kyo : TA GUE*** !!!! Chui pas comme toi moi !!!!
    -Tohru : Ce…ce n’est pas…
    -Kyo : Montons avant que je m’énerve encore après ce sale clebs !
    -Tohru : Oui…

    Dans la chambre, Tohru se dirige vers une petite commode….l’ouvre…et en sort…une vieille casquette d’enfant usée…
    -Kyo : ….Qu’est…qu’est ce que…
    -Tohru : Yuki m’a tout racontée à propos de l’histoire de cette casquette…
    -Kyo : Je… Sale rat ! Comment a-t-il pu…
    -Tohru : …et je pense que je devrais te la rendre maintenant….
    -Kyo : Mais tu n’en veux pas ?
    -Tohru : Non…Je n’ai pas le droit de la garder, elle est à toi et… (Tohru baisse la tête)
    -Kyo : Dis moi ce que tu as…Je vois bien que ça ne va pas…
    -Tohru : Eh bien….eh bien…en fait cette casquette me rappelait ma mère…et je…
    -Kyo : Elle te rappelle ta mère ?
    -Tohru : Oui…Elle me fait penser à ce regard triste et plein de vie en même temps qu’elle a eu quand elle m’a retrouvée…
    -Kyo (qui songe et se souvient) : Oui…je vois…le même qu’elle avait quand elle parlait de ton père…
    MER** !!! Qu’est ce que j’ai dit là ?!! J’ai encore pensé à voix haute !!!
    -Tohru : Oui…Mais attends…comment est ce que tu le sais ?
    -Kyo : Je…je…c’était une supposition !!!!
    -Tohru (les larmes aux yeux) : Non Kyo dis moi la vérité…je vois que tu mens…
    -Kyo : Euh… Non ne pleure pas je t’en prie…Je…Bon d’accord...
    Quand j’étais petit…à la mort de ma mère…je me suis enfui un jour et je me suis assis sur un banc loin de tous…et là je me suis mis à pleurer…Je n’ai jamais pleuré ma mère publiquement…puisque c’est moi qui l’ai tué…je n’avais pas le droit de faire ça…et une main s’est posée sur mon épaule…Je me suis retourné et une femme au regard triste…me regardait et me souriait…On a parlé….plein de fois…de son passé…de sa vie…de la mienne…elle m’a montré des photos de son mari qui venait de mourir…de sa fille…et on s’est revu plusieurs fois…elle était au courant de la malédiction…mais plus le temps passait…et plus je la voyais malheureuse…Elle souriait tout le temps…elle était toujours joyeuse…mais au fond d’elle…je le voyais bien qu’elle était triste…un jour…il y a 2 ans…elle m’a donné un papier avant de partir…
    Kyo sort de sa poche un papier soigneusement plié mais très usé.
    -Tohru : Oh mais ce papier est très usé…Tu as du souvent le lire...
    -Kyo : Je l’ai gardé sur moi tous les jours depuis ce temps… et je le relis chaque jour…pour ne pas oublier…
    -Tohru : Je peux le voir ?...Enfin si ça ne te dérange p..
    -Kyo : Tiens…
    Tohru prends la lettre et la déplie…

    « Mon petit Kyo,
    Tout d’abord je voulais te remercier…Tu as été comme un fils pour moi, me soutenant quand je n’allais pas bien....Te voir sourire a été pour moi une source de joie incommensurable…
    Mais voilà…plus le temps avance et plus Katsuya me manque…Ma Tohru est maintenant assez grande et je sais qu’elle saura se débrouiller, puis elle à des amies sur qui elle pourra toujours compter…Moi…je ne peux plus…non je ne peux plus vivre sans lui…

    Kyo, vis ta vie à fond sans jamais te soucier de ce que l’on pourrait dire de toi…Je suis très fière de voir que tu deviens chaque jour un homme de plus en plus accompli…J’aimerais un jour que ma Tohru ai ton courage et ta force…pas comme moi…
    Mais surtout n’oublie jamais, jamais que tu n’es PAS un monstre et que ce n’était PAS ta faute…

    Tu me manqueras beaucoup…

    Kyoko »

    -Tohru : Kyo…ko…Katsu...ya…Toh…ru…Maman….
    Tohru fond en larmes.
    -Kyo : Je…je…
    -Tohru : Tu …tu…con...naissais… ma…ma… mère ?
    -Kyo (dans un souffle) : Oui…
    Tohru s’évanouit.
    ____________________________________________________________________

    -Kyo : Sale rat !!!!!!
    -Yuki (en bas des escaliers) : Qu’est ce que tu veux (kof, kof) Stupide chat ?
    -Kyo : Monte et viens m’aider !!!!
    -Shiguré : Oh Kyo ne sait pas se débrouiller tout se…
    -Kyo : Tohru s’est évanouie !!!!
    TATATATATATATA !!
    -Yuki : Qu’est ce qui s’est passé ?
    -Shiguré : Yuki tu lui prends les pieds ! Kyo va chercher de l’eau et des sels !
    -Yuki et Kyo : OUI !!!

    Shiguré et Yuki installèrent Tohru sur son lit et Kyo arriva avec sa bassine et les sels.
    -Shiguré : Kyo va prévenir Hatori !
    Shiguré pendant ce temps là s’appliquait à lui faire respirer les sels tandis que Yuki lui tamponnait le visage avec de l’eau fraîche.
    Tohru revint à elle pendant que Kyo raccrochait le combiné…
    -Tohru : AAAHHHH !!!!
    Et elle se mit à pleurer.
    -Tohru : Kyo….pour…quoi….
    -Yuki (s’énervant) : BAKA NEKO !!!!! Qu’est ce que tu lui as fait ???
    Kyo arriva dans la chambre.
    PAF !!!!
    -Yuki : QU’EST-CE QUE TU LUI AS FAIT !!!!!!
    -Shiguré : Yuki calme toi et laisse le parler…
    BAM !
    -Yuki : Répond moi Stupide chat !
    -Kyo : Je…je…
    -Tohru : Kyo…connaissais ma mère….
    -Yuki et Shiguré : ….
    -Tohru : Kyo…ce n’est pas vrai….ma …ce…elle n’a pas écrit ça…..elle…jamais….
    Kyo baissa la tête et acquiesça.
  • Chapitre 10

    -Hiro: Allô? Kagura c’est Hiro…oui…est ce que Rin est là s’il te plait ? Oui merci…Allô Rin ! Oui…tu peux venir chez moi ?....oui….oui….à tout à l’heure…bien….merci.
    _____________________________________________________________________

    DING DONG
    -Hiro : J’y vais Maman ! Toi tu ne bouges pas !!!!!!!
    Hiro ouvre la porte et voit…
    -Kisa : Bonjour Hiro…Je peux venir voir Hinata ? {Nda : Hinata est la sœur d’Hiro}
    -Hiro (qui rougit) : Entre…bien sur !
    -Kisa : Je ne te dérange pas ?
    -Hiro : Non non…C’est juste que j’attendais…
    -Kisa : Si tu veux je peux repasser un autre jour…
    -Hiro : Non non, j’attends…Rin…
    _____________________________________________________________________

    Rin marche dans la rue lorsque tout à coup…
    -Homme : Eh toi là bas ! Viens un peu par là ma jolie…
    -Rin : Va te faire fou*** !!!
    Et Rin continue de marcher mais l’homme la rattrape suivi de 2 autres gars….
    -Homme 1 : Bah alors c’est pas gentil de parler comme ça…
    Il l’attrape par les cheveux et se rapproche de son visage. Il sent l’alcool à plein nez.
    BOUM !
    Rin lui met un coup de boule dans le nez.
    -Homme 1 : SAL*** !!!! Je vais te buter !!! Attrapons là !
    -Homme 2 et 3 : Ouai !!!!

    Rin se mit à courir mais ils la rattrapèrent assez vite et la maintenaient à 3.
    -Homme 1 : Alors maintenant on va pouvoir jouer tous les de….
    BOUM ! PAF ! SCHLAK ! BAM !
    -Rin : Haru !
    -Haru (mode black) : Espèce d’enfoi*** !!! Je vais te but** !!! Qu’est ce que t’as voulu lui faire hein ??? Attends un peu je vais te faire la même chose….
    Pendant ce temps là les 2 autres partirent en courant.
    -Rin : Laisse tomber Haru !
    Elle attrape l’homme par le col et lui met une giga mandale puis lui dit :
    -Rin : Ecoute du c** : j’ai pas envie de me prendre la tête j’ai des trucs à faire…
    -Haru : Si jamais je te revois où que tu t’approches d’elle…Je TE TUE !!!!!!!
    -Homme 1 : Oui !
    Et il détala aussi vite qu’il put.
    Rin se retourna vers Haru redevenu white en regardant sa belle…
    -Rin : Et toi qu’est ce que tu fous là ???? Tu me suivais ou quoi ???J’ai besoin de personne pour me défendre !
    Haru la prend dans ses bras.
    -Haru : J’ai eu si peur pour toi quand je les ai vus autour de toi… Mais faut dire que même si tu te défends bien…un coup de main ne t’as pas fait de mal…
    -Rin : C’est vrai Haru…
    Il se pencha et l’embrassa…Il passa sa main dans les cheveux de Rin quand soudain elle se figea.
    Il recula son visage et alors il vit des larmes couler sur les joues de la jeune fille…
    -Haru : Qu’est ce qu’il y a ?
    -Rin : Mes…mes…cheveux…Akito…
    -Haru : Ce n’est rien….Je t’aime quand même et je t’aimerai toujours…Tes cheveux repousseront…L’essentiel c’est que tu ailles bien…D’ailleurs ou vas-tu ?
    -Rin : Non toi dis moi ou tu vas ?!
    -Haru : Je vais chez Hiro…
    -Rin : … Moi aussi…
    _____________________________________________________________________

    Chez Shiguré.
    -Yuki : Tohru s’est enfin calmée…mais elle ne dort pas encore…elle a demandé à être seule…
    -Shiguré : Raconte nous ce que tu lui as dit Kyo.
    -Kyo :…
    -Shiguré : Tu vois pas qu’elle va pas bien…Si tu nous le disait on pourrait peut être trouver une solution…
    -Kyo : Tout ça c’est de ta faute sale rat !
    -Yuki : Kof ! Kof ! De quoi est ce que tu parles ?
    -Kyo : C’est toi qui lui as dit pour la casquette !!!!!
    -Hatori : Bonsoir. Comme c’était ouvert je suis entré.
    -Shiguré : Ah ! Tori ! Tohru est en haut…
    -Yuki : Kof ! Kof !
    -Hatori : Bon je vais voir Tohru et quand je redescends je veux te voir Yuki.
    -Yuki : Non il n’y a….
    -Hatori : On ne discute pas ! C’est moi le médecin.
    _____________________________________________________________________

    Chez Hiro.
    -Haru : Alors Hiro pourquoi est ce que tu nous a fait venir tous les deux ?
    -Hiro : Attends un peu avec tes questions là. C’est pas l’inquisition, si t’essaies je te ferais un proc…
    -Rin : Hiro dis moi.
    -Hiro : Eh bien …Rin, tu sais que tu es comme une grande sœur pour moi et que tu es aussi ma meilleure amie… et je sais que tu souffre beaucoup de…de…
    -Haru : De quoi ?
    -Hiro : Eh là ! On t’a jamais appris qu’il fallait pas couper la parole des gens ? Tu sais pas qu’il est possible de perdre le fil de ses idées comme ça ? Tu…
    -Rin (prenant Hiro dans ses bras) : Hiro, qu’y a t-il ?
    -Hiro : Akito a été méchant…enfin méchante avec Kisa quand je…quand je…
    -Rin : Quand tu lui as dit que tu l’aimais ?
    -Hiro : Oui… Mais…
    -Kisa : Mais alors tu m’aimes ?....
    -Hiro : Ki…Ki…Kisa…je…je…je t’ai pas entendu descendre et…
    -Kisa : C’est vrai que tu m’aimes ?
    -Hiro (qui rougit) : Oui…mais hum ce n’est pas pour ça que je vous ai demandé de venir…C’était pour te dire Rin que je t’aime très fort et je n’aime pas te voir malheureuse…Je ne veux pas que tu endure la même chose que moi quand je me suis volontairement éloigné de Kisa parce que je sais…que tu aime Haru plus que tout…
    -Haru :…
    -Rin : Hiro…
    Hiro regarde Rin et lui sourit…Puis il va voir Kisa et lui prend la main en baissant la tête pour qu’elle ne voie pas qu’il est rouge comme une pivoine.
    -Hiro : Kisa…je…je…
    Smack !
    -Kisa (rougissant encore plus qu’Hiro) : Moi…aussi je t’aime…
    Hiro rougit très fortement puis lève la tête et sourit à Kisa.
    Mais tout à leur amour qui se dévoilait, ils n’avaient pas remarqué Rin et Haru qui s’embrassaient si tendrement…Hiro nota les larmes de Rin…
    _____________________________________________________________________

    Toc-toc
    -Akito : Qui est-ce ?
    -Kuréno : C’est moi, c’est Kuréno.
    -Akito : Entre ! Que me veux tu ?
    -Kuréno : Je voudrais te parler de nous…
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 11 2006, 10:36 PM
Message #7


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



La Voie®Kotoko inc. Part.III (chapitre 11 à 15)
  • Chapitre 11

    -Hatori : Que se passe t il Tohru ?
    -Tohru : Je…je …
    Tohru se jette dans les bras d’Hatori.
    POUF !
    Elle le prend dans ses mains…et lui raconte toute l’histoire.
    Hatori écoute cette jeune fille en passe de devenir une femme qui comprend tout à coup que la mort de sa mère n’est pas celle quelle croyait être, que ses amis lui ont caché des choses, qu’elle ne sait plus bien qui elle est, ou elle en est, ce qu’elle doit faire…
    Tohru repose Hatori et va se débarbouiller le visage.
    POUF !
    Hatori se change vite avant l’arrivée de Tohru.
    Quand elle arrive enfin dans sa chambre, Hatori remarque que ses yeux n’ont pas cet éclat d’amour et de joie qu’elle a d’habitude.
    -Tohru : Merci…merci de m’avoir écoutée…Je voudrais…
    -Hatori : Calme toi Tohru...Je vais te donner un sédatif pour cette nuit et demain tu attendras que je vienne te voir.
    Tohru aquiesce puis Hatori lui fait sa piqûre et enfin Tohru sombre dans un profond sommeil.
    _____________________________________________________________________

    Dans le salon.
    -Hatori : Yuki à ton tour.
    -Kyo : Alors ????
    -Yuki : Elle va mieux ???
    -Hatori : Chaque chose en son temps. Yuki approche.
    Le médecin ausculte Yuki.
    -Hatori : Bon alors tu prendras ces médicaments 2 fois par jour, ne traînes pas trop longtemps dehors et tu rentres vite après les cours. Couche toi tôt et dans quelques jours ça ira mieux.
    -Yuki : Merci Hatori. Mais comment va Tohru ?
    -Hatori : Pour l’instant elle est sous sédatif. Evitez de lui parlez pendant 2 ou 3 jours et prévenez ses amies qu’elle a besoin d’elles. Tohru ne sait plus trop ou elle en est.
    -Kyo : Tout ça c’est de ma faute !!!!
    -Hatori : Non, il aurait fallu qu’elle le sache tôt ou tard….
    _____________________________________________________________________

    Dans la chambre de Yuki.

    -Kyo : C’est de ta faute Sale rat !
    -Yuki : De quoi tu parles ?
    -Kyo : Tu lui as dit pour la casquette !!!

    Il a fallu que cette bêtise qui plonge Tohru dans cette tristesse parte de moi…Tohru…Que deviendrais-je si tu ne va pas bien ?...Que ferais-je sans ton sourire ?...

    _____________________________________________________________________

    Au même moment sur le toit.

    Tohru…pardonnes moi de t’avoir fait souffrir…Je ne voulais pas… Je t’aime tant si tu savais…

    ______________________________________________________________________

    Salle des professeurs.
    -Prof : Mayuko ! Téléphone !
    -Mayuko : Oui j’arrive !!! Allô ? Hatori ??? Oui ça va je vais bien…Ah…D’accord…Elle…ne se sent pas bien…oui…Tu veux…oui…demain soir à 19h ?... Oui…Bien, à demain alors.
    ______________________________________________________________________

    Son de cloche.
    -Arisa : Oye Kyon-kyon ! Dépêche toi ! J’veux me dépêcher d’aller voir Tohru !!!
    -Saki : Oui…elle me manque…même si ça ne fait qu’une journée…
    -Emma : Je viens avec vous…Je m’inquiète pour Tohru !
    -Arisa : Comment ça ??? Tu croyais quand même pas qu’on y serait allées sans toi !
    -Yuki : Je rentrerais tard…J’ai…j’ai une réunion…
    -Kyo : Alors allons-y.
    -Saki : Que de tristesse chez eux Uo…
    ______________________________________________________________________

    Quelque part dans les couloirs de l’école.
    -Yuki : Machi ! Attends…Est-ce que je peux te parler un instant ?
    -Machi (rougissant) : Bien sur…Que se passe t-il ?
    -Yuki : Eh bien… (Yuki rougit)Tu es très belle Machi…
    -Machi (rougissant encore plus) : Merci…
    -Yuki : Mais…je voulais te dire que…enfin…que…je ne veux pas….enfin…
    -Machi : De quoi ?
    -Yuki : Je ne veux pas…qu’il y ait de malentendu entre nous….
    -Machi : …
    -Yuki : Tu sais je t’apprécie beaucoup et tu es une très bonne amie…mais je ne suis pas amoureux de toi…
    -Machi (commencant à pleurer) : Tu…tu…tu es amoureux de Tohru c’est ça ?
    -Yuki : Non ne pleure pas…Je…je…il n’y a rien entre Tohru et moi…D’ailleurs pour tout te dire…je ne sais pas si j’aime réellemnt quelqu’un…
    -Machi : Mais…si tu n’aime pas Tohru…alors tu lui as dit c’est ça ?...C’est pour ça qu’elle n’était pas là aujourd’hui…
    -Yuki : Non ! Non ! Tohru…elle est…elle…ne se sent pas bien…

    Au bout du couloir quelqu’un les observait.
    -Yuki : Je suis désolé mais il faut que je rentre…
    -Machi : Ne t’en fais pas …Ca ira… (Machi se retient de pleurer devant Yuki). Bon eh bien à demain alors…
    -Yuki : Oui à demain Machi.

    Machi se retourna et partit vivement avant de ne pouvoir retenir plus longtemps ses larmes.

    La personne qui s’était cachée attrapa Yuki par le col au détour du couloir.
    -Kakeru : Dis moi ce qu’elle a ???
    -Yuki : Bah j’ai juste parlé à Machi de…
    -Kakeru : NON ! J’me fous d’elle ! Je parle de Tohru !
    -Yuki :….
    -Kakeru : Dis moi ce qu’elle a ! Même quand sa mère est morte elle est revenue en cours !!!!
    QU’EST-CE QU’ELLE A ?????
    -Yuki : Lâche moi si tu veux que je te le dise.
    Kakeru lâcha le Prince et s’excusa de l’avoir attrapé ainsi.
    -Yuki : Pourquoi est ce que tu t’intéresses tant à Tohru ? Dis moi la vérité si tu veux savoir ce qu’elle a…
    Kakeru baissa la tête et abdiqua.
    -Kakeru : Voilà…Ca fait déjà longtemps que j’avais remarqué Tohru…Plusieurs fois j’ai voulu aller lui parler…mais il y avait toujours ses amies avec elle…Alors je me contentait de la regarder de loin…de l’aimer de loin…Quand sa mère est morte…je sais que je ne devrais pas dire ça…mais je les ai suivies toutes les 3 sur sa tombe pour regarder Tohru…Je ne pouvais la consoler, ni lui parler et cela me rendait fou de rage…Je ne voyais qu’elle…Je ne vois toujours qu’elle…
    -Yuki : Tu…tu…tu es amoureux de Tohru ?
    -Kakeru : Oui…Depuis le jour ou mon regard s’est posé sur elle…Alors dis moi, qu’a-t-elle ?
    -Yuki : Euh…hum…Elle ne se sent pas bien…Elle…euh...comment dire… elle fait une dépression…
    -Kakeru : Laisse moi la voir…
    -Yuki : Je suis désolé…mais même moi je ne peux pas la voir…mais…si tu veux dès que j’en saurais plus…je te tiendrai au courant…
    -Kakeru : Merci…Je vais y aller…Je vais aller au temple prier pour qu’elle se rétablisse vite…et que je puisse revoir son doux sourire…
    Et Kakeru s’en alla, marchant sans regarder, comme si son corps et sa tête étaient ailleurs.
  • Chapitre 12

    -Akito : Dis moi ce qu’il y a Kuréno…
    -Kuréno : Eh bien…Je t’ai promis de toujours rester auprès de toi tant que tu aurais besoin de moi…mais…tu me semble…disons…différente maintenant…
    -Akito : …Comment ça…différente…Kuréno je ne comprends pas…
    -Kuréno : Autrefois moi seul te suffisais…maintenant …je ne sais pas…il y a des jours ou tu disparais…
    -Akito : …De…de quoi parles tu ?
    -Kuréno : Je sais bien ce que tu fais…Tu demande à voir Hatori…puis après personne n’a le droit de t’approcher car « tu ne te sens pas bien »…mais…ce sont en même temps les jours ou Hatori sort…et ou il rentre tard…
    -Akito : Je n’ai pas le droit de me sentir mal c’est ça ????
    -Kuréno : Non… Mais ça m’étonnait qu’Hatori sorte du Manoir alors que tu n’allais pas bien…Alors je me suis faufilé dans tes appartements sans être vu…et tu n’étais pas là…
    -Akito : Qu…quoi ???...Qu’as-tu fais ????
    -Kuréno : Je sais ou tu vas…chez cet homme de l’hôpital…mais Akito…ne me mens pas…pas à moi…
    -Akito : Tu crois que je ne sais pas non plus que tu voies une fille ???
    -Kuréno : Ce n’est pas ce que je voulais dire…Je veux que tu sois heureuse…et si ton bonheur est de m’avoir près de toi alors je le ferais…mais si ce n’est pas le cas…alors dis le moi…Je t’aime Akito…
    -Akito : …
    -Kuréno : Oui…Je t’aime, je t’aimerai toujours…à ma façon…comme Shiguré lui aussi t’aime…mais tu n’as pas besoin de te forcer à paraître ce que tu n’es pas…je sais qui tu es moi…cette douce femme…oui…je sais qui tu es réellement et je sais aussi que tu ne m’aimes pas….
    -Akito : Comment peux tu dire que je ne t’aime pas ? Je t’aime Kuréno…oui…mais…mais…
    -Kuréno : Nous serons toujours liés toi et moi…Si jamais tu as besoin de moi je serais là tu le sais…mais…je t’en prie…arretes de jouer et vis…
    -Akito : Toi aussi tu es amoureux…n’est ce pas ?
    -Kuréno : Oui…mais si tu t’y oppos…
    -Akito : Non…Je ne m’y opposerais pas…pas comme j’ai fait d’habitude…
    Non…Je sais maintenant ce que c’est d’aimer…JE comprends ce sentiment…
    _____________________________________________________________________

    Chez Shiguré.
    -Arisa : Tohru…Qu’y a t-il ?
    -Saki (qui pleure) : Non Tohru…Raconte nous…
    -Emma : …
    -Tohru : …Je…je…je ne peux pas…je trahirai Yuki et Kyo et Mr Shiguré…je ne peux pas tout vous dire…
    Kyo qui écoutait à la porte l’ouvrit.
    -Kyo : On s’en fout…Dis leur si tu veux…mais…s’il te plait…
    -Arisa : Kyon-kyon ! On rentre pas comme ça dans….
    -Tohru : Uo, Hana, Emma tu sais un bout de l’histoire…laissez moi parler…
    -Kyo : Pardon…Je…je dois y aller…

    Et Kyo sortit aussi vite qu’il le put…Sa vue était troublée par….des larmes naissantes.
    _____________________________________________________________________

    Tohru leur raconta toute l’histoire…Toutes pleuraient…
    -Arisa : Non ! Ce n’est pas vrai !....Pas le Papillon Rouge !!!
    Kyoko, dis moi que ce n’est pas vrai…tu n’as pas pu…tu n’as pas pu l’abandonner…nous abandonner…
    -Saki : Tohru…la semaine prochaine…ça fera 2 ans …et….
    -Arisa : On ira Tohru…Même si ce que tu dis est vrai…elle…elle…elle nous aurait tuées de réagir comme ça ! On doit y aller…
    -Emma : …
    -Saki : Emma, nous allons sur la tombe de la mère de Tohru…
    -Emma : Euh…je…je pourrais venir ?...
    -Tohru : Si tu veux Emma…mais je ne sais pas si je dois…
    -Arisa : Si Tohru ! Ta mère peu importe ce qu’il lui est arrivé…elle t’aimait et…elle n’aimerait pas te voir comme ça…
    -Tohru : Oui…vous avez raison…
    -Saki : Les ondes…les ondes des Soma….je comprends mieux…
    -Arisa : Mais…je ne comprends pas…pourquoi Kuréno…
    -Tohru : Parce qu’il a réussi à se libérer de la malédiction…
    -Emma : Comment ?
    -Tohru : Personne ne sait…pas même lui…
    _____________________________________________________________________

    -Saki : Dis moi Kyo, est-ce que ton père aussi est maudit ?Hi, hi, hi!...Parce que ce serait gênant en plus d’avoir un fils de ton âge…
    - Kyo : T’as pas besoin de savoir !!!!
    _____________________________________________________________________

    Pendant ce temps là…
    -Mayuko : Pourquoi tu voulais me voir Hatori ?
    -Hatori : Je…je…voudrais te parler…
    -Mayuko : Je t’écoute…
    -Hatori : Hum…hum…en fait, tu es la seule personne hors du clan Soma à avoir connu mon histoire avec Kana…et…
    -Mayuko : Tu es …encore amoureux d’elle ?...
    -Hatori : oui…enfin non…je ne l’oublierais jamais …mais elle est mariée et elle est heureuse maintenant….enfin…je voulais te dire…je veux que tu sois heureuse aussi…Shiguré m’a révélé tes sentiments à mon égard…et…
    -Mayuko : …Shiguré a…. Je le tuerai ce sala** !!! mais…Hatori…je ne comprends pas…
    -Hatori : Je….je… non je ne dois pas lui dire
    -Mayuko : Je t’aime Hatori….depuis le 1er jour…
    -Hatori : Mais tu ne seras jamais heureuse avec moi…comme Kana…
    -Mayuko : Peu importe…je…je…je ferais n’importe quoi pour pouvoir être à tes cotés…je…
    Hatori l’embrassa.
    -Hatori : Je t’aime moi aussi…mais comprends tu que jamais je ne pourrais te serrer contre moi, que jamais tu…
    -Mayuko : Oui…je sais tout ça…et...tout ce que je veux…c’est être près de toi…
    _____________________________________________________________________

    Au dojo Soma.
    -Kyo : Maître ?
    -Kazuma : Je suis là Kyo…
    -Kyo : Alors on commence par quoi ?
    -Kazuma : Tout d’abord assieds-toi et dis moi ce qui ne va pas…
    -Kyo : Mais…
    -Kazuma : Etant ton père je le vois sur ton visage que ça ne va pas alors raconte moi…
    Kyo lui raconta toute l’histoire en omettant bien sur les questions de Saki à son propos.
    -Kyo : Il me reste encore peu de temps…et…je l’ai…
    -Kazuma : Ne pense pas à ton enfermement…j’irai voir Akito et…
    -Kyo : NON ! J’irai voir Akito moi-même…
    Je ne veux pas être enfermé…Je veux rester près d’elle…
  • Chapitre 13

    Yuki, Kyo, Arisa, Saki, Emma, Tohru et Momiji se rendirent sur la tombe de Kyoko.
    -Arisa : Tohru attends…Je voulais te dire...peu importe ce qui s’est vraiment passé…Ta mère…nous l’aimerons toujours…et rien ne changera ça…elle sera toujours dans ton cœur et…
    Tohru se jeta dans les bras d’Arisa.
    -Tohru : Merci…merci d’être avec moi…
    Saki et Emma vinrent aussi se serrer contre les filles.
    Yuki, Kyo (qui tenait Momiji par le col pour l’empecher d’y aller) regardaient ces filles qui s’aimaient tant…
    -Yuki : J’espère qu’elle ira mieux…
    -Kyo : Oui…
    Honteux de s’être ainsi laissé aller l’un devant l’autre…
    -Kyo : Qu’est ce que t’as Sale rat !!!
    -Arisa : Oye ! Kyon-kyon ! Tu peux pas la fermer juste aujourd’hui !
    Et ils marchèrent vers la tombe de Kyoko…

    -Tohru : Ah ! Bah grand père encore une fois est arrivé avant nous…
    Momiji alors se posta devant la tombe.
    -Momiji : Bonjour ! Moi c’est Momiji Soma et je suis enchanté !!!
    Emma se présenta aussi.
    -Momiji : Je vais chanter une chanson que j’ai composée moi-même…
    -Kyo : Ah non ! Pas ça !
    PAF !
    -Momiji : OUINNNN !!! Kyo m’a tapé !!!!!
    Torhu se mit à penser à tous ces moments qu’elle avait passé depuis la mort de sa mère…
    Maman, je ne sais pas si tout ceci est vrai…Je t’ai fait la promesse de n’aimer que toi…et tu seras à jamais dans mon cœur…
    Saki qui sentait le cœur de Tohru avec ses ondes vint la rejoindre.
    Je ne t’oublierais jamais …et…je serais forte et courageuse…comme tu le veux…un jour nous nous retrouverons…mais d’ici là j’aurai tout fait pour que tu sois fière de moi…et...moi aussi je trouverais quelqu’un comme toi tu avais papa…

    Yuki et Kyo remarquèrent alors cet éclat dans les yeux de la jeune fille, un éclat qu’il n’avait jamais vu auparavant…Ils se mirent à sourire.

    -Emma : Uo…regarde comme ils sont tous mimis les garçons quand ils sourient…
    Ce qu’il est beau…Jamais je ne pourrai lui avouer ce que je ressens…
    Kyo tourna la tête et se mit à rougir encore plus et Yuki sourit…
    ______________________________________________________________________

    Quelques mois se sont « paisiblement » écoulés…(enfin...comme à l'ordinaire quoi...)Nous sommes au mois de juillet et c’est également la fête de Tanabata .

    Chez Shiguré.
    -Emma : J’ai ramené plein de papier de couleur pour tout le monde !!!
    -Kyo : M’en fo** de cette fête débile !
    -Yuki : Si tu t’en fout c’est très bien…Merci Emma ! Je choisirais un papier tout à l’heure.
    -Tohru : Moi aussi ! Au fait…Hana a appelée pour prévenir qu’elle viendrait avec son petit frère si ça ne vous dérange pas….
    -Shiguré : Non bien sur ! Plus on est de fous plus on rit…Vous avez invité vos amis…et moi les miens…
    -Kyo : Qui ça ? Dis nous !!!!!
    -Shiguré : Bah y’a…Ayamé !
    -Yuki : Je vais te tuer !!!!
    -Shiguré : Euh…pourquoi se fâcher…Ah oui ! Y aura aussi Ritsu, Kazuma, Kagura, …
    -Kyo : REPETES CE QUE TU VIENS DE DIRE !!!
    -Shiguré : Bah… (petit sourire) Kagura et…
    PAF !
    -Kyo : Qui t’as dit que tu pouvais ?????
    -Shiguré : Bah j’ai pensé à cette pauvre Saki…
    PAF !
    Et Kyo se mit à courir après Shiguré jusqu’à ce que…
    -Saki : Nous sommes arrivés ! Voila mon frère Mégumi pour ceux qui ne le connaissent pas.
    -Mégumi : Bonjour.
    Presque tout le monde prit peur…
    -Yuki : T’as vu la ressemblance…
    -Kyo : Put*** il fait flipper !
    -Saki : Euh…on ne se ressemble PAS !
    -Tohru : OH !!!! Mr Kazuma !!!
    -Kyo : Non !!!!
    -Saki (regarde Kyo avec un petit sourire) : Trop tard…
    Saki se dirige vers Kazuma avant que Kyo ne l’en empêche.
    -Saki : Enchantée…Je suis Saki Hanajima, je suis dans la même classe que Kyo.
    -Kazuma : Enchanté, je suis Kazuma Soma et je suis…
    -Kyo : Maître éloignez vous d’elle !!!!
    -Kazuma : ….Pourquoi ?...
    -Saki (toujours avec son sourire) : Oui…pourquoi…
    Kyo se mit à rougir…

    Mais à point nommé quelqu’un arriva…
    -Ayamé : Mon Guré d’amour !!!!!
    -Shiguré : Aya ! My love !!!
    Ils se regardèrent…
    -Shiguré et Ayamé (en levant le pouce) : YOSH !!!!!

    Et le défilé des invités se déroula ainsi….
    (Récapitulatif : Il y avait :
    -Yuki, Kyo, Shiguré, Tohru, Emma, Momiji, Saki, Mégumi, Kagura, Ayamé, Ritsu, Kisa, Hiro (contre son gré), Kazuma, Arisa et Kuréno qu’Arisa avait incrusté !)
    _____________________________________________________________________

    -Tohru : La nuit tombe !!!! Vite allons attacher nos papiers !!!!
    -Emma et Kagura : Oui !!!!!
    -Shiguré : Alors dites nous ce qu’il y a d’écrit dessus !!!
    PAF ! BAM !
    -Yuki et Kyo : SHIGUREEEEE !!!!!
    -Tohru : Bon je commence…
    *J’espère pouvoir briser la malédiction…*
    Et chacun alla poser son papier…
    >Kazuma *Je voudrais que Kyo ne sois pas enfermé*
    >Emma *Je voudrais qu’il voie que j’existe…*
    >Saki *Hum…les ondes de Kazuma…pour moi…et le bonheur pour Tohru avec…*
    >Mégumi *Le bonheur pour Saki…*
    >Arisa *Je voudrais….Kuréno…pour toujours…et…Garder Tohru et Saki…*
    >Kuréno *Je voudrais pouvoir vivre avec Arisa…et voir Akito heureuse…*
    >Kagura *Je voudrais…le bonheur de Kyo même si ce n’est pas avec moi…et…oublier ma peine…*
    >Kisa *Avoir ma grande soeur Tohru pour toujours…et…Hiro aussi…*
    >Kyo * Ne pas être enfermé…et…Tohru…*
    >Yuki *…vivre avec…et qu’elle m’aime en retour…*
    >Ayamé *Me rapprocher de Yuki*
    >Ritsu* Désolé !!!!!!Même si ce n’est pas possible je souhaite avoir la même confiance qu’Ayamé !!!!!!!*
    >Shiguré * Des lycéennes…des lycéennes….des lycéennes partout !!!!!*
    >Momiji * Momo…*
    _____________________________________________________________________

    Pendant ce temps la quelque part ailleurs dans la ville…
    -Akito : Je suis heureuse pour la première fois en cette fête de Tanabata…
    Noa l’a prit dans ses bras et lui murmura …
    -Noa : On va accrocher nos papiers ?...
    Et ils allèrent tous deux accrocher leurs papiers.
    >Noa * Je voudrais voir les 3 femmes que j’aime heureuses*
    >Akito * Je voudrais….*
    _____________________________________________________________________

    Seule sur son balcon, accrochant ce précieux petit bout de papier à sa plante verte…
    >Mi-chan * Que Shiguré me rende toujours les scripts complets et à l’avance…*
    _____________________________________________________________________

    Dans une grande demeure…
    >Kakeru * Que Tohru m’aime un jour…*
    >Machi * Yuki…aime moi…*
    _____________________________________________________________________

    Au Manoir Soma.
    -Hatori : Merci d’être venue jusqu’ici…
    -Mayuko : Hatori…je suis si heureuse…
    Ils regardèrent leurs papiers bouger sous la douce brise ce mois de juillet…
    >Hatori * Revoir un nouveau printemps…*
    >Mayuko * Qu’il puisse m’aimer un jour autant qu’il ne l’a aimé elle…*

    Plus loin dans la grande résidence…
    >Ren *Akira…je voudrais tant pouvoir te rejoindre bientôt…*
    _____________________________________________________________________

    Dans le cimetière, un vieil homme déposa un petit arbuste avec un papier sur une tombe…
    >Grand-père de Tohru *Un jour je vous rejoindrai…mais avant…veillez sur la petite d’où vous êtes…*
  • Chapitre 14

    -Noa : Emma ! Ne t’agites pas ainsi voyons….ce n’est qu’une petite fête entre amis pour fêter le début de vos vacances !
    -Emma : Oui je sais…Mais c’est la première fois que j’ai de vrais amis…En plus ils ne vont pas tarder…

    DING DONG
    -Emma : Les voilà !!!!!!!!!!!
    -Noa : Ha ! Ha ! Ha ! Si tu pouvais avoir autant d’énergie pour penser à ce que tu vas faire après tes études…
    -Emma : Mais j’y pense…et je sais peut –être ce que j’ai envie de faire…
    -Noa : Ah bon ? Qu’est ce…
    -Tohru : Bonsoir ! Oh ! Je vous ai dérangé ? Pardon ! Pardon !
    -Noa : Non ce n’est rien…Soit la bienvenue… ainsi que vous tous d’ailleurs.
    Ils contemplaient l’entrée de la maison avec un étonnement et une joie non dissimulée…
    -Tohru : Ce que c’est grand !
    -Arisa : Pfiuu !!! Tu nous avais caché tout ça Emma !
    -Yuki : C’est aussi grand que le manoir…
    -Kyo : Ouai bah y’a pas de quoi en faire toute une montagne !!!
    -Saki :Hummm…Quelles sont ces belles ondes….si…odorantes ???
    -Emma : Ha ! Ha ! C’est le dessert ! J’ai préparé un gateau exprès pour vous.
    -Tohru : Un…gateau…rien que pour nous ???
    -Yuki : Tu sais cuisiner ?
    -Kyo : C’est pas dur sale rat ! Y a que toi qui sais pas le faire !
    -Arisa : Kyon-kyon ! T’as pas fini là !
    -Kyo : Qu’est ce que t’as Yankee…
    -Saki : Et c’est quoi comme gateau ?
    -Emma : Euh…eh ben…comme je savais pas trop ce que vous aimiez…j’en ai fait 3…
    -Tohru : TROIS ???
    -Noa : Oui, trois…D’ailleurs Emma cuisine très bien…enfin les plats occidentaux ! C’est un vrai petit cordon-bleu !
    -Emma (rougissant) : Dis pas ça Noa !
    -Noa : Mais c’est fvrai ! D’ailleurs c’est elle qui a fait tout le repas !
    -Saki : Alors passons à table…

    Ils arrivèrent dans une belle et majestueuse salle à manger.
    -Arisa : OUAAHHH ! La déco !!! J’adore !!!!
    -Emma : C’est ma mère qui a fait toute la déco de la maison…
    -Arisa : OOOOHHHHH !!!! Trop bien ta télé !!!
    -Tohru : C’est une télé ça ?
    -Emma : Oui. C’est un écran plasma de 30 pouces. Mais allons à table…
    Devant eux se dressait une table en verre avec des pieds en acier qui concordait parfaitement avec le style ultra moderne de la maison.

    _____________________________________________________________________

    Ils s’installèrent à table. En bout de table, il y avait Emma, à sa droite, Yuki puis Tohru, Puis Kyo, puis Saki et enfin Arisa(qui se retrouvait donc à gauche d’Emma).
    -Emma : Donc je vous ai préparé un repas occidental mais j’ai quand même laissé des baguettes pour ceux qui ne sauraient pas se servir de fourchettes, couteaux et cuillères.
    Tout d’abord on a des toasts de saumon fumé et d’autres au foie gras.
    -Kyo : C’est quoi ça du « foie gras » ???
    -Emma : Bah euh…c’est une spécialité de chez nous…Goûte plutôt…
    Tous goûtèrent aux mets.
    -Saki : Hummm… délicieux….
    -Tohru : Ohh ! C’est vraiment très bon !!!
    -Arisa : Tu nous avait caché ça aussi Emma !
    -Yuki : C’est vrai que c’est excellent…
    -Kyo : Parlez pour vous ! Moi j’aime que le saumon ! Ton truc bizarre Emma, c’est DEGUEUL….
    PAF ! PAF ! PAF !
    Yuki avait envoyé plein de toasts au visage du chat.
    -Kyo : Je vais te tuer Sale rat !!!!!
    -Saki : Qu’est ce qu’il y a ensuite ?...
    -Emma : Euh…c’est…un sauté de veau à la crème avec des tagliatelles…
    -Yuki : Du veau ??? Mais ça a du te coûter très cher !!!!!
    -Emma : Euh…c’est Noa qui se charge des courses…
    -Saki : Oui il est Noa par ailleurs ?
    -Emma : Il avait un diner d’affaire…
    -Arisa : Tant pis !!!Je meurs de faim !!!!

    Bien que tout le monde ait plus ou moins bien réussi à manger avec des couverts…le seul qui n’y arriva pas fut…Kyo…
    -Arisa : Oye Kyon-kyon ! Tu veux que je te donne la becquée ??
    -Kyo : LA FER** !!!
    -Emma : C’est pas grave !!!Mais est ce que tu aimes au moins ?
    -Kyo : Non ! C’est deg…
    -Yuki (interrompant Kyo) : C’est délicieux Emma ! Merci !
    Kyo se rendit compte qu’il s’était encore énervé …
    -Kyo : Ouai…c’est pas mal pour de la bouffe qu’on connait pas…
    -Tohru : Emma tu m’apprendras ???
    -Emma : Oui si tu veux. Avec plaisir !
    Ils finirent leurs plats…

    -Saki : Bon maintenant c’est le moment que j’attends depuis tout à l’heure…
    -Arisa : Ouai t’as fait quoi comme gateaux alors ???
    -Emma : Bah je vais débarrasser et aller les chercher…
    -Tohru et Arisa : On vient t’aider !
    -Emma : Merci beaucoup !
    -Saki : Moi je reste avec les garçons…hi, hi, hi !
    -Yuki : Euh…t’es sure que tu veux pas y aller ?
    -Kyo : Ouai…Tu me fous les jetons…
    -Saki : Hi, hi, hi !

    Les filles arrivèrent avec trois superbes gateaux…
    -Saki : J’en ai déjà l’eau à la bouche…
    -Arisa : Ouai moi aussi !
    -Tohru : Alors dis nous ce que sont tes gateaux…
    -Emma : Y a un fraisier, une charlotte à la pêche melba et un « Paris-Brest ».
    -Tous : Un « Pa-ri-bu-res-tu » ?
    -Emma : Ha ! Ha ! Non un « Paris-Brest » ! C’est un gateaux très très bon et…
    Saki commençait déjà à se servir.
    -Kyo : Eh ! Tu peux pas attendre !
    -Saki : Vous parlez et moi je mange !
    -Yuki : Un gateau à la pêche ? C’est le fruit que je préfère !
    -Tohru : Et moi j’adore les fraises !
    -Emma : Oh je suis si contente !!!


    Finalement tout le monde prit une part de chaque gateau, même Kyo…
    _____________________________________________________________________

    A la fin de la soirée, Hatori revint les chercher en voiture.
    -Tohru : C’était génial !
    -Saki : Humm…tu en referas bientôt des gateaux ?...
    -Emma : Oui si tu veux…Bon alors à demain !!!!

    Emma monta se coucher…heureuse
  • Chapitre 15

    Le lendemain, assis devant leur petit déjeuner Emma et Noa discutaient, pendant que celui-ci épluchait son courrier.
    -Noa : Alors ta soirée Emma ?
    -Emma : Ca s’est tres bien passé merci ! Et toi alors ?
    -Noa : Eh bien on vient d’avoir un nouveau client !
    -Emma : T’es génial Noa !
    -Noa : Tu as décidé quelque chose pour les vacances ?
    -Emma : Je voudrais te demander si je pouvais inviter mes amis à la maison…
    -Noa : Oui bien sur mais ce n’est pas de vraies vacances ici.
    -Emma : Euh…non…pas ici…à la maison…
    Tout à coup Noa se figea et blêmit. La lettre qu’il tenait entre les mains glissa et tomba sur le sol…
    -Emma : Qu’est ce qu’il y a Noa ?
    -Noa : Lu…Lu…Luna…
    -Emma : Luna ? Qu’est ce qui se passe ?
    -Noa : Luna…Brianna est morte dans un accident de voiture…Je pars dans 3 jours.
    -Emma : Mais il n’y a pas de vols prévu !!! Je me suis renseignée…
    -Noa : Je vais prendre celui de la société.
    -Emma : Alors je viens avec toi !
    -Noa : Et tes vacances ?
    -Emma : Euh…bah ils ont qu’à venir aussi ! Tu veux bien ?
    -Noa : Si tu veux…
    _____________________________________________________________________

    « Bienvenue à l’aéroport Charles de Gaulles. Welcome to…. »
    -Tohru : On est en France !
    -Noa : Nous sommes attendu.
    -Emma : Vite !!! Il y a deux voitures qui vont nous emmener à la maison !!!!Vite !!!!

    Ils se dépêchèrent tout en prenant garde (enfin Saki surtout) que ni Momiji, ni Yuki, ni Kyo ne soient en contact avec d’autres personnes dans la foule.
    _____________________________________________________________________

    Durant le trajet, tous s’endormirent fatigués par le décalage horaire, Momiji et les disputes entre le rat et le chat. Seul Noa ne dormait pas…Il était pensif…
    ______________________________________________________________________

    -Emma : Allez réveillez vous ! On est arrivés !
    Petit à petit, ils se réveillèrent, mais Yuki avait plus de mal.
    -Tohru : OHHHH !!! Elle est belle ta maison !!!
    -Momiji : Vite ! On va visiter !!!
    -Noa : Emma je dois te laisser…Je vais y aller…
    -Emma : Bien. Tu rentres quand ?
    -Noa : Je ne sais pas…ce soir ou demain…
    Noa alla au garage ou il en ressortit au volant d’une magnifique berline.
    -Kyo : Euh…il en a combien des grosses voitures ? Puis il va ou ?
    -Emma : Il…il va voir quelqu’un…et….il doit avoir une dizaine de voiture à peu près entre ici et le Japon…
    -Yuki : Une dizaine ???
    -Emma : Bah oui…les siennes plus celles qui étaient à mes parents…
    Momiji voyant le visage d’Emma s’assombrir décida de se manifester.
    -Momiji : C’est bête que les autres n’ait pas pu venir…
    -Tohru : Oui…mais on ne reste qu’une semaine….alors ce n’est pas trop long !
    -Saki : Oui ….c’est bête que le père de Kyo n’ai pas pu venir…tous les deux en ballades sur la plage….Hi, hi, hi !
    -Kyo : MAIS CA VA PAS….
    -Tohru : Profitons en et ramenons des photos pour Uo et les autres !
    Emma leur fit visiter la maison.
    -Emma : Vous êtes libres de choisir une chambre qui vous convient…il y a 12 chambres avec une salle de bain attenante et …
    -Tohru : Quoi !!!! 12 chambres ???
    -Emma : Ma mère a une grande famille et ils venaient souvent autrefois…mais petit à petit voyant la renommée et l’argent de mes parents ils se sont mis à les envier…puis à les detester…Mais bon…Par contre je vous préviens…en France personne ne parle le Japonais alors si vous voulez je ferais la traduction…Momiji, tu parle allemand ?
    -Momiji : Ja !
    -Emme : Bah tu pourrais essayer de te faire comprendre…pour les autres si je ne suis pas la, il faut parler anglais !
    -Kyo : Raaa la barbe !!!!
    -Momiji : On va à la plage dis ???
    -Emma : Si tu veux…
    -Tohru : Oh non !!!!!J’ai oublié mon maillot de bain !!!!!!!
    -Emma : C’est pas grave…j’en ai plein que je n’ai jamais utilisé…Vu qu’on fait à peu la même taille tu n’auras qu’à choisir !
    Saki, Tohru et Emma montèrent s’installer pendant que les garçons essayaient de se choisir une chambre…
    -Momiji : Je veux être entre Tohru et Emma!!!
    PAF !
    -Kyo : Mais t’es con ou quoi ????
    -Momiji : OUUIINNNNNN !!!!! Kyo m’a tapé !!!!
    -Yuki : Momiji, tu ne veux embarrasser personne hein ?
    -Momiji : Non…
    -Yuki : Alors tu n’as qu’à te mettre entre ce stupide chat et moi comme ça il n’y a pas de problèmes…
    -Kyo : Stupide ???? Répète un peu voir ????Puis qui t’as dit que je voulais être près de toi !!!!!
    -Yuki : Tu n’es qu’un stupide chat ! Tu préfères peut-être dans une autre chambre…
    -Momiji : OUI !!!! Kyo veut être avec Tohru !
    PAF !
    -Kyo (tout rouge) : LA FERME !!!
    -Yuki : Alors que décides-tu chat stupide ?
    -Kyo : C’est qui que tu traite de stupide sale rat ?????
    -Yuki : Bon…décides toi…moi je m’en vais tu commence à me fatiguer…
    Et Yuki se trouva une chambre ou installer ses affaires et Momiji prit celle à sa gauche.
    ______________________________________________________________________

    Dans une petite maison.
    -Noa : Excusez moi je n’ai pas pu venir ava…
    -… : Ce n’est pas grave…Luna est dans le jardin…
    -Noa : Avant que je n’aille la voir…Luna est elle au courant pour…
    -… : Oui…Elle est au cour…
    Une petite fille d’environ 2 ans entra dans la pièce.
    -… : Mamie…Je peux….PAPA !!!!!
    Et la petite fille se jeta dans les bras de Noa.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 11 2006, 11:47 PM
Message #8


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



La Voie®Kotoko inc. Part.IV (chapitre 16 à 20)
  • Chapitre 16

    -Noa : Ma petite Luna !!!
    -Mamie : Luna, comme je te l’ai déjà dit…
    -Luna : Ze vais aller vivre avec papa au Zapon parce que ma maman elle est au ciel. Puis c’est pour ça que maman elle m’emmener voir le monsieur qui m’apprendais le zaponais.
    -Noa : Qui m’apprenait ma chérie, on dit qui m’apprenait. Mais c’est ça tu as bien compris…
    -Mamie : Tu veux bien aller jouer un peu je dois parler avec ton papa…
    Et la petite fille sortit.
    -Mamie : Ce n’est pas que je ne veux pas la garder avec moi mais c’est ta fille et je suis vieille maintenant…
    -Noa : Ce n’est rien et puis…je suis heureux d’avoir ma fille avec moi…
    _____________________________________________________________________

    Dans la chambre d’Emma.
    -Tohru (toute rouge) : Euh…tu es sure que je dois mettre ça ???
    -Emma : Mais oui !!! Ca te va à ravir !
    -Saki : Oui Tohru…c’est très joli mais Emma tu as beaucoup de vêtements !
    -Emma : Oui…mais je les laisse ici…
    -Tohru : Pourquoi ?
    -Emma : Eh bien c’est simple…les vêtements que j’ai ferait…un peu déplacé au Japon…Alors qu’en France ce n’est pas pareil…
    -Saki (tenant une photo dans la main) : Oui…mais pourtant cela te va très bien…
    Toc-toc
    -Kyo : Bon alors vous avez fini ????
    -Emma oui on arrive !
    Et elle ouvrit la porte laissant les 3 garçons entrer…
    -Yuki et Kyo : OH !
    -Momiji : T’es belle Tohru !!!!!!
    Tohru se mit à rougir…
    -Momiji : Oh Emma !!! Qu’est ce que tu es jolie !!!Et Saki aussi !!!!
    Kyo et Yuki se retournèrent sur les filles…
    -Saki : Hi, hi, hi ! Kyo…tu crois que ça plairait à ton père ?...Hi, hi, hi !
    -Kyo : Non mais c’est quoi….
    -Yuki : Vous êtes toutes les trois vraiment très belles.
    -Momiji : C’est quoi Saki ce que t’as dans la main ?
    Saki tendit la photo à Momiji.
    -Momiji : WWWHHHOOOUUUUAAAAAOOOOUUUHHHHHH !!!!!!! Emma tu ressembles à une star !!!!!!!
    -Emma (rougissant) : Mais non…
    Les autres se dirigèrent vers la photo et Kyo ainsi que Yuki se mirent à rougir…
    La photo représentait Emma avec de grandes bottes à talons (Marc Jacobs !) ainsi qu’un ensemble composé d’une minijupe et d’un petit haut (Dolce & Gabbana !)
    -Kyo : Tu…tu... c’est quoi ces vêtements ???
    Ca lui va très bien !!! Ce qu’elle est belle !!!..Mais à quoi je pense moi…
    -Emma : En fait en France il est très courant de s’habiller dans ce style…et…je…
    -Yuki : Tu n’as pas à te justifier…d’ailleurs tu es très belle…
    Emma se mit à rougir.
    -Momiji : Dis Tohru, on va à la plage dis ? Hein ? Hein ? Hein ?
    Et ils sortirent de la chambre au moment ou Noa passait le seuil de la maison accompagné de Luna…
    ______________________________________________________________________

    Le groupe croisa Noa et Luna dans le hall de la maison.
    -Luna : TATA !!!!
    -Emma : LUNA !!!!
    Luna se jeta dans les bras d’Emma sous les yeux ébahis des autres qui ne comprenaient pas qui était cette petite fille ni ce qu’elles se disait …
    -Noa : Bon eh bien je pense qu’il est temps de faire les présentations…Luna tu veux bien dire bonjour aux amis de ta tante s’il te plait…
    -Luna : Bonzour ! (NdA : Elle le dit en français !!!)
    -Noa : non…en japonais ma puce…
    -Emma : Allez ma chérie vas y !
    -Luna : Bonzour !
    -Tohru : AAAHHHHH !!!!! Elle est trop mimi !!!!!
    Aussitôt la nigiri se précipita sur la petite pour la câliner.
    -Saki :…Les ondes….les mêmes ondes que vous…mais…une mor…
    -Noa : Je vous en parlerai à part quand elle sera couchée si vous voulez bien.
    -Yuki : Oui.
    -Kyo : Tata ??? Je comprends pas là…
    -Noa : Eh bien Luna est ma fille.
    -Kyo : Ta fille….
    -Momiji : Ah ce qu’elle est belle !
    Et il se dirigea vers la petite.
    -Momiji : Je m’appelle Momiji Soma ! Et toi ?
    Luna se cacha derriere les jambes de Noa.
    -Noa : N’aies pas peur…Allez ma puce présente toi……
    Luna regarda son père...et lui fit un grand sourire.
    -Luna : Ze m’appelle Luna, et z’ai 2 ans et demi…
    -Tohru et Momiji : Ahh ce qu’elle est chou !!!!!
    -Yuki : Elle parle très bien pour son âge…
    -Noa : Elle apprend le japonais depuis qu’elle a prononcé son premier mot donc elle parle le français et le japonais.
    -Kyo : C’est ta fille ??? Mais comment tu as fait pour…
    -Noa : -_-‘ Euh…eh bien…
    -Saki : Il a fait comme je le ferais avec ….
    -Kyo : Quoi ??? Non mais je parlais pas de ça !!!!
    Et le chat détourna la tête d’un air renfrogné pendant que le rouge lui montait au visage.
    -Tohru : Vous allez venir avec nous Noa ?
    -Noa : Ou ça ?
    -Emma : On va à la plage !
    -Noa : Non merci, il faut que je me charge de quelques formalités pendant que Luna fait sa sieste pour que tout soit en ordre d’ici le départ…
    _____________________________________________________________________

    -Emma : Pffff….
    -Tohru : Qu’est ce qui se passe ?
    -Emma: C’est bientôt la fin…
    -Tohru : Mais dis toi qu’on va rentrer et qu’on va voir tous les autres et…
    -Saki : Oui oui…Je vais pouvoir…Tohru quand on rentre si on faisait une petite fête chez toi ?...
    -Tohru :…Euh…et bah…c’est chez Mr Shiguré…
    -Emma : Pourquoi pas chez moi !!!! On invitera tout le monde !!!
    -Saki : Hi ! Hi ! Hi ! Oui…tout le monde…
    _____________________________________________________________________

    De retour de vacances.
    -Noa : Emma ça te dérangerais de garder Luna 1h ou 2…Il faut que je voie quelqu’un…
    -Emma : Tu vas voir Akito ?
    -Noa : Oui
    J’espère que tu ne m’en voudras pas et que tu ne me rejetteras pas…Je t’aime tant si tu savais…
    -Emma : Eh bien…mer** !! N’oublie pas que c’est ce soir la fête !
    -Noa : Ne t’en fais pas…Je n’oublie pas…A tout à l’heure !
    Et Noa s’en alla, un gros paquet dans les bras…
  • Chapitre 17

    Au Manoir Soma.
    -Akito : Comme tu m’as manqué !!!
    -Noa : A moi aussi !
    Et ils s’étreignirent comme avec une joie non dissimulée et s’embrassèrent…Le temps s’était comme arrêté…
    Noa relâcha son étreinte et lui tendit un énorme paquet.
    -Noa : Voilà pour toi un petit souvenir de France…J’espère que ça va te plaire…
    Et que ce sera parfait….
    Akito prit le paquet en rougissant…
    -Akito : Mais …il…ne fallait pas…je….
    Elle ouvrit le paquet….et découvrit un magnifique fourreau en organza couleur émeraude (Azzedine Alaïa) ainsi que des escarpins assortis (Manolo Blanik)….
    -Akito : Je…je…
    -Noa : J’ai pensé que cela te ferais plaisir d’avoir une belle robe …mais si ça ne..
    -Akito : Non !...Elle est magnifique !!!
    -Noa : Alors va vite la mettre…j’ai quelqu’un à te présenter…
    ____________________________________________________________________

    Pendant ce temps chez Emma certains étaient déjà arrivés comme Tohru pour aider mais aussi Arisa et Kuréno…toujours ponctuels mais aussi Saki qui était venue sans son frère pour ne pas se « gâcher sa soirée ».
    -Emma : Bientôt….
    J’espère qu’il me remarquera enfin…
    -Arisa : Pffiiiuu !!!! Oh la la !!! Tu nous a sorti le grand jeu Emma ! Cette robe est ….J’en reste sur le c** !!!!
    -Tohru : Oui tu es très belle comme ça…C’est bien que tu aies pris quelques vêtements de France avec toi…
    -Saki : Oui…Si tu avais vu tous ses vêtements Arisa…
    Emma portait une magnifique robe de soirée turquoise (Dior) et des nu pieds avec une fine bride en cuir dorée.
    -Arisa : On a l’air de pouilleuse à coté de toi !!!!
    Kuréno lui murmura quelque chose à l’oreille qui fit rougir la jeune Yankee.
    -Kuréno : Cette tenue te vas très bien.
    -Emma : Merci…euh…Tohru…je…j’ai quelque chose pour toi…tu veux bien monter avec moi deux seconde ?
    -Tohru : Oui ! Mais pour les aut…
    -Saki : Je les accueillerais…Hi, hi, hi !

    Les filles montèrent à la chambre d’Emma mais entendirent Luna se réveiller. La petite fille sortit de sa chambre en se frottant les yeux et regarda Emma avec un grand sourire.
    -Luna : Tata…t’es belle !!!!
    -Emma : Merci ma chérie. Mais tu es réveillée alors on va pouvoir te préparer…
    -Luna : Moi aussi ze serais belle ???
    -Tohru : Oh oui !!!
    Elles allèrent chercher une robe pour Luna et se dirigèrent vers la chambre d’Emma.
    Sur le lit d’Emma, une jolie robe de soie rose pâle (Stella Mc Cartney) était étendue sur le lit avec de petites mules roses.
    -Emma : Voilà mon cadeau pour toi Tohru…J’espère que ça va te plaire…
    Tohru se mit à s’agiter dans tous les sens en devenant rouge tomate.
    -Tohru : Mais…mais…il…il ne fallait pas ! C’est beaucoup trop !!!!
    -Emma : Oui…c’est trop peu par rapport à toute l’amitié que tu m’offres…alors accepte le en gage d’amitié.
    -Tohru : Je…je…je ne sais pas quoi dire…
    -Emma : Ne dis rien et mets la pendant que j’habille Luna.
    Et elles s’habillèrent sous la houlette d’Emma.
    ______________________________________________________________________

    -Hatori : Je vous préviens…je ne veux pas que….
    -Shiguré : Mais voyons je ne vois pas de quoi avoir peur ! Toutes les personnes présentes sont au courant et il y aura Emma….
    -Ayame : Mon Guré ! Tu m’oublies !
    -Shiguré : Jamais je ne pourrais mon Aya adoré !
    -Les deux : YOSH !!!!
    -Hatori : …
    Je vais finir par craquer nerveusement si ça continue…
    ______________________________________________________________________

    Deux taxis arrivèrent dans la résidence de Noa et Emma.
    En sortirent : Yuki, Kyo, Momiji, Ritsu et Haru puis de l’autre : Kagura, Kisa, Hiro et …Rin.
    Ils entrèrent tous dans la demeure.
    -Kagura : Whaouh !!! C’est magnifique !
    -Rin : Y’a pas de quoi fouetter un chat non plus !
    -Kyo : Qu’est ce que t’as dit !!!!
    -Haru : Laisse la…
    -Rin : Put*** mais ferme ta gue*** un peu espèce de c**…
    Tohru, Emma et Luna descendirent à cet instant.
    Yuki et Kyo les regardèrent…subjugués…
    -Kyo : ….euh….
    Elle est si belle…si magnifique dans cette robe…
    -Yuki : Bonsoir…
    Est-ce que serais en train de….non…ce n’est pas possible…pourtant…elle est si…
    -Momiji : LUNAAAAA !!!!!!!!
    La petite fille dévala les escaliers et alla taper dans la main du lapin…
    -Momiji : Tu n’as pas oublié ! Tu es si mignonne !!!
    -Luna : Merci Momizi !
    Mais tout le monde s’arrêta. Ils se demandaient qui était cette magnifique petite fille qui parlait leur langue…
    -Shiguré : Ah nous voilà !!!!!!!
    -Ayame : Yuki !!!!! Ton grand frère est arrivé !!!!!! Viens par l…….
    Ils se figèrent tout comme Hatori qui ne comprenait plus rien à la situation.
    A ce moment là Kazuma arriva.
    -Kyo : Mais qu’est ce que vous faites la maître ????
    -Kazuma : J’ai été invité…
    -Kyo (mitraillant Saki du regard tandis qu’elle souriait) : Par qui ???
    -Emma : Par moi…
    -Kyo : Euh…par…toi….

    Un ange passa…
    -Luna : Bonzour ! Moi ze m’appelle Luna et z’ai 2 ans et demi et mon papa c’est…
    -Noa : C’est moi…

    Tous se retournèrent pour voir un Noa en compagnie d’une femme magnifique…qui n’était autre…
    -Shiguré et Kuréno : Akito !
    _____________________________________________________________________

    Tous levèrent les yeux vers cette femme magnifique…
    -Shiguré : Akito…tu…..
    Akito se retourna vers Noa, hébétée, elle ne comprenait rien…
    -Akito : Que…que font-ils ici ???
    -Noa : Tout d’abord…je voudrais vous présenter Luna qui est ma fille…Viens Luna.
    Et la petite vint auprès de son père et l’embrassa.
    -Noa : Veuillez nous excuser mais nous allons devoir nous retirer quelques instants…
    -Kuréno : A…ki…to…
    Akito ne comprenait plus rien de même que les autres et elle se laissa guider jusqu’à la maison de retraite de Noa.

    -Kyo : C’est quoi ce madame de bord** ???
    -Rin : J’me casse !! J’reste pas là avec …
    -Yuki : Attendez un peu il doit y avoir une explication….
    Même si je ne vois pas laquelle…
    -Emma : Ecoutez moi tous…Nous sommes venus ici pour une f^te, pour nous amuser…les explications arriveront bien assez tôt je pense et….

    Tout le monde se mit à parler et un brouhaha s’installa.
    -Hatori : SILENCE !!!!!!!
    Tout le monde s’arrêta, interloqué de voir le médecin s’énerver…
    -Hatori : Je ne saisis pas moi-même très bien la situation mais pour faire honneur à nos hôtes ne soyons pas malpolis !
    -Ayame : OOOOHHHHH !!!!! Mais elle est magnifique ta robe Emma !!! Et celle de Tohru aussi !!!! Je peux toucher….
    PAF !!!! BAM !!!!!
    -Yuki et Kyo : Si t’essaies on te tue !!!!!
    -Shiguré : Mais qu’est ce que tu fous la toi ????
    -Arisa : Oye l’écrivaillon ! Ca va là ! Il est avec moi alors….
    Une ombre noire se faufila vers un homme discrètement…
    -Kazuma : Bonsoir. Vous allez bien ?
    -Saki : Oui….
    -Kazuma : Vous avez pris quelques couleurs…Comment s’est comporté mon fils ?
    -Saki : Ne vous inquiétez pas…Je l’ai surveillé comme…comme s’il était mon fils….
    Saki lui lança un sourire enjôleur qui fit sourire Kazuma.
    Kyo alors repéra Saki et fonça droit sur elle.
    -Kyo : Qu’est ce que tu lui as dit ????
    -Kazuma : Kyo…Voyons….
    -Kyo : C’est une sorcière et elle va vous ensorcelez maître !!!
    -Kazuma : Ha ! Ha ! Ha !
    A ce moment là, des rires vinrent troubler Kyo. Il se retourna et vit Yuki avec Emma et Tohru qui rigolaient.
    -Kyo : De quoi vous parlez là bas avec ce sale rat !
    Ce sale rat arrive toujours a la faire rire…
    -Emma : Oh de rien….On se remémorait les vacances…

    -Momiji : Luna tu as faim ?
    -Luna : Voui z’ai faim mais il faut pas réclamer c’est pas zouli….
    -Momiji : Allez viens on va prendre un petit truc sur le buffet…

    Quelqu’un observait de loin le groupe des quatre jeunes avec Kyo et Yuki qui se disputaient sans cesse.
    -Ritsu : Qu’y a-t-il Kagura ??? Ca ne va pas ? Viens sortons….
    Et le singe sortit accompagné d’une Kagura en pleurs…
  • Chapitre 18

    Dans sa petite maison…
    -Noa : Akito…Laisse moi t’expliquer….
    -Akito : Tu…tu…tu as une fille….mais….
    Elle se mit à pleurer…Noa la prit dans ses bras mais elle se débattit…
    -Akito : Lâche moi !!! Laisse moi m’en aller !!! Je ne veux plus….
    Elle s’effondra.
    -Akito : Je ne veux plus te voir….
    Noa la reprit dans ses bras…Akito était lasse… si lasse…
    Noa se mit à pleurer…
    -Noa : Akito…Je ne veux pas te faire souffrir…mais laisse moi t’expliquer…tu veux bien ?...
    De guerre lasse Akito acquiesça.
    -Noa : Voilà…il y a un peu moins de 6 ans…j’avais alors 17 ans, j’ai rencontré une fille qui s’appelait Brianna…Très vite nous sommes tombés amoureux…seulement nous étions jeunes et un peu plus d’un an plus tard elle est tombée enceinte…Nous étions très heureux…Je commençais alors à travailler pour nous…Mais j’étais souvent amené à voyager vers le Japon et le reste de l’Europe…Peu avant la naissance de ma fille, Brianna m’a avouée avoir trouvé quelqu’un d’autre et elle partait s’installer avec lui…Pour elle, rien ne changerait…je resterait le père de ma fille et mon avis serait pris en compte pour son éducation… 6 mois plus tard mes parents sont morts et je travaillais de plus en plus négligeant tout le monde…Jusqu’à ce qu’Emma fasse une dépression…Ce fut un déclic et c’est pour cela que nous sommes venus ici…Cependant je ne pouvais pas retirer ma fille à sa mère alors elle a apprit le japonais et je l’appelais 1 fois par semaine….Mais sa mère a eu un accident de voiture et elle est décédée…Alors maintenant Luna est avec moi….
    -Akito : …Je…Mais…Tu…tu ne t’occuperas plus de moi…tu vas me laisser…
    Et Akito se remit à pleurer…
    -Noa : Akito…Je…je t’aime…et je….
    -Akito : Tu…tu m’aimes ?
    -Noa : Oui…et je voudrais te présenter à Luna…pour que ma fille puisse se rendre compte de la gentillesse et de la beauté de la femme que son papa aime…
    _____________________________________________________________________

    Quelque part dans le jardin de la demeure.
    -Kagura : Je suis désolée Ri-chan…Seulement c’est si dur…c’est si dur de le voir rire et s’amuser avec d’autres…Je suis heureuse pour lui…mais…
    -Ritsu : Mais c’est dur de l’aimer…et de ne pas réussir à l’oublier…
    -Kagura : Oui….
    -Ritsu : PARDONNNES MMMOIIIIIIIIII !!!!!! J’aurai du remarquer que tu n’allais pas bien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Kagura esquissa un sourire devant l’air apeuré de Ritsu.
    -Kagura : Ca ira Ri-chan, ça ira…
    _____________________________________________________________________

    Alors que Kagura et Ritsu rentraient à l’intérieur…Noa et Akito faisait à nouveau leur entrée…
    -Noa : Ne t’en fais pas…ça va aller…Puis sinon tu peux toujours leur faire peur !
    Et il lui sourit. Le sourire de l’homme qu’elle aimait lui redonna du courage et Akito se redressa fièrement dans sa belle robe et avança au bras de Noa.
    -Akito : Je ne veux aucune question !
    Emma s’avança vers Akito…Yuki, Kyo et les autres se mirent à trembler….sauf Hatori.
    -Emma : Bonsoir Akito !
    Et elle se lança au cou du chef de famille.
    -Emma : Whaouh !!! Tu es magnifique !!!! Cette robe te va très bien !!!
    -Hatori : C’est vrai qu’elle te va très bien.
    Akito alors esquissa un sourire qui choqua l’assemblé.
    -Yuki : Aki…to…tu….
    Luna qui était avec Momiji, Tohru et Kisa (pendant qu’Hiro regardait Tohru de travers) s’élança.
    -Luna : OOOOHHHHH !!!!!! Comme t’es belle madame !!!! Ze peux te faire un bisou ?
    Akito sous le regard de l’assemblée mais surtout celui de Noa….sourit à l’enfant et se baissa pour l’embrasser.
    -Luna : Moi ze voudrais être belle comme toi plus tard !!!!!
    -Noa : Tu le seras ma puce…
    -Luna : Papa, c’est elle ma nouvelle maman ?

    Encore une fois l’assemblée retint son souffle…
    -Noa : Oui…enfin…si…elle le veut bien….
    Et Noa s’agenouilla devant Akito en lui tenant la main, sur presque tous les visages on pouvait y lire de la surprise…
    _____________________________________________________________________

    -Noa : Akito je sais que c’est un peu abrupt mais…
    Noa sortit de sa poche un petit écrin noir qu’il ouvrit…. L’écrin contenait une somptueuse alliance en or blanc sertie de diamants.
    -Noa : Voilà…Akito…veux tu…..
    -… : NON !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Tout le monde, absorbé par cette scène n’avait pas vu arriver cette femme…Elle ressemblai à Akito et elle portait un kimono.
    -Shiguré : REN !
    -Akito : Que fais tu là ????
    -Ren : C’est simple…je t’ai suivie…Tu n’as pas le droit…..
    La salle était à présent tétanisée…
    -Ren : Tu n’as pas le droit au bonheur ! Non….Les enfants qui tuent leurs parents n’ont pas le droit au bonheur !!!!!!!!!!
    -Akito : Tu racontes n’importe quoi !!!!C’est toi que je devrais tuer !!!!!!!
    Et Akito s’avança vers sa mère…
    Aussitôt Noa et Hatori retinrent Akito qui ne se contrôlait plus et Shiguré et Yuki maintenaient Ren. La tension était pesante dans la salle….
    -Ren : Je le savais ! Nous aurions dû te tuer ! J’aurais voulu un fils !!!Mais je t’ai eue toi !!!!
    Elle cracha ces derniers mots avec mépris.
    -Ren : Mais Akira lui…il ne t’en aimait que plus encore….Plus je te brimais, plus il te consolait et s’éloignait de moi !!!! C’est de ta faute s’il est mort !!!!!!
    -Akito : Non !!!!Non !!!!!!
    Akito se tenait à présent la tête avec ses deux mains et hurlait…Hatori passa la main sur son front…
    -Hatori vite ! Il faut l’allonger !!! Elle a une forte fièvre !!!
    Ils portèrent Akito vers une des chambres suivies d’Emma, Saki, Arisa et Tohru sur les conseils de Kuréno.
    -Ren : Mais qu’elle en crève !!!! Cette nuit là… je n’aurais pas dû hésiter…j’aurais du te tuer…et Akira serait encore en vie !!!!!!!!
    Ren tout à coup se mettait à délirer…
    -Ren : Oui…si je t’avais tuée avant qu’il ne revienne…Il m’aurait pardonné et me serait revenu….Il ne se serait pas interposé !!!!!! Mais …tu as vu !!!! Tu l’as appelé et il t’a protégée et c’est lui que j’ai poignardé ! Lui ! La seule personne que j’aimais !!! Alors que c’est toi enfant maudite qui aurait du mourir !!!!
    Tout le monde était consterné. C’est alors que Rin avança…
    -Rin : Tu n’as jamais su comment briser la malédiction…tu voulais juste que je lui fasse du mal….
    -Ren : Mais dis donc tu n’es pas aussi stupide que ça pour une sous-mer** de ma fille !
    PAF !
    Rin leva les yeux…Et elle vit Kyo…Il ne se contenait plus….
    -Kyo : Comment osez vous dire que c’est de sa faute !!!! C’est vous qui le teniez ce couteau ! C’est vous qui vouliez tuer !!! Et de quel droit vous permettez vous de dire qu’elle n’a pas le droit au bonheur ???
    -Ren : Oh…mais je vois….tu es le monstre….ce cher monstre qui sert de faire valoir à ces chers maudits….
    Kyo recula…Il ne comprenait pas…
    C’est alors que quelqu’un fonça sur Ren et la frappa encore et encore…
    -Kagura : Tu n’as pas le droit ! Tu n’as pas le droit de dire que Kyo est un monstre ! NON ! IL N’EST PAS UN MONSTRE !!!!
    Et elle la frappait encore et encore…mais une main stoppa Kagura.
    -Kyo : Kagura…
    Il vit alors les larmes de la jeune fille…Shiguré et Yuki durent transporter Ren dans une chambre éloignée d’Akito qui fermait à clé, elle était mal en point…
    Kagura se jeta dans les bras de Kyo et pleura ….
    Ritsu vint alors vers Kyo et prit Kagura contre lui tandis que Kyo retrouvait Kazuma.
    -Kazuma : Je suis fier de toi Kyo...
    _____________________________________________________________________

    Akito reprit ses esprits…
    -Akito : Je….
    -Hatori : Ne bouge pas ! Tu n’es pas rétablie.
    -Noa : Je suis désolé…
    -Akito : Non c’est moi…mais….que s’est il passé ?
    -Tohru : Je…Kyo….
    Et elle lui raconta la suite de l’histoire…
    -Tohru : Je sais que je n’aurai pas du descendre mais je m’inquiétais…
    -Akito : Kyo…a prit ma défense ?....
    Ce monstre…non…ce n’est pas possible…
    -Emma : Tout le monde est inquiet….On a appelé l’hôpital pour …enfin…
    -Hatori : Je pense qu’il va falloir faire enfermer Ren…elle…
    Toc-toc.
    Kyo et Yuki entrèrent.
    -Yuki : Est-ce que ça va ?
    -Akito : Oui…Merci…Kyo…
    Kyo se mit à rougir.
    -Akito : Il faut que je vous révèle toute la vérité…Allez chercher les autres…
    -Hatori : Non. Tu dois te reposer et…
    -Akito : Non ! Il est temps….
  • Chapitre 19
    Tout le monde se rassembla autour d’Akito dans la salle à manger.
    -Emma : Je suis désolée…Luna vient de s’endormir…
    -Akito : C’est bon…Voilà…Je ne connais pas l’origine de notre malédiction…elle s’est perdue au fil du temps…mais je sais que c’est la première fois depuis…depuis l’origine que tous les signes sont ainsi réunis… Il existe un moyen de briser la malédiction…n’est ce pas Kuréno ?
    Tout le monde se retourna vers le coq.
    -Kuréno : Oui…
    -Akito : Mais nous ne savons pas comment…
    -Rin : Mais Kuréno ???
    -Akito : Nous n’avons jamais su comment…
    -Rin : Alors comment….
    -Shiguré : Il existe un moyen…n’est ce pas Akito ? Ce qu’il y a dans ce parchemin…
    -Yuki : De quoi parles tu Shiguré ?
    -Hiro : C’est quoi cette histoire ? Pourquoi est ce qu’il y en a qui sont au courant ? Et pourquoi….
    -Kisa : Hiro s’il te plait…
    -Akito : En fait…on ne se souvient plus de l’origine de la malédiction…seulement il y a un parchemin qui se transmet de Dieu en Dieu… Sur ce parchemin il y a la représentation de la fête…ainsi…que le chat…mais…il y est aussi écrit une seule et unique phrase…
    -Rin : Qu’est ce que c’est ???
    -Momiji : Il y a quelque chose ???
    -Akito : « Quand Il sera Elle, tous égaux, réunis par amour et confiance fraternelle, le dernier banquet viendra car c’est ainsi qu’est La Voie… »
    -Kyo : Je ne comprends pas !
    -Yuki : Pour l’instant je pense que personne d’entre nous n’est capable de saisir le sens de ces mots. Mais…
    -Emma : Je pense qu’il vaut mieux remettre tout ceci à plus tard et laisser Akito se reposer…
    -Saki : Oui…Pourtant…ce texte….les ondes…
    -Arisa : Viens par là Saki ! On y réfléchira plus tard !


    Un bruit sourd et mat attira leur attention.
    Hatori se précipita vers la chambre ou se reposait Ren suivit de Shiguré…Elle gisait sur le lit…un petit couteau japonais dans le ventre…une lettre dans la main…
    « J’aurais du te tuer…Mais…Je préfère m’en aller et le rejoindre que de continuer à te voir…Akito, J’espère que tu ne trouveras jamais le bonheur…Tu ne le mérite pas... »
    Hatori prit la lettre et la fourra dans sa poche.
    -Hatori : Shiguré…
    -Shiguré : Tu as raison…elle ne doit pas savoir…
    _____________________________________________________________________

    Son de cloche.
    -Arisa : Elle était dure la reprise !!!!
    -Saki : Oh oui….
    -Tohru : Bon il va falloir que j’aille travailler alors je vais vous laisser !
    -Emma : A demain !!!!
    -Yuki : Je viendrais te chercher !
    -Tohru : Oui ! A ce soir !
    -Kyo : Bon bah à ce soir ! Je serais au dojo mais je ne rentrerais pas tard !
    -Arisa : Oye Kyon-kyon ! Tu deviens un gentil petit toutou !
    -Kyo : LA FERME !!!!!
    -Saki : Bon on y va Kyo ?
    -Kyo : …On va ou ???
    -Saki : Bah…au dojo…Hi, hi, hi !
    -Kyo : AARRRGGGHHHHHH !
    -Emma : Ah ! Ah ! Ah ! Kyo, elles te taquinent !
    Et Kyo détourna la tête pour cacher son visage qui rougissait.


    A la sortie de l’école quelqu’un attendait.
    -Kakeru : Tohru ! Euh….Je peux te parler ???
    -Tohru : Euh…bah c’est que je dois aller travailler…mais tu peux m’accompagner si tu veux !
    -Kakeru : Euh…
    Je dois prendre mon courage à deux mains
    Euh….JE T’AIME TOHRU !!!!
    Les autres franchissaient le portail au même moment…
    -Tohru (rouge comme une tomate et gesticulant) : Euh…mais…mais….
    -Kakeru : Je t’aime et je t’ai toujours aimé ! Je t’ai même suivi…
    Kyo alors l’attrapa par le col.
    -Kyo : Tu as quoi ???
    -Saki : Le cimetière… Oui…je me souviens…ses ondes…
    -Kakeru : Comment sais-tu ?
    -Arisa : Oh hé ! On était là !
    -Yuki : Attends…Tu les a suivies au cimetière ???
    -Kakeru : Enfin…oui…non…enfin…
    Kyo le secoua comme un prunier.
    -Kyo : Racontes nous tout !!!
    -Kakeru : Eh bien…depuis que Tohru est arrivée…je l’ai tout de suite remarquée…Elle si souriante, si gentille, si…différente des autres…
    Tohru se mit à rougir de plus en plus…et Yuki et Kyo à s’impatienter de plus en plus….
    -Arisa : Eh continue !
    -Kakeru : Je me suis rendu au cimetière…un jour ou tu y es allée Tohru…J’aurais voulu venir te présenter mes condoléances….mais…
    -Saki : C’était donc ça….
    -Emma : De quoi ????
    -Saki : Je me souvenais de lui…mais j’étais avec Tohru…En fait…ce sont ses ondes….
    -Yuki : Euh…Tohru…tu vas être en retard…
    -Tohru : AHHHHH !!!! PARDON ! PARDON ! Je dois y aller !!!
    Et Tohru s’en alla en courant….
    Tous repartirent sauf Yuki qui restait avec Kakeru…
    -Kakeru : Tu es amoureux ?
    -Yuki : Euh…de qui ? Je vois pas….
    -Kakeru : Ca se voit…mais je ne vois pas s’il s’agit de Tohru ou d’une autre…
    -Yuki : Kakeru…Je dois te dire que pour Tohru…
    -Kakeru : Ne t’en fais pas…Je sais qu’elle ne m’aimera jamais…mais au moins je lui aurai avoué…
    Yuki acquiesça et s’apprêta à partir…
    -Kakeru : Yuki…Machi….
    -Yuki : Tout est clair…
    -Kakeru : Oui…tu as raison…puis tu es déjà amoureux non ?
    -Yuki (rougissant) : Oui…
    _____________________________________________________________________

    Au même moment sortant également de l’école.
    -Kisa: Hiro…
    -Hiro: Oui Kisa…
    -Kisa: Tu sais…je…je suis triste pour Akito…Je comprend un peu…cette peur des autres…celles d’être différente…d’être…rejetée…
    -Hiro : Kisa …Non…ne pleure pas…
    -Kisa :...J’ai de la peine pour Akito…
    -Hiro : Ca ne changera jamais ce qu’elle t’a fait ! Rien au monde ne pourra lui pardonner le mal qu’elle t’a fait !
    -Kisa : Tu ne dois pas….elle aussi a souffert…elle aussi souffre encore…mais nous non plus n’avons jamais essayé de la comprendre…
    Hiro et Kisa rentrèrent main dans la main en songeant aux paroles de la petite fille si jeune…mais aussi si pleine de maturité.
    _____________________________________________________________________

    Au Manoir Soma.
    -Momiji : Hatori je vais aller m’exercer…
    -Hatori : Bien…A tout à l’heure…Je vais voir Akito.
    Momiji alla s’asseoir devant son violon et prit une grande inspiration.
    -Momiji : Allez !
    Momo, je sais que tu es là quelque part…c’est pour toi…
    Et Momiji s’appliqua encore plus qu’il n’avait coutume de le faire…La mélodie était douce et mélancolique…Les notes semblaient s’envoler…
    Soudain le lapin entendit un bruit qui provenait d’un buisson. Il sortit et se précipita vers le buisson et se trouva nez à nez avec…Momo.
    -Momo : Je...je…je… suis dé-dé-désolée !
    Momiji sourit.
    -Momo : Mon…pa-pa-papa ne doit pas sa-sa-savoir !
    -Momiji : Ce sera un secret entre toi et moi…Tu veux entrer ?
    -Momo : Oui.
    Et il la fit entrer et se mit à jouer devant elle…pour elle…
    Un jour cette malédiction prendra fin….ce jour là…nous pourrons redevenir une famille…
  • Chapitre 20

    Chez les Neto.
    -Emma : Ce soir c’est Tsukimi... Tu crois qu’on devrait faire une petite fête ???
    -Noa : Euh…Je ne sais pas trop…Au vu de notre dernière soirée…
    -Emma : Mais justement ce serait une occasion de tout rattraper…
    -Noa : Je vois que tu en as vraiment envie…
    -Emma : Oh oui !!!!
    -Noa : Bien alors…mais je te laisse t’occuper de la préparation des festivités…
    -Emma : Oui ! Merci !
    ______________________________________________________________________

    Chez Shiguré.
    DRING DRING DRING
    -Shiguré : J’arrive…Allo ? Oui…Emma ! Tu vas bien ? Oui…ne quittes pas je te la passe…TOHRU !!!!
    Tohru arriva en courant et trébucha …au pied de l’écrivain.
    -Shiguré : Voyons Tohru !!! Je sais que tu m’aimes mais au point de te mettre à mes pieds !!!Ha ! HA ! H…
    BAM !
    -Yuki et Kyo : SHIGUREEEEE !!!!!
    -Kyo : Heureusement qu’on te surveille !
    -Shiguré (larmes de crocodiles) : Oh ! Tohru ! Personne ne m’aime ici sauf toi !!!
    PAF !
    -Yuki : T’as pas fini…C’est fatiguant à la fin…
    Tohru se releva.
    -Tohru : Euh…Merci… Allo ? Oui…Oh ! Bonjour Emma ! Oui et toi ? Ce soir ?...Oh oui !!! Bien…à tout à l’heure ! J’appellerais Uo et Hana ! Oui !
    -Yuki : C’était Emma ?
    -Tohru : Oui…elle voulait…
    -Kyo : Elle voulait quoi ???
    -Shiguré : Oh !!! Mais vous voulez en plus la petite Emma en plus d’avoir Tohru !!!!
    PAF ! BAM !
    Il est vraiment fatiguant celui là !!!!!!
    -Tohru : Je vais chez elle pour l’aider à préparer…Tsukimi !
    -Yuki : Tu veux qu’on vienne avec vous ???
    -Kyo : Eh !!! Depuis quand tu décide sale rat !!! J’ai pas dit que je voulais venir !!!!!
    -Yuki : Très bien alors allons chez Emma seuls Tohru…
    -Kyo : Non ! Je…je vais venir…PARCE QUE J’AI RIEN DE PREVU AUJOURD’HUI !!!!
    -Shiguré : Ha ! Ha ! Tu veux y aller…Ce ne serait pas plutôt parce que tu as peur que le beau Yuki soit seul avec Emma et Tohru plutôt…
    BAM ! Et Shiguré traversa la porte du salon.
    -Shiguré : Oh ! Non pas la porte !!!!
    -Kyo : La ferm** sale clebs !!!!!
    Si je n’y vais pas…Elle…Yuki….
    -Tohru : Alors tu viens avec nous Kyo ???
    -Kyo : Oui…
    -Yuki : Bien alors allons y…
    Toujours dans mes pattes…Je ne sais même pas si j’aurai un peu de temps pour…elle…
    -Tohru : Attendez je vais prévenir Uo et Hana !
    -Kyo : Elles viennent aussi la yankee et la psycho ????
    -Tohru : Euh…eh bien je ne sais pas….je vais juste leur proposer….
    ______________________________________________________________________

    Au Manoir Soma.
    -Akito : Oui…Ce soir ??? Le Junishi ?? Mais….Oui…Bien alors à ce soir Emma…Et Noa…sera….Oui….Merci…
    En prononçant ces derniers mots…Akito avait rougi.

    DLING
    -Servante : Oui Maître…
    -Akito : Faites prévenir tout le Junishi de se rejoindre en tenue traditionnelle à l’adresse que je vais vous donner ce soir à 19h…
    -Servante : Oui !
    -Akito : Dépêchez vous !!!!!!
    -Servante : Oui !!!!!
    Et la servante partit en courant.
    ______________________________________________________________________

    Chez les Neto.
    -Tohru : C’est dommage qu’Hana et Uo n’aient pas pu venir…
    -Emma : Oui mais Arisa devait travailler et Saki devait veiller sur sa grand-mère malade…
    -Tohru : C’est vrai…Mais c’est quand même dommage !!!
    DING DONG
    -Emma : Vite allons ouvrir !!!! Noa !!!! Dépêche toi de te prépa…
    Noa était à l’entrée, magnifique dans son superbe hakama (vêtement traditionnel japonais pour les hommes). Les jeunes filles étaient ébahies.
    -Emma : Tu…tu….
    -Noa : Vous avez bien mis des yukatas non ?? Alors moi j’ai mis un hakama…
    DING DONG
    -Tohru : Il…il faudrait peut être ouvrir…
    Noa ouvrit la porte et on vit alors presque tous les membres du Junishi en Kimonos ainsi qu’Akito.
    -Akito : Bonsoir…Kuréno…ne sera pas là…un imprévu…
    -Tohru : Ce…ce n’est pas grave…Kyo et Yuki ne vont pas tarder à arriver...ils sont rentrés se changer…
    -Emma : Bienvenue Akito…tu es très belle…
    -Noa : Emma…Ne me vole pas mes répliques non plus !!!
    Noa prit Akito par le bras et l’emmena à l’écart…
    -Momiji : TOHRUUUUUUUUUUUUUUUU !!!!
    -Tohru : Momiji !!! Ce que tu es beau dedans !!!!
    -Emma : Euh…c’est pas un yukata ça ???
    -Ayame : SI ! Ha ! Ha ! Ha ! C’est une de mes créations !!! N’est il pas beau dans ce yukata ???
    Entra Hatori également en hakama…
    -Hatori : Aya…arrête…
    -Ayame : Bon…Je vais aller voir le buffet !
    -Shiguré : Aya ! Je viens avec toi !
    Kagura arriva avec Ritsu, tous deux dans de beaux kimonos…
    -Kagura : Bonsoir !!!
    -Ritsu : PAAARRRDDDOOOOONNNNNNEEEEZZZZZ MOOOIIIIIIII !!!!!!J’ai osé m’habiller en femme !!!!!!!!
    -Tohru : Mais ce n’est pas grave !!! Ca vous très bien…
    -Emma : Tiens voilà Kisa et Hiro…Oh comme c’est mimi !!! Ils se tiennent la main…
    Mais je ne vois pas Rin et Haru…
    -Kagura : Ils ne viennent pas…Ils avaient un truc de prévu je crois…
    Arrivèrent donc Kisa et Hiro, rouge cramoisi.
    -Hiro : Qu’est ce que vous regardiez là ? Le droit à l’intimité ? Vous connaissez pas ? Et puis d’ailleurs…
    POF !
    Quelqu’un avait masqué la bouche du mouton.
    -Yuki : Dis Hiro ne commence pas et va t’amuser avec Kisa…
    Kisa sourit à Hiro qui se mit à rougir et ils s’éloignèrent…
    Complètement obnubilés par le jeune couple, Ritsu et les filles n’avaient pas remarqué les garçons qui arrivaient.
    -Emma : OOOHHHH !!!! Vous êtes beaux !!!!!
    Il n’est pas beau…il…il est…merveilleux…
    Les garçons se mirent à rougir…
    -Tohru (gênée) : C’est vrai !!! Emma a raison !
    Oui…et même plus encore…si je pouvais…si je pouvais…
    -Yuki (souriant) : Merci beaucoup les filles ! Mais vous êtes également très belles ! Toi aussi Ritsu !
    Surtout toi…toi…qui es si belle…dans mon cœur…
    -Ritsu : Ohhh !!!! Pardon !!!!! Tu ne dois pas te sentir obligé de me…
    -Kyo : Tais toi ! On t’a dit que c’était bien alors…
    Mais rien ne peut surpasser cette beauté…si…seulement je…tu…nous…peut-être quand la malédiction…
    Tout le monde se rassembla dehors alors que la nuit tombait…

    Sur une grande table se dressaient des dangos et plein d’autres plats qui avaient été fait par Tohru et Kyo. La décoration avait été faite par Emma et Yuki. Il y avait des fleurs et des lanternes partout.
    -Momiji : Oh !!!C’est beau !!!C’est toi Tohru et toi Emma qui avez fait tout ça hein, hein, hein ???
    -Emma : Bien nous avons été très bien aidées…
    Elle vira au cramoisi en regardant les 2 garçons.

    La nuit était bien sombre mais le ciel était absolument magnifique…La lune étincelait de mille feux…
    -Tohru : Ohhh !!!
    Un jour peut-être….un jour nous pourrons être tous les deux ensemble a contempler ce ciel…
    Les uns picoraient à droite et à gauche mais quelqu’un était absorbé par ce spectacle…
    -Shiguré : Tiens…ça m’inspire…
    Plus à l’écart des autres encore…
    -Luna : C’est zouli popa !!! Comme toi madame !!!!
    Akito se mit à rire…d’un rire léger et cristallin qui fit chavirer le cœur de Noa.
    -Akito : Merci Luna ! Mais tu sais…rien ne surpassera jamais la beauté de la Lune…
    -Luna : Ah bon et pourquoi ?
    -Akito : La Lune est belle partout dans le monde…quand nous ne la voyons pas d’autres la voit mais surtout…le temps passe mais elle…elle reste inchangée…elle apaise le cœur des plus tourmentés, embellit celui des amoureux, éclaire les artistes…enfin…c’est ainsi que je la voie.
    -Luna : Oh vouiii !!!!!
    Noa se pencha alors vers Akito et lui murmura…
    -Noa : Crois tu qu’elle embellira notre amour ?
    Akito rougit…puis lui sourit.
    -Luna : Popa ??? Dis…maman aimait la lune aussi ?
    -Akito (jetant un regard vers Noa avant de se tourner vers Luna) : Je pense que oui Luna…Elle devait vraiment aimer regarder la lune…et elle devait aimer ça puisque tu t’appelle Luna…
    La petite fille vint se serrer contre Akito qui se baissa pour la cajoler et Noa les entoura toutes les deux de ses bras…
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 12 2006, 12:55 AM
Message #9


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



La Voie®Kotoko inc. Part.V (chapitre 21 à 25+Epilogue)
  • Chapitre 21
    -Emma : Noa…dans une semaine…on sera le 22…ça fera…2ans…
    -Noa : Je sais Emma…je sais…
    _____________________________________________________________________

    Chez les Hanajima.
    -Mégumi : Allo ? Arisa…tu veux que je te passe Saki c’est ça ?...oui…il y a quelque chose dans ta voix qui ne va pas…tu as besoin que je maudisse quelqu’un ?...Tu es sure ? bien…ne quittes pas….
    Mégumi alla frapper à la porte de la chambre de Saki.
    Toc-toc
    -Saki : Entrez !
    -Mégumi : C’est le téléphone grande sœur…C’est Arisa…Sa voix est bizarre.
    -Saki : Merci Mégumi.
    Et elle embrassa son frère avant de descendre.
    -Saki : Allo ? Oui…Maintenant ?...Bien…J’arrive.
    Cling.
    -Saki : Je sors !!! Je reviendrais tard !!!
    _____________________________________________________________________

    Au cimetière.
    -Arisa : Pardonne moi mais il fallait que je te voie.
    -Saki : Ce n’est rien mais pourquoi m’as-tu demandé de venir ? Et pourquoi ici ?
    -Arisa : Ici…personne ne pourra nous troubler…et je voulais te demander si tu te souvenais de cette soirée chez Emma.
    -Saki : Celle ou la folle furieuse est venue ?
    -Arisa : Oui celle la.
    -Saki : Qu’y a-t-il ?
    -Arisa : Tu…tu te souviens de ce qu’Akito avait dit ?
    -Saki : « Quand Il sera Elle, tous égaux, réunis par amour et confiance fraternelle, le dernier banquet viendra car c’est ainsi qu’est La Voie… »…
    -Arisa : Puta** ! Tu te souviens de ça alors que les cours…
    -Saki : Hi ! Hi ! Hi !...Qu’y a-t-il Uo ? Que se passe t il ?
    -Arisa : Eh bien…avec Kuréno…on ne peut pas….
    -Saki : Mais il n’est plus maudit ???
    -Arisa : HANA ! Ce n’est pas de ça dont je veux parler ! En fait, il m’a avoué que…que…
    -Saki : Que quoi ???
    -Arisa : Bah que…si il n’y avait pas Akito et la malédiction…et bien…
    -Saki :…Eh bien ???....
    -Arisa : Eh…bien…on pourrait…vivre ensemble…
    -Saki : C’est vrai ???
    -Arisa : Oui…alors je me demande si….
    -Saki : Ne t’en fais pas…ça fait un bout de temps déjà que je suis dessus...
    -Arisa : Et ???
    -Saki : Je pense avoir peut-être trouvé quelque chose…
    _____________________________________________________________________

    Sur le toit de la maison de Shiguré.
    Aurais- je un jour le courage et la force nécessaire pour te dire à quel point je t’aime…
    _____________________________________________________________________

    Dans sa chambre, une jeune fille regarde par la fenêtre…
    Maman…Je ne sais pas…je ne sais plus ce que je ressens…pour lui…c'est...si...je crois...je crois que...
    _____________________________________________________________________

    Dans la forêt alentour…
    Si belle…Si douce…Si joyeuse…bien que sa vie ne fut pas de tout repos…Je l’admire…non…Je…je l’aime…il faut que je lui….
    _____________________________________________________________________

    Le lendemain chez Noa, près du cerisier.
    -Noa : Akito…je…vais devoir partir…dans 2 jours….je…
    -Akito : 2 jours ? Tu vas partir ? Mais ou ???
    -Noa : Je vais en France…sur la tombe de nos parents…je vais remplir quelques formalités pour les faire venir ici au Japon…
    -Akito : Et Luna ?
    -Noa : Elle va rester ici avec Emma…et…toi si tu le veux bien.
    Akito resta interdite sur cette dernière phrase énoncée.
    C’est alors que Noa se mit à genoux et ressortit l’écrin de sa poche.
    -Noa : La dernière fois tu ne m’as pas répondu mais…Akito, je t’aime et je sais que je m’en voudrais si je ne te demandais d’être là chaque jour et chaque nuit à mes côtés, oui je m’en voudrais de ne pas te dire que je voudrais pouvoir voir ton visage s’émerveiller, partager tous ces instants avec toi. Tu es devenue ma confidente, celle sur qui je peux compter et me reposer…tu es aussi celle qui est dans mon cœur…et plus que tout au monde…je voudrais que tu devienne celle qui regardera avec moi vers le futur et celle avec qui je le partagerai…Veux tu…devenir la seule et l’unique femme qui me comblera ???
    Il passa alors la bague au doigt du chef des Soma.
    Akito se mit à rougir…Puis elle se pencha vers Noa, Prit son visage entre les mains, s’approcha tout doucement…Puis elle murmura…
    -Akito : Oui…
    Ils s’embrassèrent alors….
    _____________________________________________________________________

    Quelques jours plus tard chez les Neto.
    -Luna : « Dans son manteau…Rouze et blanc…sur un traîneau…Porté par le vent… »Dis tatie…même ici on va faire Noël ?
    Emma prit sa nièce dans ses bras.
    -Emma : Bien sur ma puce ! Et on invitera tout le monde !!!!
    -Luna : Vii !!!! Pôpaaaaa !!!!!
    Noa arriva avec un carton qu’il déposa sur le sol.
    -Noa : Oui ma chérie ?
    -Luna : Dis Pôpa…elle va venir la belle madame ???
    -Noa : Oui ma puce ! Tiens Emma j’ai descendu le dernier carton…
    -Emma : Merci. T’as envoyé les invitations ???
    -Noa : Euh…c’est mon assistante qui l’a fait….
    -Emma : Oh la la !!!!Si elle était pas la….
    Et ils se mirent à rire.
    -Emma : Il faut que je sorte un peu…
    _____________________________________________________________________

    Dans un parc.
    -Saki : Merci d’être venue Tohru !
    -Tohru : Mais ce n’est rien Hana ! Que se passe t il ???
    -Arisa : Nous…enfin Saki a trouvé le moyen de briser la malédiction….
    -Tohru : C’est vrai ????
    -Saki : Oui mais il va falloir que tu nous aide…
    -Emma (essoufflée) : Excusez moi ! Je suis en retard !!!
    -Arisa : C’est pas grave ! On t’attendait justement…
    -Emma : Que se passe t il ?
    -Tohru : Hana sait comment briser la malédiction !!!!!
    -Emma : Quoi ?????
    -Saki : Oui et on va avoir besoin de vous….
    _____________________________________________________________________

    Le 24 décembre tout le monde était réuni dans la demeure des Neto.
    -Noa : Je vous remercie d’être venu…

    -Emma : Tohru, allez viens !!!!
    Elles se dirigèrent vers Yuki et Kyo qui se disputaient encore !

    Des petits groupes se formaient çà et là…
    Quand soudain un rire étonna l’assemblée…
    -Saki : Pardon…Je n’ai jamais ri autant…Kyo était donc si mignon…
    -Kazuma : Oh oui ! Mais vous avez un rire très mélodieux, très léger…
    Saki rougit et ils se sourirent…
    Quelqu’un traversa la pièce en trombe…
    -Kyo : Maître !!! Mais…Et toi t’as pas honte !!!Il est plus vieux que toi !!!!!
    -Saki : Attends je…
    -Kazuma : Kyo…tu es certes mon fils…mais cela ne te donne pas le droit de parler ainsi. De plus je ne suis pas vieux et tu le sais…Quant à Saki…si je désire lui parler…cela ne te regarde pas. Voudrais tu que je dise à tout le monde qui est l’élue de….
    -Kyo : NON ! C…c’est bon….

    Ding ding…
    Noa fit tinter son verre.
    -Noa: Excusez moi…Votre attention je vous prie…Akito viens la….
    Entouré d’Akito et de Luna, Noa se racla la gorge.
    -Noa : J’ai une annonce à vous faire….Euh…
    -Luna : Ze peux le dire pôpa dis ?
    -Akito : Si tu le veux…
    -Luna : Eh ben…mon pôpa il va se marier avec la belle madame…et...Aki…
    Luna se retourna vers Emma.
    -Emma (soufflant) : Akito !
    -Luna : Viiii ! C’est ça ! Et Akito sera ma nouvelle môman !!!!

    Tout le monde se tut.
    -Saki à Arisa : Ca va être le moment…
    -Tohru : Oui.
    Emma vint rejoindre les 3 filles.
    -Emma : C’est bon vous pensez ?
    -Arisa : Oui.
    -Saki : Alors allons y…
  • Chapitre 22

    Dans la salle un grondement se fit entendre…tout le monde applaudissait.
    Quand tout à coup Saki arriva…avec un énorme bouquet dans les bras. Elle fit le tour de l’assemblée et leur donna à chacun une rose en précisant bien qu’il fallait l’offrir à qui le méritait.
    Tohru, elle était aller dresser la table, Arisa prenait des photos et Emma invita alors Akito à parler.
    -Akito : Mais parler ??? Pour dire quoi ??? Et à qui ???
    C’est alors que Yuki s’avança avec la rose et l’offrit au chef de famille.
    -Akito : Yu…ki…
    -Yuki : Je te souhaite…le bonheur Akito…
    Akito se mit à pleurer…
    -Yuki : Que se passe t il ? Ai-je fais…
    -Akito : Merci… Je ne t’ai fait que souffrir depuis ton enfance…et toi tu…
    -Yuki : Akito…grâce à toi…j’ai découvert une chose essentielle…nous sommes peut-être maudits…mais…nous pouvons être heureux.
    Oui…le bonheur…depuis que je la connais…
    Kyo alors se dirigea vers Akito et lui tendit aussi la rose.
    -Akito : Toi…je n’ai fait que te mépriser…et…tu m’as défendue…je…
    -Kyo (rougissant) : C’est pas grave…nous non plus…on n’a jamais fait l’effort de te comprendre…
    Et…si toi tu peux nous montrer que tu aimes….alors je peux lui dire…
    Et tous ainsi passèrent devant une Akito qui pleurait de joie.
    -Akito : Vous…ne me détestez plus ???
    -Rin : Si…on détestera toujours Akito, l’homme vil et méchant…mais ce n’est pas toi…

    -Tohru : Euh…pardon…mais…à table…
    Et tout le monde prit place à table.
    Saki était assise entre Arisa et Tohru qui était elle à coté d’Emma.
    -Saki (chuchotant au filles) : C’est bon…ça va commencer… A toi Emma…
    -Emma (se levant) : Akito…tous mes vœux de bonheur !
    C’est alors qu’Akito se leva et dit
    -Akito : Merci…Je…vous aime tous et…puissiez vous un jour me pardonner…je…
    -Tous : Aux futurs mariés !!!!!
    _____________________________________________________________________

    Le réveillon de l’an.
    -Kagura : Ce soir c’est Kisa qui danse avec Ayame. Comme je suis heureuse que vous soyez là !!!!
    -Momiji : TOHRUUUUUU !!!!!! EMMMMAAAAAAA !!!!!!
    PAF !
    -Kyo : T’as pas fini de courir ???
    -Momiji : OUIIINNNN !!! Kyo il m’a tapé !!!!
    -Shiguré : Mais vous êtes très belles ce soir mes chères…
    PAF ! BOUM ! SCLACK !
    -Yuki et Kyo : Si tu continue on te tue !
    -Akito : CA SUFFIT !!!!!
    Glacés d’effroi ils se turent.
    -Emma: A…A…Aki...to…tu…
    Noa vint rejoindre Akito et se mit à rire.
    -Akito : Ha ! Ha ! Ha ! Je voulais juste le refaire une dernière fois !!!!
    -Yuki : Euh….
    -Kyo : ET TU TROUVE CA DROLE ?????
    -Akito : Kyo…n’oublie pas qui je suis non plus…ne te permets pas de me parler sur ce ton !
    -Tohru : Pardon !!!! Vite on va s’installer !!!!
    -Emma : Akito…je…Arisa et Saki…
    -Akito : Elles sont là-bas déjà !

    Tous prirent place dans la salle et alors débuta la danse…
    Kisa portait un kimono rose pale avec des fleurs dans les cheveux et Ayame lui il portait un kimono rouge…avec des fleurs également.
    Kisa ouvrit la danse avec de geste doux et amples suivit par Ayame qui dévoilait là tout l’art de la danse avec majesté.
    -Tohru : Oh comme Ayame danse bien !!!!!
    -Emma : Oh oui ! C’est magnifique !!!
    -Shiguré : Eh oui…mais Yuki danse aussi bien d’ailleurs…
    PAF !
    -Yuki : Tais toi !
    -Shiguré (avec ses larmes de crocodile) : Personne ne m’écoute jamais !
    -Kyo : C’est parce que t’es qu’un sale pervers !
    Ritsu et Kagura se retournèrent alors.
    -Les deux : Chuuuuuuuuuuuuuuttttttttttt !!!!
    Puis Kyo remarqua la main de Kagura dans celle de Ritsu…
    Kagura…pardon…jamais je n’aurais su t’aimer à ta juste valeur…C’est mieux ainsi…

    Saki regardait Arisa. Elle s’avança vers elle et lui murmura…
    -Saki : Ce soir est le grand soir....
    _____________________________________________________________________

    A la fin de la danse, une salve d’applaudissement acclama les deux danseurs.
    -Ayame : Merci !!!Ha ! Ha ! Ha ! Oui, j’ai un talent inné !!!!!!
    Kisa elle baissa la tête et se mit à rougir…
    -Tohru : C’était très beau Kisa !!!!!
    Kisa releva la tête puis elle se mit à sourire en voyant Tohru, Emma, Haru, Hiro et les autres l’applaudir et lui sourire.
    -Kisa : Merci grande sœur !
    Et elle se jeta au cou de Tohru.
    -Hiro (marmonnant) : Grande sœur par ci, grande sœur par là….
    -Kisa se tourna vers Hiro.
    -Kisa : Hiro…tu…tu as aimé ?
    -Hiro (rougissant) : Bien sur Kisa…c’était…très bien…
    C’était magnifique de te voir ainsi…
    La jeune fille lui prit la main.
    -Kisa : Hiro tu viens avec moi ? Je voudrais aller un peu dehors…
    -Hiro : Oui….
    Yuki pendant ce temps là observait….
    Il faut que je lui dise…il faut que…
    Mais le flot de ses pensées fut interrompu par Akito.
    -Akito : Ce soir fut une magnifique soirée…et…j’espère que vous passerez tous une très bonne année !
    Tout le monde la remercia et pendant ce temps là Yuki profita pour aller la voir…
    _____________________________________________________________________

    -Yuki : Euh…Est-ce que je peux te parler ?
    -Emma : Oui bien sur !
    Ils sortirent tous les près d’un petit bassin. Là, ils s’assirent sur le rebord de la maison.
    -Yuki : Emma….je… voilà…Tohru était enfin…elle est celle qui a ouvert mon cœur…
    Je…elle…son sourire….
    _____________________________________________________________________

    Pendant ce temps Kyo prit Tohru par la main et l’entraîna dans un des couloirs.
    -Kyo : Je…Je dois te parler !!!!!
    -Tohru : Mais tu es énervé Kyo ??? Pourquoi tu es si rouge ? Et pourquoi est ce que tu cries ?
    Kyo se mit à rougir encore plus.
    Je…je…je dois lui dire !
    -Kyo : Tohru…je…je…je voulais te dire que….
    _____________________________________________________________________

    -Emma : Tu aimes Tohru si je comprends bien…c’est ça ?
    -Yuki : Oui…enfin…non…elle…je…l’ai aimé…réellement mais j’ai remarqué que peu importait mes sentiment pour elle…je ne saurais pas lui dire …puis Kyo…il l’aime aussi…et…je pense qu’il serait mieux pour elle…
    -Emma : Pourquoi est ce que tu dis ça ?
    -Yuki : Parce que…parce que…
    _____________________________________________________________________

    Dans la salle Momiji alla voir Ritsu et Kagura qui discutaient ensemble.
    -Momiji : Oh Kagura tu es avec Ri-chan ? Hein ? Dis le moi ? Hein ? Hein ?
    Kagura rougit et regarda Ritsu.
    -Kagura : Non Momiji…
    -Momiji : Alors tu es encore amoureuse de Kyo c’est ça ?
    -Kagura : Oui…et je n’oublierais jamais Kyo…mais Ri-chan est là…il m’aide…
    Puis soudain Ritsu se cogna contre Saki.
    _____________________________________________________________________

    -Tohru : Oui Kyo ???
    -Kyo : Je…euh…tu….enfin…ES TU AMOUREUSE DE YUKI ??!!!
    Tohru se mit à rougir, à gesticuler dans tous les sens et à balbutier.
    -Tohru : Je…euh…je…
    -Kyo (baissant la tête) : Oui…tu l’aimes…
    -Tohru : Non…enfin oui…enfin…je veux dire que….ce n’est pas que….mais….
    _____________________________________________________________________

    -Yuki : Parce que j’aurais voulu qu’elle m’attende…mais c’était trop demander…Je voulais qu’elle soit là pour moi…et c’était égoïste de ma part…
    _____________________________________________________________________

    A ce moment là un grand cri se fit entendre…..
    Tout le monde revint en vitesse dans la grande salle…
    -Ritsu : Je suis DESOLEEEEEEEEEEEE !!!!! PARDOOOOOONNNNNNNNNNNNNNNN !!!!!J’aurais du faire attention !!!!!!!Veuillez m’excuser !!!!!!!
    -Kagura : Ce n’est pas grave Ri-chan ! N’est ce pas Saki ???
    Mais à ce moment là tout le monde s’arrêta…
    -Momiji : Saki…tu t’es cognée contre Ri-chan…mais…mais…pourquoi il….
  • Chapitre 23

    Tout le monde dans la salle était consterné…tout le monde enfin…presque…
    -Arisa : Oye Hana !!! T’as vu ça !!!
    -Saki : Oui…hu, hu, hu !
    -Yuki : Mais…pourquoi….
    -Akito : Que…pourquoi…
    -Saki : « Quand Il sera Elle, tous égaux, réunis par amour et confiance fraternelle, le dernier banquet viendra car c’est ainsi qu’est La Voie… »…
    -Kyo : Bah expliques !!!!!!!
    -Saki : C’est tout simple…depuis quelques temps déjà avec Emma, Tohru et Arisa on cherchait le moyen de briser la malédiction…
    -Akito : Mais pourquoi ???
    La les filles rougirent sauf Saki qui continua son explication.
    -Saki : Les ondes…les ondes de ce message m’ont fait penser à quelque chose que je connaissais mais dont je ne me rappelais plus…Mais un soir…ça m’est revenu…
    -Momiji : C’était quoi dis ? Dis ? Dis ?
    PAF !
    -Momiji : OUIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNN !!!!!! Kyo m’a tapé ! Il est méchant !!!!
    -Kyo : TA GUEU** SALE LAPIN !!!!
    -Yuki : Tais toi chat stupide ! Laisse la finir son histoire !
    -Kyo : C’est qui qu’est stupide hein ???
    -Akito : Ca suffit !!! JE veux entendre la suite…
    -Saki : Eh bien en fait…ça m’a rappelé une histoire que me racontait ma grand-mère quand j’étais enfant…pour me consoler de…ma différence…
    -Momiji : Racontes nous l’histoire !
    -Kisa : Oh oui !!!
    Saki tourna la tête vers Akito qui approuva.
    -Saki : Eh bien…
    « Il y a très très longtemps…vivait dans les montagnes reculées un petit village. Dans ce village chacun se plaignait de sa condition à longueur de temps et chacun estimait que son voisin n’avait aucune raison de se plaindre comparé à lui-même. Un jour, un vieux sorcier passa par la et les envoûta…Pour se désenvoûter…il fallait alors apprendre a comprendre les autres…savoir ce qu’était réellement le malheur…»
    Petite je ne comprenais pas…mais quand j’ai rencontré Tohru et Uo, alors j’ai compris…
    -Kyo : Mais c’est quoi le rapport avec la malédiction ???
    -Emma : Il faut s’accepter et accepter les autres tels qu’ils sont …
    -Saki : Oui c’est ça…En fait personne n’essayait de comprendre Dieu et Dieu ne voulait pas vous comprendre…
    Saki se tourna vers Akito.
    -Saki : Ais-je tort ?
    Akito baissa la tête.
    -Saki : Mais quand vous avez su pour Akito, votre comportement à changé…vous avez essayé de vous mettre à sa place…et elle a fait pareil…le pied d’égalité entre vous…
    -Shiguré : Mais le « Il deviendra Elle » ?
    -Saki : C’est une métaphore…quand un homme pourra comprendre une femme….quand Il deviendra Elle…Et c’est ce que vous avez fait…
    -Yuki : Donc depuis le début tu le savais ???
    -Saki : Oui…mais je n’étais pas sure. En fait c’était tout simple…tant que le Dieu ne se mettait pas à la place des maudits et que les maudits n’essayaient pas de comprendre la place du Dieu…personne n’aurait pu se comprendre…Et…
    -Hatori : Il était alors impossible d’avoir un lien concret et réel basé sur de vrais sentiments. C’est ça ?
    -Saki : Oui.
    -Rin : Donc…la malédiction…elle…
    -Akito : Non…il n’y a plus de malédiction…
    -Emma : Oui…Et cela vous ne le devez qu’à vous-mêmes…
    -Kisa : Mais alors en quoi vous nous avez aidés ?
    -Arisa : Et bien…Tohru a été pour beaucoup d’entre vous et pour nous une sorte de catalyseur…Son sourire redonnait confiance quand nous étions au plus bas…Emma, désolée Emma, mais…de la voir si combative malgré ce qu’elle a traversé vous a permis de vous rendre compte qu’il y avait des gens qui avaient aussi leur lot de tristesse mais vivait avec et l’acceptait. En fait elles ont permis à chacun de s’accepter et donc de pouvoir accepter l’autre.
    -Rin : Mais…et Kuréno ???
    -Les autres : Mais oui…et Kuréno ???
    -Saki : Je pense que c’est à lui de vous donner une explication.
    -Kuréno : Eh bien si ce que vous dites est vrai alors je ne vois qu’une seule chose…Enfant…Akito était ma seule amie. D’ailleurs je passais mon temps avec elle et elle …
    -Akito : J’aurais aimé être un oiseau…
    -Kuréno : En fait…quand elle m’a dit ça…j’ai été heureux…parce qu’enfin je n’étais plus le maudit…j’étais comme tout le monde…
    -Akito : Et il était…mon seul...appui…
    -Ayame : Donc tout s’explique !!!! Ha ! Ha ! Ha ! Euh…pour quand est prévu le mariage ????
    -Noa : J’avais pensé à la St Valentin….mais…
    Ayame sort alors de sa poche un petit agenda rose et regarde….
    -Ayame : Bon….donc….voila…BON ! Si je me dépêche…JE POURRAIS FAIRE TOUS VOS COSTUMES !!!!!
    -Yuki : Non…
    -Momji : Oui !!!!
    -Tohru : Est-ce que c’est vrai Ayame…
    -Ayame : Oui !!! Mais je ne ferais pas les costumes de la fête culturelle !!!
    -Yuki : De toute façon cette année ce ne sera pas une représentation.
    -Emma : Ah bon ???
    -Arisa : Qu’est ce que c’est ???
    -Yuki : Je ne peux pas encore vous le dire !!!
    _____________________________________________________________________

    Une semaine avant la fête culturelle.
    -Yuki : Il a été décidé par le Conseil cette année que notre classe ferait un mélange de « démonstrations» qui seront fait par vous-même. Par exemple des cours de mécanique ou autres. Nous ne retiendrons que 2 ou 3 activités alors trouvez des idées…
    -Elève : Le tir à la carabine ?
    -Arisa : Comment devenir chef de gang !
    Tout le monde se retourna et dévisagea Arisa…
    -Arisa : Ha ! Ha ! HA ! Si on peut même plus rigoler !!!! Cuisine ! Avec Tohru !
    -Elève : Oh oui ! Vous vous souvenez de son stand de boulette il y a deux ans ?
    -Elève : Ouai c’était super !! Avec Yuki en …
    -Yuki : MEME PAS EN REVE !!!!!
    -Emma : Euh…qu’est ce qu’il y a eu ???
    -Yuki : Rien !!!!! Rien du tout !!!! Bon bah…Tohru pour la cuisine !! Ensuite ?
    Il ne faut pas…elle ne doit pas…
    -Tohru (brassant l’air autour d’elle avec une tête ahurie) : Mais…mais…je…je…
    -Saki : Tohru ça va aller…tu cuisine très bien et puis Emma pourrait aussi le faire avec toi non ?
    -Emma : Moi ?
    -Saki : Oui…des gâteaux par exemple…hu, hu, hu !
    -Arisa : Saki t’es pas croyable !
    -Tohru : Et si Kyo faisait quelque chose sur le karaté ?
    -Arisa : Ouai Kyon-kyon !!!!! Tu nous feras voir tes talents !!!!!
    -Elève : Ouai du karaté !
    -Petit groupe de filles : Oh oui !!! Kyo Soma !!!! AAAAAHHHHHH !!!!!
    -Kyo : OH ! Mais ça va pas !!!!! J’ai jamais dit que j’allais….
    -Emma : Tu ne veux pas ???
    -Kyo: Euh….
    -Tohru: Pardon Kyo! J’aurais du te demander avant!!!!
    -Kyo : Bon c’est bon je vais le faire !
    -Petit groupe de filles : OOOHHHH OOOUUUIIIIIIII !!!!!!!!!!!!!!!!!
    -Saki : Vous serez calmes sinon je vous enverrais des ondes empoisonnées…hu, hu, hu !
    La salle se glaça.
    -Saki : Il faut bien que je veille sur mon futur beau-fils non ? Hi, hi, hi !
    -Kyo : Mais ça va pas !!!!!!!!! Tu vas la ferm** !!!! T’es pas bie…
    -Yuki : Bon encore autre chose ?
    -Elève : La télé ?
    -Elève : Les jeux ?
    -Yuki :….Bon bah ça ira alors….
    _____________________________________________________________________

    Fête culturelle du lycée.
    -Momiji : TOOHHHHHHHHRRRRRRRRRRRRUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !!!!!!!!!!!!!
    -Tohru : Momiji ! Viens je t’ai gardé une boulette au curry rien que pour toi !!!!
    -Momiji : Merci !!! Mais il y a du monde avec Kyo !!!!
    -Emma : Oh oui ! Il a beaucoup de succès !!!!
    Haru arriva à ce moment là et regarda Kyo qui tentait d’expliquer certains mouvements mais il s’énervait aussitôt. Non loin on pouvait voir Saki avec un gâteau dans les mains qui surveillait les filles tout en mangeant.
    -Haru : T’as du bœuf au gingembre ???
    -Tohru : Non ! Non ! Pardon !!! Je vais t’en faire si tu veux !!!
    -Arisa : Tu te bouffes toi-même ? Ha ! Ha ! Ha !
    -Haru : Je…
    -Emma : Euh…si tu veux j’ai fait des gâteaux et…
    Haru attrapa plusieurs morceaux et prit Momiji par le col.
    -Haru : Merci. On doit y aller.
    -Tohru : Mais Momiji ! Vous allez faire quoi ???
    Haru relâcha Momiji.
    -Momiji : Je vais faire un concerto de violon…et Momo va venir avec Papa et…Maman !!!!
    -Tohru : C’est vrai ??? Mais…
    -Momiji : Papa a décidé de révéler à Maman que j’étais son fils…et que pour ma santé j’étais chez Tori…mais…Maman n’a rien dit…
    -Tohru : Je suis désolée Momji…
    -Momiji : Oh non !!! Il y a Momo !!!! Et puis c’est pas grave !!!!Bon faut que j’y aille !!!!!
    -Tohru : Oui !
    Elle regarda Momji s’éloigner avec Haru.
    Tu étais si jeune…et maintenant….tu as changé…sans même avoir changé…
  • Chapitre 24
    Dans la salle de classe de Momiji et Haru, tout le monde était assis et observait ce beau blond qui s’avançait…
    ____________________________________________________________________

    Tohru, Emma et les autres prirent une petite pause… « forcée » et filèrent vers la classe de Momiji.
    -Kyo : Pourquoi on doit aller voir celui là ????
    -Arisa : Kyon-kyon ! Tais toi et cours !
    Ils arrivèrent et virent Momiji s’installer.
    Momiji les vit et leurs sourit, puis il regarda vers les gens et vit son père, sa mère…avec un visage …inexpressif et…Momo…sa chère Momo qui lui souriait.
    Momiji prit une grande inspiration et ferma les yeux…comme s’il imprimait quelque chose en lui.
    Pour toi…ma chère petite sœur…je vais jouer pour toi…
    Il prit son violon … l’air semblait comme s‘envoler…la mélodie était douce…Tout le monde écoutait…
    Puis…il s’arrêta doucement…
    Une salve d’applaudissement lui fit ouvrir les yeux…et la...il vit des larmes dans les yeux d’Emma et Tohru, dans ceux de Momo qui rayonnait, mais aussi…dans les yeux de sa mère…
    Il remercia tout le monde et s’avança…
    -Momiji : Ma...man…
    Sa mère courut et le serra très fort dans ses bras…
    -Mère de Momiji : Pardon….pardonne moi…
    -Momiji : Ce n’est rien…
    Il était si heureux….
    -Père de Momiji : Tu vas revenir avec nous à la maison…
    -Momiji : Non…Je vais rester au Manoir…avec Hatori…je…je ne peux pas le laisser…il…il…
    Puis il regarda Momo.
    -Momiji : Tu ne m’en veux pas ? Tu pourras venir tout le temps et…
    -Momo : Non…je comprends.
    -Mère de Momiji : C’est pour me punir que tu fais ça ??
    Tohru s’avança.
    -Tohru : Euh…excusez moi…Je me présente je suis Honda Tohru et…
    -Mère de Momiji : Tu es celle qui travaille à l’entreprise de mon mari ?
    -Tohru : Oui… Euh…Momiji…euh…je ne devrais pas dire ça…mais il ne fait pas ça pour vous punir…mais…il ne veut pas…laisser celui qui s’est occupé de lui comme un père non plus…et…
    -Momiji : Tohru, tu n’as pas à me justifier…je n’ai pas à me justifier…mais même si mon rêve était de vivre avec vous…je ne peux pas laisser Hatori…
    -Akito : Momiji…
    -Momiji : Akito ????
    Personne n’avait remarqué Noa, Akito et Luna qui venaient d’arriver.
    -Akito : Je comprends ce que tu veux dire Momiji mais c’était ton rêve non ?
    Luna se précipita dans les bras de Momiji.
    -Luna : Momizi !!! Qu’est ce qu’il y a ? Ca va pas Momizi ?
    Momiji se pencha vers Luna.
    -Momiji : Mais si Luna…Tout va bien.
    Puis il se tourna vers ses parents.
    -Momiji : Je sais bien que c’est incompréhensible…mais…
    -Père de Momiji : C’est ta décision…
    ______________________________________________________________________
    Vendredi 13 Février.
    -Emma : Tohru que comptes tu faire aujourd’hui ?
    -Tohru : Je voulais acheter du chocolat…mais j’ai trop dépensé le mois dernier et je ne pourrais pas en acheter pour tout le monde…
    -Emma : Du chocolat pour la St Valentin ? A tout le monde ?
    -Tohru : Oui bien sur !
    -Emma : Eh bien…chez moi en France…tu offres du chocolat…à la personne que tu aimes…et pas à tes amis…
    Tohru se mit à rougir.
    -Tohru : Mais…mais…mais…
    -Emma : Mais c’est une très bonne idée !
    Je pourrais lui offrir du chocolat…sans avoir peur qu’il ne le refuse…
    Tohru baissa la tête et commença à avoir les larmes aux yeux.
    -Emma : Que se passe t il ?
    -Tohru : Je ne pourrais pas acheter du chocolat à tout le monde…
    -Emma : J’ai une idée ! Ne t’en fais pas !!!!
    Et elles allèrent chez un importateur de chocolat. Il y en avait de toutes sortes : blanc, au lait, noir, à l’amande, fourré à la praline, au caramel,…
    -Emma : Bien choisissons !
    -Tohru : Mais c’est beaucoup trop cher pour moi !!!!!
    -Emma : Ne t’en fais pas ! C’est moi qui paie !
    -Tohru : Non je ne peux…
    -Emma : On dira que ce sera avec l’argent que j’économise puisque tu viens demain m’aider à me préparer et à préparer Luna. Alors qu’en dis-tu ??? D’accord ???
    -Tohru : Oui !
    -Emma : Bien alors choisissons !!!
    Et elles prirent alors plusieurs sortes de chocolats différents.
    A la caisse.
    -Emma : Vous pourries les emballer s’il vous plait ? C’est pour offrir !
    -Vendeur : Je vous emballe …tout ça ??????
    -Emma et Tohru : Oui !
    _____________________________________________________________________

    Le lendemain matin.
    Tohru était arrivée chez Emma depuis l’aube. A son arrivée elle fut surprise par toute la décoration qui avait été faite.
    Un grand chapiteau trônait au milieu du jardin, des milliers de fleurs embellissaient la place, la table du banquet était déjà en place, l’autel aussi était déjà dressé !!
    -Emma : Ah te voila !
    -Tohru : Bonjour Emma ! Que…c’est MAGNIFIQUE !!!!
    -Emma : Oh oui ! Bonjour ! Mon frère s’est démené pour offrir à Akito un mariage parfait ! On a de la chance en plus ! Il va faire beau aujourd’hui !
    -Tohru : Oh oui ! Mais…c’est quoi cet autel ???
    -Emma : Ha ! Ha ! Ha ! C’est l’autel de mariage ! Mon frère et Akito vont se marier « à la française » !!!(NdA : En français dans le texte !)
    -Tohru : Quoi ???
    -Emma : A la française ! Akito portera une grande robe blanche etc….Enfin voila !!!!
    -Tohru : Euh…oui…
    -Emma : allez allons nous préparer ! Luna prend son petit déjeuner et les invités arrivent vers 10h ! Ayame a fait envoyer a chacun son costume.
    -Tohru : Mais alors pourquoi je n’ai pas le mien ?
    -Emma (grand sourire) : Je lui avais demandé de l’envoyer ici !
    Et elles allèrent se préparer.


    10h.
    Tout le monde arriva en même temps sauf Hatori, Shiguré et Akito.
    -Kyo : Mais c’est quoi ce truc à la c** !!!!
    -Yuki : Tais toi chat stupide ! C’est un mariage !
    -Kyo : Ta gue*** !!! Sale rat !!!!
    -Saki : Mais pourquoi vous continuez à vous insulter comme ça…vous n’êtes plus maudits que je sache…hu, hu, hu !
    Kyo et Yuki se retournèrent et virent Saki…
    -Yuki : Je…je…tu…
    -Kyo : C’est quoi c’t’accouttrement ????
    -Saki : C’est ton frère Yuki qui m’a fait cette robe…
    -Yuki : Mais…elle est noire !!!!
    -Saki : Oui…mais elle me va très bien !
    -Kyo : Pfffff !! Toi les couleurs….tu connais pas….
    -Saki : Non…le noir me va bien et puis…Kazuma aime bien…Hi ! Hi ! Hi !
    -Kyo : Comment tu l’as appelé ?????? MAIS CA VA PAS ???
    Saki s’en alla rejoindre Arisa qui était avec Kuréno.
    Les garçons remarquèrent alors…Mayuko.
    -Yuki : Sensei ! Que…que…
    -Kyo : Qu’est ce que vous faites la ???
    -Mayuko : J’attends…Hatori…
    De petits groupes s’étaient formés.
    Puis arriva Emma et Tohru tenant toutes les deux la main de Luna.
    Yuki et Kyo les regardèrent arriver.
    Il…il faut…que je lui dise…
    Et elles s’approchaient des garçons tandis que Luna se précipitait vers Momiji.
    Je…t’aime tant toi qui es si belle…
    Emma et Tohru leurs offrit à tous deux une boîte de chocolat.
    -Yuki : Merci Tohru ! Mer…Merci Emma !
    -Kyo : Merci…
    -Emma : On va vous laisser on doit aller faire le tour et offrir nos chocolats !
    -Tohru : Oui ! Et après on reviendra !
    Et elles continuèrent leur distribution.
    Une voiture arriva… On vit alors tout le monde se diriger vers les places assise près de l’autel. Emma et Tohru ainsi qu’Arisa et Saki faisait les guides et installaient les gens.
    Quand tout le monde fut assis, Emma et Tohru prirent place près de l’autel face à un Noa rayonnant de bonheur. La voiture vint se garer devant le long tapis rouge qui menait à l’autel. Hatori sortit de la voiture et donna les clés à un domestique. Shiguré sortit lui aussi de la voiture et se dirigèrent vers la portière…Ils l’ouvrirent et laissèrent alors apparaître une jeune femme dans une magnifique robe blanche. Ils se mirent chacun d’un coté, Shiguré à gauche et Hatori à droite, puis ils emmenèrent Akito à Noa.
    Tandis qu’Hatori allait se poster derrière Noa, Shiguré enlaça Akito et murmura…
    -Shiguré : Sois heureuse…sinon je serais toujours là au cas ou il ne satisferait pas assez…hi !hi !hi !
    -Akito : Si tu continue je dis à Yuki de t’en coller une…
    Puis Shiguré lâcha Akito qui s’installa à coté de Noa. La cérémonie se déroula sans aucun problème, Luna leur tendit les alliances…et ils furent mariés.


    Au moment du départ.
    -Noa : Prends soin de toi Emma.
    -Emma : Ne t’en fais pas Tohru viendra ici pendant ton voyage de noce. Et Luna sera bien bichonnée !!!
    -Noa : Ca j’en suis sur !
    -Emma : Akito, prends soin de lui et fais attention.
    Et elle enlaça sa belle sœur.
    Sur le pas de la porte on voyait la voiture d’Hatori s’éloigner.
  • Chapitre 25
    Son de cloche.
    -Mayuko : Kyo, Yuki, Emma, Tohru, Arisa et Saki vous restez la ! Les autres vous pouvez y aller !
    -Kyo : Mais qu’est ce qu’il y a encore ???
    -Mayuko : Kyo Soma ! Tu te tais et tu me laisses parler !!!! Vous tous rapprochez vous de mon bureau ! … Bien alors vous êtes les seuls de cette classe à ne pas m’avoir dit ce que vous aviez choisi pour l’an prochain…
    -Arisa : Moi je vous l’ai dit ! Je serais mannequin !!!
    -Mayuko : Tu…tu étais sérieuse ???
    -Arisa : Bah ouai pourquoi pas ! Puis ça gagne assez bien un mannequin !
    -Mayuko : bien alors passons…Kyo ?
    -Kyo : Je vais reprendre le dojo de mon mai…de mon père.
    -Mayuko : Et toi Yuki ?
    -Yuki : J’envisage de mener des études de droit à Todai…d’ailleurs j’ai été accepté.
    -Mayuko : Ca ne m’étonne pas de toi…Emma ?
    -Emma : Moi je vais travailler dans la société de mes parents…
    -Mayuko : C’est vrai je n’y avait pas pensé…Et toi Tohru ?
    -Tohru : Euh…et bien…et bien…je…je…je vais….
    -Emma : Elle va venir travailler avec moi !
    -Mayuko : C’est vrai Tohru ?
    -Tohru : Oui ! Je…je vais travailler…à la direction du département ménager !!!
    -Mayuko : Pourquoi est ce que ça ne m’étonne pas ????
    Bon bien il ne reste que toi saki. Qu’as-tu décidé ?
    -Saki : Moi je serais femme au foyer !
    -Mayuko : Quoi ????
    -Saki : Oui…je vais épouser un homme (elle se tourne vers Kyo et rigole) et je serais sa femme…
    -Kyo : Non mais ça va pas !!!!!
    -Mayuko : Il semblerait donc que vous ayez tous choisi une voie…bien alors à demain !
    _____________________________________________________________________

    En sortant des cours.
    -Saki : Je suis désolée mais je suis pressée ! Huhuhu !
    Et Saki s’éclipsa très vite.
    -Arisa : Euh…moi je…j’ai rendez vous...et euh….
    -Tohru : Tu as rendez vous ???
    -Arisa (rougissant) : Et bien en fait je dois aller voir Kuréno…
    -Emma : Vas-y !!! A demain !!!!
    Et Arisa s’en alla.
    -Yuki : Emma…tu veux venir à la maison ?
    -Emma : Eh bien je pense qu’il vaudrait mieux que je laisse Noa et Akito un peu seuls avec Luna…
    -Tohru : Allez on y va !!!
    -Kyo : Tohru…euh…je dois aller au dojo…je…tu…tu voudrais bien venir ?
    -Tohru : Oui ! Mais…le repas…
    -Emma : Ne t’en fais pas je le ferais !
    -Tohru : C’est vrai ??? Alors allons-y Kyo.
    -Yuki : Attends Kyo il faut que je te dise deux mots…
    -Kyo : Ah bon ???
    Les filles restèrent à l’arrière.
    -Yuki : Tu vas lui dire c’est ça ?
    -Kyo : C’est pas tes affaires ! Mais et toi…tu vas lui dire aussi ???
    Yuki regarda alors son cousin et lui sourit…
    -Yuki : Oui il est temps…
    _____________________________________________________________________

    Sur le chemin en direction du dojo.
    -Kyo : Euh….Tohru….je…
    -Tohru : Oui Kyo ???
    -Kyo : Tu te souviens au Nouvel An…je...j’étais en train de….
    -Tohru : Oui…moi aussi je… (elle se met à rougir)…je…mes sentiments pour Kyo…je…
    -Kyo : Je voulais t’inviter…au Dojo parce qu’aujourd’hui…aujourd’hui…c’est…
    -Tohru : Oh !!! J’avais oublié ! Aujourd’hui c’est…
    Et ils se regardèrent.
    -Les deux : C’est le White Day…
    ____________________________________________________________________

    Dans la forêt sur la route de la maison de Shiguré.
    -Yuki : Emma, je voulais…enfin…ce que je t’ai dit au Nouvel An…
    Emma s’arrêta et baissa la tête.
    -Emma (larmes aux yeux) : Pourquoi…pourquoi est ce que tu en parles aujourd’hui ?
    Yuki s’arrête en face d’elle et lui relève le menton.
    -Yuki : Ne pleures pas ! Je…c’est…aujourd’hui…le retour de la St Valentin…
    -Emma : Je ne veux pas de ta pitié…Je ne veux pas que tu sentes obligé de me rendre…
    -Yuki : Non ! Ce n’est pas ça ! Je…
    ____________________________________________________________________

    -Kyo : Tohru…je…je…je t’aime !
    Tohru resta interdite devant la déclaration du jeune homme.
    -Kyo : Ne me rejettes pas !
    -Tohru : Je…
    -Kyo : Tu aimes Yuki c’est ça ?
    ____________________________________________________________________

    -Yuki : Emma...je…enfin…
    -Emma : Tohru…tu l’aime c’est ça….
    ____________________________________________________________________

    -Tohru : Ce n’est pas ça Kyo…Je n’ai pas le droit…Je …Vous avez été si bon envers moi…je…
    -Kyo : Tu n’as pas le droit de quoi ???
    -Tohru : Je…n’ai pas le droit de vous faire souffrir….
    ____________________________________________________________________

    -Yuki : Emma…Ce n’est pas ce que je voulais dire…
    -Emma : Alors qu’est ce que c’est ???
    Emma se mit à pleurer…doucement…puis elle tomba à terre et se mit à pleurer encore plus fort.
    -Emma : Yuki…va t’en…je…je…
    ____________________________________________________________________

    -Kyo : Je ne comprends pas Tohru…Tu ne veux pas me faire souffrir alors…Ca veut dire que…
    -Tohru : Je…je…Yuki…Kyo…Je ne peux pas…
    ____________________________________________________________________

    Yuki s’agenouilla et prit Emma dans ses bras.
    -Yuki : Pleure…pleure si ça te soulage…
    Puis il lui prit le visage entre les mains et releva la tête de la jeune fille…
    -Yuki : Pleure si ça te soulage….mais pardonnes moi…pardonnes moi…
    Emma s’arrêta de sangloter et regarda Yuki dans les yeux…
    ____________________________________________________________________

    -Kyo : Pardonnes moi…Je n’aurais pas du…Tu…
    -Tohru : Je t’aime aussi Kyo !!!
    -Kyo : Qu’est ce que tu as dit ???
    Kyo était interloqué…stupéfait de ce qu’il venait d’entendre…
    -Tohru : Je…je…je t’aime Kyo…Mais…je n’ai pas le droit….Yuki…
    Kyo enlaça Tohru.
    -Kyo : Ca va aller…Ca va aller…
    Puis il se pencha et déposa sur les lèvres de Tohru son premier baiser.
    ____________________________________________________________________

    -Emma : Yuki…je…
    Yuki se pencha et ses lèvres frôlèrent les lèvres d’Emma.
    -Yuki : Pardonnes moi…mais…je t’aime Emma…et…je ne pouvais plus me le cacher…il fallait que tu le saches…je…
    Emma regardait Yuki…puis elle se redressa un peu et l’embrassa, d’un baiser doux…
    Des larmes coulaient de ses yeux.
    Leurs lèvres se séparèrent. Emma sourit à travers ses larmes.
    -Emma : Moi aussi…moi aussi je t’aime Yuki…
    -Yuki : Pourquoi pleures tu alors ?
    -Emma : De bonheur…
    Puis ils se relevèrent, et timidement Emme déposa sa main dans celle de son bien aimé.
    Ils se regardèrent …
    ____________________________________________________________________

    Quelque part, dans une même ville, liés par le destin, deux jeunes couples marchent main dans la main…vers une nouvelle vie.
  • Epilogue


    Emma et Yuki allèrent chez Noa.
    Akito les accueilla.
    -Yuki: A...Aki...to???
    -Akito: Oui c'est moi...
    -Yuki: Mais...tes cheveux...
    Emma se jeta au cou de sa belle soeur.
    -Emma: Akito!!!!!!!!! Alors vos vacances se sont bien passées????
    Emma et Akito étaient devenues tres proches depuis le mariage et Akito avait sans honte plusieurs fois demandé l'aide d'Emma pour s'occuper de Luna. Elle était devenue une autre femme...elle était devenue...elle meme...cele qu'elle avait toujours voulu etre.
    -Akito: Oui Emma c'était tres bien! Et je te montrerais les photos plus tard...Mais dites moi pourquoi vous avez tenus a nous voir avec Noa....
    -Yuki: Eh bien......
    -Noa: Et moi on ne me previens pas quand ma soeur arrive???
    Emma se précipita dans les bras de son frere.
    -Noa: Oh la! Ha! Ha! Ha! Je t'ai tant manqué que ça???
    -Emma: Oh oui! Un mois c'est long!!!!
    -Noa: Ah bon tu trouves??
    Puis il se tourna vers Akito qui se mit à rougir.
    -Noa: Je trouvais que c'était court!!!
    -Emma: Bah t'étais surtout pressé oui!!!
    -Noa: Bah oui c'était quand même notre lune de miel...avec un peu de retard...
    -Emma: Bon, bon...Mais ou est Luna?
    -Akito: Elle dort. Le trajet l'a épuisée et...
    -Noa: N'oublie pas que nous ne sommes arrivés que ce matin!!!
    -Emma: Oh non!!!!
    -Akito: Bien allons au salon et dites nous ce qu'il y a...
    Ils se dirigerent vers le salon et Yuki ne put s'empecher d'admirer Akito avec ses cheveux long relevé en un parfait chignon. Elle portait une ravissante robe d'été couleur parme qui réhaussait la beauté de ses yeux, de son teint pale et de ses cheveux noirs.
    Akito remarqua alors le regard de yuki qui détourna vivement la tête.
    Ils prirent place sur les luxueux canapés.
    -Akito: Qu'y a t il Yuki? J'ai tant changé???
    Puis elle lui sourit.
    -Yuki: Tu...es magnifique Akito...tu es ...resplendissante...
    Akito se lova contre Noa et lui sourit.
    -Akito: Merci beaucoup! Mais toi aussi tu as quelque chose de changé....
    Yuki se mit à rougir...
    -Akito: La malédiction est peut-être brisée mais je te devines encore!
    -Emma: Tes cheveux sont superbes!
    -Noa: Elle a juste fait quelques extensions quand nous sommes allés à Paris mais c'est vrai...ma femme est superbe!
    Puis il embrassa Akito.
    -Yuki: Hum....
    Noa et akito se redresserent.
    -Noa: Oui....au fait à quel sujet étes vous venus?
    -Emma: Eh bien....on voulait....enfin....comme Tohru est allées s'installer au Dojo avec Kyo et Kazuma....et...
    -Akito: Ils se sont quoi?????
    -Yuki: Ils se sont installés ensemble....et...
    -Akito: Je le savais qu'il était amoureux!!!!
    -Noa: Et...???
    -Emma: Et bien...je me suis dit....
    -Yuki: On s'est dit que....
    -Emma: Je...enfin....
    -Yuki: Je vais retourner vivre au Manoir....et...je voulais....
    -Akito: Tu vas retourner au Manoir?
    -Yuki: Oui...
    -Akito:Mais tu vas aller dans quel pavillon? Tout est occupé...
    -Yuki: Eh bien...je...voudrais aller...chez toi...si ca ne te dérange pas....
    -Emma: Puisque maintenant tu vis ici...
    -Akito: Non biensur il n'y a aucun probleme.
    -Emma: Et aussi...
    Elle se rapprocha de Yuki....il lui prit la main et lui sourit...
    -Emma: Je voudrais aller...vivre avec lui....
    -Noa: Quoi????
    -Emma: Ne te fache pas!!!!!
    -Noa: Je ne me fache pas je suis...étonné...
    -Akito: Vous...vous...
    -Yuki: Oui...nous sommes ensemble...et...
    Il regarda Emma.
    -Yuki: Et nous nous aimons...
    -Akito: Mais...pourquoi tu veux partir Emma? Tu n'es pas bien avec nous?
    -Emma: Non! Ce n'est pas ça!!! Mais je pense que vous avez besoin...d'intimité...et c'est aussi une belle occasion pour commencer ma vie et...
    -Noa: Mais tu es trop jeune Emma!
    -Emma: Je t'en prie Noa...Je suis enfin heureuse pour la première fois depuis la mort de....
    Yuki prit Emma dans ses bras.
    -Yuki: Noa...je te promet de bien veiller sur elle...comme tu le fais avec Akito...et...
    -Noa: Bien...je vois que vous avez pris votre décision....C'est d'accord...
    -Emma: YEAAAAAAAHHHHHHHHH!!!!!!
    -Yuki: Merci beaucoup.
    -Noa: Mais je te préviens Yuki....Veilles sur elle sinon....
    -Yuki: Oui.
    -Akito: Sinon quoi mon chéri? N'oublie pas qu'il s'agit aussi de ma famille....
    Et elle sourit à son mari.
    -Noa: Tu as raison...Bien alors le Chef a encore parlé!!!!
    Puis ils se mirent tous à rire.
    Sur le pas de la porte.
    -Emma: Akito...je...je...je peux...refaire...la déco???
    Noa se mit à rire.
    -Noa: Tu ressembles vraiment à maman!!!!!
    -Akito: Oui biensur et ca te servira d'entrainemnt avant d'arriver au travail!
    Yuki et Emma s'en allèrent...heureux...vers leur nouveau foyer...leur...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 12 2006, 11:53 PM
Message #10


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Itsumademo Issho Part.I (chapitre 1 à 5+Prologue et dessin d'Aoshi et Shin)
  • Itsumademo Issho Ensemble pour toujours...

  • Disclaimer+dessin


    -Disclaimeureuh:


    Les personnages de cette fic NOUS appartiennent...ALORS PAS TOUCHE!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    -Nd2A (Note des 2 Auteurs):
    Les pensées seront en italiques, les flash-back seront en violet, les dialogues précédés d'un tiret et du nom de la personne qui parle et les bruits seront écrit tout simplement (ex: toc-toc...)

    Aoshi et Shin par akroma

  • Prologue:
    "Je n'imaginais pas en te rencontrant que mon coeur allait t'aimer à ce point...
    Je me suis tellement protégée de l'amour que je ne t'ai pas vu venir...
    Tu t'es posé doucement, fébrilement sur mon coeur...pour enfin y pénétrer..."

    -Tomoe: Oh non! C'est nul!...Je peux pas lui écrire ça!!!!
    Toc-toc
    -Tomoe: Entrez!
    -Sojiro: Qu'est ce que t'as à hurler Tomoe...on t'entend de la cuisine.
    La jeune fille se mit fortement à rougir...
    -Tomoe: Mais...euh...tu dis n'importe quoi Soji!!!!
    Son frere jumeau remarqua alors toutes les boules de papier froissées au sol.
    -Sojiro: A qui est ce que tu écris???
    -Tomoe: Euh...à personne!...Enfin...si...à...Chidori!!!
    Son frere soupira et sortit de la chambre de sa soeur...
    Les vacances d'été venaient de commencer....
    Elle attrapa une photo et la regarda longuement...

    Toi qui ne me vois pas,
    Toi si loin de ma réalité,
    S'il te plait regardes moi
    Et vois à quel point tu m'as manqué.


    Il ne reviendra que la semaine prochaine....

    Toi qui a fait palpiter mon coeur,
    Toi source de mon bonheur,
    S'il te plait encore une fois...
    Souris, souris pour moi...


    Elle alla se poster près de la fenetre...
    Le temps devenait orageux et le ciel s'assombrissait vite.

    Toi que je ne saurais affronter
    Toi la cause de mes pêchés
    Saches que je ne pourrais jamais...
    Jamais m'empecher de te dévisager


    Le tonnerre gronda...

    La couleur du ciel aujourd'hui est sombre et grise,
    Couleur de tes yeux, desquels je me suis éprise
    Mais aujourd'hui j'ai un peu de mal à éprouver
    Des sentiments trop difficiles à avouer


    Elle regarde tous ces petits papiers qui jonchent le sol de sa chambre.
    Elle soupire...

    Ces sentiments qui resteront toujours
    Et qui parcourent sans cesse mon échine
    J'espere pouvoir te les avouer un jour
    Te dire enfin... que je t'aime Shin...
  • Chapitre 1 (par FBF)
    « Tu sais, je voudrais te faire part d?une chose très importante,? »
    -Shin : Non, trop solennel. Et si, ?.
    « Tomoe, il y a longtemps déjà que je voulais te dire cela , ? »
    -Aoshi : Oh ! Shin ! Tu m?entends? Au lieu de rêvasser et parler tout seul, tu ferais mieux d?étudier. Tu écris quoi ? Des copions ?
    Aoshi tends la tête vers le bout de papier devenu chiffon. Shin le surélève et le met hors de portée de son cousin.
    -Shin : Tu t?avise seulement de la toucher, sale petit intello, je te jure que tu bouffera les fils de ton ordi par la racine !
    Aoshi se renfonce dans le siège de la voiture et remet ses lunettes sur son nez, signe chez lui, d?un profond mépris. Shin, lui, se retourne vers la fenêtre et regarde l?horizon.

    Je ne saurais dire pourquoi
    Mon choix se porta sur toi
    Alors qu?il y en a tant d?autres
    Mais ce n?est pas de ta faute


    Elle sera bientôt, là, devant lui, avec son si beau sourire.

    Je voudrais lier mon destin
    Au tien, pour faire notre chemin
    Je voudrais pouvoir t?aimer
    Mais je ne sais qu?en rêver


    Il serre son poing. Ses ongles s?enfonce dans sa peau.
    C?est cette sensation qui parcours son c?ur en ce moment.

    Ton parfum qui m?enivre
    Qui m?emmène sur un bateau ivre
    Je ne serais plus en mesure de résister
    Maintenant, il faudra affronter la vérité


    La voiture amorce un virage et tombe sur l?entrée de la ville.
    Il pourra bientôt la revoir.

    Ma vie n?a de sens que lorsque tu souris
    Alors pourquoi est-ce pour Aoshi
    Ces purs instants de bonheur
    Veux-tu détruire mon c?ur


    La voiture fut à peine arrêtée, qu?il sort en courant. Il devait al revoir, coûte que coûte. Maintenant, ou jamais.

    Si tu ne veux plus sourire, rire
    Je n?aurais d?autre choix que de mourir
    Mais je t?en prie, ne m?oublie pas
    Car de tout mon c?ur, ? je t?aime Tomoe
  • Chapitre 2

    -Chidori : Aaaah ! Ce qu?elles étaient courtes ces vacances !!!!!
    La jeune fille arborait un léger hâle qui faisait ressortir la couleur vive de ses cheveux et de ses yeux.
    -Sojiro : Toi de toutes façons si tu pouvais tu serais tout le temps en vacances !
    -Chidori : C?est même pas vrai ! Idiot !
    -Sojiro : Répètes un peu ce que t?as dit !!!!!!
    -Tomoe : Toujours en train de vous chamailler tous les deux?
    Chidori et Soji s?arrêtèrent brusquement?se dévisagèrent?.puis ils se tournèrent le dos?
    -Tomoe : Mais?mais?je?euh?je rigolais?mais?vous n?allez quand même pas?.
    -Chidori : C?est de sa faute !
    -Sojiro : Tu parles ! Toujours en train de se plaindre !
    -Tomoe : Mais?mais?
    Ils la regardèrent tous deux?puis ils se mirent à éclater de rire.
    -Sojiro : On t?a bien eue hein !!!!!
    -Chidori : Comment veux tu que je lui fasse la tête ??? Il te ressemble trop !!!
    -Sojiro : Mouai ! Merci pour moi quoi !
    -Tomoe : Grrrr?..Je vous aurais !!!!
    Puis ils remirent à rire accompagné de Tomoe?.
    -Sojiro : Bon le dernier arrivé paiera la glace de ce week-end !!!
    Et il se mit à courir.
    -Chidori et Tomoe : Eeeeh ! Mais c?est pas du jeu !!!!!!!!!!
    Puis elles se mirent à courir aussi.

    Pendant ce temps là chez les Satsuki.
    -Kei : Aoshi, qu?est que fout Shin ??? On va être en retard à la fin !!!!
    Aoshi monte les escaliers, arrive devant une porte et frappe.
    BOUM ! BOUM !
    -Aoshi : SHIN !!!! Dépêches-toi !!! On va être en retard par ta faute !!!
    Dans sa chambre Shin, la musique à fond, se prépare.
    -Shin : Ouai ! C?est bon j?arrive ! Put**n ! Tu fais chi*r toi !!!!!!!
    Kei monte alors les escaliers.
    -Kei : Shin dépêches toi ! Je ne veux pas être en retard pour la rentrée ! Allez !
    La porte s?ouvre?
    -Shin : C?est bon ! Chui là ! On peut y aller !
    -Aoshi : C?est pas trop tôt !
    Heureusement qu?on est pas dans la même classe?
    -Shin : Quoi ! C?est pas trop tôt ! Tu veux te battre c?est ça !!!!!
    -Kei : Ca suffit ! On y va !
    Les petites nouvelles?..
    Ils se dirigèrent tous alors vers la voiture au dehors.



    Un peu avant le lycée.
    -Kei : Bon je vous laisse, je ne vais pas arriver avec mes deux petits frères quand même !!!
    Et ils descendirent de la voiture.
    -Aoshi : Dis plutôt que tu veux être tranquille pour pouvoir mater?.
    -Shin : T?es vraiment qu?un sale pervers toi !!!!!
    -Kei : Bon bah à ce soir !!!
    Et il démarra en trombe.
    -Aoshi : Bon j?y vais. Si tu veux rester planté sur le trottoir c?est ton choix?
    -Shin : Et la ferme !!!!
    Et ils avancèrent.

    Tout à coup un jeune homme les percuta de plein fouet.
    -Sojiro : Aïe ! Aïe ! Je suis désolé ! Je ne vous avais pas?.
    -Shin : Mais t?es c*n ou quo?.
    -Aoshi : Salut Soji ! Encore en train de faire la course ?
    -Sojiro : Yo ! Les mecs ça va ??? Désolé Shin je t?avais pas vu !
    -Shin : Ouai?bon?c?est rien?

    Puis Chidori et Tomoe arrivèrent toutes essoufflées?
    -Chidori : En même temps !!!!!
    -Tomoe : Oui !!! Donc il n?y a pas de perdan?.
    Elle relève les yeux et l?aperçoit?..
    -Tomoe: Bonjour Shin?
    -Shin: Salut Tomoe.
    -Chidori: Naaaaaaaaaaaaaa!!! Aoshi!!! Tu as grandi pendant les vacances!!!!
    -Aoshi (rougissant): Mais non, mais non?.
    -Chidori : Mais tu es encore plus beau qu?avant !!!! Je craque moi !!! N?est ce pas Tomoe qu?il est encore plus beau !!!!!!
    Aoshi se mit à rougir?. Et Tomoe aussi?.
    -Shin : Bon bah allons y !!!!!
    Puis il s?avança rapidement.

    Sojiro le rejoint très vite.
    -Sojiro : Tu l?aimes encore hein?..Tu comptes lui dire cette fois ?
    -Shin : Oui?j?espère bien?
    -Sojiro : Si tu lui dis ne la fais pas souffrir? sinon?je devrais te....

    A l?arrière, Chidori taquinait Aoshi qui semblait assez embarrassé.
    Tomoe elle n?avait d?yeux que pour Shin?.

    Tu m?as regardée avec douceur
    Et de mes yeux s?en sont allés les pleurs
    Tu m?es enfin revenu
    Moi qui n?y croyais plus
    Car il y a peu de temps encore
    Mon c?ur était comme mort


    Shin se retourna un instant et son regard croisa celui de Tomoe?.

    Tout ce que je n?ose te dire, lis les dans mon regard
    Car je serais bien trop maladroit pour te les déclamer
    Mais crois en mon amour je n?en suis pas avare
    Et puissions nous un jour tous les deux enfin nous aimer?
  • Chapitre 3 (par FBF)

    -Chidori : Bon sang ! Que je déteste l?école !
    -Urumi : Ah ! Gomen nasaï!
    -Tomoe: Mais non, elle ne dit pas cela pour toi, Urumi, juste pour les profs ...
    Urumi se calme et se met à réfléchir. A ce moment, Aoshi et Shin sortent de la classe. Comme tout les jours, ceux-ci se disputent.
    -Shin : Répète un peu ce que tu viens de dire !?
    -Aoshi : Les oreilles, c?est comme les pieds, cela se lave ?
    -Shin : Mais je me lave !
    Aoshi remet ses lunettes sur son nez. Il sourit aux trois jeunes filles et les salue.
    -Aoshi : Avez-vous réussit votre interrogation ? Urumi, tu m?avais l?air assez stressée pour cela ce matin ?
    -Shin ( veine de colère ) : Et en change pas de sujet, espèce de femmelette !
    Aoshi se retourne vers son frère. Il déserre sa cravate d?un geste élégant et lui lance un regard assassin.
    -Aoshi : Exceptionnellement, nous allons nous battre. Je veux être fier de toi, Shin ?
    -Shin : Ahahaha ! Tu vas morfler pauvre femmelette !
    -Chidori (goutte de sueur) : Ils ne sont jamais fatigué ?
    Tomoe, elle, contemplait Shin avec un regard tendre où se mêlent admiration et peur. Urumi, de son côté, réfléchit toujours sur la signification de la phrase de son amie.
    Après le combat, qui se solda par une défaite flagrante de Shin et d?un Aoshi blasé, le groupe d?amis sort de l?école.
    -Chidori : Put*** ! J?ai la dalle !
    -Tomoe : Moi aussi ? je voudrais bien manger quelque chose, mais quoi ?
    -Aoshi et Shin : Il y a des crêpes par là-bas ?
    Silence de mort.
    -Shin : Pourquoi tu m?a répété, baka ?
    -Aoshi : Je ne t?ai pas « répété » ! Baka ! En plus, ce mot ne veux rien dire?
    -Shin : Je sais ce que je dit, Espèce de double ? non ?triple baka !
    -Chidori : Et ça recommence ? tu n?en a jamais marre, Tomoe ?
    -Tomoe : Jamais. Ils sont ainsi ! ? Je trouve cela, mignon ?
    -Chidori : Tu parle de qui ? D?Aoshi ? Ou de ? Shin ?
    Tomoe rougit. Elle commence à triturer la manche de sa veste.
    -Tomoe : Non, non ? Ils sont tous les deux mignons ? je ne vois pas ce que tu veux dire ?
    -Urumi : Aaaaaaaaaaaaaaaaaah !
    Chidori et Tomoe se retourne pour voir Urumi par terre, et Sojiro à ses cotés, suçant un bâton de réglisse.
    -Chidori : M?enfin, Urumi! Tu devrais avoir l?habitude maintenant.
    -Urumi : Je sais, je sais? mais je n?y arrive pas ! C?est tellement surprenant ?
    -Sojiro : Tomoe, j?ai faim.
    -Tomoe : Moi aussi. Mais il faut attendre la fin de la dispute entre les deux frères.
    -Aoshi : Quelle dispute ?
    -Shin : Reviens ici ! J?ai deux- mots à te dire !
    -Aoshi : Mais je suis là ! Mon pauvre vieux, faudrait mettre des lunettes !
    -Shin : je suis pas ton vieux ! ? n?y même vieux !
    -Aoshi : Pourtant, tu te répète ?
    -Sojiro : Aoshi, Shin, n?avez-vous pas honte ? Depuis l?an dernier, tout les soirs, vous vous disputez, laissant en plan, Chidori, Urumi et ma s?ur. Quelle chance pour elles de vous avoir pour amis ! ? Tomoe, pourquoi l?avoir choisit ?
    Tomoe frappe son frère sur la tête.
    -Tomoe : Tu divague. Je n?ai choisis aucun des deux, ce ne sont que des amis.
    Les deux frères se regardent et rougissent de leur attitude.
    -Aoshi : Excusez-moi, mais dès que je le vois, j?ai une irrésistible envie de meurtre.
    -Shin : C?est plutôt moi qui veux te tuer !
    -Sojiro : Heum ?
    -Shin : Désolé ?
    -Sojiro: Bien, maintenant que les détails pratiques sont faits, passons à autre chose ? Shin, j?ai faim.
    -Shin : Pourquoi moi !? Et lui ?!
    -Sojiro : Parce que. Tu ne discute pas, tu t?exécute !
    Shin, en grommelant, prends son porte-monnaie et prends la commande de tout le monde. Aoshi se mit avec lui, histoire de ne pas faire avare.
    Alors que les deux frères vont faire leur emplette, tout en se disputant en chemin, les quatre autres jeunes gens s?asseyent sur un muret.
    -Chidori : C?est bizarre ? ils m?ennuient avec leurs disputes incessantes, mais ils m?ont en même temps, tellement manqué pendant les vacances ?
    -Tomoe : A moi aussi ?
    -Sojiro : C?est normal, vu ton cas ?
    -Chidori (mode adoratrice-de-ragot on) : C?est normal vu ton cas ? ? et quel est-il je te prie ?
    -Tomoe : Laisse tomber, Dori-chan. Mon frère débloque parfois ?

    Je ne peux plus vivre, sans ton c?ur contre le mien
    Sans ta voix, envoûtante et entêtante
    Sans ta chaleur, ton odeur, si tentantes
    Tu m?a donné vie, de ton souffle, serais-tu magicien


    De l?autre coté, chez les deux garçons, alors que les crêpes cuisent, l?un deux laisse ses pensée vagabonder.

    Pour toi, ton sourire, je changerais
    Je déplacerais des montagnes et des rivières
    Je t?offrirais des trésors oubliés, j?en serais fière
    Je te donnerai ma vie, sur un plateau je te l?offrirai
  • Chapitre 4
    Driiiiiiiiiiiing driiiiiiiiiiiiiing
    -Kei: Allo?...Oui biensur!!...Ne quittes pas je l'appelle...
    Kei éloigne le combiné....
    -Kei: SHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN! TEEEELEEEEEEEEEEPHOOOOOOOONEEEEEEEE!!! C'EST SOJIRO!!!
    Shin arrive et arrache le combiné des mains de Kei.
    -Kei: Tu pourrais dire merci au moins....
    -Shin: La ferme!
    Kei s'en va vers Aoshi qui lit un livre sur le canapé du salon.
    -Kei: Aoshi dis lui de ne pas être aussi méchant!!!!!!!!!!!!!!!!
    -Aoshi: Kei...t'as pas honte de te plaindre comme ça à ton âge.....-soupir- Laisse le tranquille.... et moi aussi par la même occasion...
    -Kei: Mes deux frères bien aimés me rejettent...je vis dans un monde cruel.....
    -Shin: TAIS-TOI!!! J'ENTENDS RIEN!!!!!
    -Kei: Bon je vais aller faire un tour...par ce si beau temps ce serait bete de gacher ma journée ane rien faire ou a lire par exemple....
    Et il y aura plein de filles en jupes avec de jolis, jolis décolletés!!!.....
    -Aoshi: Idiot!...Je me cultive moi....
    Shin: HO!!! C'EST PAS FINI!!!! Donc oui Sojiro tu disais...humm...hum....16h...hum....d'accord...hum....ciao.
    Bon je vais sortir aussi!
    -Kei: Tu vas ou??? T'as rendez vous avec une fille????
    -Aoshi: Persone ne serait assez bete pour vouloir de lui....
    -Shin: LA FERME VOUS DEUX!!! Et ca ne te regarde pas ou je vais!!!!!!

    _____________________________________________________________


    Driiiiiiiiiiiiiiiiiing driiiiiiiiiiiiiiiiiiiiing
    -Tomoe: J'y vaiiiiiiiiis!!!
    Allo?...Oh!! Chidori!!! Oui...16h? Mais c'est bientot!!! Oui...bon bah le temps de prendre mes affaires et j'arrive...oui...a tout de suite.
    -Sojiro: Qui c'était?
    -Tomoe: C'était Chidori! Elle veut que j'aille la rejoindre au Parc pres de la fontaine...
    -Sojiro: Mais vous vous êtes vues hier, avant-hier, et avant-avant-hier, enfin toute la semaine et tu la verras demain et apres demain, etc.....Vous en avez pas marre de vous voir tous les jours????
    -Tomoe: Mais...mais...pourquoi tu dis ca? C'est ma meilleure amie!! Et tu l'aimes bien aussi....
    Sojiro partit dans un furieux fou rire.
    -Sojiro: Ha! Ha! Ha!...C'est trop facile Ha! Ha! de t'avoir! Ha! Ha! Ha!
    -Tomoe: Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr...JE T'AURAIIIIIIIIIIIIIISS!!!!!!!!!
    Et elle se mit à lui courir après.

    Non loin de la Chidori regardait son portable. Un sourire de satisfaction se dessinait sur ses levres.

    _____________________________________________________________

    Au parc.
    Tomoe arriva avec 15 min de retard.
    -Tomoe: Pfiuuuu...Sacré Soji...il m'a mise en retard....c'est fou ce qu'il court vite...
    Elle regarda la fontaine.
    C'était une fontaine en marbre blanc représentant Eros, le dieu de l'amour. On y voyait deux jeunes gens touchés en plein couer par les fleches de l'amour. La jeune fille s'assit sur le rebord de la fontaine, laissant vagabonder sa main au fil de l'eau. Elle aimait ce temps radieux...il faisait encore bon en cette fin de septembre...
    Ce qu'ignorait Tomoe c'est qu'a l'opposé de cette fontaine, se trouvait l'élu de son coeur: Shin.

    Shin regarda l'heure à sa montre...16h15.
    Pfffffffffffffffff...elle était en retard.
    -Shin (se parlant à lui même): Attends un peu Soji....tu regretteras ton retard...
    Puis il prit son telephone et appela son ami...
    -Shin: TU FAIS CHI*R AVEC TON REPONDEUR!!!!!!

    Tomoe attendait patiemment...quand soudain elle entendit une voix qui lui était familiere.
    Elle se leva et se dirigea de l'autre coté de la fontaine.
    Elle le vit...

    Shin qui s'enervait apres son téléphone le fourra violemment dans sa poche et leva les yeux au ciel....
    Quelque chose attira son attention...quelque chose...ou quelqu'un plutot....

    Elle se mit à rougir...
    -Tomoe: Bonjour Shin...Je...euh...Tu vas bien?
    -Shin: Oui..enfin...et toi?
    -Tomoe: Oui je vais bien...euh....
    Les deux: Tu fais quoi ici?
    Ils se mirent à rougirent...
    -Shin: Toi d'abord t'es une fille...
    -Tomoe: Euh...eh bien...j'attends Chidori...elle devait venir a 16h...
    -Shin: Moi j'attends ton frere...il m'a demandé de venir a 16h aus...
    Puis ils se regardèrent et comprirent la supercherie....

    ____________________________________________________________

    -Chidori: Eh Soji!! Dépèches toi!!! J'ai faim!!!!!
    Sojiro arriva avec une glace dans chaque main.
    -Sojiro: Tu la mages en marchant hein? On va aller voir Aoshi...
    Chidori se mit à rougir...
    Puis elle leva les yeux vers Sojiro et se mit à rougir encore plus...
    -Sojiro: AHO!!!* Pourquoi tu rougis comme ca?
    -Chidori: Pour rien! Pour rien!
    J'espere qu'elle au moins aura le courage de se déclarer...
    Puis ils continuèrent de marcher...
    Ils ne remarquèrent meme pas Urumi sur leur chemin.

    ____________________________________________________________

    Kei lui était assis à la terasse d'un café...riant de voir plusieurs jeunes filles qui ne cessaient de passer et repasser juste pour admirer sa beauté.
    Lui meme en profitait pour se rincer l'oeil copieusement...quand soudain son regard l'aperçut...elle...parmis toutes...c'était bien elle..

    ____________________________________________________________

    Shin et Tome se regardèrent puis Tomoe lui proposa...
    -Tomoe: Shin...puiqsu'on est ici...tu veux bien rester avec moi?
    Shin se mit à rougir, ce qui fit fondre un peu plus Tomoe.
    -Shin: Euh...oui...
    Puis ils allèrent s'asseoir sur un banc non loin.
    ____________________________________________________________

    Aoshi continuait de lire son livre...Il attendait sojiro...Il lui avait dit qu'il passerait avec Chidori....
    Quelle douce mélancolie s'empare de mon esprit
    En moi, tout semble tristement insipide
    Comme si sur mon coeur s'abat un voile terne et gris
    Et malgré tout je reste placide


    ____________________________________________________________

    -Tomoe: Shin.... Il faut que je lui dise...il le faut...
    -Shin: Oui?
    -Tomoe ca te dérange si on allait marcher un peu?
    -Shin: Non biensur...Je dois lui avouer...
    Il se mirent à marcher...
    Puis Tomoe s'arreta. Ils étaient seuls, entourés d'arbres dont les feuilles rousses tombaient lentement...égrénant doucement le temps qui passe...
    -Tomoe: Shin....Je...Je...Je t'aime.
    Shin s'arreta brusquement et se retourna vers Tomoe.
    -Shin: Tu...tu...
    Il s'avanca vers elle.
    -Tomoe: Je t'aime Shin! Et si tu ne m'aimes pas...c'est pas grave...je...
    Pour toute réponse elle recut son premier baiser.
    Puis il sécarta d'elle.
    -Shin: Aho! Moi aussi je t'aime...
    Puis il l'embrassa de nouveau....tendrement...

    Je n'ai jamais su qu'un tel jour pourrait venir
    Et je n'ai jamais su qu'un tel amour
    Pourrait se trouver à l'intérieur de quelqu'un
    Et je n'ai jamais su à quoi servait ma vie
    Mais maintenant que tu es là je le sais c'est sur


    Leurs levres se séparerent et elle le reagrda affectuesement..

    Je n'ai jamais su jusqu'à ce que je regarde dans tes yeux
    J'étais incomplète jusqu'au jour où tu es entré dans ma vie
    Et je n'ai jamais su que mon coeur pourrait se sentir
    Si précieux et pur
    Un amour si réel


    -Tomoe: Marchons tu veux?
    -Shin: Hum...
    Puis timidemant elle lui déposa sa main dans la sienne.
    Il se mit à rougir...
    Et ils se regardèrent..

    Est-ce que je peux juste te voir chaque matin quand
    J'ouvre mes yeux
    Est-ce que je peux juste sentir ton coeur battre à côté de moi
    Chaque nuit
    Est-ce qu'on peut juste se sentir de cette façon ensemble
    Jusqu'à la fin des temps
    Est-ce que je peux juste passer ma vie avec toi


    -Tomoe: Shin et si on faisait un voeu tous les deux?
    -Shin: Un voeu?
    -Tomoe: Oui un voeu...pour que cette jouréne reste spéciale...
    -Shin D'accord.
    -Tomoe: Alors tu fermes les yeux et tu souhaites fort quelque chose...

    Maintenant bébé les jours, les semaines
    Et les années vont passer
    Mais rien ne changera l'amour qui se trouve à l'intérieur
    De toi et moi


    Shin se mit à rougir...
    -Shin: Ca y est...à toi!
    Tomoe ferma les yeux...

    Et bébé je ne trouverai jamais aucun mot
    Qui pourrait expliquer
    A quel point tu as fait changer mon coeur, ma vie
    Mon âme


    Il la regarda et adimra ses traits si fins...
    Elle ouvrit les yeux doucement....et lui sourit...
    Il se remit à rougir.
    -Shin: Tu es belle....si belle...
    Elle se lova dans ses bras

    Est-ce que tu peux te jeter dans mes bras ouverts
    Alors que personne d'autre ne le comprend
    Est-ce que nous pouvons dire à Dieu et au monde entier
    Je suis ta femme, et tu es mon homme
    Ne peux-tu pas juste sentir à quel point je t'aime
    Au simple contact de ma main
    Est-ce que je peux juste passer ma vie avec toi


    Il se saentait si bien...cette douce chaleur émanant de la jeune fille le remplissait d'une joie qui lui était jusqu'alors inconnue...

    Aucun contact n'a jamais été si merveilleux
    Tu es incroyable
    Et un amour plus profond que je n'aurai jamais su
    Je ne te laisserai jamais partir
    Je jure que cet amour est vrai
    Maintenant et pour toujours à toi à toi


    Enfin, elle le regarda.
    -Tomoe: On continue?
    -Shin: Oui...
    Ils se tinrent la main et avancèrent ensemble vers la fontaine des amoureux...leur fontaine..

    Est-ce que je peux juste passer ma vie avec toi
    Est-ce que je peux juste passer ma vie avec toi
    Pour toujours ici avec toi
    Est-ce que je peux juste passer ma vie avec toi
    Est-ce que je peux juste te voir chaque matin quand
    J'ouvre mes yeux
  • Chapitre 5 (par FBF)

    Kei avale d?une traite son verre de saké et fait un grimace. Un verre, ça passe, mais pas cul sec. Après avoir plus au moins retrouvé visage humain, il se dirige vers la créature de ses rêves. Au plus il s?approche, au plus, elle s?éloigne. Cela lui semble tellement bizarre, comme si elle voulait lui échapper.
    ______________________________________________________________

    Aoshi pose son livre et s?étire. La journée avait passé asse vite, plus vite qu?il ne l?aurait souhaité. Il regarde l?heure. 18h50. Normalement, Shin et Kei auraient du être rentrés depuis longtemps, surtout Shin. Enfin, il ne doit pas trop s?inquiéter pour lui, il est grand et vacciné. Il se relève et range son livre dans la bibliothèque. Aoshi se dirige vers la cuisine et se réchauffe un bol de riz avec un peu de sauce piquante. Tandis qu?il observe le mouvement circulaire du bol, son esprit s?évade, courant au dessus des nuages et des murs de la raison.
    _____________________________________________________________

    Sojiro et Chidori s?arrête devant le parc. Chidori jette son papier usagé et regarde les feuilles des arbres changer de robes, au fil de la progression du soleil.

    Pourquoi mon choix est-il si dur
    Alors que mon c?ur est si fragile
    Comme ce fin fil
    Mes sentiments sont si pur


    Sojiro, lui, laisse ses pensées vagabonder vers sa s?ur. Il lève la tête et laisse le vent lui balayer les larmes qui coulent lentement sur son visage.

    Elle est heureuse, alors pourquoi
    Ne suis-je pas heureux pour toi
    A croire que cela ne change rien
    De t?avoir donner sa main

    _____________________________________________________________

    Tomoe est dans les bras de Shin, sa tête posée sur son épaule. Pour la première fois de sa vie, elle ne pense pas aux autres, juste à elle et son bonheur tout neuf.

    Voir les étoiles des cieux
    Briller dans tes yeux
    Admirer ton sourire
    Pour mon c?ur y vivre


    Shin la tient par la taille, de façon possessive. Il avait tant cherché, tant désespéré. Enfin, il avait trouvé l?endroit où une personne lui sourirait, lui parlerait, comme a un égal.

    Elle est là, dans me bras
    Personne ne pourra
    L?enlever de mon c?ur
    Pas même cette vieille ranc?u
    r
    ____________________________________________________________

    Kei s?approche de l?inconnue et lui fait son plus beau sourire.
    -Kei : Bonjour, belle enfant. On ne se serais pas déjà vu quelque part ?
    La jeune femme relève la tête et le fixe, derrière ses lunettes noires. Sa boucle d?oreille en or brille au soleil. Un sourire étire ses fines lèvres.
    -? :Je ne pense pas ? attendez, mais oui ?. Dans mes cauchemars, sûrement ?
    Et elle se replonge dans la lecture de son magazine.
    C?est la première fois qu?une femme lui jette cela au nez. Auparavant, elles lui tombaient toutes dans les bras. Mais tant mieux ! Il pourra enfin montrer et déployer tous ses charmes et enfin savourer son travail. Il s?assied près de la jeune femme et passe son bras sur ses épaules.
    -Kei : Vous savez, j?adore venir par ici ?
    -? : Oui, je sais. Vous aimez particulièrement venir ici quand il fait chaud. Surtout à la sortie d?école ?
    Kei assimile le venin sans broncher. Un sourire de circonstance se peint sur son visage et il se rapproche un peu plus.
    -Kei : On ne se refait pas. Mais dites-moi belle étrangère, quel est votre nom ?
    _____________________________________________________________

    Urumi se retient au mur. Bizarrement, elle a envie de pleurer, mais les larmes ne coulent pas. Au contraire, elle respire normalement, n?ayant aucune envie de crier sa rancune. Ses amis avaient trouvés leur bonheur, chacun à leur manière. Elle, elle devait continuer son rôle, sa bêtise.

    Lente d?esprit, lente de c?ur
    Pourquoi moi et pas eux
    Je voudrais tant être heureuse
    Et ne plus avoir peur

    Elle se relève. Sa nature n?est pas défaitiste, au que non. Au contraire, elle aime sa vie, même si ce n?est qu?un rôle, une comédie préparée depuis sa naissance.

    Il me faut du courage
    J?en ai tant besoin, tant envie
    Pour calmer cette tempête qui fait rage
    Dans mon c?ur, pour rester en vie


    Le soleil descend, lentement, comme son chagrin. Personne ne l?a jamais aider, du moins, pas comme il faut.

    Pourquoi mon choix sur toi
    Alors que tu ne me vois pas
    Je voudrais tant te montrer
    Et t?expliquer le sens du verbe aimer

    _________________________________________________________

    Aoshi se réveille de sa somnolence. Son bol est devenu froid.

    Froid comme la glace, froid comme mon c?ur
    Je vous en prie, n?ayez pas peur
    Je voudrais tant pouvoir vivre
    Et ne plus jamais souffrir


    Il jette son bol. Il n?a plus faim. Il regarde la lune se lever. Maintenant, un poignard glisse lentement dans son âme.

    Pourquoi suis-je seul
    Serais-je invisible
    Aux yeux de mes semblables
    A tes yeux
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 14 2006, 06:41 PM
Message #11


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Itsumademo Issho Part.II (chapitre 6 à 10)
  • Chapitre 6


    -Kei: Ouai ouai c'est bon....Et vous les mioches vous me foutez la paix hein?
    -Shin: Hé chui pas un mioche moi d'abord!!!!!
    -Aoshi: Je ne relève pas...trop bête pour que ça le mérite....
    Chiaki et Saji sortirent de la maison.
    Shin alla se poster devant la télé, Aoshi sur ses livres et Kei...retourna dans sa chambre à ses précieux magasines...
    Tout en regardant la plastique des femmes sur papier glacé il ne put s'empêcher de penser à celle qu'il aimait...Kasumi...Depuis le début du lycée il en était devenu fou...mais elle était si populaire...puis le temps avait joué en sa faveur...il était peu a peu devenu la coqueluche des filles et Kasumi s'était alors intéressée a lui...

    Belle, qui par ton sourire chasse mes frayeurs
    Vient a moi et donne moi ton coeur
    Afin que je le chérisse au plus haut point
    Et...que le bonheur viennent de mes mains...


    Un mois qu'ils étaient ensemble...
    Il devait la présenter officiellement le lendemain…
    Kei fut tiré de sa rêverie par la sonnette d'entrée.
    Quand il descendit il vit Aoshi à la porte. Shin se tenait à ses cotés...
    -Officier: Est ce que je pourrais parler a quelqu'un? Où il n'y a que vous?
    Kei se précipita sur la porte...il avait un mauvais pressentiment...
    -Kei: Je suis la Mr. l'agent. Que puis-je pour vous?
    L'officier semblait embarrassé....
    -Kei: Shin, Aoshi, vous pouvez me laisser seul 2 petites minutes avec l'agent?
    Aoshi et Shin bizarrement partirent sans esclandre devinant qu’il s’agissait de quelque chose de sérieux.
    -Kei : Que se passe t il ?
    -Officier : Je suis au regret de vous annoncer le décès de vos parents….
    -Kei : Quoi ??? Comment ça ?? Ils sont partis il y a à peine une demi heure et….
    -Officier : Ils ont eu un accident…ils sont morts sur le coup…
    Kei sentit son cœur vaciller….son monde s’écroulait….

    [/color]

    Kei reprit le chemin de sa demeure…de leur demeure.
    ______________________________________________________________________

    Shin et Tomoe arrivèrent enfin chez Shin.
    -Shin : Entre ! On ne te mangera pas !
    Tomoe sourit, ce qui emplit le cœur de Shin d’une immense joie.
    -Tomoe : Allons y !
    Elle glissa sa main dans la sienne et il pressa sa main en acquiescant.
    -Shin : On est rentré !
    -Aoshi : Qui ça on ???
    Il vit alors Shin arriver avec Tomoe…main dans la main…
    Sojiro accusa le coup discrètement puis fit comme si de rien n’était.
    -Chidori : Ah !!!! Ca y est !!! Ca a marché !!!
    Tomoe fit les gros yeux.
    -Tomoe : Tu m’as laissée tomber !!!
    -Chidori : Non ! Mais non ! Mais….
    Tomoe se mit à rire. Elle sauta au cou de son amie et le rejoignit dans son hilarité.
    -Shin : Soji….
    -Sojiro : Oui…
    -Shin : Rien…laisse tomber….
    Les filles proposèrent d’aller chercher des boissons fraîches pour tous dans la cuisine. Les garçons les en remercièrent.
    -Shin : Merci Soji…
    -Sojiro : Ce n’est pas moi qu’il faut remercier…je n’y suis pour rien…
    -Aoshi : Bah maintenant qu’on est tous la on fait quoi ?
    -… : On joue au jeu de la vérité !
    Les garçons se retournèrent.
    -Shin : A QUOI ???
    -Chidori : Au jeu de la Vérité !
    Tomoe distribuait les boissons.
    -Tomoe : Oh oui ! Ce serait intéressant ma foi !
    -Chidori : Alors c’est parti !
    -Shin : Eh !!! Tu nous as pas demandé !!!
    -Sojiro : Moi ça ira…ça ne me dérange pas…
    Chidori se tourna vers Aoshi qui rougit.
    -Aoshi : Euh…euh…pourquoi pas….
    -Chidori : Bon bah tu vois ! Il ne reste que toi !!!
    -Tomoe : Shin…tu ne veux pas ?
    Shin regardait celle qu’il aimait…il ne pouvait pas…non il ne pouvait ne pas lui faire plaisir…
    -Shin : Mouai…c’est d’accord….
    -Chidori : Oui !!!! Je commence !!! Alors….Aoshi !
    A l’appel de son nom Aoshi frémit.
    -Aoshi : Oui, je t’écoute…
    Que va-t-elle me demander…
    -Chidori : As-tu déjà été amoureux ?
    -Aoshi : Non.

    Rencontrerais je un jour une perle
    Et que l’amour en moi enfin déferle ?
    J’espère pouvoir la rencontrer
    Et de tout mon cœur la combler



    A cet instant Kei se gara devant la maison…
    Laissant revenir en lui le flot de tristesse survenu du passé…

    Moi qui t’ai tant aimé…
    Moi qui t’ai tout donné…
    Tu m’as volé mon bonheur…
    Ce qui comptait le plus à mon coeur…
  • Chapitre 7 (par FBF)

    Dans le salon, l’ambiance est électrique. Depuis que Aoshi avait répondu non à LA question, un ange est passé et semble s’être installé. Shin regarde d’un air dégoûté son frère, Tomoe, elle , ne voit que son prince charmant, Chidori ouvre de grands yeux étonnés et Sojiro boit tranquillement sa tasse de thé.
    -Chidori : Tu n’as jamais …
    -Shin : ….aimer ?
    -Aoshi : Aimer à un double sens. On peux aimer d’amour et aimer simplement.
    -Shin : Excuse-moi, mais c’est de l’allemand pour moi.
    -Aoshi : C’est vrai que pour comprendre, il te faudrait un cerveau …
    Shin se lève d’un coup, bousculant Tomoe. Celle-ci se réveille de sa contemplation et ouvre ses beaux yeux de stupeurs.
    -Tomoe : Ne te bats pas , je t’en prie !
    Shin baisse son regard et se fixe à ceux de son amie.

    Ton cœur se reflète dans tes yeux
    Et ceux si sont si merveilleux
    Que pour eux, je tuerais
    Même lui, s’il le fallait

    Kei sort de la voiture, faisant le moins de bruit possible. Sa migraine est revenue. Migraine chronique avait dit le docteur. Cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Pourquoi aujourd’hui … Votre migraine peux survenir à n’importe quel moment, mais, avec une prédilection lors d’une fatigue ou lorsque vous êtes contrarié.
    Lui ? Contrarié ? Depuis quand ?

    Tes lèvres rouge sang, sensuelles
    Pourquoi es-tu si cruelle
    Je ne veux qu’un peu de bonheur
    Recueillit au fond de ton cœur


    Il ressent une pointe dans son cerveau, ce qui le force à se rattraper au montant de la porte d’entrée. Surtout ne pas inquiéter ses frères. Doucement, il enlève ses chaussures et monte les escaliers, marche par marche, sans un bruit. Derrière la cloison, il peux entendre la dispute des deux plus jeunes.
    Kasumi n’a toujours pas bougé du café. Elle joue avec son verre et semble plongée dans ses pensées. Du bout des doigts, elle joue avec sa boucle d’oreille. Parfois, il lui semblait qu’elle se mouvait, qu’elle était douée d’une vie propre.

    Suis-je née pour le malheur
    Suis-je faites pour ces douleurs
    Je voudrais voir ce soleil
    Près de celui qui sera mon réveil


    Kasumi se lève et paye sa consommation. Elle lève la tête et observe le coucher de soleil. Combien de fois l’avait-elle regardé, seule et amère ?

    Je suis née pour le péché
    Je ne peux pas t’aimer
    Je t’en prie oublie moi
    Et laisse-moi un souvenir de toi

    Pourras-tu un jours me pardonner
    D’enlever ce couteau planté
    Dans mon cœur glacé
    Et enfin pouvoir vraiment m’aimer

    Kei Se couche sur son lit, la douleur omniprésente. Mais cette douleur n’est rien comparée à celle qui lui taraude le cœur.

    Je t’avais ouvert mon cœur
    J’ai voulus t’apporter le bonheur
    Et toi, petite tueuse, tu l’a souillé
    Tu as commis le pire des péchés

    Enfant, j’ai voulu vivre à tes cotés
    Enfant, je t’ai tout donné
    Enfant, tu me souriais
    Enfant, tu me souillais


    Shin se rassied, honteux de sa réaction
    -Tomoe : Excuse-toi
    -Shin : Mgrmbl
    -Tomoe : Toi aussi, Aoshi
    -Aoshi : Mais ! Je n’y suis pour rien !
    -Tomoe : Si, tu a fait quelque chose. Allez …
    -Aoshi (rougissant) : Excuse-moi …
    Tomoe leur sourit. La tension a un peu rabaissé, mais elle est toujours présente.
    -Chidori : Bon … On continue ?
    -Sojiro : je pose la question … Pourquoi étais-tu réticent à faire le jeu, Shin ?
  • Chapitre 8

    Ses larmes coulent…doucement…presque imperceptiblement…il regarde le plafond…il ne veut plus se souvenir…c’est trop douloureux….


    En bas dans la salle, Shin reste interloqué devant la question de Sojiro….
    -Tomoe : Soji ! C’est quoi cette question ?
    -Sojiro : C’est ma question….alors Shin….
    Aoshi restait perturbé…personne n’avait remarqué que Kei était rentré…personne à part lui…
    Puis soudain comme mu par un pressentiment Aoshi se leva et monta à l’étage….
    -Chidori : Qu’est ce qu’il a ???
    Shin sait qu’Aoshi a ressenti quelque chose…mais lui ne pouvait pas….il n’avait pas la sensibilité de son frère…
    -Shin : La question que je ne veux pas c’est…qu’aimerais tu avoir…mais que tu n’auras jamais ?...
    Tomoe resta interdite…Jamais elle ne se serait douté de ce qui taraude l’élu de son cœur…
    -Chidori : Et c’est ?...
    Shin baissa la tête et dans un souffle il répondit…
    -Shin : Mes parents…ma famille réunie….
    ______________________________________________________________________

    Aoshi tendit l’oreille vers la chambre de Kei…
    Toc-toc
    -Aoshi : Kei…c’est moi…je peux entrer ?
    Kei sécha ses larmes hâtivement.
    -Kei : Bien sur que tu peux entrer Aoshi…
    Aoshi vint s’asseoir sur le bord du lit de Kei…
    -Aoshi : Tu y penses encore…n’est ce pas ?
    -Kei : Non…et oui…enfin…elle est revenue…
    Aoshi comprit alors la gravité de la douleur de son frère aîné.
    -Aoshi : Je reviens dans deux petites minutes….
    ______________________________________________________________________

    En bas un silence lourd d’amertume planait….
    -Shin : Oubliez…oubliez ce que je viens de dire…..
    Au même moment Aoshi pénétrait dans la pièce.
    -Aoshi : Oublier quoi ?
    Shin se retourna et vit son frère.
    -Shin : De quoi je me mêle ? T’as besoin de savoir peu…
    Aoshi lui coupa la parole.
    -Aoshi : Je suis désolé mais nous n’avons pas vu l’heure passer et il se fait tard…nous avons cours demain…je pense qu’il serait sage d’en rester la pour ce soir.
    -Sojiro : Oui…tu as raison Aoshi…Bon bah on va y aller….Tomoe on y va ? Chidori on te raccompagne au passage ?
    -Shin : Soji…je vais raccompagner Tomoe si tu veux bien…
    -Sojiro : Bien…Chidori tu viens ?
    -Chidori : Oui…oui…bon bah à demain…
    -Aoshi : Oui…on se verra en cours…
    -Sojiro : Ciao mec !
    -Aoshi : Ouai ! Allez a demain !
    Soji se tourna vers sa sœur et Shin qui se préparaient.
    -Sojiro : Ne traînez pas non plus vous deux…
    Chidori ramassa son sac et sa veste puis elle s’en alla avec Sojiro.

    -Aoshi : Bon bah a demain Tomoe.
    Sur ce il tourna les talons et remonta à l’étage.
    ______________________________________________________________________

    Aoshi pénétra dans la chambre de son frère…
    -Aoshi : Kei…tu ne nous as jamais rien dit….mais tu sais si…
    Puis Kei se mit à rire doucement.
    -Kei : Quel frère pitoyable je fais ! M’en voila même au point que j’en inquiète mon petit frère !
    Puis il regarda Aoshi et lui sourit…
    -Kei : Merci…
    Aoshi se retira de la chambre.
    -Kei : Oui…merci…

    Je t’ai aimé….
    Je t’aime encore…
    J’ai tant pleuré…
    J’en saigne encore…

    ______________________________________________________________________

    Shin et Tomoe avançaient lentement, savourant le clair de lune qui se dessinait au dessus de leurs têtes.
    Tomoe frémit quand une légère souffla…
    Shin la prit dans ses bras.

    Je pourrais passer ma vie à t’admirer
    Ma vie rien que pour te contempler
    Et du plus profond de mon être
    Me réjouir de pouvoir te connaître


    Il la regarda intensément et sa bouche vint se poser sur les lèvres douces et chaudes de Tomoe.
    Ils fermèrent les yeux un instant ...Le temps venait de s’arrêter…comme s’il s’interrompait juste pour eux…
    Leurs lèvres se détachèrent doucement…
    Elle le regardait avec des yeux emplis d’amour…de son amour pour lui.

    Faites que le temps ici s’achève
    Que tout ce que je vis ne soit pas qu’un rêve
    Qu’à jamais se grave dans ma mémoire
    Ces instants magiques de notre histoire


    -Shin : Allons y…sinon Soji va encore faire la tête…
    Tomoe acquiesça…
    ______________________________________________________________________

    -Sojiro : Bon bah a demain Chidori.
    -Chidori : Oui a demain Soji.
    Elle le regarda s’éloigner… jusqu’à ce que la silhouette du jeune homme se fonde dans l’horizon…
    Elle rentra chez elle.
    -Chidori : Je suis rentrée !
    Ses parents regardaient la télé. Elle alla les embrasser.
    -Chidori : Je monte me coucher.
    -Ryo : Bonne nuit Chidori.
    -Chidori : Bonne nuit papa.
    -Haruka : Fais de beaux rêves.
    -Chidori : Merci maman.
    Puis elle alla à la salle de bain.
    Sous la douche, le flot de ses larmes se répandit. Rien ne pouvait l’arrêter…L’eau de la douche se mêlait à sa souffrance.

    Pourquoi ne me vois tu pas ?...
    Moi qui ne fait que penser à toi…
    Je ne peux rien faire que pleurer
    Et attendre….espérer…

    ______________________________________________________________________

    Aoshi regardait la Lune au travers de la fenêtre de sa chambre…

    Quel est ce sentiment étrange en moi
    Cette impression de douleur
    Alors que j’ignore totalement pourquoi
    Et pourtant je pleure…

    ______________________________________________________________________

    -Tomoe : Shin…
    Elle baissa la tête, confuse.
    -Shin : Oui ? Qu’y a-t-il ?...
    -Tomoe : Rien…ce n’est rien…
    Shin releva la tête de Tomoe.
    -Shin : Qu’y a-t-il ?
    -Tomoe : Je…enfin…je me disais que nous…enfin…rien..
    -Shin : Dis le moi Tomoe…Je voudrais savoir…
    -Tomoe : Faisons un serment toi et moi. Tu veux bien ?
    -Shin : Un serment ?
    -Tomoe : Ce n’était pas une bonne idée…je
    -Shin : Tomoe…je ne sais pas faire de serment…mais dis le moi…
    -Tomoe : Alors répètes après moi : « Tu seras toujours mon amour, tu seras toujours unique maintenant…et pour l’éternité…. »
    Shin lui prit les mains et ils se regardèrent…
    -Tomoe : Tu seras toujours…
    -Shin : …mon amour
    -Tomoe : Tu seras….
    -Shin :…toujours unique…
    -Tomoe : Maintenant….
    -Shin : …et pour…
    Il se regardèrent les yeux dans les yeux et lâchèrent doucement ensemble dans un murmure
    -…l’éternité…..
  • Chapitre 9 (par FBF)
    Riiiiiiiiiiiing ! Riiiiiiiiiiiiiiing !
    -Aoshi : Téléphone !
    -Kei : Tu ne décroche pas ?
    -Shin : Je décroche !
    Aoshi hausse les épaules.
    -Aoshi : C’était pour lui …
    -Kei : Un jour, faudra m’expliquer ….

    Moi qui ne connaît pas les sentiments
    Qu’est-ce donc, ce que je ressens
    J’ai si mal, là, au fond de moi
    Et pourriez-vous me dire pourquoi

    -Sojiro : Encore heureux que je puisse sortir.
    -Chidori : Pourquoi ? Elle est si soûlante ?
    -Sojiro : Disons qu’elle y croit vraiment. … Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en Shin, c’est que ….
    -Chidori : … que tu ressens un malaise en les voyant.
    Sojiro se tourne vers son amie. Il lui fait un pauvre sourire.
    -Sojiro : Je suis si facile à cerner ?
    -Chidori : Non, disons que je ressens la même chose. Je ne sais pas ce que c’est, mais bon … Ils sont heureux, c’est ce qui compte.
    -Sojiro : Heureux, oui. Jusque quand maman va donner la note de téléphone à Tomoe. Là, elle va moins apprécier …
    -Chidori : Elle reste si longtemps ?
    -Sojiro : Hier, alors que nous venions de partir de l’école, elle s’est précipitée sur le téléphone. Juste pour le fun, j’ai mit un compteur …
    -Chidori : Une heure ?
    -Sojiro : Quatre heures et quarante-cinq minutes. Je te passe les secondes …
    -Chidori : Dès qu’elle est rentrée ?
    Le duo s’arrêtent devant la fontaine des amoureux. Chidori s’assied sur le rebord et plonge sa main dans l’eau glacée. Sojiro, lui, reste debout, les mains enfoncées dans ses poches, le regard dans le vague. Doucement, il se tourne vers son amie et lui fait son plus beau sourire.
    -Sojiro : Je te remercie pour ton aide et ton soutient, tout ce qui m’est si précieux et qui est si rare en ce bas monde.
    -… : Alors ? On bronze ?
    Sojiro se retourne et voit Kei, tout sourire et les bras s’agitant tout seuls.
    -Sojiro : Kei …
    -Kei : Alors, les jeunes, on fait une balade en amoureux ?
    -Sojiro : Arrête un peu tes bêtises, tu veux ?
    -Kei: Chidori tu ne serais pas mieux avec moi?
    -Sojiro: Toi t'es vraiment impossible...
    Ils se mirent à rirent à gorges déployées puis Kei s'en alla.
    Chidori rougit comme une lycéenne devant le sourire charmeur et le sous-entendu de Kei. Au loin, près d’un arbre, Urumi s’enfuit en courant.
    Urumi court le plus vite qu’elle peux. Elle se sent mal, sa poitrine est écrasée, son cœur pris dans un étau, des larmes salées lui coulent le long de ses joues et meurent sur ses lèvres, fines, sans couleurs.

    Pourquoi ? Pourquoi ? Eux et non moi
    Qu’ai-je fais pour en arriver là
    Me suis-je mal conduite
    Pourquoi dois-je prendre la fuite


    Elle s’arrête devant un parc. Un jeune couple avec un enfant joue avec le sable fin. A coté, une petite fille et ses amis jouent à colin-maillard. Elle se remet à courir, toujours plus vite, toujours plus loin, évitant les grandes rues et les passants.

    Ne suis-je née que être un faire-valoir
    Pourquoi m’obstiner à sortir du noir
    Je voudrais tant connaître ces sentiments
    Mais je sais que c’est impossible maintenant


    Elle s’arrête, à bout de souffle. Elle ne sait pas où elle est. Soudain, elle remarque qu’elle se trouve près de chez Aoshi et Shin. Leur dire bonjour ? Non. Cela ne sers à rien.

    -… : Urumi ?
    Elle se retourne, le cœur battant.
    -Aoshi : Que fais-tu ici ? Tu t’es perdue ?
    -Urumi : Non … Non, je me promène.
    -Aoshi : Tu es sure que tout vas bien ? Tu veux boire une thé ?
    Urumi se voit dans leur salon, Kei, Shin et Aoshi près d’elle. Non, il se moque d’elle et de son existence.
    -Urumi : Laisse-moi !
    Et elle repart. Elle bouscule Aoshi et court. Ses larmes reviennent, plus fortes, plus nombreuses.
    -Aoshi : Mais que lui arrive-t-il ?

    Il ne me voit pas
    Alors que je suis là
    S’il te plait, dis moi
    Pourquoi elle et pas moi ?

    Shi raccroche, lentement. Il voudrais tant rester avec elle, l’entendre, sentir son parfum, subtil mélange fleur de cerisier avec un touche de vanille ou de jasmin, il ne sait jamais. Il regarde le téléphone. Du plus profond de son être, il voudrait qu’il sonne, que se soit elle, elle qui a autant besoin de lui que lui d’elle.

    Je peux enfin aimer de tout mon être
    Pouvoir manger sous cet hêtre
    Que je puisse continuer de vivre
    Et m’abîmer dans ton bateau ivre


    Le téléphone ne sonne pas, par contre, son estomac lui rappelle son existence.
    -Shin : La nourriture du cœur ne nourrit pas l’homme. …
    Il descend, le cœur allégé, en sifflant une balade, celle qui Tomoe aime tant.
    Tomoe fixe son téléphone. D’un geste rageur, elle l’envoie sur son lit. Pourquoi sa mère avait donc demander qu’elle arrête ? Cela faisait à peine deux heures qu’ils se parlaient. Enfin bon, c’est sa mère, on ne peux pas la changer … Tomoe fouille sous son oreiller et sourit. Cela faisait maintenant plus de deux ans qu’elle aimait Shin. Et voilà plus de deux que sa photo dors, cachée. Elle l’avait prise en cours de gym, alors que Shin s’étirait au soleil, les cheveux en bataille et une légère transpiration coulant sur son front. Elle l’a prit et voulu la déchirer. Elle suspends son geste. Non. Pourquoi ? Elle l’a enfin. Elle peux se permettre de la déchirer.

    Il est là, près de moi, dans mon cœur
    Avec lui, je n’ai plus peur
    Des ces ténèbres qui m’avalait
    Et qui, doucement, me trompait


    Elle la replace sous sons oreiller. Elle s’étire et allume sa radio. Sa chanson préférée passe justement. En rythme, elle fredonne avec la chanteuse …

    Every night in my dreams I see you, I feel you
    Toutes les nuits dans mes rêves je te vois, je te ressens
    That is how I know you go on.
    C'est comme ça que je sais que tu existes.
    Far across the distance and spaces between us
    Malgré la distance et l'espace entre nous
    You have come to show you go on.
    Tu es venu pour montrer que tu existes.
  • Chapitre 10


    -Shin: Bon j'y vais!
    -Kei: Tu vas voir la petite Tomoe c'est ça hein?
    -Shin: Jt'en pose des questions? C'est pas tes oignons!
    -Kei:Oh! Regarde comme tu rougis! Oh! Attends je vais prendre une photo! Ne bouges pas!
    -Shin: J'ai pas le temps! T'as qu'à te défouler sur Aoshi plutôt!
    -Kei: Il est partit tôt ce matin déjà...à la bibliotheque.
    -Shin: Pffff...Celui-là c'est vraiment un sale rat de bibliothèque! Toujours le nez dans ses bouquins! Un jour il se réveillera et il sera vieux et il n'aura rien fait de sa vie!!!!
    -Kei: Et toi tu seras encore au lycée vu les notes que tu me ramènes...
    -Shin: C'est bon! J'me casse! Chui déjà en retard!
    _____________________________________________________________

    Tomoe marchait en direction du parc...
    Elle remarqua alors au snack une silhouette qui lui était familière. Elle alla alors à sa rencontre, elle avait le temps, elle était en avance comme à son habitude.
    -Tomoe: Bonjour Aoshi!
    Aoshi, surpris, sursauta à l'appel de son prénom. Tomoe émit alors un petit rire, un rire léger...mélodieux...
    -Aoshi: B-Bonjour Tomoe! Je ne t'avais pas vue...Tu m'as fait peur...

    Quelle est cette étrange sensation
    Qui remplit mon coeur d'émotion...
    Non... je ne peux pas...
    Je n'en ai pas le droit....


    -Tomoe: Qu'est ce que tu fais?
    Aoshi rougit légèrement.
    -Aoshi: Je me suis pris un petit en-cas, je suis parti tôt ce matin et j'avoue que j'ai un peu faim...
    Et toi que fais -tu Tomoe?
    -Tomoe: Je vais au parc...J'y ai rendez-vous avec ton frere...
    -Aoshi: Ah oui...avec Shin...
    Il se mit alors a regarder la jeune fille et à détailler son visage, la forme douce de ses levres,...

    Tout est confus dans ma tête
    Tout se désagrège peu à peu
    Pour devenir miette
    Dans un coeur malheureux...


    -Tomoe: J'ai quelque chose coincé entre les dents?
    Tomoe le tira subitement de ses pensées...
    Aoshi se mit à rougir et à balbutier quelques non...
    Tomoe lui sourit.
    -Tomoe: Tu veux que je reste un peu avec toi? J'ai encore un peu de temps devant moi.
    Aoshi acquiesça doucement de la tête en espérant....il ne savait pas lui même ce qu'il espérait...
    _____________________________________________________________

    zut! zut! Je suis en retard! Tout ça a cause de cet abruti de Kei!!!
    Shin avançait vite et regardait sa montre frénétiquement à intervalles réguliers.

    Attends moi ma belle j'arrive
    Par delà les voies et les chemins
    J'accours vers toi si douce et compréhensive
    Et pouvoir contre moi te serrer enfin...

    _____________________________________________________________

    Aoshi et Tomoe discutent quand soudain Tomoe réalise que le temps était passé bien vite.
    Aoshi se lave alors.
    -Aoshi: Attends je vais payer et je t'accompagne.
    -Tomoe: Oui merci.
    _____________________________________________________________

    Shin fonçe tête baissée...Il ne veut pas l'attrister en arrivant en retard...Il n'a pas le droit de la rendre malheureuse...Non il n'a pas le droit...

    Tu as penetré mon coeur
    Avec une infinie douceur
    Et tous ces instants magiques
    Font de toi un être unique


    Tellement absorbé par ses pensées il ne remarque même pas qu'il se trouve devant le snack ou se trouvent son frère et son élue. Il ne remarque pas non plus le feu qui est vert....Il ne voit pas non plus la voiture foncer droit sur lui tandis qu'il traverse...
    _____________________________________________________________

    Aoshi se dirige vers Tomoe.
    -Aoshi: C'est bon. Allons-y, je lui dirais que c'est à cause de moi que...
    Aoshi se cramponne à la table...
    Un vertige...non...un pressentiment...grave...
    -Tomoe: Que se passe t-il Aoshi? Tu es tout pâle...
    -Aoshi: Ce n'est rien...un pressentiment...quelque chose va...
    Une femme pénètre alors dans le snack en hurlant, au bord de l'hystérie. Dans le tumulte Aoshi reussi à comprendre ce qu'elle dit...
    -Femme: Vite!!! Appelez les secours!!! Un accident vient d'arriver juste devant!!! Vit...
    Aoshi se redresse et sort en courant suivi par une Tomoe qui ne comprend rien...Des badauds se sont attroupés...Aoshi fend la foule avec agilité et souplesse...Il arrive enfin...Il le voit...
    Mais un cri strident le ramène à la réalité.
    -Aoshi: TOMOE!!!
    La jeune fille s'est précipitée auprès du corps de son bien-aimé. Des larmes ruissellent sur ses joues...
    -Tomoe: Je vous en prie....A l'aide...
    Elle se penche vers lui.
    -Tomoe: Tu n'as pas le droit...Tu m'as promis...Tu m'as promis...Reste avec moi Shin je t'en supplie...Je t'en prie...Je t'aime tant si tu savais...J'aurais du être là avant...Tu m'aurais vue....Reviens...
    Aoshi s'avance vers Tomoe et essaie de l'éloigner du corps ensanglanté de Shin...Shin...son frère...
    -Aoshi: Tomoe...viens avec moi...les secours vont arriver...
    -Tomoe: Non! C'est ma faute! Ma faute! Je ne peux pas le laisser! Il a besoin de moi...Shin...Reste avec moi...je t'en supplie...j'ai tant besoin de toi...non...non...
    Tomoe s'évanouit tout contre le corps de celui qu'elle aime.
    Aoshi tombe alors à genoux et se met à hurler...un cri transperçant la Vie elle-même tandis que de ses yeux jaillissent des larmes..
    -Aoshi: Shin...

    J'ai une douleur sourde en moi
    Une peine que je ne connaissais pas...
    Je ne peux que me maudire
    Car par ma faute vient d'arriver le pire...


    Aoshi se penche sur le corps inerte de Shin..
    -Aoshi: Shin...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 14 2006, 07:02 PM
Message #12


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Itsumademo Issho Part.III (chapitre 11 à 15)
  • Chapitre 11 (par FBF)

    La salle est vide, blanche, aseptisée, impersonnelle. Kei fume une cigarette, histoire d’avoir quelque chose à faire, Aoshi fait les cent pas, parlant du fonctionnement nucléaire, d’une horloge à eau, meilleur moyen de se calmer, du moins, pour lui (Note de FBF : pour moi, il passerait par la fenêtre ^^)(note de Kotoko: Non!Il trop beau pour le jeter par la fenêtre !) . Tomoe, elle, se tord les mains, se jette des coups d’œil vers la porte des urgences. Soudain, la porte s’ouvre sur un vieux médecin, qui jette ses gants de travail. Tomoe se précipite sur lui, tremblant de tout ses membres.
    -Tomoe : Docteur, dites-moi qu’il va bien ! Qu’il va se réveiller ! Qu’il …
    -Docteur : Calmez-vous. Vous n’arriverez à rien dans cet état.
    Il voit Kei jeter sa cigarette. Le chirurgien sort son paquet.
    -Docteur : Je peux ? Plus de quatre heures éprouvantes et stressantes sans cela, je deviens fou…
    Après l’avoir allumée et inhalé le tabac, il regarde les trois personnes.
    -Docteur : Il est vivant, je suppose que cela vous rassure …
    Tomoe se jette sur Aoshi qui reste silencieux. Kei respire enfin et sourit.
    -Docteur : Je vous ai dit vivant, pas sur pied … … Voyez-vous, il a tous pris sur le coté droit. Il s’en sort, heureusement, qu’avec une double fracture de la jambe droite, trois côtes cassées, l’épaule droite déboîtée et le bras, toujours droit, fracturé à plusieurs endroits. Son visage est tuméfié, et quelques organes internes touchés mais sans gravité et puis qui ne le serait pas, après un tel accident.
    Au fil de l’examen, Tomoe perd le peu de couleur qu’il lui reste.
    -Tomoe (voix blanche) : Vous voulez dire que …
    -Docteur : En fait, il n’est pas mort, du moins, cliniquement. Il est dans un coma profond, ceux où il y a peux de chance de refaire surface. Bien sûr, il peux se réveiller demain, sans aucune séquelle mentale, mais il peux aussi ne jamais se réveiller …
    Kei tombe lourdement sur un siège, le plus proche, Tomoe se jette dans les bras d’Aoshi, pleurant toutes les larmes de son corps et ce dernier ne bouge pas, la vérité l’ayant à peine effleurée.

    Pourquoi aujourd’hui
    Pourquoi lui
    Pourquoi pourquoi
    Pourquoi pas moi


    -Docteur: Sachez de plus que s'il venait à se réveiller....peu importe le temps qui se sera écoulé...pour lui le temps s'est arrêté...

    Kei tremble. Il ne pleure pas. Il s’est promis depuis la dernière nui à ne plus le faire. Mais ces larmes ne peuvent pas se contenir.

    D’abords les parents, puis c’est toi
    Je ne comprends toujours pas
    Pourquoi vous et pas moi
    Alors que je suis le plus âgé
    Je devrais être le premier


    Tomoe n’en revient pas. C’est de sa faute. Elle était en retard, elle discutait avec son frère, c’est à peine si elle se demandait où il se trouvait.

    Notre bonheur venait à peine de commencer
    Que tout est déjà terminer, bon à jeter
    Je ne saurais plus j’aimais aimer
    Qui pourrais m’aider
    A vaincre ce chagrin, cette peur
    Qui envahit mon cœur


    C'est alors qu'arrivent Chidori et Sojiro en courant. Tomoe voit son amie et se jette dans ses bras, les larmes sillonnent son visage et tandis qu'Aoshi révèle la situation à ses amis, la vérité commence la réalité commence alors à faire face....En exposant à voix haute l'état de son frère, il prend alors consciences de faits et se met à sangloter...Sojiro retient tant bien que mal ses larmes...Il ne veut pas encore plus peiner sa sœur et son ami en pleurant...
    Kei laisse les jeunes ensembles. Il ne peut pas leurs parler, pas maintenant. La douleur est trop récente. Une personne peux l’aider, une seule. Il a tant besoin d'elle... Il sort au dehors, prend son téléphone portable et compose un numéro, vieux, mais jamais effacé. Doucement, la tonalité le préviens que ce numéro a encore un abonné. Un déclic et une voix de femme, douce à son oreille résonne.
    -… : Bonjour. Je ne suis pas là pour le moment, veuillez me laissez un message après une le bip sonore avec vos coordonnées, je vous rappellerais. … Et sachez, que … peace and love ! BIP
    -Kei : Je sais que tu es là. Mais enfin, ce n’est pas grave, s’il le faut je te rap…
    -… : Kei ? Comment as-tu eu mon numéro ?
    -Kei : Tu n’as pas changer depuis que l’on se connaît. Pourtant, tu m’avais promis de le faire … … tu me manque, Kasumi.
    Kasumi ne répond pas. La dernière fois qu’il lui a dit cela, elle l’avait quitté, brusquement, sans raison.
    -Kasumi : Que se passe-t-il ?
    -Kei : Je ne sais pas … je ne sais plus … je suis si fatigué …
    -Kasumi : Où te trouve-tu ? Veux-tu que je te rejoigne ?
    -Kei (dans un souffle) : Shin …est dans le coma.
    Silence. Kasumi se sent repartir dans le passé.


    Kasumi s’est invitée à la veillée funèbre des parents de Kei. Ce dernier se trouve près des deux corps, entourés de ses deux frères qui n'ont cesse de pleurer. Kei semble totalement dépassé par les évènements. Kasumi s’assied face à lui et s’incline.
    -Kasumi : Je te donne mes condoléances. Je suis navrée pour toi et tes frères.
    Il ne lui répond pas. C’est si exceptionnel. Habituellement, il la couve du regard, ne voit qu’elle...mais là...
    -Kasumi : Si tu as besoin …
    Elle lui tend un main, qu’il repousse avec rage. Ses yeux sont froids, ne lui donnant plus rien d’amour, ne lui révélant aucun sentiment...
    -Kei : Ne me touche pas ! C’est de ta faute tout cela ! Pourquoi aurais-je besoin de l’aide d’une meurtrière ? Ne reviens plus jamais !
    -Kasumi : Mais …
    -Kei : Va-t’en !
    -Kasumi: Kei...je...
    -Kei: Pars! Et ne reviens plus!
    Kasumi se lève, les yeux remplit de larmes.
    -Kasumi : N’essaye plus de me joindre. Tout est fini entre nous ! Je te … déteste !
    Elle s’enfui en courant, laissant un Kei désemparé et deux jeunes enfants pleurant la perte de leurs parents.


    -Kasumi : Tu veux que je vienne ?
    -Kei : Cela te dérange ?
    -Kasumi : Les amis sont là pour ça, non ? Où es-tu ? A l’hôpital ? J’arrive, ne bouge pas !
    Kei raccroche et fixe son mobile. Ami ? Elle avait dit ami. Pas amant, ni couple, ami. Doucement, il rejoint son autre frère, le seul encore conscient.
    ______________________________________________________________________

    J’ai si mal, au fond de moi, je ne sais pas ce que c’est. Et puis, il fait si clair, si lumineux. Où suis-je ? Pourquoi est-ce que je me sens si léger ? Quel est cette odeur étrange ? Un souvenir ancré au fond de moi … Mélange de citron et de lait pour enfant. Ombres qui bougent, qui êtes-vous ? Vous m’êtes si familier …. Attendez-moi ! Tomoe ? Tomoe ! Où es-tu ? Je me sens si seul sans toi, reste près de moi. Ne bouge pas, j’arrive. Mais … et eux ? Qui sont ils ? Pourquoi sont ils ici ? Le serment … tu te souviens, Tomoe ? Notre serment … je l’appliquerais, où que je sois. Alors, s’il te plait, fait de même. Attends-moi, j’arrive.

    Shin se met à courir vers les ombres, ne pensant qu’au présent, oubliant toute promesse faite auparavant.
    ____________________________________________________________________

    -Tomoe : Je peux le voir, docteur ?
    -Docteur : Oui. Mais je vous préviens, il risque de vous … décevoir.
    Tomoe ne fait pas attention et entre dans la chambre. Celle-ci est blanche, aseptisée et où flotte une drôle d’odeur, un mélange d’éther et de malade. Sur le lit, recouvert de bandages et de fils reliés à des machines, Shin vit. Enfin, vit, c’est un grand mot, survivre, c’est plus normal. Tomoe s’approche de lui, tremblante. Elle pose sa main sur celle de son aimé et lui fait un pauvre sourire. D’une voix douce, elle lui parle.
    -Tomoe : Je sais que tu m’entends. Tu m’a promis que jamais rien ne nous séparerait. Moi, en tout cas, je resterais à tes côtés. Toujours … à jamais …
    Elle s’écroule sur le lit et pleure en silence. Aoshi et Kei restent dehors, observant les deux adolescents que tout rapproche mais que tout éloigne. Kei sort s’allumer une cigarette et retrouver Kasumi. Aoshi, lui, reste accoudé au chambranle de la porte, sentant un poids énorme lui serré la poitrine. Il ne sent pas la présence de ses amis..

    Quel est le nom de ce sentiment
    Qui m’étreint le cœur en ce moment
    Il fait si mal, pourtant, je sens
    Une chaleur réchauffé mon cœur
    Glacé depuis si longtemps
    Mais je vous en conjure
    Sauvez-la, mettez-la en lieu sur
    Je ne pourrais pas continuer
    A nier l’évidence
    Mais quel est le nom de ce sentiment
  • Chapitre 12
    Au lycée Sojiro et Chidori rejoignent Aoshi qui semble perdu dans ses pensées…
    Sojiro pose sa main délicatement sur l’épaule de son ami…
    -Sojiro : Aoshi…ça va ?
    -Aoshi : Oui…ça peut aller…enfin je pense…
    Chidori retient ses larmes en voyant la mine triste et pale d’Aoshi…
    Aoshi cherche du regard…
    -Aoshi : Tomoe n’est pas venue….
    -Sojiro : Non pas aujourd’hui….
    -Aoshi : Ca va faire bientôt un mois déjà qu’elle n’est pas venue….

    J’ai détruit ton cœur
    Volé ton bonheur
    Que puis je faire pour toi
    Qui d’un regard me laisse pantois….


    Un peu plus en arrière Urumi avait entendu la conversation…
    Voyant le regard perdu de celui qu’elle chérissait elle se mit à rêver…

    Je serais toujours là pour toi,
    Je te prendrais dans mes bras
    Je chasserai tes peurs
    Et te prodiguerai le bonheur…

    ______________________________________________________________________

    Chez elle, enfermée dans sa chambre Tomoe regardait la photo de Shin…
    Sans cesse ses larmes coulaient…
    Elle ne mangeait plus, ne dormait plus, elle ne vivait plus….un mois…une éternité que son cœur ne battait plus…

    Pourquoi ? Pourquoi ?
    Reste avec moi…
    Je suis si seule sans toi…
    Perdue sans tes bras…


    Elle se remit à pleurer…
    La mère de Tomoe entendit sa fille pleurer au travers de la porte et n’osa pas entrer….
    Elle déposa le plateau sur le sol…
    -Ketsuko : Tomoe…je…je t’ai laissé de quoi manger devant ta porte….
    Puis elle descendit les marches…
    En bas le regard inquiet, Hajime questionnait sa femme du regard….
    Ketsuko secoua la tête doucement…
    Hajime l’a prit dans ses bras…
    Ketsuko se mit à sangloter…
    -Hajime : Viens par là…Elle ne doit pas nous entendre…
    Et il mena sa femme vers le salon.
    Ketsuko leva les yeux vers son mari….
    -Ketsuko : Pourquoi…Si jeune…elle souffre tant…pourquoi doit elle subir tout ça….
    Et elle se remit à pleurer dans les bras de son mari qui n’avait malheureusement aucune réponse à la douleur de sa femme….
    Il se sentait impuissant…
    Lui le père, le mari, le chef de famille n’arrivait pas à consoler sa fille et sa femme….

    De grâce que le Ciel m’entende
    Et qu’il écoute ma demande
    Que la Vie revienne en cette maison
    Et qu’elle revienne à la raison…

    ______________________________________________________________________

    Kei finissait son cours. Il se dirigea vers les vestiaires des filles.
    Il entra à pas de loup…
    Elles étaient toutes sous la douche commune…

    Quelle petite faiblesse
    Que de contempler la jeunesse
    Voir ces futures pécheresses
    Et en admirer la délicatesse


    Puis il ressortit comme il était entré…
    ______________________________________________________________________

    Sur son bureau, les dossiers s’amoncelaient…elle n’avait ni la tête, ni le cœur au travail…
    Elle ne cessait de penser… De son portefeuille elle sortit une petite photo jaunie par le temps… la représentant elle et Kei à cette époque là…..

    -Kei : Kasumi allez viens on va s’amuser !!!
    - Kasumi : Kei… je ne sais pas…enfin…
    -Kei : Alleeeez !!!!!!
    -Kasumi : Bon d’accord….
    -Kei : Ouai ! Je passe te chercher à 14h !!!
    -Kasumi : Oui d’accord…
    -Kei : Bon appétit mon cœur ! A tout à l’heure ! Je t’aime !
    -Kasumi : Moi aussi je t’aime. A tout à l’heure.
    Et Kasumi raccrocha… Elle était nerveuse…
    Que lui préparait il ?....
    Elle alla se préparer à manger…


    Il s’installa derrière son bureau… Pourquoi….Pourquoi l’avait-il appelé…Pourquoi malgré le temps il n’avait pas réussi à l’oublier…Trop de questions qui le chamboulaient…Il prit le cadre photo sur son bureau le représentant lui et ses frères…Shin et Aoshi…Cette fois encore il allait devoir se montrer fort… puis il pris celle représentant sa famille, celle d’avant l’accident…sa vie d’avant…il en sortit une photo cachée derrière la photo familiale…Lui et Kasumi…

    Il était si heureux… Elle avait accepté…
    Il lui ferait passer la plus belle journée qu’elle ait jamais vécue… Il lui prouverait la force de son amour pour elle… Il marchait tout heureux et guilleret….Oui, il lui ferait vivre une journée magique…


    Il arriva à la porte sans même s’en rendre compte et sonna…

    Kasumi entendit la porte sonner…Déjà…Enfin… Elle ne savait pas quoi penser… Nerveuse et impatiente elle ne savait plus quoi faire…Elle ouvrit la porte et sourit à Kei.

    Il la regardait avec un air béat.

    Aujourd’hui est le jour,
    Où je te prouverais mon amour
    Que tes craintes enfin cesse
    Et que nous allions vers l’ivresse


    La jeune fille était embarrassée au plus haut point. Jamais personne ne l’avait regardé ainsi…
    -Kasumi : Arrête de me regarder comme ça…
    -Kei : Attends…
    Il fouilla dans son sac et en sortit….un appareil photo jetable.
    -Kei : Viens ça nous fera un souvenir !
    Et sans même attendre il se posta aux cotés des Kasumi et prit une photo d’eux…
    -Kei : Le cadrage sera pas top mais je m’en fiche…
    Et ils se dirigeaient vers le parc…

    ______________________________________________________________________

    Urumi passa sa journée, comme à l’accoutumée, à observer Aoshi qui discutait avec Chidori mais cette fois une lueur différente brillait dans ses yeux…

    Bientôt viendra mon tour
    De connaître l’amour
    De n’aimer que toi
    Et me blottir contre toi


    Mais elle n’avait pas remarqué Sojiro qui arrivait par derrière.
    -Sojiro : C’est Aoshi que tu observes comme ça ?
    Urumi se sentit gênée d’avoir été surprise. Elle rougit.
    -Urumi : Non ! Ce n’est pas ce que tu crois ! Je…je…
    -Sojiro : Ecoute, Aoshi ne va pas bien pour le moment alors n’essaies pas de l’importuner de quelques manières que ce soit…Est-ce clair ?
    -Urumi : Euh oui…mis euh…
    Des larmes apparurent dans ses yeux. Elle détourna la tête et s’enfuit en courant.
    Sojiro vint rejoindre ses amis.
    -Chidori : Qu’est ce que t’as fait encore ?
    -Sojiro : Moi ? De quoi tu parles ?
    - Chidori : Fais pas l’innocent ! Cette fille est partie en larmes !
    - Aoshi : Ce n’était pas Urumi ?
    -Sojiro : Si…Je l’ai juste taquiné…Je lui ai dit que j’avais vu les résultats des contrôles de maths en salle des profs et qu’elle avait eue une note rouge…
  • Chapitre 13 (par FBF)

    -Aoshi : Bonjour, excusez-moi de vous déranger, mais est-ce que Tomoe est là ?
    -Ketsuko : Oui, elle est dans sa chambre. Mais je ne sais pas si elle voudra te prendre …
    Aoshi ne répond pas. Un petit déclic suivit d’une voix faible, à peine audible.
    -Tomoe : A..Allo ?
    -Aoshi : Tomoe? Kei et moi allons à l’hôpital, voir Shin. Veux-tu venir avec nous ?
    Silence. Il n’entend que sa respiration, régulière.
    -Tomoe : Je … Je viens.
    -Aoshi : Bien. On arrive dans une demi-heure. Tu sera prête ?
    -Tomoe : Bien sur. … Tût Tût …
    Aoshi contemple le combiné. Tomoe semble avoir surmonter sa peine.
    -Kei : Alors, jeune homme, prêt à partir ?
    -Aoshi : On y vas !
    -Kei : Fais attention. Il a neiger. Nous aurons un Noël blanc, cette année …
    -Aoshi (tout bas) : Shin adorait la neige …



    9 ans auparavant

    -Chiaki : Les enfants ! Réveillez-vous !
    -Aoshi : Veux pas me lever !
    -Shin : Moi non plus …
    -Saji : Même si je vous dit qu’il a neigé ?
    Shin saute de son li, entièrement réveillé.
    -Shin : C’est vrai ?! Aoshi ! Lève-toi ! Kei ! Viens ! On vas jouer dehors.
    Kei se traîne jusque dans le couloir.
    -Kei (complètement à la masse) : Arrête de hurler ! Et puis, t’es pas un peu trop vieux pour cela ?
    -Shin : On est jamais trop vieux pour s’amuser, c’est toi même qui me l’a dit !
    Aoshi se lève péniblement et rejoint son frère, excité comme une puce dehors. La neige avait tout recouvert et faisait paraître le jardin à un lieu enchanteur.
    -Aoshi : Shin ? T’es où ? Fais quand même att…
    Il reçoit une boule de neige glacée dans le dos. Il se retourne et voit Shin, une autre boule de neige en main, le regarder en souriant.
    -Aoshi : Toi … tu ne perds rien pour attendre.
    La bataille peut enfin commencer …


    -Kei : Allez ! On se bouge. Tu ne veux quand même pas arriver en retard ?
    Aoshi se réveille et sourit tristement à son frère.
    -Aoshi : J’arrive …
    Ils arrivent à l’hôpital. Shin est toujours dans le coma, ne bougeant pas. Seul son torse se soulève à un rythme normal. Tomoe se rapporte de lui, doucement, tenant sur son cœur son cadeau de Noël.
    -Tomoe : Shin ? C’est moi, Tomoe. Tu sais, aujourd’hui, c’est Noël. Je t’ai donc apporté ton cadeau. J’espère que tu l’aimera. … C’est un médaillon, avec nos noms écrit dessus et une photo de nous deux. Ainsi, tu m’auras toujours près de toi. Je la met là, sur ton cœur.
    Aoshi s’approche. Il s’assied sur un coin du lit et sourit tristement.
    -Aoshi : Moi, je n’ai rien pour toi. Tu me connais, je déteste tout ce qui se rapporte aux cadeaux. C’est tellement … commercial. Enfin, je voulais surtout te dire qu’aujourd’hui, il a neigé. C’est magnifique, je t’assure. L’étang, dans le jardin est gelé et le balcon est recouvert d’une jolie neige, blanche comme une colombe.
    Kei, à son tour, s’approche. Il reste planté à son côté, ne voulant pas s’asseoir.
    -Kei : Et bien, moi non plus, je n’ai rien pour toi. La dernière fois que j’ai oser le faire, tu me la renvoyé dans la figure. J’ai eu trois points de sutures et toi à mon service pendant une semaine. C’était le bon temps …
    Aoshi se relève et sort, suivit de près par son frère.
    -Aoshi : Tu crois qu’il va se réveiller ?
    -Kei : Tu vas me trouver cruel, mais …non. Pour la première fois de sa vie, ton frère est dans un monde parfait. Personne pour le contredire, toi et moi, nous n’existons pas.
    -Aoshi : Et Tomoe non plus …
    -Kei : Qu’en sais-tu ? Il peux très bien être avec elle, enfouis dans les décombres de son esprit. Je l’envierais presque, tu sais. Il n’a plus de problème, il ne s’occupe de rien d’autre que de lui.
    -Aoshi : comme toi …
    -Kei : Pour une fois, tu aurais mieux fais de te taire. Je ne suis pas ce que je suis … je suis plutôt …
    Kei se tait, laissant son regard se vider de toute expression.
    -Aoshi : Oui ? Tu es …
    -Kei : Laisse tomber, cela vaux mieux.
    Tomoe est toujours près de son petit ami. Elle lui tient la main, tendrement.

    Je commençais à peine à vivre
    Je sombre doucement dans la folie
    En voyant, là, ton corps
    Ne bougeant pas, comme la mort
    Je ne cesse de prier pour toi
    Pense-tu un peu à moi
    Reviens-moi, je t’en conjure
    Car rien ne nous séparera, je te le jure


    Elle s’écroule sur son petit ami et verse toute le larmes de son corps.
    -Kei : Aoshi ! Réveille-toi, petit paresseux ! Tu va finir par être en retard.
    Aoshi ouvre d’un claquement sec sa porte et se dirige vers son frère. Celui-ci lui fait un grand sourire et le prends dans ses bras.
    -Kei :Viens dans mes bras, mon petit frère chéri ! Viens me faire un câlin !
    Aoshi se dégage des bras de son frère et le regarde, dégoûté.
    -Aoshi : Tu te sens bien ?! Non mais, hé ! je suis pas comme toi , moi ! Et puis, qu’est ce qui te prends !
    Kei lui fait sa tête de chine battu et commence à pleurer.
    -Aoshi : Qu’est-ce qu’il y a encore ?
    -Kei : Je voulais juste te dire tout mon amour pour toi …
    -Aoshi : Et cela te prends comme ça, à l’instant ?!
    -Kei : Ne me dis pas que tu ne sais pas le jour essentiel que nous somme !?
    Aoshi ne répond pas. Depuis maintenant plus de six mois qu’il ne faisait plus attention à rien. A rien et à personne. Même ses amis les plus proches ne savaient l’aider. Et puis, Tomoe est comme lui. Fermé hermétiquement.
    Kei se jette sur lui.
    -Kei : Nous somme le 14 février ! Le jour de la Saint Valentin ! Comme ose-tu l’oublier ?!
    Aoshi sent la moutarde monter à son nez. Doucement et très froidement, il fixe son grand frère.
    -Aoshi : et toi ? Commet ose-tu te souvenir de ce genre de chose, alors que … que …
    Kei se calme aussitôt. Il adore faire le mariole, surtout devant ses frères, mais le faire, alors qu’une personne, si proche d’eux, est dans le coma, non, il s’arrête. Aoshi enlève ses lunettes, qu’il nettoie, et baisse son regard.
    -Kei : Oui … bon, c’est vrai, tu as raison. Je te le promet, je ne recommencerais plus …
    Ding dong
    -Aoshi: Laisse, j’y vais.
    Kei regarde son jeune frère partir vers la porte. Il soupire et rentre dans le salon.
    Aoshi ouvre la porte et tombe sur une énorme bouquet de fleurs. Une voix aiguë sors de derrière le bouquet.
    -Livreur : Bonjour ! Suis-je bien chez … Mr Satsaki Aoshi ?
    -Aoshi : Heu ... oui.
    -Livreur : Super ! Je me suis pas trompé d’adresse !
    Il lui met d’autorité le bouquet dans ses bras et feuillette son cahier.
    -Livreur : Voyez-vous, je me suis déjà trompé en moins de deux mois, plus de dix fois d’adresse ! Je suis dyslexique, un énorme problème dans mon métier. Et puis, quand j’étais jeune, on se moquait souvent de moi, à cause de cela …
    -Aoshi : Je ne dois pas signer ?
    -Livreur : Impatient de savoir qui est l’heureuse envoyeuse ?
    Il lui fait un clin d’œil entendu.
    -Aoshi (rougissant) : Mais, non….
    -Livreur : Mais ce n’est pas tout. J’ai aussi ceci pour Mr Satsaki Kei. Il habite bien ici ?
    -Aoshi : Oui, c’est mon frère. Bon, donnez-moi tout cela, que je signe et partez. J’ai d’autres choses à faire.
    Le livreur le regarde bizarrement, mais lui donne le formulaire. Aoshi signe, prends tout les paquets et ferme la porte. Il se dirige ensuite vers le salon, où son frère fume tranquillement sa cigarette matinale.
    -Kei : Tiens tiens … déjà des cadeaux de mystérieuses amoureuses ?
    -Aoshi : Arrête un peu, juste une seconde, tu veux ? Et puis, toi aussi, tu en a une !
    Kei le regarde, sans vraiment comprendre. Aoshi lui donne son paquet et se dirige vers la cuisine. Là, il dépose son bouquet dans un vase et regarde la carte.

    Je voudrais être une de tes larmes
    Pour pouvoir naître dans tes yeux
    Vivre sur tes joues
    Et mourir sur tes lèvres


    -Aoshi : Pfff. Encore une de ces groupies, je suppose. Mais …
    Il regarde les fleurs. Lui, passionné par les fleurs, il connaît leur langage, leur façon d’être présentée. Il court chercher son livre et feuillette. Des bleuets, des camélias, des gardénia, des immortelles, des iris flammés, des pensées et des pimprenelles. Il compulse son bouquin et perd ses couleurs en voyant les réponses de ces recherches :

    Bleuets, Charme innocent
    Camélia, Je vous aimerai toujours
    Gardénia, Je vous aime en secret.
    Immortelle Toujours à vous! (Elle ne se fane pas.)
    Iris flammé Je brûle d'amour pour vous.
    Pensée Pensez à moi comme je pense à vous.
    Pimprenelle Vous êtes mon unique amour.

    -Kei : Aoshi ! Alors ? Tu viens ?
    Aoshi se retourne vers son frère et cache son livre.
    -Aoshi : C’était qui ?
    -Kei : Personne. Le directeur de l’école.
    Lui aussi, cache, doucement, la boite en bois, où trônait une magnifique montre en argent ciselé. Derrière l’écran, on avait écrit : Ensemble à jamais

    Puis-je te pardonner
    Après que tu m’ai lâchement abandonné
    Puis-je à nouveau t’aimer
    Et oublier le passé

    De l’autre coté de la ville, entre deux robes, une femme parle au téléphone.
    -Kasumi :Oui ?……………Il l’a reçut ? …………….Bine, c’est tout, je vous remercie.
    Elle raccroche et regarde son œuvre, une magnifique robe de mariée.
    -mannequin :Si je peux me permettre, ma taille est un rien trop lâche, mais sinon, elle est superbe ! Toute les femmes la voudrait !
    -Kasumi : Oui,…….toute les femmes……….
    Pourrais-je un jour réaliser ce rêve
    Que toutes les femmes espèrent
    Voudras-tu signer une trêve
    Et de mes chaînes, tu me libère
    Je voudrais tant la porter
    A notre mariage, l’exhiber
    Comme mon amour
    Qui me torture chaque jour

    Dans une petite pièce, entièrement blanche, recouverte de photo d’un jeune garçon aux cheveux bleus, au regard perçant bleus azur, une jeune fille est couchée sur son lit. Ses longs cheveux châtains éparpillé sur son coussin rose, elle observe une photo, toujours du même garçon.

    Bientôt viendras le jour
    Où nous serons pour toujours
    Réunis sous la même étoile
    Celle de notre bonheur
    Je tisserais la toile
    Qui reliera nos cœur


    Doucement, elle caresse amoureusement la photo, l’embrasse et la repose sur son oreiller, presque religieusement. Elle se couche à côté et s’endors, en souriant.
  • Chapitre 14

    Tomoe errait hagarde dans les couloirs de l’hôpital….8mois déjà… Cela faisait déjà 8 mois qu’elle venait quotidiennement voir Shin à l’hôpital…
    Te rends tu seulement compte de ma présence ? Que vois tu dans ton sommeil ? Ou es tu ?
    Elle marchait…elle attendait que l’infirmière ai terminé ses soins de la journée…Mais elle ne remarqua pas Kei qui arrivait au loin…

    Reviens moi mon amour…
    Toi qui éclairait mes jours
    Depuis que tu t’es endormi
    Dans mon cœur il fait nuit…

    ______________________________________________________________________

    Ketsuko et Hajime attendaient…impatients…Elle se tordait les mains en signe d’anxiété…Lui avait un visage impassible…
    Je me dois d’être fort…pour ma famille…pour elle…
    Ketsuko à présent tordait son mouchoir…
    Est-ce vraiment la meilleure chose à faire ? Avons-nous raison d’agir comme nous le faisons ?...
    Quand soudain la sonnerie de la porte d’entrée firent tressaillirent les parents de Tomoe et Sojiro.
    Ils se regardèrent…
    -Hajime : Allons y.
    -Ketsuko : Es tu sur que…
    -Hajime : Oui. Il le faut…Pour elle…
    Puis ils se dirigèrent vers la porte d’entrée et Hajime tendit la main vers la poignée…
    Le temps paraissait s’être subitement ralenti…
    Ketsuko vit la porte s’entrouvrir petit à petit…sur Aoshi…
    ______________________________________________________________________

    Kei vint à la rencontre de Tomoe.
    -Kei : Bonjour Tomoe. Comment vas-tu aujourd’hui ?
    La jeune fille tourna vers Kei un regard éteint….La vie avait quitté le corps et l’âme de Tomoe le jour de l’accident…
    -Tomoe : Bonjour Kei. Je vais mal…comme toujours…
    -Kei : Tomoe vient t’asseoir avec moi quelques instants il faut que je te parle…
    -Tomoe : Désolée mais je dois attendre…il m’attend là-bas dans la chambre….
    -Kei : J’insiste. Tu sais cela ne changera rien 5 min. C’est le temps que l’infirmière lui refasse son lit.
    Tomoe jeta un regard vers la porte de la chambre.
    -Kei : Tu sais il ne peut rien lui arriver de pire…Puis les infirmières veillent sur lui…Prends donc 5min pour souffler un peu…
    Elle hésita…
    -Kei : allez Tomoe…juste 5 min…c’est important…
    Tomoe se résigna et suivit Kei.
    ______________________________________________________________________

    Dans le salon des Takane, Aoshi discutait avec les parents de Tomoe.
    -Aoshi : Que voulez vous que je fasse ? Je ne peux rien faire.
    Ketsuko depuis le début laissait son mari parler. Elle lui tenait la main ne sachant que faire, quoi dire.
    -Hajime : Ecoute ça fait 8mois à présent qu’elle refuse de suivre ses cours à l’école et qu’elle fait tout par correspondance…ses résultats arrivent a se tenir mais elle ne sort que pour aller passer ses journées à l’hôpital à pleurer…Elle a perdu énormément de poids aussi…
    -Aoshi : Mais vous ne pensez pas que ce serait à vous de lui dire tout ça ? Pourquoi moi exactement ?
    -Hajime : Elle ne nous écoute plus…Elle se terre dans sa chambre, refuse de parler a Sojiro… Je ne sais plus quoi faire…
    ______________________________________________________________________

    Chidori et Sojiro sont dans le parc…
    -Sojiro : Je ne sais plus quoi faire…Elle n’est plus comme avant…
    Des larmes naissent alors dans les yeux du jeune homme.
    Chidori enlace Sojiro qui se laisse à pleurer….
    -Chidori : Je sais bien tout ça Soji…
    -Sojiro : Mais… en même temps je m’en veux tellement….
    -Chidori : Tu n’y es pour rien… Ce n’est pas de ta faute…
    -Sojiro : Chidori…je…j’ai eu envie de le tuer….
    -Chidori : De quoi tu parles la ?
    -Sojiro : Shin…j’ai eu envie de le tuer quand je vois l’état dans lequel est Tomoe….mais je sais bien que…
    Et il se remit à pleurer de plus belle encore dans les bras de Chidori….
    -Chidori : Pleure…Pleure si ça peut te soulager…je serais toujours la si tu as besoin de moi…

    Je serais toujours la pour toi
    N’importe quand, ici ou là-bas
    Je chasserai tes peurs
    Et sécherai tes pleurs


    -Sojiro : Merci Chidori…Merci…
    ______________________________________________________________________

    A l’extérieur de la bâtisse à l’hôpital, Kei sort une cigarette de son paquet…
    Il l’allume, inhale une bouffée et la recrache lentement…
    Son regard se tourne vers cette jeune fille au regard éteint, au corps décharné, au teint pale et aux yeux cernés. Il ne reconnaît plus la jeune fille qui quelque temps auparavant riait et souriait tous les jours.
    -Kei : Tomoe il faut que tu arrêtes de venir ici tous les jours…
    -Tomoe : Quoi ????
    -Kei : Regarde toi… Tu n’as plus que la peau sur les os, tu ressembles…tu ressembles à…
    -Tomoe : Je ressemble à… ?
    -Kei : Un cadavre…un corps sans vie…
    Elle se mit alors à pleurer.
    -Tomoe : Kei je pensais que tu me comprendrais ! Je ne peux pas ! C’est si dur de vivre sans lui !
    Kei l’enserra dans ses bras.
    -Kei : Je ne penses pas qu’il aurait aimé te voir dans cet état là surtout…tu devrais rentrer chez toi prendre une bonne douche et te reposer un peu... Tu viens chaque jour à l’ouverture des visites et ne rentres qu’à la fin…
    -Tomoe : Je ne peux pas…..Je ne peux pas…
    ______________________________________________________________________

    Dans la voiture qui se dirigeait vers l’hôpital, Aoshi regardait le paysage défiler…
    Toi qui fait battre mon cœur
    Toi qui m’a fait voir un bout de bonheur
    Je dois venir encore t’annoncer du malheur
    Et à nouveau briser ton cœur


    Hajime les mains crispées sur le volant essayait de se contenir…Apres tout, il avait raison…ce n’était pas à lui mais à eux de dire à Tomoe ce qu’ils pensaient ….

    Le paysage défilait encore et encore….Puis la voiture ralentit et tourna….Hajime gara sa voiture et stoppa le moteur…
    Je dois le faire….Je dois être fort pour nous tous…
    Ketsuko qui n’avait pas dit un seul mot depuis l’arrivée du jeune homme dans leur maison sortit de la voiture, se plaça auprès de son mari et pressa sa main.
    Pourvu que ce soit la bonne décision…pourvu que nous ne nous trompions pas

    Aoshi descendit de la voiture et devança les Takane.
    Au loin il vit Kei enlaçant Tomoe…

    Tomoe à cet instant releva la tête pour sécher ses larmes et vit Aoshi et ses parents se diriger vers eux. Elle se releva, courut se jeter dans les bras de ses parents.
    En serrant sa fille contre lui Hajime réprima un frisson quand il sentit les cotes de sa fille. Il ne pouvait plus laisser la situation se dégrader ainsi.
    -Hajime : Tomoe nous avons quelque chose à te dire…

    De son coté Aoshi rejoignait Kei.
    -Aoshi : Que faisais-tu avec Tomoe dans tes bras ?
    -Kei : Mais rien voyons ! Elle pleurait et…mais attends…et toi que faisais tu avec ses parents ?
    -Aoshi : Ils voulaient me demander un truc…c’est tout….
    -Kei : Quoi ? Allez dis le moi ! Je suis ton grand frère quand même !!!
    -Aoshi : Non…Même mort je ne te le dirais pas…tu irais raconter ça a je ne sais qui….
    -Kei : Mais Aoshi ! Ne sois pas si cruel avec moi !

    Au même moment Hajime expliqua à Tomoe qu’ils ne souhaitaient plus que la jeune fille passe tout son temps à l’hôpital au chevet de Shin. Mais Tomoe se mit à hurler.

    Aoshi se précipita auprès de la jeune fille. Il ne pouvait supporter de la voir souffrir autant…
    Mais au moment où il arrivait à portée de celle qu’il aimait en secret il la vit s’élancer les larmes aux yeux et courir au loin.
    Il ne prit même pas la peine de réfléchir et se mit à sa poursuite.
    Hajime et Ketsuko appelaient Tomoe.
    Ketsuko pleurait…
    Gâché…nous avons tout gâché…ma pauvre petite fille…
    -Ketsuko : TOMOOOOOEEE !!! REVIENS !!!!! Je t’en prie…..
    Et elle se jeta dans les bras de son mari.
    Kei posa sa main sur l’épaule d’Hajime et acquiesça doucement lui intimant de manière subtile de laisser la jeunesse faire….

    Aoshi rattrapa Tomoe au bout d’un certain moment…
    Je ne me souvenais pas qu’elle courrait aussi vite….
    -Aoshi : Tomoe…
    Tomoe se débattit violemment.
    -Tomoe : C’est toi qui les as ramenés ! C’est ta faute !
    Et Tomoe se mit à frapper le torse du jeune homme.
    -Tomoe : Pourquoi ? Pourquoi ? Je pensais que tu étais mon ami ! Pourquoi ?
    Aoshi ne disait rien.
    -Tomoe : Je te déteste ! Je te déteste ! Je n’ai plus personne qui me comprenne….
    C’est alors qu’Aoshi perdant patience l’attrapa par les épaules et la secoua vivement
    -Aoshi : ARRETE !!! Tu ne comprends pas que c’est déjà assez dur de voir mon frère couché là-bas ? Non ! En plus de ça il faut que toi aussi tu essayes de le rejoindre !
    Tu ne manges plus ! Tu ne vis plus ! Tu t’es regardée au moins ?
    Aoshi pleurait en prononçant ces paroles mais il ne s’en rendait même pas compte…
    -Aoshi : Tu crois que tu es la seule à souffrir ! C’est tout aussi difficile pour moi ! Si ce n’est même plus…
    Tomoe se laissa tomber sur le sol et pleura….Elle craquait enfin…Elle ne pouvait plus retenir le flot des larmes qui inondait son visage…
    -Tomoe : C’est ma faute….C’est ma faute !!!!! Si j’avais été la là peut être que tout cela ne serait alors jamais arrivé ! C’est à cause de moi !!! J’ai perdu ton frère par ma stupidité…
    Aoshi alors la serra contre lui…

    Ne pleure plus ma belle
    Car tu m’es essentielle
    Comment te consoler
    D’un mal que j’ai causé…


    -Tomoe : Aoshi…c’est si dur…Je ne vis plus…je ne fais que survivre dans ce monde froid et injuste….je n’y arrive plus…
    -Aoshi : Pleure si ça peut te soulager Tomoe…mais je t’en prie…pour tes amis…pour ta famille…pour moi…
    -Tomoe : Je ne peux pas…Je n’en ai plus la force…Parfois j’aimerais tellement me laisser…et le rejoindre…Je…
    -Aoshi : Ne dis pas ça ! Pense un peu a nous qui avons besoin de toi ! A tes parents qui t’aiment, à Soji et Chidori qui ne savent plus quoi faire et qui sont morts d’inquiétude…et à moi qui…
    Tomoe releva la tête alors à cet instant plongeant son regard vert dans le bleu des yeux du jeune homme…
    Le vent soufflait une légère brise parfumée….Le soleil rayonnait ce qui faisait ressortir la beauté du regard d’Aoshi…
    Aoshi ne pouvait plus détacher son regard de Tomoe…Elle ne bougeait plus…

    Ce regard si envoûtant
    M’attire comme un aimant
    Mais je sais au fond de mon cœur
    Que je n’ai pas le droit a ce bonheur


    Aoshi contemplait le visage de Tomoe, les traces des larmes passées, la fatigue et les peurs qui s’étaient gravées sur son visage…
    Il ne pouvait plus la laisser souffrir plus longtemps…

    Pardonne moi pour ce que je vais faire
    Pardonne moi de te blesser mon frere
    Mais je ne peux rester ainsi
    Et voir en elle s’évader la vie


    Et doucement Aoshi se pencha vers elle…
    Ils fermèrent tous deux les yeux…
    Enfin il déposa le plus doux et le plus tendre des premiers baisers sur les lèvres de Tomoe.
    Pardon Shin...
  • Chapitre 15 (par FBF)
    Sojiro sourit à Chidori, même si cela ressemblait plus à une grimace. D’une main légère, la jeune fille lui caressa la joue.
    -Chidori : Tu te sens mieux ?
    -Sojiro : Merci à toi … … …d’être là … … … quand j’ai besoin d’une épaule … … …
    -Chidori : Je suis ton amie. A la vie, à la mo…
    Sojiro baissa les yeux.
    Mort … ma sœur est morte … à peine vivante …
    Chidori le regarda, peinée. Sojiro n’était plus le même. Il s’en moquait de Shin. Seule sa sœur comptait.
    -Chidori : Vient. On va boire une tasse de thé ?
    Non … … je ne peux pas penser ainsi. Elle est vivante. Pas encore morte.
    Il attrapa Chidori par le bras et se mit à courir vers le bâtiment public, ne laissant pas le loisir à Chidori de dire quoi que se soit.

    Attends-moi petite sœur
    J’arrive, n’aie plus peur
    Je suis là, près de toi
    Je suis ton frère, rappelle-toi


    ______________________________________________________________________

    Ketsuko pleurait toutes les larmes de son corps. Son mari lui caressait les cheveux, lui murmurant des paroles de réconforts. Kei, lui, était adossé à un muret.
    -Hajime : Ne t’inquiète pas. Je suis sur qu’Aoshi s’en occupe bien …
    Kei jette son mégot à terre et sourit.
    -Kei : Pour s’en occuper, j’en suis sur. Même qu’ils doivent échanger des propos très … disons … instructifs.
    Il se tourne vers le lieu de fuite des deux adolescents.

    Aoshi, je compte sur toi
    J’ai tout misé sur toi
    Je t’en prie, ne me déçoit pas
    Et ne fais pas comme moi


    Hajime regarda d’un drôle d’air Kei.

    Echanger des propos ? Que veux-t-il dire ? Personne ne pourra nous la ramener. Rien ne changera le cour du temps. Rien, ni personne …

    Il enfouit sa tête dans la chevelure de sa femme et se mit à pleurer, pleurer de rage et de désespoir.
    Sojiro dépassa l’entrée principale, pour entrer par le jardin. Plus court, plus pratique. Il avait vu la voiture de ses parents et ne voulait en aucun cas les voir débarquer et se mettre encore à pleurer comme la veille au soir, pendant tout le repas du soir. Il traversa les bosquets, sauta au-dessus des bancs et s’arrêta d’un coup sec. Chidori, entraînée par l’élan de son ami, se prit son dos musclé et jura.
    -Chidori : T’es malade ou quoi ?! J’ai faillit me casser le nez.
    N’obtenant aucune réponse, elle passa sa tête au-dessus de l’épaule de Sojiro et resta bouche bée devant le spectacle.
    -Sojiro : Le salaud …
    -Chidori : Aïe …’tention à la casse …
    Et le jeune adolescent se mit à courir vers le couple.

    ______________________________________________________________________
    Shin, pardonne-moi
    Ne m’en veux pas
    Je ne veux pas qu’elle souffre
    Que, comme moi, elle tombe dans un gouffre


    Aoshi prit le fin visage de Tomoe entre ses mains. Il pouvait sentir ses larmes couler lentement sur ses joues, pour s’écraser sur sa chemise. Elle posa ses mains sur son torse et se laissa faire.

    Qu’est ce que je fais … elle appartient à Shin … non … elle n’appartient à personne …

    -… : Salaud ! Ordure !
    Aoshi releva la tête, interrompant l’instant magique et unique avec Tomoe. Il vit, trop tard, Sojiro se jeter su lui et le frapper au visage. Il tomba à terre et se prit le nez. Ses doigts étaient couverts de sangs.
    -Sojiro : Comment ose-tu !? Ordure ! Salaud !
    -Aoshi : Attends, ce n’est pas ce que tu crois …
    -Sojiro : Ah non ? Tu n’embrassais pas ma sœur, malade de chagrin, qui sort avec ton frère ? Non, je m’emporte, c’est vrai. Ce n’était qu’une discussion disons … très amicale.
    -Tomoe : Soji …
    -Sojiro : Ne te mêle pas de ça, tu veux ?!
    Il se tourna vers son « ami ».
    -Sojiro : Et dire que je te faisais confiance. J’allais te demander de veiller sur elle. Et toi, tu viens, tranquille, et tu l’embrasses ! Si Shin l’apprends …
    Tomoe se jeta sur son frère. Elle pleurait et criait, en proie à une crise d’hystérie.
    -Tomoe : Il ne l’apprendra pas ! Il est mort ! MORT ! Et moi, je vais le rejoindre. Aoshi a juste voulu me faire comprendre que vous vouliez me voir restez en vie. Mais je ne veux pas ! Je veux Shin ! Tu entends ?! Je veux Shin ! Et si je ne l’ai pas, maintenant, je te jure que je … je …
    Sojiro ne répondit pas. Sa sœur pleurait contre lui, ses épaules secouées par ses sanglots. Aoshi était toujours à terre. Il ne comprenait plus rien. Il fusilla du regard Aoshi qui venait de se relever.
    -Sojiro : Comment as-tu osé ?
    -Aoshi : Et bien, pour être très franc, … je en sais pas. Dans le feu de l’action …
    -Sojiro : Dans le feu de l’action, hein ? Et si j’étais pas venu, il se serait passé quoi ?
    -Chidori : Arrête un peu, Soji. Ta sœur avait besoin de réconfort et Aoshi était là, au bon moment.
    -Sojiro : Pour la réconforter, tu l’as fait ! Regarde dans quel état tu l’as mise ?!
    -Aoshi : Je t’arrête. C’est de ta faute si elle pleure !
    -Sojiro : Ah oui …viens me le dire d’un peu plus près si tu es un homme …
    -Aoshi : Avec plaisir …
    Tomoe se réveilla, on ne sait pas par quel miracle, et baffa tout d’abord son frère pour se retourner ensuite vers Aoshi, qui subit le même traitement. Les deux garçons se turent à l’instant même et la regardèrent avec étonnement.
    -Sojiro et Aoshi : Tomoe …
    -Tomoe : Vous deux, bouclez-là !
    Elle foudroya du regard les deux garçons, qui, par instinct (Note de FBF :de protection ?XD), s’étaient rapprochés.
    -Tomoe : Sojiro ! Ne t’avise plus jamais, tu entends plus jamais, de me traiter ainsi ! Tu n’arrêtes pas de me coller ! Quand comprendras-tu que je suis assez grande pour me protéger ? C’est bien simple, tu es invivable. Dès qu’un garçon, autre que toi ou papa, m’approche, tu sors les griffes et tu fais tout pour qu’il parte. Je veux vivre ma vie. Sans toi, sans maman et papa.
    Elle se tourna ensuite vers Aoshi. Ce dernier rentra un peu les épaules, sentant une grosse tempête arriver.
    -Tomoe : Et toi ! Tu es pire que lui ! Tu n’es qu’un sale profiteur. Tu joues les défenseur, les intellos et le gars super gentil avec tout le monde, mais tu es tout à fait l’inverse. Tu embrasses la petite copine de ton propre frère ! Attends un peu. Et si Shin t’avais fait ce genre de coup, qu’aurais-tu fait ? … Non, Shin n’aurait jamais fait ce genre de chose ! Lui au moins, il est sincère ! Pas comme toi ! Tu … tu … profites des filles qui ont besoin de toi, besoin de réconfort ! Tu me dégoûtes !
    Elle tourna les talons et courut vers le parking. Sojiro, Chidori et Aoshi ne disaient pas un mot.
    -Chidori : Pfuu ! Elle vous a remit en place, la petite Tomoe.
    -Sojiro : C’est la première fois que je la vois ainsi.
    -Chidori : C’était à prévoir, tu sais. Tu n’arrêtes pas de la coller. Laisse-lui le loisir de respirer, surtout maintenant.
    -Aoshi : Je … Suis-je comme elle m’a décrit ?
    -Chidori : A quelques exceptions près, oui. Tu es gentil et tout le tralala, mais tu n’es pas méchant. … Même si embrasser la petite copine de son frangin, je trouve pas cela vraiment droit.
    Les deux garçons se regardèrent, penauds. Aoshi voulut chercher Tomoe, mais Chidori l’en empêcha.
    -Chidori : Laisse-là. Tu as déjà fait assez de dégâts. Inutile d’en rajouter.

    ___________________________________________________________________

    Hajime vit sa fille sortir du par cet s’approcher d’eux.
    -Hajime : Ma chérie … tu te sens mieux ? Mais, pourquoi pleure-tu ?
    Tomoe se tourna vers lui, le visage baigné de larmes.
    -Tomoe : Ce n’est rien, papa. Juste une dernière crise. On rentre ?
    -Kei : Tu es sûre que tu vas bien ?
    Tomoe se tourna vers lui, des flammes de colères dans les yeux. Kei fit un pas en arrière.
    -Tomoe : Vous ! Taisez-vous ! C’est de votre faute ! C’est votre conduite immorale qui a conduit Aoshi à faire des choses impardonnable et Shin dans un lit d’hôpital. Tout est de votre faute ! Alors, ne me faites pas de leçon de moral ou autres baratins propre au grand frère aimant et loyal.
    Tomoe se dirigea vers la voiture et ne prononça pas un mot.
    Kei semblait sonné, comme un boxeur après un match. Il se tenait au muret et respirait très vite.

    Elle a raison, je suis coupable. C’est moi qui en ai fait ce qu’ils sont … mais qu’est ce qu’Aoshi a bien pu lui faire ?
    Sojiro était sur ses genoux, il pleurait.

    Je voulais juste te protéger
    Que jamais, tu ne sois blessée
    Que tu ne connaisses que le bonheur
    Mais tout cela, ce n’était qu’un leurre

    En vérité, je suis jaloux
    De ces garçons à qui tu donnes tout
    A qui, librement, tu souris
    Me laissant dans l’oubli


    __________________________________________________________________

    Aoshi regardait au loin Tomoe. Elle était belle, même en pleurs et en colère. Il pouvait ressentir toute sa peine.

    Pourquoi es-tu celle de mon frère
    Pourquoi me prive-tu de l’air
    Pourquoi es-tu si en colère
    Pourquoi, …suis-je si fier

    Je me dois de t’oublier
    Ne plus jamais penser
    A toi, et à notre baiser
    Mais ce serais renier
    Tout mon amour
    Que je garderais toujours
    Qui est juste pour toi
    Ne l’oublie pas

    _____________________________________________________________________

    Chidori observait les deux garçons Tout les deux semblaient au bord du désespoir

    Tomoe, tu es ma meilleure amie
    Pourtant, tu as commis une folie
    Tu as brisé deux cœurs
    Et tu as perdu le bonheur

    Comprendras-tu un jour
    Que ce n’est pas si facile
    Que la vie n’est qu’un fil
    Qui te conduira à l’amour

    Mais tu t’es trompée
    Tu as pris l’autre chemin
    Le frère du destin
    Qui vas-tu aimer ?


    ___________________________________________________________________

    Dans une chambre d’hôpital, un jeune garçon ne bouge pas. Sur son chevet, une chaîne en or brille doucement. Il n’est pas conscient. Mais n’est-ce pas mieux ?…

    De deux côtés de l’hôpital, deux adolescents levèrent la tête vers sa fenêtre et ensemble, prononcèrent deux mots, qui, hélas, arrivèrent trop tard :

    Pardonne-moi Shin …
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 14 2006, 07:12 PM
Message #13


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Itsumademo Issho Part.IV (chapitre 16 à 20)
  • Chapitre 16

    Dans la voiture qui la ramène chez elle Tomoe ne peut s’empêcher de songer à Shin et à Aoshi…à son baiser…
    Il n’est pas toi…
    Pas celui en qui j’ai foi….
    Rien ne saurait jamais t’enlever de mon cœur
    Car tu es mon seul et unique bonheur…

    Pourtant….
    Ce baiser…
    Troublant…
    Cette intimité…


    Elle passe doucement sa main sur ses lèvres…
    ____________________________________________________________

    Chidori est chez elle….Elle repense à cette journée…

    Vas-tu enfin ouvrir les yeux
    Et revoir ce monde merveilleux
    Ou t’enfermer a nouveau
    Dans ton monde, ton cachot…


    Elle se pense à ses amis….à tout ce qui s’est passé depuis….Elle regarde sa main…sa bague…

    2 ans auparavant :

    -Chidori : Tomoeeeeeeee !!!!!
    Chidori accourrait vers son amie.
    -Tomoe : Qu’est ce qui se passe encore pour que tu accourre aussi vite ?
    -Chidori : Ma…ma…ma…
    -Tomoe : Ma…ma ? C’est quoi ça mama ?
    -Chidori : Magasin !
    -Tomoe : Mais de quoi est ce que tu parles ?
    -Chidori : Y a un nouveau magasin au centre commercial ! Viens on y va !
    -Tomoe : Mais les cours finissent dans une heure tu ne préfères pas qu’on y aille après ?
    -Chidori : Nan ! Je veux y aller maintenant !
    Au même moment Shin, Aoshi et Sojiro arrivait ensemble.
    Shin et Sojiro était en train de se battre sur une raison complètement futile encore et Aoshi était encore en train de saturer.
    -Aoshi : De quoi est ce que vous parlez ? C’est certainement plus intéressant que ce que peuvent raconter ces deux la…..
    -Chidori : Y a un nouveau magasin au centre commercial !!!!
    Shin et Sojiro s’arrêtèrent 2 secondes…
    -Tomoe : Et elle veut sécher le dernier cours pour y aller…
    -Shin : Bah qu’elle y aille! Roooo ! Tant qu’elle arrête de crier dans tous les sens !
    -Chidori : T’es méchant avec moi ! T’es méchant tout court !! Et je comprends pas ce que Tomoe te tr…
    Tomoe plaqua sa main sur la bouche de son amie.
    -Tomoe : Chid….Chidori euh …je…je…on y va après les cours ! Euh…
    -Sojiro : Bah je viendrais avec vous tant qu’à faire et on se prendra une glace ?
    -Chidori : Oh oui !!!!!
    -Aoshi : Shin tu voudras venir ?
    Shin jeta un regard vers une Tomoe rougissante et tourna la tête pour cacher les couleurs qui lui montaient au visage.
    -Shin : Ouai…y a pas de raison que je prenne pas de glace moi non plus !
    -Aoshi : Bon bah c’est décidé…
    -Chidori : Ce que ça va être loooong d’attendre !!!!
    -Aoshi : Allez fais un petit effort et dis toi que si tu ne prend pas de note rouge tu ne seras pas ici a bosser et ça te fera du temps dans ce nouveau magasin !
    Aoshi alors sourit à Chidori qui se mit à rougir.
    -Chidori : Oui !
    ____________________________________________________________

    Dans les magasins Chidori cours de gauche à droite et de droite à gauche en s’extasiant.
    -Chidori : Whouahhhh !!! Tomoe viens vite voir ça ! Whouahhhh !!! Ce que c’est beau !!!!!
    Puis elle s’arrêta devant le stand des bijoux….
    Tomoe arriva et fut fort étonnée par le silence de son amie.
    -Tomoe : Que se passe t il Chidori ?
    C’est alors qu’elle aperçut une larme rouler au coin des yeux de son amie….
    -Chidori : Rien…c’est juste que…cette bague…est si…jolie…

    Sojiro arriva en courant.
    -Sojiro : Ca y est les filles la table est prête on attend plus que vous pour les glaces ! Et où est Aoshi ? Il devait venir vous prévenir !!!! Tant pis il nous rejoindra !
    -Tomoe : Oui allons manger ! Hein Chidori ?
    -Chidori : O...oui…
    Puis elle partit avec ses amis et ne quitta cette bague que lorsqu’elle fut trop loin pour la distinguer.

    -Shin : C’est pas trop tôt ! Bon j’ai commandé les glaces ! Mais où est ce baka d’Aoshi encore ? Sa glace va encore fondre !
    -Aoshi : C’est moi que tu traites de baka idiot fini ?
    Aoshi venait d’arriver par derrière.
    -Shin : Mais tu foutais quoi à la fin ?!
    -Aoshi : J’avais une petite course à faire.
    -Chidori : Alors commençons ensemble !
    ____________________________________________________________

    -Chidori : Aaaaaaaaaaaaaaah ! Ca faisait longtemps que j’avais pas mangé une si bonne glace !!!!
    -Tomoe : Oui c’est bien vrai on devrait revenir plus souvent…Pour essayer les autres parfums…
    -Sojiro : Toi des qu’il s’agit de manger…
    -Shin : Je dois vous laisser j’ai un truc a faire !
    Et il partit.
    -Sojiro : C’est fou ce qu’il est rapide quand ça l’intéresse….Mais qu’est ce qu’il fait ?
    -Aoshi : Rien il prend des cours de karaté ou judo, enfin je sais plus trop quoi pour pouvoir me battre un de ces quatre….
    -Sojiro : Il a toujours cette idée en tête depuis tout ce temps ?
    -Aoshi : Oui…
    Et ils continuèrent leur route tranquillement….

    -Tomoe et Sojiro : Bon bah on est arrivé ! A demain !
    -Aoshi : Oui à demain.
    -Chidori : Tomoe je t’appelle quand j‘arrive !
    -Tomoe : Oui !

    Aoshi et Chidori continuèrent de marcher.
    Puis au passage piéton près de Chidori, ils s’arrêtèrent en attendant que le feu passe au rouge.
    -Chidori : Aaaaahhhhh !
    -Aoshi : Qu’est ce qu’il se passe ?
    C’est alors qu’ils furent entourés par 3 garçons d’une vingtaine d’années environ.
    L’un d’eux avait caressé la fesse de Chidori.
    -Mec 1 : Alors ma mignonne, tu nous fait ça a combien ?
    -Mec 2 : Ouai une nana comme toi hein….
    -Chidori : De…de…quoi est ce que vous voulez parler ?...
    -Mec 3 : Allez une poitrine aussi généreuse…Il en déjà profité non ?
    Il montrait alors Aoshi du doigt et approcha sa main du buste de la jeune fille.
    Mais sa main fut stoppée dans son élan.
    Aoshi releva la tête vers le garçon.
    -Aoshi : Si tu t’avise de toucher à un seul cheveu de mon amie il t’en coûtera…
    -Mec 1 : Matez moi ça ! il se prend pour un héro alors qu’il est tout seu…
    VLAM !
    PAF !
    Il enchaîna avec souplesse et rapidité deux coups bien sonnés sur les deux premiers garçons.
    Mais le dernier sortit alors un couteau de sa poche.
    -Mec 3 : Alors tu fais moins le malin la !
    Aoshi s’élança vite et esquiva les coups qui fendaient l’air avant de décocher un bon coup de poing au voyou qui tomba au sol sous la force du coup.
    Les passants regardaient la scène depuis le début sans pour autant intervenir.
    -Chidori : Je…je…
    -Aoshi : Que se passe t il ?
    Et il regarda alors son amie et il vit qu’elle tenait son sac contre elle.
    Un coup de couteau avait lacéré son chemisier. Aoshi rougit et enleva sa chemise et la passa a son amie.
    -Aoshi : Rentrons tu veux ?
    -Chidori : Oui….


    Sur le pas de la porte.
    -Chidori : Aoshi je…je…
    Aoshi sortit de sa poche une petite boite.
    -Aoshi : Tiens…c’est un cadeau. Tu n’as pas eu de notes rouges ce trimestre.
    -Chidori : Merci….et pour tout a l’heure…
    -Aoshi : Ce n’est rien….Tu me rendras ma chemise plus tard !
    Bon je dois y aller car Kei ne va pas tarder à rentrer et je dois préparer le repas !
    Et il s’en alla en saluant Chidori de la main.
    Chidori ouvrit alors la petite boite noir et y découvrit…la bague….
    Elle serra alors cette minuscule petite boite contre son cœur.


    Et c’est ainsi que mon coeur a succombé
    Que je t’ai profondément aimé
    Pourtant rien n’a été comme prévu
    Et une amie en moi tu as juste vu

    ____________________________________________________________

    Chez elle Urumi se préparait….
    Un peu de maquillage, une jolie coiffure, une nouvelle robe….
    Elle avait fait tant d’effort pour pouvoir se payer toutes ses nouvelles affaires, une nouvelle garde robe qui ferait d’elle une femme nouvelle, une femme qu’Aoshi verrait enfin…

    Le temps passe, passe
    Et j’étais lasse, lasse
    Mais à présent tout est fini
    Je me suis enfin ressaisit


    Un sourire de satisfaction se dessinait sur ses lèvres tandis qu’elle se mirait, qu’elle admirait même son nouveau moi….

    Adieu toi qui m’a pourrie la vie
    Adieu à toi l’ancienne Urumi
    Tel le phénix qui renaît de ses cendres
    A vivre je vais réapprendre



    Et elle sortit de chez elle, ignorant sa mère, partant à la conquête de ce qu'elle chérissait depuis tant de temps: Aoshi.
  • Chapitre 17 (par FBF)

    L’adolescente entra dans le parc Kamoboto, celui qui se trouvait en face de chez Tomoe. Elle avait pris soin de regarder si cette dernière se trouvait bien chez elle, seule. Elle sortit son portable et composa le numéro de Tomoe.

    -Urumi : Tomoe ? C’es Urumi …
    -Tomoe : Uru …mi ? Bonjour … Mais, que veux-tu ?
    -Urumi : Je ne peux pas te téléphoner pour avoir de tes nouvelles ?
    -Tomoe : Si, bien sûr. Je vais bien, je te remercie …
    -Urumi : Je suis ton amie voyons, je m’inquiétais pour toi … … … … Tomoe ?
    -Tomoe : Oui ?
    -Urumi : Je sais que c’est dur pour toi … … Shin à l’hôpital, tes parents et ton frère à tes basques, mais je voudrais aussi te mettre en garde.
    -Tomoe : En garde ? Contre quoi ?
    -Urumi : Contre Aoshi. C’est un gentil garçon, attentionné, intelligent, attachant même, mais il cache une sombre personnalité. C’est un vrai égoïste et un salaud de premier ordre.
    -Tomoe Urumi ! Comment ose-tu dire cela ? Et puis, de quel droit ?
    -Urumi : J’ai cru comprendre que vous étiez … disons … assez proches, malgré Shin …
    -Tomoe : Tu te trompes ! Et lourdement !
    -Urumi : Vraiment ? Alors, accepte toute mes excuses. Tu sais, je ne comprends pas toujours tout. Je savais que Aoshi était fort proche de Chidori, à un moment. Mais jamais, au grand jamais, je n’aurais cru qu’il allait t’utiliser …
    -Tomoe : M’utiliser ?
    -Urumi : Oui … Quand il t’a embrassé, Chidori ne se trouvait elle pas comme par hasard là ?
    -Tomoe : Mon frère se trouvait avec elle !
    -Urumi : Oh ne te fâche pas. Je ne te dis que ce que je sais. Mais d’après les rumeurs, il se sert de toi, juste pour faire enrager Chidori.
    -Tomoe : …
    -Urumi : Mais bon, je suis heureuse que tu ne sois pas du tout attirée par lui. C’est vrai, ce serait tellement mauvais pour Shin. Tu te rends compte ? Le tromper avec son propre frère ? Tu imagines ce que l’on pourrait penser de toi ? De vous ? Enfin, il faut que je te laisse. Bisous à toi ma chérie.

    Elle raccrocha et étira ses fines lèvres roses pâles en un sourire mauvais.
    Ma rivale est au tapis
    Mon piège s’est refermé
    La guerre, je l’ai gagnée
    Tu es à moi, Aoshi


    Elle se leva, épousseta sa robe et alla jusque chez Aoshi.
    __________________________________________________________________________

    Kei était attablé à la table du salon, une tasse de thé fumante entre ses longs doigts. Aoshi lui tourne le dos. Il était assit par terre, les yeux dans le vide.

    -Kei : Tu n’as pas ouvert la bouche depuis que tu es rentré. Tu ne veux rien me dire ?
    -Aoshi : …
    Kei but une gorgée de thé et alluma une cigarette. Il observa la flamme vacillante, l’imprimant dans ses prunelles.
    -Aoshi : Je l’ai embrassée …
    -Kei : « Et ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. » Ce n’est pas trop tôt ! Depuis le temps qu’elle te tourne autours !
    Aoshi se retourne d’un coup, les yeux grands ouverts. Son expression était à mi-chemin entre la joie et l’incrédulité.
    -Aoshi : Tu rigoles ? Mais en est tu sur ?
    -Kei : Bien évidemment ça se voit comme le nez au milieu de la figure ! Quoique maintenant je ne sais plus trop…
    -Aoshi : Alors, pourquoi est ce qu’elle sort avec Shin ?
    Kei recracha son thé.
    -Kei : Tu parles de Tomoe ?
    -Aoshi : Bien sur. Pourquoi pas toi ?
    -Kei : Non … enfin, oui, bien sûr, enfin … Tu as embrassé la petite amie de ton frère ?
    -Aoshi : Oui et elle m’en veux. Je la comprends, bien entendu. Je ne suis qu’un salaud …
    -Kei : Tu y vas fort là.
    -Aoshi : J’ai tort ? Je n’aurais pas du ?
    -Kei : Non, pas vraiment. Ce que tu as fait est immoral. Mais en même temps ce n’est pas moi qui pourrais te faire la morale.

    Ding dong.

    -Kei : Laisse … j’y vais …
    Il le laissait seul, face à ses pensées.

    Tomoe, … m’en veux-tu
    Pourtant, j’avais cru
    Dans tes yeux, déceler
    Un sentiment partagé


    Il observa la fumée s’échapper de la tasse. Légère et insouciante.

    Mon cœur est lourd
    Il garde tout l’amour
    Que tu ne veux pas partager
    Et que tu as jeté à mes pieds.


    Soudain, une tache rouge envahit son champ de vision. Il releva la tête et vit une Urumi toute souriante.
    -Aoshi : Urumi ?
    -Urumi : Bonsoir Aoshi ! Cela faisait si longtemps, tu ne trouves pas ? Une éternité presque.
    Maintenant je dois faire l’ingénue pour qu’il ne voie que moi…
    Elle continua à lui sourire et pencha sa tête sur le côté. Elle portait pudiquement son sac à deux mains, devant elle.
    - Urumi : Je ne te dérange pas au moins ?
    -Aoshi : Non, bien sur que non. Où est Kei ?
    -Urumi : Il m’a dit qu’il se trouverait dans la bibliothèque, au cas où tu voudrais le voir.
    Elle s’agenouilla à ses côtés.
    -Aoshi : Que me veux-tu ?
    -Urumi : Initialement, je suis venue te faire la morale.
    -Aoshi : La morale ?
    -Urumi : Tomoe m’a tout expliqué. Votre baiser, ta prise de tête, le « combat » avec Sojiro et bien entendu, sa magistrale baffe …
    Aoshi rougit et baissa la tête. Il gardait encore le souvenir de cette cuisante « défaite ».
    -Aoshi : Tu as bien dit, initialement. Alors, que viens-tu faire ?
    Urumi lui sourit. Elle tritura un pan de sa robe et ne le regarda pas tout de suite.
    -Urumi : Je suis venue pour te faire la morale. Mais quand je t’ai vu, ici, par terre, tu étais si désemparé que je n’ai pas eu le cœur à te la faire. Je ne peux tout simplement pas.
    -Aoshi : Merci, mais je ne veux pas de ta pitié.
    Son ton était cassant et son visage s’était fermé.
    -Urumi : Qui te dit que j’ai de la pitié envers toi ? Bien au contraire, je te trouve bien brave et courageux…
    -Aoshi : Brave ? Courageux ? Attends, j’ai embrassé la petite amie de mon frère !
    -Urumi : Oui, tu es brave. Tu as ouvert ton cœur à une fille, même prise. Mais …enfin…
    -Aoshi : Qu’y a-t-il ?
    -Urumi : Rien…enfin…
    -Aoshi : Tu me caches quelque chose ? Ne te fais pas prier !
    -Urumi Je…je… non, il ne faut pas que je te le dise …
    Aoshi lui prit le bras et la força à le regarder.
    -Aoshi : Quoi ? Dis-moi !
    -Urumi : C’est trop dur, je ne peux pas …
    -Aoshi : Mais vas-y ! Accouche ! …
    Urumi se mit à sangloter.
    Aoshi désemparé regarda alors Urumi.
    -Aoshi : Excuse-moi …mais je…
    -Urumi : Elle … elle t’a traité de salaud … d’égoïste, de…de… profiteur …non, je ne peux pas…
    Aoshi crut que son cœur allait lâcher. Tomoe.
    Elle lui avait vraiment dit cela…
    Urumi souriait intérieurement, pleurait toujours. Il la prit dans ses bras et la berça.
    -Aoshi : Chut … ce n’est pas de ta faute … calme-toi.
    -Urumi : Je sais. … mais te le dire, c’est si dur …
    Elle s’accrochait désespérément à lui.
    Aoshi n’entendit pas la sonnette de la porte ni Kei qui parlait. Soudain, la porte s’ouvrit en silence, sur une Chidori peinée. Elle ouvrit la bouche pour lui dire bonjour mais ne proféra pas un son. Sans qu’Aoshi ne l’aperçoive, Urumi leva la tête et lui fit un sourire mauvais. Ses larmes se turent lentement, mais son corps restait collé à celui d’Aoshi. Ce dernier se retourna lentement, lui aussi. Il vit Chidori, pétrifiée.
    -Aoshi : Que se passe-t-il, Chidori ?
    -Urumi : Tu aurais perdu ta langue ?
    -Chidori : Ho … …je … je … navrée … heu …
    Elle se retourna prestement et courut vers la porte d’entrée. Elle sortit à une vitesse prodigieuse, laissant un Aoshi pantois et une Urumi radieuse.

    Aoshi est à moi
    N’y touche pas
    Ne pense plus à lui
    C’est fini …


    Aoshi se retourne vers elle.
    -Aoshi : Tu sais ce qui lui prend ?
    -Urumi : Non, je ne sais pas. Elle avait l’air si … … bouleversée …
    Aoshi se retourne vers la porte, à l’endroit exact où la jeune adolescente se trouvait.

    Ce regard …
    Fuyant
    Perdant
    Pourquoi elle part ?


    Il se retourne vers Urumi. Elle lui sourit, innocemment. Il lui répond, en lui caressant la main. Elle se lova alors contre lui. Elle ne sursaute pas, au contraire. Elle lève vers lui de grands yeux doux, remplis d’un amour profond et sincère. Il ne comprit pas ce qu’il lui prit. Il se pencha vers elle et l’embrassa, tendrement.

    Pardonne-moi
    Ne m’en veux pas
    Je continue de t’aimer
    Même si ce n’est pas partagé.

    ____________________________________________________________________

    Urumi était aux anges. Aoshi l’embrassait. Son rêve devenait enfin réalité ! Et cette chipie de Chidori avait elle aussi compris le message. Tout était pour le mieux, dans le meilleur des mondes.

    Aoshi, mon aimé
    Mon rêve s’est réalisé
    Tu ne vois pas le bonheur
    Que tu donnes à mon cœur ?


    Elle se serra un peu plus contre Aoshi, qui la prit dans ses bras.

    Serre moi dans tes bras
    Te quitter, je ne pourrais pas
    La vie est si simple, quand même
    Aoshi,…je t’aime

    _______________________________________________________________________

    Tomoe était entrée dans le hall. Elle était venue pour s’excuser de son comportement. Elle ouvrit doucement la porte du salon et tomba sur Aoshi et Urumi, dans les bras l’un de l’autre. Elle ne bougea pas, trop étonnée de ce spectacle. Elle ne comprenait plus ce qu’il se passait…

    -Tomoe : Aoshi ? … … Urumi ?
  • Chapitre 18

    Chidori pleure…Elle erre seule dans les rues…

    Toi qui avait mon cœur
    Toi qui détenait mon bonheur
    Tout s’est volatilisé, enfui
    Quand je t’ai vu avec Urumi…


    Elle regarde sa main…sa bague…Qu’avait elle cru y voir alors ?...Un signe d’un possible amour ? Elle y avait tant cru…tant espéré…Toutefois ce n’était qu’un gage d’amitié…Rien de plus…Ses larmes brouillent sa vue…Que faire ?...Elle ne peut en parler à Tomoe…Elle est si déstabilisée…Pourtant, elle ressent si fort en elle ce besoin de parler…Elle continue d’avancer…
    ____________________________________________________________

    Aoshi pétrifié par la présence de Tomoe resta bouche bée. Urumi jubilait intérieurement.

    -Urumi : Oh Tomoe tu as trouvé du temps pour te libérer ?
    -Tomoe : Euh oui…mais de quoi tu te mêles toi ?
    Urumi serra les dents.

    Tu deviens en ce jour ma grande rivale
    Je te vaincrais de manière brutale
    Je te réduirais à néant
    Et ce sera mon accomplissement


    Urumi se serra encore plus fort contre le torse d’Aoshi.
    -Urumi : Mais pourquoi es tu si agressive ? Je ne t’ai rien fait !
    Ce disant elle se mit à sangloter.
    -Aoshi : Mais Tomoe ça va pas ! Tu débarques comme ça ! Et tu insultes mes invités ! Ce n’est pas parce que tu es la petite amie de mon frère que tu peux tout te permettre sous ce toit !
    Tomoe recula…Blessée par les paroles de son ami…Elle ne comprenait pas la situation…
    -Tomoe : Justement je suis avec ton frère Aoshi aussi ne recommence jamais plus ce que tu as fait ! Est-ce clair ?
    Et elle se dirigea vers Aoshi et le gifla. C’est alors qu’elle remarqua le sourire d’Urumi.
    -Aoshi : Va t’en !
    Et Tomoe partit sans même se retourner.
    Urumi à présent exultait. Elle se tourna vers Aoshi et posa sa main sur sa joue endolorie.
    -Urumi : Si je peux faire quelque chose pour t…
    -Aoshi : Toi aussi va t’en….J’ai besoin de calme…J’ai besoin d’être seul…
    Urumi enragea mais elle parvint à sourire à Aoshi.
    -Urumi : Bine alors je vais te laisser. Je passerais te voir demain après les cours si tu…
    -Aoshi : On verra ça plus tard tu veux ? Je pense que j’ai besoin de solitude en ce moment pour réfléchir…
    -Urumi : Bien…si jamais tu avais besoin d’une épaule ou bien…
    -Aoshi : Ne t’en fais pas pour moi ça ira.
    Et il lui sourit doucement…d’un sourire triste.
    -Urumi : Bien je m’en vais.
    Et elle se hissa sur la pointe des pieds afin d’embrasser Aoshi qui détourna la tête et le baiser de la jeune fille se perdit sur la joue du jeune homme.
    ____________________________________________________________

    Chidori releva la tête et elle remarqua alors qu’elle se trouvait devant la maison des Takane.
    Je ne peux pas…Il est certainement occupé….

    Elle faisait face à son hésitation mais il s’agissait la d’un plus grand dilemme qui se déroulait en elle….
    ____________________________________________________________

    -Sojiro : Maman ! Où est Tomoe ?
    -Ketsuko : Elle est allée voir Aoshi d’après ce qu’elle m’a dit…
    -Sojiro : QUOI ??? J’y vais !
    Il attrapa ses clés au passage et sortit en trombe de la maison.

    BOUM !!!
    -Chidori : Aïe !!!
    -Sojiro : Ouch ! Mais…
    Ils se relevèrent….Et ils remarquèrent alors qu’ils étaient l’un face à l’autre.
    Chidori se mit à rougir fortement et Sojiro passa fébrilement sa main dans ses cheveux en détournant la tête pour que la jeune femme ne remarque pas qu’il était aussi embarrassé qu’elle.
    -Chidori : Je…je…je suis…désolée…je…je…n’aurais pas du être la…je…
    -Sojiro : Non c’est ma faute j’aurais du faire attention et…
    C’est alors qu’il remarqua les yeux gonflés de Chidori.
    -Sojiro : Que se passe t il ? Pourquoi….
    Chidori ne put se retenir plus longtemps et se jeta dans les bras de Sojiro.
    Ainsi elle se mit à déverser le flot de larmes qu’elle essayait de retenir et pleura comme elle n’avait jamais pleuré. C’était …un chagrin d’amour…son premier chagrin d’amour…
    ____________________________________________________________

    Urumi fulminait…
    Si cette garce n’était pas passée je l’aurais enfin peut être eu rien que pour moi…
    Puis elle se mit à sourire….
    Ce n’est pas grave…Ce n’est que partie remise et bientôt…oui très bientôt tu seras à moi…

    Ainsi elle avançait souriante dans la rue…

    Tomoe qui était restée cachée dans une rue à proximité attendait qu’Urumi sorte de la maison des Satsaki.
    Que signifiait ce sourire…Je veux savoir…

    Enfin elle aperçut la jeune fille qui arrivait toute souriante. Tomoe alors fonça droit sur elle…

    Quoi qu’il puisse arriver
    Si tu essayes de t’immiscer
    Dans ma vie, mes amitiés,
    Je te le ferais regretter…

    ____________________________________________________________

    Aoshi était assis sur le rebord de sa fenêtre…
    Il ne cessait de songer à ce qu’Urumi avait dit….

    Si loin mais si près de toi
    Pourtant tu ne me vois pas…
    Pourtant ces mots tranchés
    Font de moi un homme brisé


    Pourtant au fond de lui il ne pouvait y croire….Il repensait à son regard lors de cet unique baiser…mais il savait que cela ne pouvait être vrai…
    ____________________________________________________________

    Sojiro calma Chidori dont les pleurs n’avaient cessé d’augmenter….
    -Sojiro : Chidori…dis moi qu’y a-t-il ? Pourquoi est ce que tu pleures ? Viens avec moi….
    Et il mena la jeune fille à l’intérieur de la maison, oubliant même la raison pour laquelle il en était par ailleurs sorti.

    Chidori s’installa sur le canapé et Ketsuko voyant la scène décida de se faire discrète et alla faire ses courses.
    Sojiro amena une tasse de thé fumante à Chidori et s’assit auprès d’elle.
    -Sojiro : Dis moi Chidori…que…enfin…tu sais que tu peux compter sur moi….
    Chidori regarda alors Sojiro et son regard de jade emplit de sincérité finit de la convaincre.
    -Chidori : Je… reviens de chez Aoshi et…
    -Sojiro : Tu quoi ?????
    -Chidori : Eh bien….
    Elle baissa la tête.
    Sojiro comprit alors qu’il ne pouvait pas laisser sa colère l’emporter et se contint avant de parler.
    -Sojiro : Chidori…je…pardon…continue….
    -Chidori : Je…j’ai toujours été ….amoureuse d’Aoshi….et aujourd’hui….et Urumi….enfin…
    Et Chidori se remit à pleurer…
    -Sojiro : Chuuuuuut….Ne pleures plus…je suis la…..

    Tu as toujours été évasive
    Toi, tes peurs, tes doutes, tes sentiments
    Dissimulant ton vrai toi telle une fugitive
    Mais tout cela va changer à présent


    -Sojiro : Chidori…je te promets que tout ira bien maintenant…
    Oui tout ira bien…Aoshi même si tu es mon ami…mon meilleur ami je ne peux pas laisser les choses tourner ainsi…et Urumi me sera assez utile…
    ____________________________________________________________

    Urumi marchait tout en songeant déjà à une prochaine phase « A la conquête d’Aoshi » et n’avait pas remarqué Tomoe qui se dirigeait droit sur elle.
    Tomoe la poussa subitement.
    -Tomoe : Qu’est ce que tu manigances dis moi ?
    -Urumi (moulinant les bras) : Euh…de quoi est ce que tu parles ?
    -Tomoe : Ne fais pas l’innocente !
    -Urumi : Je ne sais ABSOLUMENT pas de quoi tu veux parler !!!!
    Puis elle ramassa son sac dont le contenu s’était éparpillé sur le sol.
    Tomoe vit alors une photo d’Aoshi.
    -Tomoe : Que fais tu avec cette photo ?
    Et ce faisant elle ramassa la photo et lui brandit sous le nez.
    Urumi se mit à rougir…puis elle arracha la photo des mains de Tomoe
    -Urumi : Rien….et mêles toi de tes affaires !
    Puis Urumi se mit à avancer.
    -Tomoe : JE TE PREVIENS URUMI : NE T’APPROCHE PLUS D’AOSHI !!!!
    Urumi se retourna vivement.
    -Urumi : Et de quel droit ? Hein dis moi de quel droit ? Tu sors avec Shin non ? Alors pourquoi tu t’intéresses autant à Aoshi ? Hein dis moi ?
    Tomoe choquée ne savait pas quoi répondre….

    Oui…pourquoi je m’intéresse a toi…
    Je sais…pourquoi je pense si souvent a toi
    C’est parce que tu es mon ami
    Celui qui m’a aidé dans la nuit….


    -Urumi : Tu ne sais pas quoi dire hein ?
    -Tomoe : Aoshi est mon ami…je ne veux pas le voir souffrir !
    -Urumi : Ah oui ? C’est toi qui le fais souffrir ! Toi !
    -Tomoe : Quoi ?
    -Urumi : Oui c’est toi qui le fais souffrir ! Ses larmes c’est à cause de toi alors TOI ne t’approche plus de lui !
    Et Urumi s’en alla en laissant une Tomoe complètement déboussolée….
    ____________________________________________________________

    Aoshi alla à la bibliothèque rejoindre Kei.
    -Aoshi : Kei je peux te poser une question ?
    -Kei : Bah c’est déjà fait non ?
    Et il se mit à rire seul de sa blague….
    -Aoshi : C’est sérieux…
    Kei comprit alors l’importance que cela avait pour Aoshi et reprit son calme.
    -Kei : Qu’il y a-t-il Aoshi ?
    -Aoshi : As-tu déjà aimé une personne que tu n’aurais pas du ?
    -Kei : Que veux tu dire….tu parle de Tomoe ?
    -Aoshi : Oui et non…As-tu déjà aimé une personne en dépit de tout…en dépit de la souffrance qu’elle te cause ?
    Kei passa sa main dans sa poche et serra son portefeuille.
    -Kei : Oui…il y a très longtemps….

    Pourtant le temps n’a rien changé
    Mon amour ne s’est pas effacé
    Tu es la seule dans mon cœur
    Mais tu es aussi la cause de mon malheur…
  • Chapitre 19 (par FBF)

    Couché sur son lit, les mains derrière la tête, Aoshi repensait à sa conversation avec Kei.

    Deux heures auparavant
    -Aoshi : As-tu déjà aimé une personne en dépit de tout…en dépit de la souffrance qu’elle te cause ?
    -Kei : Oui…cela m’est arrivé…il y a très longtemps….
    -Aoshi : Et qu’as-tu fais ?
    Kei se leva et ouvrit la porte. Il soupira et se retourna, avant de refermer la porte. Il affichait la même expression que lors de l’enterrement de leurs parents. Un mélange de tristesse, de douleur et de sévérité.
    -Kei : J’ai fais un choix. Il fut certes difficile, mais ce fut mon choix.
    Une larme roula sur sa joue.
    -Aoshi : Et … et tu l’assumes ?
    -Kei : Oui, entièrement. Même si mon cœur n’a pas suivit ma raison.


    Même si mon cœur n’a pas suivit ma raison.

    Il se releva et fronça les sourcils. Il prit une photo se trouvant sur sa table de chevet. On pouvait voir Shin, Kei et lui. Ils étaient souriants. Derrière, la mont Fuji les écrasait de toute sa hauteur. C’était le bon temps.

    Même si mon cœur n’a pas suivit ma raison.

    Il sortit en trombe de sa chambre et partit dehors, dans un but inconnu, même pour lui.
    ____________________________________________________________

    -Tomoe : C’est moi ! Je suis rentrée !
    Alors qu’elle enlevait ses chaussures, elle vit une paire inconnue au bataillon de la famille Takane.
    -Tomoe : Soji ? Tu as ramené un copain ?
    Tout sourire, elle entra dans le salon. Il disparut très vite, car remplacé par un étonnement non dissimulé.
    -Tomoe : Chidori ? Mais … que se passe-t-il ?
    Chidori se tourna vers elle, les yeux rouges et le visage humide de larmes. Sojiro était assit en face d’elle, les mains ballantes le long de son corps.
    -Chidori : Tomoe …
    Elle se rendit soudain compte de son état et se mit à rougir violemment et à bégayer.
    -Chidori : En fait … je me suis prise Soji … enfin, tu comprends, pas prise prise, mais on s’est tombé dessus …heu rencontré puis il m’a consolée…
    Tomoe sourit et pouffa un peu devant cette Chidori si intimidée. Elle s’assit à ses côtés et la prit dans ses bras.
    -Tomoe : Quoi qu’il arrive, je suis avec toi. Que s’est-il passé ?
    Chidori renifla une fois et la regarda, timidement.

    Dois-je vraiment te dire
    Ce à quoi j’aspire
    Comment pouvoir t’expliquer
    Tout en gardant ton amitié


    Elle lança un regard suppliant à Sojiro qui reprit le flambeau.
    -Sojiro : Oh, rien de particulier. Sa mère l’a encore traitée de traînée à cause de ….
    Il ne termina pas sa phrase, rougissant comme un adolescent pré pubère (Note FBF : C’est ce que tu es bête tache !) Tomoe ouvrit grand les yeux et serra les dents.
    -Tomoe : Ah elle a dit cela !? Et bien moi, je vais remettre tout cela dans le vrai.
    -Sojiro : Heu … petite sœur, mieux vaux d’abord te calmer. Ensuite, nous aviserons, d’accord ? Au fait, je crois que maman voulait te voir …
    -Tomoe : Tu as entièrement raison, comme d’habitude. J’y vais ! Et toi, Chidori, ne te laisse pas aller !
    Une fois sortie de la pièce, Chidori sourit à Sojiro.
    -Chidori : Ma mère m’a traitée de traînée ?
    -Sojiro : Te moque pas. C’est tout ce que j’ai trouvé sur le coup.
    Il fourra ses mains en poches et regarda par la fenêtre.

    Où que tu sois
    Tu ne m’échappera pas
    Tu a fais pleurer mes amis
    Tu en paieras de ta vie


    ____________________________________________________________

    Urumi claqua la porte d’entrée de chez elle. Elle ne daigna pas sourire à son père, pour une fois rentré de bonne heure. Elle fit le plus de bruit possible et s’enferma dans sa chambre. Une fois sûre et certaine de son isolement, elle hurla de rage et lança le premier bibelot qui tomba sous ma main. L’objet en céramique vola en éclats. Son lit était recouvert de petits morceaux blancs et roses.

    Tu ne l’emporteras pas au Paradis
    Le guerre est déclarée
    Et tu rampera à mes pieds
    Et cela, Foi d’Urumi


    Elle se jeta sur son lit en hurlant de nouveau de rage. Son oreiller finit très vite par ressembler à un torchon mouillé aux longues traînées de mascara. Elle sanglota un moment, puis releva la tête et sourit au poster en face d’elle. Aoshi lui montrait son plus beau profil en souriant.

    Aujourd’hui, mon plan s’est enclenché
    Même ma rivale ne peux le nier
    Je me suis jurée de t’avoir
    Et sache que j’en ai le pouvoir


    ___________________________________________________

    Aoshi marchait seul dans la rue, la tête rentrée dans les épaules. Il repensait à la scène qui avait eu lieu dans son salon. Urumi, Chidori et Tomoe. Trois filles, trois femmes, trois amies.

    Pourquoi est-ce si compliquer
    Dois-je vraiment faire un choix
    Entre trois amies en qui j’ai foi
    Je ne veux pas blesser …


    Il s’arrêta devant une fontaine. Un couple s’embrassait devant et riaient aux éclats Il revit son frère, rire lui aussi, sa moue quand il était en colère, sa joie quand il voyait Tomoe …

    Pourquoi ce bonheur m’est-il interdit
    Qu’ai-je fait pour aimer
    Celle pour qui mon frère se serait tué
    C’est ma faute s’il n’est plus en vie


    Il s’accroupit face à la rambarde de la fontaine, posa son front sur la pierre froide et se mit à sangloter, laissant les trois visages se superposer pour n’en former qu’un seul …

    _________________________________________________________

    Tomoe rangeait les verres et autres vaisselles. Sa mère la bombardait de questions auxquelles elle répondait elle-même. L’adolescente ne l’entendait pas vraiment. Se contentant de signes de la tête ou de la main. Son esprit était ailleurs.

    « Tu sors avec Shin non ? Alors pourquoi tu t’intéresses autant à Aoshi ? Ses larmes c’est à cause de toi alors TOI ne t’approche plus de lui ! »

    Ses paroles résonnaient encore dans sa tête, comme un glas annonçant la mort prochaine d’une personne proche. Oui, pourquoi s’intéressait elle autant à Aoshi ? Pourquoi aimait elle être à ses côtés ? Pourquoi ne l’avait elle pas de suite repoussé ? Pourquoi ?

    Je ne comprends plus rien
    Qui suis-je sensée aimer
    Qui suis-je sensée détester
    A qui donnerais-je ma main


    -Ketsuko : Ma chérie ? Tu m’écoutes ?
    -Tomoe : Oui, maman.
    Elle lui sourit, répondit à sa question et se replongea dans ses sombres pensées.

    ___________________________________________________________

    Urumi raccrocha son téléphone et sourit. Son chagrin était passé. Son plan avait fonctionné. Il ne restait plus qu’à mettre la dernière couche et il se jettera à ses pieds.

    Tomoe est hors circuit
    Et a rejoint Chidori
    Alors que je commençais à m’amuser
    Les dés en sont jetés


    Elle s’engouffra dans la salle de bain où elle passa le reste de la soirée.

    ____________________________________________________________

    -Chidori : Quand as-tu parlé à Aoshi ?
    -Sojiro : Mmmmm ?
    Sojiro affichait un air innocent. Mais on ne trompe pas sa meilleure amie.
    -Chidori : Soji …
    -Sojiro : Bon d’accord, mais tu ne dis rien à ma sœur...
    -Chidori : Tu peux me faire confiance.
    -Sojiro : Urumi vous a fait un plan de très mauvaise qualité. A moi de rétablir l’ordre des choses. C’est une ratée et une moins que rien. Je vais lui faire ce qu’elle vous a fait, sauf que je triple l’intensité, juste pour le fun.
    Chidori le frappa gentiment.
    -Chidori : On ne se venge pas avec la force avec une femme. On ne la frappe pas, même avec une rose.
    -Sojiro : Qui a dit que j’allais utiliser la force ? Seul mon cerveau diabolique est en marche.
    Il lui sourit de toutes ses dents. Chidori lui répondit mais se figea.

    Ses yeux, ils ont verts. Je ne l’avait jamais vu ainsi …


    -Sojiro : Hé, Chidori ! Tu rêves ?
    -Chidori : Hein ? Oh, non. Juste un peu fatiguée. Cela passera.
    Elle se leva et le salua.
    -Chidori : Tu salueras ta sœur pour moi ? Je dois y aller. Mes parents ne savent pas où je suis et ma mère doit avoir déjà appelé l’armée pour me retrouver. Allez, on se voit demain ?
    Elle lui fit la bise et partit, comme si le Diable était à ses trousses.
    -Tomoe : Dis-moi, pourquoi fais-tu cela ?
    -Sojiro (sans se retourner) : De quoi parles-tu ?
    -Tomoe : Ne me dis pas que tu iras jusqu’à lui faire du mal ?
    -Sojiro : Pour une fois, réfléchis. Irais-tu jusqu’à me demander de pardonner à ton meurtrier ? Non. Chidori est mon amie et je ne tolérerais pas qu’une personne en lui fasse du mal. Même si c’est une autre amie.
    Il sortit de la pièce et monta dans sa chambre, claquant la porte sèchement.
    -Ketsuko : Ma chérie ? Que se passe-t-il ?
    -Tomoe : Rien maman. Juste une petite « discussion » avec Soji.

    Qu’ai-je fait ? Qu’ai-je dit ?
    Suis-je jalouse de Chidori ?
    Ils ont le droit d’aimer
    … et moi de les jalouser


    _____________________________________________________________

    A l’hôpital, dans la chambre réservée à Shin.
    Dehors, la nuit tombe doucement. Les infirmières de jour passent le relais à celle de nuit. Les médecins discutent des grands cas dans le couloir, échangent les nouvelles de leurs familles respectives. Soudain, la chambre, auparavant noire, s’alluma et fut envahie par une nuée de médecins et d’infirmière.

    -Médecin1 : Vite ! Son pouls !?
    -Infirmière1 : 50 pulsations minutes* !
    -Médecin2 : Respiration ?
    -Infirmière2-3 : Faible, voire inexistante.
    -Médecin3 : J’avertis la famille ?
    -Infirmière2 : D.Uchimaki, risque flagrant d’anévrisme** !

    Le corps inanimé de Shin se mit a convulser et il arrachait presque ses fils et raccordements aux machines.

    -Médecin 1 : Vite, attachez le au lit !

    La nuit ne faisait que commencer …
    *Pulsation moyenne d’un adulte : 75/minute
    **Un anévrisme est une dilatation anormale d'une artère qui amène une fragilité de sa paroi : l'artère risque de se rompre à la longue et entraîner une hémorragie pouvant être mortelle.
  • Chapitre 20

    Dans le bloc opératoire tout le monde s’affairait sur le corps de Shin dont la tension et le pouls allaient en décroissant….
    -Chirurgien : Vite amenez moi le défibrillateur !
    -Infirmière 2 et 3 : Oui !
    -Chirurgien : Qu’on prévienne sa famille qu’il va devoir être opéré d’urgence !
    -Infirmière 1 : Oui !
    Et le chirurgien s’installa auprès du corps de Shin allongé sur la table.
    -Chirurgien : Préparez une anesthésie générale.

    Pendant ce temps la le chirurgien enfila masque et gants puis revint auprès de la table et regarda les internes
    -Chirurgien : Vous êtes prêts ?
    _____________________________________________________________________

    Kei faisait les cents pas dans la salle d’attente…
    Il avait essayé de joindre Aoshi mais son portable ne répondait pas alors il s’était résolu à lui laisser un message….
    Il avait également appelé Kasumi…
    Il avait besoin de parler…Mais qui mieux qu’elle pouvait le comprendre ?....
    Kasumi arriva les cheveux ébouriffés, haletante…Elle venait de courir…
    Sans même réfléchir Kei la serra contre lui…

    Serre moi fort…
    Viens auprès de moi
    Pour empêcher la Mort
    D’ôter une partie de moi…


    -Kasumi : Kei…je…
    -Kei : S’il te plait ne dis rien…
    Et il se laissa à verser des larmes dans les bras de Kasumi…

    J’aimerais tant pouvoir te sauver
    Effacer et reconstruire notre passé
    Mais tout ceci est impossible
    Et je ne suis pas infaillible…

    _____________________________________________________________________

    Aoshi rentra chez lui…plus perdu que jamais…Que devait il faire ? Elles étaient ses amies…mais celle qui avait son amour était la promise de son frère….
    Aoshi surpris de ne pas voir Kei arriver et le questionner se demanda se qu’il se passait…
    Mais quand il arriva à sa chambre il remarqua son portable sur son lit qui clignotait…
    Il prit son téléphone et appela le répondeur….

    « Vous êtes sur le répondeur de Satsaki Aoshi. Je suis indisponible pour le moment mais laissez moi un message et je vous contacterai dès que possible. –Biiiiiiiiiip-
    Aoshi…c’est moi…Kei…je suis à l’hôpital…Shin…est en salle d’opération…. »

    Aoshi laissa tomber son téléphone…
    Comment avait il pu être si égoïste et ne penser qu’à lui-même alors que son frère était entre la vie et la mort….Il ramassa son téléphone et appela un taxi.
    En attendant le taxi il appela Tomoe afin de la prévenir…
    Le taxi s’arrêta devant la maison des Satsaki et Aoshi pénétra dans la berline, indiquant au chauffeur l’hôpital en passant par la maison de Tomoe.
    _____________________________________________________________________

    Sojiro se dirigeait vers la maison d’Urumi…

    Tu ne me laisses pas d’autres choix
    Que de te faire payer ce que tu as fait
    Car elle représente tout pour moi
    Et c’est son cœur, son âme que tu as blessé…


    Il arriva devant la porte des Myôjin. Il sonna et attendit….
    Ayuko ouvrit la porte.
    -Sojiro : Bonjour Madame Myôjin. Est-ce qu’Urumi est la s’il vous plait ?
    -Ayuko : Urumi ? Oui bien sur entrez…Je vais la chercher.
    -Sojiro : Merci.
    Et il entra dans la maison attendant qu’Ayuko aille chercher sa fille…
    Dans l’entrée de la maison on pouvait apercevoir de nombreuses photos d’Ayuko et de Makoto avec Urumi jeune, puis Urumi maintenant.
    Sojiro regarda toutes les photos…
    Elle semble si choyée par ses parents…pourtant il reste dans son regard un voile de tristesse et ce depuis son enfance…
    Il n’entendit pas Urumi descendre.
    -Urumi : Bonjour Sojiro ! Que viens tu faire ?
    Sojiro releva la tête et n’en crut pas ses yeux…Ou étais passée la vraie Urumi…la gentille et banale Urumi ? Devant lui se dressait une jeune fille habillée avec des vêtements dernier cri, du maquillage…Que s’était il passé pour qu’elle change autant ?...
    -Sojiro : Bonjour Urumi ! Je ne t’avais pas reconnue ! Tu as changé…Ma foi…
    -Urumi : N’est ce pas ?
    Et elle sourit.
    -Sojiro : C’est juste que cela fait un peu trop un changement brutal pour moi…
    -Urumi : Tu n’aimes pas ?
    -Sojiro : Si si ! Mais…enfin ce n’est pas pour ça que je suis venue te voir… On pourrait parler ?
    Urumi se retourna et regarda sa mère puis elle sourit à Sojiro.
    -Urumi : Sortons !
    Et elle attrapa sa veste et ouvrit la porte.
    -Sojiro : Au revoir Madame Myôjin.
    -Ayuko : Au revoir. Urumi à quelle heure comptes tu rentrer ?
    -Urumi : Je ne sais pas.
    Et Urumi sortit de la maison avec Sojiro qui la suivait et qui n’en croyait pas ses yeux de voir Urumi ainsi métamorphosée…
    _____________________________________________________________________

    Aoshi arriva à l’hôpital avec Tomoe bien que ses parents lui en avaient interdit l’accès.
    Quand il arriva il rejoignit Kei en courant.
    Kei à la vue de son frère l’enlaça. Il se retenait de verser plus de larmes qu’il n’en avait déjà versé.
    Aoshi fut de prime abord très étonné de l’attitude de son frère aîné puis il comprit qu’il s’agissait là de sa manière d’exprimer ses peurs, ses doutes mais aussi sa peine.
    Aoshi alors serra son frère contre lui. Puis ils se relâchèrent….Ce moment leur avait paru une éternité, éternité durant laquelle ils avaient su se comprendre, éternité durant laquelle ils étaient devenu si proches l’un de l’autre, rien ni personne ne pouvait comprendre à quel point ils se ressentaient l’un l’autre. Tomoe et Kasumi pendant ce temps la s’étaient saluées. Kei remarqua alors Tomoe. Cette dernière le salua. Mais Kei se retourna vers son frère.
    -Kei : Aoshi, que fait Tomoe ici ? Tu sais bien que ses parents lui en ont interdit l’accès….Ce ne serai…
    -Tomoe : Kei, je remercie vraiment Aoshi de m’avoir prévenue. Si je n’avais pu être la durant cette épreuve pour vous et pour Shin je pense que j’en aurais terriblement souffert…
    -Aoshi : D’ailleurs Kei qui est cette personne qui t’accompagne ?
    Kei attrapa Kasumi par la main et l’attira auprès de lui.
    -Kei : Aoshi je te présente Kasumi une amie de longue date. Kasumi je te présente mon frère Aoshi. N’est ce pas que cela se voit ?
    Aoshi salua Kasumi respectueusement et Kasumi le salua elle aussi.
    -Aoshi : Une amie de longue date qui n’est jamais venue à la maison cela m’étonne de toi Kei…Puis de quoi qui se voit ?
    -Kei : Bien en fait nous nous étions quelque peu perdus de vue…Puis ce qui se voit ? Bah qu’elle est de longue date ! Voyons regarde la bien ! D’ailleurs je compte l’épouser car à son age cela m’étonnerait fort qu’elle réussisse à se trouver un mari !!!
    Puis il partit dans un éclat de rire.
    Kasumi se mit à rougir fortement et alla frapper Kei qui riait.
    -Kasumi : Arrêtes de dire des sottises pareilles ! Je ne suis pas si vieille que ça ! Puis j’ai un an de moins que toi !

    Pourtant si seulement cela pouvait être vrai…
    Si ton cœur encore maintenant m’aimait…
    Pourtant rien n’est réel dans tes paroles
    Ta déclaration elle-même est frivole…


    Kei regardait Kasumi s’empourprer…

    Si seulement rien ne s’était passé…
    Si seulement je pouvais continuer à t’aimer…
    Pourtant ce ne peut être le cas
    Car dans le passé tout s’est fini avec fracas….


    Aoshi alla chercher des boissons avec Tomoe.
    Ils revinrent et distribuèrent les breuvages.
    Aoshi regarda Kei qui semblait perdu dans ses pensées…
    -Aoshi : Kei à quoi songes tu ?
    -Kei : Mais…à mon mariage voyons ! Kasumi serait rayonnante !!! Ha ! Ha ! Ha ! Puis c’est une belle saison le printemps pour un mariage ! Les cerisiers, la rentrée…les étudiantes ! Oh ce serait le paradis !
    Kasumi mit un coup de coude à Kei qui manque de renverser son gobelet.
    -Kasumi : Eh ! Ne m’associe pas à tes rêves pervers !

    Et surtout ne me donne pas l’illusion qu’un jour
    Nous pourrons encore nous aimer….d’Amour….


    Tout le monde fut pris de fou rire….
    Mais un chirurgien sortit du couloir et s’avançait vers eux….
    _____________________________________________________________________

    -Sojiro : Urumi ou voudrais tu que nous nous installions ?
    Ils étaient dans le parc près des buvettes.
    -Urumi : Je…une glace…j’aimerais assez prendre une glace ! Pas toi ?
    -Sojiro : Humm…oui pourquoi pas ? Cela fait assez longtemps que…
    Depuis l’accident en fait…
    Urumi joyeuse s’empressa d’aller s’installer suivie par Sojiro.
    -Sojiro : Que souhaites tu comme parfum ?
    -Urumi : Voyons…eh bien…à l’orange !
    Sojiro alla payer les glaces et revint s’asseoir auprès de la jeune fille.
    -Sojiro : En voila une à l’orange !
    Puis il s’assit face à Urumi.
    -Urumi : Oh ! Tu en as pris une à la fraise ? D’habitude tu en prends à la vanille !
    -Sojiro : Oui c’est vrai mais il n’y avait plus de parfums vanille alors…Et…
    Sojiro resta interdit quelques instants.
    -Urumi : Qu’y a-t-il Soji ?
    -Sojiro : Urumi…Comment sais tu que c’est parfum vanille que je prends d’habitude ?
    -Urumi : Eh bien je….je…tu as certainement du me le dire ! Voila !
    Zut je me suis trahie…espérons que ça va marcher…
    -Sojiro : Non je ne te l’ai pas dit.
    -Urumi : alors ce doit être Tomoe ou Chidori…
    Sojiro attrapa la main d’Urumi et il la regarda droit dans les yeux.
    -Sojiro : Urumi…dis moi la vérité…
    Urumi baissa la tête, confuse devant tant d’amabilité et de compassion venant de la part de Sojiro…
    Doucement elle se mit à pleurer…Les larmes glissaient sur son visage presque imperceptiblement…Mais il le remarqua. Urumi ne pouvait plus se retenir…Comment mentir à quelqu’un qui savait vous percer à jour avec tant de gentillesse….
    -Urumi : Je le sais car…je…je…je vous suivais….
    -Sojiro : Tu nous quoi ????
    Urumi rentra sa tête entre les épaules et pleura encore plus…
    Sojiro voyant son amie ainsi se racla la gorge.
    -Sojiro : Humm….Urumi je ne t’en veux pas. Seulement je ne comprends pas…PPourquoi nous suivais tu ?
    -Urumi : Je voulais savoir ce qu’il aimait, ses goûts…Je voulais le voir rire…J’aimais le voir naturel…J’aimais le voir tout simplement…
    Sojiro se souvint de ce que lui avait raconté Chidori.
    -Sojiro : Aoshi hein…
    -Urumi : Oui…lui…
    -Sojiro : Alors pourquoi ne venais tu pas nous rejoindre à table ?
    -Urumi : Aoshi ne m’a jamais vu…Du moins pas comme je le désirais…
    Et devant l’aveu de cette cruelle vérité…De l’entendre de sa bouche même Urumi pleura longuement….
    Sojiro se leva et fit le tour de la table, il enlaça Urumi.
    -Sojiro : Chuuuuuut ne pleures plus…

    Toi mon meilleur ami
    Toi mon pire ennemi
    Tu ne vois pas
    Ce qu’il y a devant toi…


    Et Urumi s’engouffra dans les bras de Sojiro.
    -Sojiro : Ca va aller…ça va aller…
    Et intérieurement il se jura de réussir à faire son possible pour venger Chidori, aider Urumi et éloigner sa sœur d’Aoshi….Il avait trouvé La solution…Il savait ce qu’il devait faire et que les plus petits détails allaient être une petite partie de rigolade….
    _____________________________________________________________________

    Kei et Aoshi virent le médecin se diriger vers eux.
    -Dr. Uchimaki : Mr. Satsaki…Je sors juste du bloc…et j’ai deux nouvelles pour vous. Comme vous le savez nous avons du opérer votre frère en urgence. Shin présentait un caillot de sang important suite à son accident et de son trauma à la tête. Nous pensions qu’avec le temps ce même caillot se serait résorbé de lui-même mais il nous a fallu intervenir car cela ne s’est pas passé comme nous le pensions.
    -Kei : Alors Shin ?...
    -Aoshi : Comment va mon frère ?....
    -Dr. Uchimaki : Eh bien…j’ai une mauvaise et une bonne nouvelle à vous annoncer….
    -Aoshi : La bonne !
    -Dr. Uchimaki : Eh bien…l’opération a été un franc succès. Votre frère s’en est sorti….
    -Aoshi : Merci mon Dieu…
    -Kei : Attend Aoshi. Quelle est la mauvaise nouvelle ?
    -Dr. Uchimaki : Eh bien Shin est toujours dans le coma est son état a empiré…Il est au stade 3 c'est-à-dire qu’il est fort improbable qu’il se réveille un jour…
    Tomoe avait suivi la conversation sans mot dire mais à l’annonce de cette nouvelle elle tomba à terre.
    -Tomoe : NOOOOOOOOONNNN !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 14 2006, 07:19 PM
Message #14


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Itsumademo Issho Part.V (chapitre 21 à 25)
  • Chapitre 21 (par FBF)
    Tomoe était assise au chevet de Shin. Le soleil pointait ses premiers rayons, caressant paresseusement le visage de l’adolescent. La pièce était silencieuse, seul le moniteur cardiaque lui donnait un semblant de vie.

    Pourquoi restes-tu silencieux
    Pourquoi n’ouvres-tu pas les yeux
    Fais moi un signe, n’importe quoi
    Prends-moi dans tes bras

    Elle lui caressa la joue, amicalement. Sa peau était chaude, pourtant, la jeune fille sentait un froid entre elle et lui. Comme une frontière, un gouffre qui s’amplifiait de minute en minute.

    Mon amour, je t’aime tant
    Je dois vivre, même sans toi
    Mais sache que je ne t’oublie pas
    Et cela, j’en fais le serment


    Tomoe l’embrassa sur le front et sortit, sans un regard derrière elle. Ainsi, elle ne vit pas une larme perler au coin de l’œil de Shin, scintiller dans la lumière et mourir, seule, dans les replis de l’oreiller.
    ____________________________________________________________

    -Kasumi : Et voilà ! Vous m’en direz des nouvelles ! C’est une recette qui se transmet de génération en génération …
    Elle déposa devant les deux frère le plat de salade de riz et leur sourit.
    -Aoshi : C’est très gentil à vous, vraiment. Vous nous avez aidé, alors que nous n’avons rien à vous offrir en échange …
    -Kasumi : Ce n’est vraiment rien. Kei n’était pas en état de conduire hier et …
    -Kei : Kasue-chérie, c’est divin ! Je n’ai jamais mangé un truc pareil …
    -Aoshi : Comment oses-tu être si familier avec elle ??? Franchement Kei desfois tu m'exaspère...
    -Kei : Mais … je dois l’habituer au doux son de ma voix ainsi bien entendu de ses futurs petits noms …
    Kasumi suspendit son geste. Elle regarda avec une tendresse non-dissimulée les deux frères.

    Kasue … Comme autrefois
    Est-ce pour mieux mes blesser
    Ou me faire espérer
    S’il te plait, explique-moi


    Elle lui servit une deuxième part et lui fit son sourire "tu-es-mon-dieu-je-suis-à-toi".
    -Kasumi : Je suis ravie que cela te plaise mon ange …

    Kei lui sourit et prit son bol.

    Quel est ce frisson le long de mon corps
    Pourquoi son sourire me rends-t-il plus fort
    Je le croyais perdu dans les décombres de mon cœur
    Ce sentiment qui, lentement, m’effleure

    Aoshi contemplait les deux adultes. Ils semblaient tout deux perdus dans leurs pensées. Il se leva et sortit de la pièce, sans qu’aucun des deux amis ne le remarque.
    ____________________________________________________________

    -Sojiro : Tu m’a bien comprise, tu es sûre ?
    Urumi ramena une mèche de cheveux derrière son oreille et lui sourit, peinée.
    -Urumi : Oui … enfin, je crois …
    Sojiro soupira et se laissa tomber dans l’herbe.
    -Sojiro : Tu crois … tu en sais pas être une fois sûre de toi ? Juste un instant …
    -Urumi : Je suis désolée, vraiment …
    Elle s’installa à ses cotés, en silence. Le parc était vide, seuls quelques couples se promenaient, main dans la main.
    -Urumi : Soji ?
    -Sojiro : …
    -Urumi : Pourquoi fais-tu cela ?
    Le jeune homme ne répondit pas tout de suite.
    -Sojiro : Pour certaines raisons … que tu n’as pas à savoir …
    Il se releva souplement, s’étira et lui sourit.
    -Sojiro : Fais-moi confiance. Aoshi est mon meilleur ami. Je sais des choses qui pourront t’être utile … Bon, que sais-tu faire … A part fouiner et tout faire pour réussir, même à éliminer les gêneurs …
    Urumi fronça les sourcils et se mit à jouer avec une mèche de cheveux.
    -Sojiro : Allez … tu as bien une idée … tu as sûrement une chose que tu sais faire à merveille …
    -Urumi : Je dessine assez souvent … mais souvent des caricatures …

    Mal partit … Aoshi qui ne supporte que les peintures du XVIe siècle et le cubisme….

    -Urumi : J’aime aussi la musique douce, celle que l’on trouve dans les magasins zen. Quand j’était petite, je voulais faire partie d’un groupe … après être princesse.
    -Sojiro : Un point ! Il aime encore ce genre de musique … vous pourriez parlez de cela … et surtout, n’oublie pas que tu dois être naturelle … pas l’Urumi qui se jette sur lui, d’accord?
    -Urumi : D’accord …
    Le jeune homme prit son portable et composa un numéro.

    Tout commence maintenant
    Ce n’est que le début de mon plan
    Mais sache que je resterais ton ami
    Même si tu m’en voudra à vie…

    ____________________________________________________________

    Chidori entra dans le parc. Le soleil descendait vers l’horizon, faisant pour l’occasion, l’image type d’une carte postale. Sojiro l’avait appelée ce matin. Il lui avait semblé tendu et nerveux, comme les jours de bilan quand lui et Eikichi mettaient au point une technique de triche. La jeune fille sourit à ce souvenir. Elle le vit, assis sur un banc... En compagnie d’Urumi. Chidori fonça les sourcils. Sojiro ne lui avait rien dit. Elle alla à sa rencontre et, avant même un bonjour, dit :
    -Chidori : Que fait-elle ici ?
    -Urumi : Heu … si je dérange, je peux partir …
    -Chidori : Oui, merci.
    -Sojiro : Tu restes ici. J’ai à vous parler, à toutes les deux.
    Chidori fit la moue. Depuis l’incident avec Aoshi-Urumi, cette dernière était passée du chalet passe-partout à la tour ultra-moderne panoramique dans son paysage.
    -Urumi : Tu m’en veux toujours ?
    -Chidori : T’en vouloir ? Jamais voyons…
    Elle lui fit son plus beau sourire.
    -Chidori : Te haïr serais plus proche de la vérité, même si c’est encore bien faible ….
    Urumi baissa la tête. Chidori, elle, balança les cheveux en arrière, d’un air dédaigneux.
    -Sojiro : Chidori, comment va Tomoe ?
    -Chidori : Tu devrais le savoir, tu es son frère quand même …
    -Sojiro : Je ne sais pas. Elle est sortie toute la journée et elle est rentrée. Quand on l'a questionné, elle n’a pas répondu. Elle est monté de suite dans sa chambre.
    -Chidori : Aucune nouvelle. Même Aoshi, qui l’a vue hier, ne le sait pas.
    Sojiro soupira et se cala contre le dossier. Décidément sa sœur était un vrai mystère ambulant depuis l'accident de Shin.
    -Sojiro : Aoshi ?
    -Chidori : Oui, il l’a ramené chez elle, puis plus rien …
    -Sojiro : Oui, cela je le sais. Je veux dire, tu l’a vu, Aoshi ?
    L’adolescente le regarda, surprise.
    -Chidori : Il m’a téléphoné il y a une heure, pour l’examen blanc de demain. Il voulait être sûr de la matière …
    Sojiro lui sourit, même si cela ressemblait plus à une grimace.

    La jalousie naît en moi
    A croire que tu ne me vois pas
    Tu ne parles que de lui, d’Aoshi
    Me verras tu un jour, Chidori

    Chidori le regarda. Il était bizarre aujourd’hui. Tendu, encore plus que ce matin. Urumi ne parlait pas. Elle les fixait, d’un air complètement vide. Vraiment, la soirée risquait de devenir très, mais alors là, très intéressante. D’un point de vue parfaitement cynique, cela allait de soi …

    Urumi les observait en silence. A croire que ces deux là étaient de vrais imbéciles heureux. D’abord Soji qui fantasmait plus qu’un autre sur Chidori

    On peux comprendre … c’est la plus jolie fille du lycée …Puis il faut reconnaître que son corps est absolument magnifique...Pas comme moi...

    Et ensuite Chidori, qui parlait d’Aoshi comme d’un dieu à son meilleur ami, qui brûlait littéralement de jalousie.

    Je suis peut être pas très douée pour mon bonheur, mais ces deux là le sont encore moins …

    Urumi regarda en biais sa « rivale ». Celle qui pouvait lui faire de l’ombre. Aucun risque. Sauf si Aoshi ne comptait que sur le physique, il ne risquait pas de sortir avec. Sa vraie rivale serait Tomoe. Mais elle non plus ne feras pas le poids. Selon son frère, elle préférerais mourir, plutôt que de faire du mal à quiconque. Alors, si on met en compte que Shin, son actuel petit copain est le frère de son (futur?) petit copain, aucun risque qu’elle fasse le grand saut …
    Elle inspira profondément et sourit. Chidori ne devait pas se douter du plan de Soji … Si jamais elle venait à le découvrir, elle et Sojiro, on les retrouverait six pieds sous terre, une jolie pierre tombale donnant la dernière prière …L'épitaphe finale....
    ____________________________________________________________

    Aoshi raccrocha le téléphone. Il reposa son crayon au côté de l’appareil et déchira le papier sur lequel était écrit toute les indications de Chidori. Elle lui avait semblé distante, comme si elle voulait mettre une certaine distance entre eux deux.

    Pourquoi donc tout le monde met-il un terme à nos relations ? Suis-je une si mauvaise fréquentation ?

    Il jeta un coup d’œil dans le salon. Rien n’avait vraiment bougé. Kei continuait à se bâfrer et Kasumi le sermonnait.

    Si une personne extérieure entrait maintenant, on pourrait croire à une vraie famille … vraie famille … je n’en ai pas … du moins pas comme mes amis …

    Il monta lentement les marches jusqu’à sa chambre. Une fois de plus, il restera seul dans la pièce, à se ressasser l’accident, les souvenirs de l’enterrement de ses parents. Car depuis qu’il avait vu Kasumi, il était sur de l’avoir vue … mais quand …
    Il finit sur le palier et ouvrit sa porte. Il plaqua son morceau de feuille sur sa commode et alluma. Il sursauta en voyant une forme se détacher de son lit.
    -Aoshi : Tomoe ?
  • Chapitre 22
    Tomoe se dirigea vers Aoshi…
    Elle s’engouffra dans ses bras et pleura longuement…en silence…
    Aoshi serra contre lui celle qu’il aimait …

    Un jour j’aimerais pouvoir t’aimer
    Te faire rire, te voir jouir d’une vie rêvée
    Où je serais celui qui se tiendrait à tes cotés
    Mais je sais que ceci n’arrivera jamais…

    _____________________________________________________________________

    Kei et Kasumi débarrassaient la table à présent.
    Kasumi commença à faire la vaisselle, Kei ramenait le restant et les déposaient dans l’évier quand sa main frôla celle de Kasumi…
    Elle rougit et leva malgré ses couleurs les yeux vers Kei…
    -Kasumi : Kei...je…

    J’aimerais te dire de tout oublier
    De me pardonner cette funeste soirée
    De me reprendre contre toi
    Moi qui ne t’oublie pas….


    -Kei : Oui ?...
    -Kasumi : Kei…je…enfin…
    Des larmes naissantes apparurent dans le regard de Kasumi et Kei prit un regard grave…
    -Kasumi : Je…depuis tout ce temps…depuis toujours je…je…je t’…
    Kei ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase et il se pencha rapidement et l’embrassa. Pourtant malgré la vitesse de son mouvement son baiser était doux…

    Comme une vague qui revient vers le sable
    Ce baiser si précieux pourtant m’accable
    Car de ma vie je ne pourrais oublier
    Toute la douleur que tu m’as causée…

    _____________________________________________________________________

    Dans sa chambre Aoshi regardait Tomoe avec effarement. Elle ne pleurait plus à présent.
    -Aoshi : Que fais tu ? Euh…
    Tomoe se leva et s’avança vers Aoshi.
    -Tomoe : Il faut qu’on parle.
    -Aoshi : Oui...mais…comment es tu rentrée ?...
    -Tomoe : Par la porte. C’est Kei qui m’a ouvert pendant que tu mangeais.

    Ding-dong….
    -Kei: J’y vais! Restez assis.
    Kei se leva tandis que Kasumi servait Aoshi.
    Il alla à la porte et l’ouvrit.
    -Kei : Tomoe ? Que fais tu ici ?
    -Tomoe : Je suis venue voir Aoshi.
    -Kei : Eh bien on est à table si tu veux te joindre à nous…
    -Tomoe : Non merci Kei. J’aimerais pouvoir attendre Aoshi. Je voudrais lui parler seule à seule.
    -Kei : Eh bien alors que dirais tu d’aller l’attendre dans sa chambre ?
    Je ne sais pas ce qu’elle veut lui dire mais ça lui fera une bonne surprise…J’aimerais voir la tête d’Aoshi…
    -Tomoe : Euh...oui si ça ne te dérange pas je préfèrerais.
    -Kei : C’est en haut au fond du couloir en face.
    -Tomoe : Merci.
    Et elle monta droit vers la chambre du jeune homme.
    Kei revint à table.
    -Aoshi : Qui c’était ?
    -Kei : Rien…juste des gens qui s’était trompé de maison.
    Et ils se mirent à manger.
    -Kei, Kasumi et Aoshi : ITADAKIMASU !


    -Aoshi : Je vais le tuer celui la….
    Tomoe émit un petit rire cristallin. Chassa ses dernieres larmes et lui sourit.
    -Tomoe : Si tu voyais ta tête….
    Aoshi se mit à rire lui aussi…
    -Aoshi : Eh bien Tomoe qu’il y a-t-il ?....
    _____________________________________________________________________

    Kei et Kasumi s’embrassait encore quand Kasumi s’arqua contre Kei.
    Kei la lâcha soudainement.
    -Kei : Kasumi…non je…
    Kasumi baissa la tête pour que Kei ne puisse pas voir les larmes de la jeune femme qui montaient.
    -Kasumi : Je…comprends.
    Et elle lui tourna le dos en continuant la vaisselle.
    -Kei : Je vais dehors prendre l’air….et me calmer les idées…
    Sur ce, il tourna les talons et sortit de la cuisine.
    Kasumi laissa libre cours à son chagrin, à sa peine.

    8ans auparavant

    Kasumi marchait toute heureuse dans la rue avec Hinako.
    -Kasumi : Tu crois Hinako que je plairais à ses parents avec cette robe ?
    -Hinako : Même sans tu leur plairais ! Tu es juste géniale ! Je suis sure qu’ils vont t’adorer !
    Kasumi enlaça sa meilleure amie.
    Hinako et Kasumi se connaissaient depuis leur plus tendre enfance.
    Hinako la douce et timide se faisait frapper par des petites filles en maternelles quand Kasumi était venue l’aider.
    Elles étaient couvertes de bleus ensuite mais ne s’étaient plus quittées depuis ce jour la.
    Hinako était heureuse que Kasumi aie enfin trouvé un petit ami qui la rendait heureuse.
    Elles marchaient ensemble par cette fin de journée comme à leur habitude.

    Toi ma complice, mon amie, ma sœur
    Je ferais tout pour toi, pour ton bonheur
    Pour toi je sacrifierais ma Vie
    Car tu es à jamais ma meilleure amie.


    Hinako remarqua un petit chaton qui sortait du parc par lequel elles passaient.
    -Hinako : Oh ! Comme il est mignon !
    Hinako se mit à la « quête du chaton perdu ».
    Kasumi observait son amie. Elle était si jolie et si douce. Kasumi était vraiment très heureuse d’avoir Hinako à ses cotés…elle avait toujours été là…toujours….
    Kasumi remarqua alors que le chaton avait filé sur la route et qu’Hinako le suivait.
    Kasumi se mit à courir….Elle avait un de ces pressentiments que l’on a avant une catastrophe…

    Que se passerait il si tu partais ?
    Que ferais-je si tu me quittais ?
    Faites que rien ne se passe tragiquement
    Et que tu revienne normalement


    Kasumi arrivait au bord de la route quand elle vit son amie avec le chat dans ses bras qui lui souriait….Une voiture arrivait…Kasumi plongea pour pousser son amie….Les deux furent percutées par le véhicule….

    _____________________________________________________________________

    -Médecin : Melle Inugawa ?
    Kasumi se retourna. Son visage était peu tuméfié, son bras gauche était maintenu en écharpe. Elle s’en était plutôt bien sortie dans cet accident. Mais Hinako…elle n’avait aucune nouvelle d’Hinako.
    -Kasumi : Oui ?
    -Médecin : Je viens de voir les parents de Kanata Hinako…Ils m’ont demandé de vous parler…
    -Kasumi : Dites moi !!! Je vous en prie comment va Hinako ?
    -Médecin : Je suis désolé de vous annoncer cela mais Melle Kanata est décédée sur le coup.
    Kasumi sentit son esprit vaciller...Hinako….Ce ne pouvait pas être possible…
    -Médecin : Je suis désolé mais il faut que j’aile voir la famille des autres accidentés…Vraiment...je suis désolé….
    Et le médecin se dirigea vers un petit groupe composé de deux enfants et de…Kei…
    _____________________________________________________________________

    Urumi était assise devant sa coiffeuse, brossant longuement ses cheveux…Ce geste était machinal…Elle était devant le miroir mais ne se voyait pas…son regard s’était perdu tandis qu’elle songeait…

    -Petit garçon : Urumi la pas belle ! Urumi la pas belle !!
    -Petite fille : Ma maman elle dit de pas jouer avec une pauvre !!!
    Urumi assise pleurait. Son père venait de faire faillite…Elle n’avait que 5 ans mais elle avait bien compris que quelque chose de grave s’était passé…Puis elle entendait son père et sa mère discuter quand ils pensaient qu’elle dormait…Ils allaient devoir quitter leur grande maison pour une maison plus petite…plus modeste…
    -Urumi : Mais…
    Elle pleurait encore et encore…
    La petite fille prit une poignée de sable et la lui jeta dessus. Le petit garçon riait aux éclats.
    -Petit garçon : Même les pauvres ils voudront pas de toi !
    Soudain Urumi entendit le petit garçon pleurer. Elle releva la tête et vit ce garçon aux yeux et aux cheveux bleus…
    -Garçon : Laissez la tranquille !!!! Shiiiiiiiiiiin !!!
    Un autre garçon roux aux yeux gris perçants arriva en courant…
    -Aoshi : On se bat ?
    -Shin : Ouaaaaaaaaaaiiiiiiii
    ET ils se jetèrent sur le petit garçon laissant la petite fille s’en aller en criant avant que le petit garçon ne réussisse lui aussi à s’enfuir.
    -Shin : Ouai bah j’étais meilleur que toi !!!!
    Le garçon aux cheveux bleus se pencha vers Urumi pour la relever.
    -Shin : Aoshiiiiiiiiiiiiii y’a maman qui arrive !! Viite !!!!
    Une très belle femme arriva en fronçant les sourcils.
    Urumi était debout a présent elle regardait la dame qui tirait ses enfant par les oreilles.
    -Dame : Satsaki Shin ! N’as-tu pas honte ? Et toi Aoshi ? Vous verrez à la maison quand je le dirais à votre père !
    Urumi séchant ses dernières larmes regardait ce petit garçon partir au loin…Satsaki Aoshi…Jamais elle n’oublierait ce nom…Jamais…

    _____________________________________________________________________

    Aoshi était debout à la fenêtre…l’air était doux et parfumé…
    -Aoshi : Tomoe…pourquoi es tu venue ?
    Tomoe se tordit les mains…Elle se leva et s’approcha d’Aoshi…
    -Tomoe : Je…je…je suis allée à l’hôpital tout à l’heure…
    Aoshi se retourna.
    -Aoshi : Pourquoi faire ????
    -Tomoe : Je…je suis allée dire à Shin…enfin…je…lui ai dit…adieu…
    Le visage d’Aoshi se décomposa.
    -Aoshi : Mais pourquoi ? Enfin…
    Tomoe interrompit Aoshi.
    -Tomoe : Je ne veux pas…Je ne peux pas…

    Mon premier amour…qui en moi sera toujours
    T’attendre est trop dur…Mon cœur est si lourd…
    La vie continue…Je ne sais pas si tu seras là…
    Je n’ai plus le courage d’espérer, plus la force en moi…


    Elle se rapprocha d’Aoshi.
    -Tomoe : Je...je…
    Elle se jeta dans les bras d’Aoshi…
    -Tomoe : Je n’en peux plus…Je suis si coupable…Je m’en veux tellement…
    Aoshi tint Tomoe par les épaules.
    -Aoshi : Que dis tu ? De quoi es tu coupable ? Tu n’y es pour rien dans cet accident…Je t’assu…
    -Tomoe : Non…Je sais…Mais je suis coupable…Coupable d’avoir des sentiments pour toi Aoshi…
    Aoshi resta coi…Que dire ?...Elle avait des sentiments pour lui….Mais Shin…Que faire ?...
    C’est alors que Tomoe se hissa sur la pointe des pieds et déposa ses lèvres sur celles d’Aoshi…
  • Chapitre 23 (par FBF)
    Aoshi ouvrit grands les yeux, étonné par ce geste.

    Est-ce un rêve ? Je n’y crois pas
    Elle est là, tout contre moi
    Je peux la toucher, sentir son parfum
    Je ne peux plus contrôler mes mains


    Il leva les mains et les promena, lentement, sur le visage de Tomoe, comme s’il voulait graver son visage dans sa mémoire. Ses doigts se perdirent dans ses cheveux de soie.

    Faites que le temps s’arrête, à jamais
    Que ces lèvres, sur les miennes, ne puissent s’en aller
    Que cet instant, tant espéré, tant rêvé
    Dans nos cœurs, enlacés, reste gravé

    _____________________________________________________________

    Kei était debout sur la terrasse. L’air était encore un peu frais, mais ce n’était pas cela qui le faisait frissonner. Il porta ses doigts sur ses lèvres. Le souvenir du baiser y était comme gravé au fer rouge.

    Son parfum, sa peau … je croyais avoir oublié
    Mais non … au fond de moi, de mon cœur
    Il dormait, bien à l’abri, caché
    Pourquoi ? … Comme pour me donner l’illusion du bonheur


    Il soupira et ferma les yeux, croyant pouvoir tout effacer. Peine perdue. Kasumi le hantait, comme au premier jour.

    Nos cœurs battaient à l’unisson
    Comme autrefois … quand je t’aimais encore
    Pourtant, tu me fais encore perdre la raison
    Moi qui me croyais si fort

    _____________________________________________________________

    De son côté, Kasumi essuyait le même verre qu’il y a cinq minutes. Elle ne parvenait pas à comprendre pourquoi. Kei ne l’aimait plus, elle en était sûre.

    Comment t’en vouloir ? J’aurais fait de même …

    Elle fixa la place de Kei. La soirée aurait pu réussir, s’il n’y avait eu ce baiser …

    Comme moi, tu n’as pas totalement oublié
    Tirer un trait, détruire ce lourd passé
    Mais j’aimerais tant pouvoir tout recommencer
    Et enfin te dire que je n’ai cessé de t’aimer


    Une larme coula sur sa joue et s’écrasa sur le verre. La porte s’ouvrit sur Kei, laissant une Kasumi figée.
    -Kei : … Salut …
    -Kasumi : Maudit verre … même pas fichu d’être propre.
    Elle lui tourna le dos et le récura sauvagement.
    Kei la fixa. Etrangement, il avait l’impression qu’un mur s’était installé entre eux et cela ne lui plaisait pas.
    Il ne dis pas un mot et monta dans sa chambre, non sans avoir lancé :
    -Kei : Si tu veux, tu peux dormir ici. Le salon est libre …
    Kasumi se retourna violemment et jeta sur la porte, désormais close, son torchon.
    -Kasumi (murmure) : Baka …
    _____________________________________________________________

    Sojiro et Chidori était face à face. Elle lisait un magasin de Tomoe et lui, il faisait courir son crayon sur des feuilles de papier. Chidori envoya le magazine sur la pile « lue » et en prit un autre. D’une voix claire, mais où transperçait une pointe d’inquiétude, elle dit :
    -Chidori : Je peux dormir ici, cette nuit ?
    -Sojiro : Si tu veux. Tu peux dormir dans la chambre de ma sœur. Je veillerais …
    -Chidori : Merci. J’envoie un mail à mes parents.
    -Sojiro : Bonjour de ma part …
    Mais sous cette simple conversation, Soji était à bout.

    Elle … sous mon toit … à deux pas de moi … comment …

    -Chidori : Heu … je ne veux pas demander n’importe quoi … mais …
    -Sojiro : Un truc pour la nuit ?
    Chidori rougir et ne dit rien. Elle avait la même taille que Tomoe, mais au niveau de la poitrine …
    Sojiro alla prendre un de ses vieux t-shirt et le lui donna.
    -Sojiro : C’est pas grand chose, amis au moins, tu auras quelque chose sur le dos …
    Chidori sortit de la pièce, tenant fermement la pièce de tissus contre son cœur. Une fois certain qu’elle n’était pas dans les environs, bien enfermée dans la salle de bain, il plongea dans le magazine et prit la page des tests, où la jeune fille était restée collée.

    « Aimes-tu le bon garçon ? »

    Pff … encore un des ces trucs débile à la sauce bébé …

    Il voulu refermer mais il remarqua deux écritures différente. Celle de Chidori et celle de … Tomoe.

    Après mure réflexion, cela ne me tuera pas de voire de quoi cela parle …

    Il regarda les points et vit que les deux jeunes filles tombaient sous le même résultat. Comme quoi, elles étaient sur la même longueur d’onde.

    « C’est vrai, il est beau, intelligent et toutes les filles en sont folles. C’est un morceau de choix. Mais es-tu sûre que tu l’aimes lui, et pas sa notoriété ?
    Ne confonds-tu pas Amour et Amitié ? Ne fais pas la bêtise d’aimer celui de ta meilleure amie. D’ailleurs, ne vois-tu pas son frère/ton/son meilleur ami qui est toujours là pour toi ?
    Ouvre les yeux ! L’Amour est à côté de toi ! »

    Sojiro referma le magazine, retenant de sourire. La porte s’ouvrit et il releva la tête. Chidori était pétrifiée. Il lui sourit et montra le magazine féminin.
    -Sojiro : Criant de vérité, tu ne trouves pas ?
    _____________________________________________________________

    Tomoe s’arracha avec peine des bras d’Aoshi. Elle lui tourna le dos et s’enveloppa dans ses bras. Elle ne savait que dire. Bien sûr, maintenant, le doute n’était pas de mise, mais quand même.
    -Aoshi : Je suis désolé.
    -Tomoe : De quoi tu parles ?
    -Aoshi : Je t’ai embrassé …
    -Tomoe : C’est vrai … tu m’a embrassée de force et presque violée …
    -Aoshi : Pardon ?
    Tomoe se retourna vers lui, souriante.
    -Tomoe : C’est moi qui t’ai embrassé. Tu n’as pas à demander pardon.
    -Aoshi : Je ne comprends pas …
    -Tomoe : Je crois que je suis tombée amoureuse de toi petit à petit, sans vraiment m’en rendre compte. Tu sais, j’ai l’impression de lui avoir menti … je l’ai aimé, oh oui, pour l’avoir aimé, je l’ai aimé, à en vouloir perdre mon âme … mais je n’en ai pas vu la fin. J’ai pris une amitié forte et sans limite pour de l’Amour. En fait, je crois que depuis toujours, c’est toi, et non lui …
    -Aoshi : Tu me fais marcher ?
    Tomoe lui sourit et se jeta sur lui.
    -Tomoe : Satsaki Aoshi, je vous aime. Et tant pis pour les ragots, pour ce monde qui n’existe pas quand je te vois. Il n’y a que toi et rien d’autre.
    Aoshi ne répondit pas tout de suite. Elle l’aimait et venait de faire une déclaration digne des plus grand film d’amour.
    -Aoshi : Takane Tomoe, vous êtes le soleil de ma vie … je t’aime.
    Et il l’embrassa, fou de joie. Enfin, il vivra dans la lumière du jour.
    _____________________________________________________________

    Kasumi composa le numéro de son attaché de presse.
    -Yoko : Allô ?
    -Kasumi : Yoko ? … Au secours !
    -Yoko : Kasue ? Mais …Oh non, tu va pas recommencer ?!
    -Kasumi : Que vais-je devenir ?
    -Yoko : Ne te plains pas ! Tu n’as rien fait qui sois irréversible …
    -Kasumi : …
    -Yoko : T’as couché avec ?! Super ! Comment c’était ? Il est doué ?
    -Kasumi : Yoko ! C’est encore pire ! Comment oses-tu te moquer de moi ?
    -Yoko : Pire ? Je vois pas, désolée …
    -Kasumi : On s’est embrassé !
    -Yoko : Et c’est grave ?
    -Kasumi : J’ai été humiliée !
    -Yoko : Je te comprendrais jamais. Tu l’aimes depuis le lycée. Il connaît tes sentiments et vous n’êtes pas ensemble ? Il aime peut être les autres …
    -Kasumi : Aucun danger là-dessus.
    -Yoko : Ecoute. Vis ta vie comme elle vient. Et tant pis s’il n’en fait pas partie. Tu me le promets ?
    -Kasumi : Mais … je l’aime ! Comment veux-tu que je l’oublie ?
    -Yoko : Bon alors …
    CLAC
    -Kasumi : Yoko ? Yoko !? Yoko?????
    -...Tu a aurais pu me dire que tu utilisais ma ligne … cela t’aurais évité bien des problèmes ….
  • Chapitre 24


    Kasumi se retourna et laissa tomber le combiné…
    -Kasumi : Kei…je…
    -Kei : J’ai entendu tout ce que tu as dit…..
    -Kasumi : Tu….
    -Kei : Kasumi il se fait tard, je suis fatigué. J’étais venu te dire qu’un futon se trouvait dans le placard après des escaliers. Enfin bref… Nous en discuterons demain.
    Et Kei quitta le salon laissant Kasumi seule…
    _____________________________________________________________

    Tomoe était assise sur le mince rebord de la fenêtre dans les bras d’Aoshi, tous deux regardaient le ciel. La lune en phase descendante était au trois quart. Elle semblait telle un disque qui aurait été soigneusement découpé. Elle éclairait la nuit et les étoiles n’en paraissaient que plus scintillantes encore. Une légère brise fit virevolter quelques mèches de Tomoe mais celle ci ne semblait pas s’en apercevoir ou s’en préoccuper.
    Aoshi huma doucement le parfum des quelques mèches ça et là de la jeune fille.

    Un rêve éveillé que je te dois
    Tu as enfin répondu à mon amour
    Fais ressortir ce doux sentiment en moi
    Je te comblerais de joie à chaque jour


    Tomoe sentit la brise…si légère…si parfumée…Cette nuit… ce ciel…
    Il y avait déjà un bout de temps….

    Pardonnes moi Shin, pardon mon amour
    Mais vivre sans toi est devenu si lourd
    Pourtant jamais je ne pourrais oublier
    Celui qui m’est lié…pour l’éternité…

    _____________________________________________________________

    Chidori se mit à rougir fortement.
    -Chidori : Baka Soji…De quoi parles tu ?
    -Sojiro : De ce test voyons.
    Et il l’agita sous son nez. Chidori se rembrunit. Sojiro remarqua le trouble de son amie.
    -Sojiro : Laisse tomber Chidori…Pardonne moi je n’ai rien dit …
    -Chidori : Soji…
    -Sojiro : Hmmm ?
    -Chidori : Pourquoi es tu la ?...
    -Sojiro : Je ne comprends p…
    -Chidori : Pourquoi es tu toujours la ?....
    -Sojiro : Ah !!! Euh…bah parce qu’on est chez moi ???
    -Chidori : Baka….
    Chidori se retourna et se dirigea vers la porte d’entrée de la chambre.
    -Chidori : Bonne nuit…
    Elle s’apprêtait à ouvrir la poignée quand une main l’arrêta.
    -Sojiro : Chidori…Qu’y a-t-il ?
    Chidori baissa la tête.
    Tous deux se tenaient à l’embrasure de la porte de la chambre du jeune homme. Elle lui tournait le dos…Sojiro ne pouvait pas remarquer alors les larmes naissantes de la jeune fille…
    -Chidori : Soji…Pourquoi ?
    Sojiro ne répondit pas…Il ne savait quoi dire.
    -Chidori : Pourquoi es tu toujours là…
    -Sojiro : Bah je te l’ai dit c’est par…
    -Chidori : …pour moi….
    _____________________________________________________________

    Kei alla dans la salle de bain. Une bonne douche lui ferait du bien. Il devait remettre ses idées en place.

    -Kasumi : Mais … je l’aime ! Comment veux-tu que je l’oublie ?

    Il alluma l’eau et attendit que la température soit stable puis il se glissa sous le jet brûlant.

    Pourquoi ? Maudit sois tu Kasumi…
    M’aimer ? Tu as brisé ma vie…
    Ce soir là j’ai vraiment tout perdu…
    Ma famille, mon amour…mais l’as-tu vu ?

    _____________________________________________________________

    En bas Kasumi préparait son futon. Elle avait longuement hésité mais elle ne pouvait pas conduire…pas dans cet état là….Aussi s’était elle résignée.
    Elle passa devant la salle de bain…s’arrêta devant la porte…Espérant qu’il en sortirait pour la prendre dans ses bras…lui dire enfin que lui aussi l’aimait…Mais la porte ne s’ouvrit pas…Kei ne vint pas la serrer dans ses bras et se déclarer….
    Elle partit alors rapidement mais pas assez vite pour ne pas souffrir car déjà des larmes ruisselaient sur son visage…

    Elle s’installa dans son futon et entrouvrit quelque peu la fine porte de papier de riz et regarda au dehors…La lune…

    Elle sortit de l’hôpital l’air hagard après que Kei l’aie vu. Il avait alors tourné la tête avec un regard…Ce dédain, cette haine afin qu’elle ne voit pas toute sa peine.
    Il faisait déjà nuit…Ses parents venaient d’arriver en courant mais plus rien n’avait d’importance…Elle ne leur parla à peine et s’enfuit.
    Elle courrait à en perdre haleine…Elle souffrait encore de ses ecchymoses mais cette douleur sourde en elle…Elle venait de perdre ce qui lui était le plus précieux…Hinako et Kei…Tout ça en une seule et même soirée…Elle courrait encore et encore, la vue brouillée par ses larmes…Elle arriva enfin là. Cet endroit. C’était dans ce parc qu’elles s’étaient connues…Dans ce bac à sable qu’elles avaient jouées ensemble pour la première fois…Sur ces balançoires qu’elles avaient passées de longs après midi…Et c’était ce banc qui était devenu leur repère…Leur endroit rien qu’à elles…Là ou elle avaient gravé leur initiales en signe d’amitié éternelle…
    Kasumi se rapprocha doucement du banc…La douleur se faisait de plus en plus forte…Elle arriva au banc, s’assit dessus et laissa sa main traîner dans les nervures de ces gravures d’enfant….Puis la réalité s’imposa à elle…Jamais plus elle ne verrait Hinako…Jamais plus elles n’iraient faire les magasins ensemble…Jamais plus elles ne feraient leurs devoirs ensemble…Jamais plus elles ne parleront de leur avenir…De cet avenir qu’elles avaient si ardemment désiré…des enfants, de leurs enfants qui s’entendraient autant qu’elles…Eux aussi seraient amis…Non jamais plus cela n’arriverait…Elle n’était plus là…Pour toujours…
    Un cri fendit l’air. Emplit d’une peine et d’une douleur incommensurable il déchira le calme de cette soirée…Kasumi ouvrit les yeux et vit la lune…en phase descendante…Puis elle s’allongea sur le banc posant sa tête sur ces petits mots d’enfants gravés au couteau dans le bois et elle pleura….elle pleura longuement…


    Kasumi serra contre elle cette petite chaîne. Ce dernier cadeau…ce dernier souvenir d’Hinako…Kei n’était pas le seul à avoir tout perdu ce soir là…non il n’était pas le seul…
    Elle ferma les yeux pour dormir et une larme roula doucement….
    _____________________________________________________________

    Aoshi soudainement se redressa.
    -Aoshi : Tomoe il est tard tes parents vont s’inquiéter !
    Tomoe se redressa doucement puis elle tourna la tête vers Aoshi et sourit tendrement.
    -Tomoe : Mes parents pensent que je suis chez ma cousine. Elle a accepté de m’aider et de leur mentir.
    Aoshi réalisa alors que Tomoe dormirait ici…sous son toit…à quelques mètres d’elle…
    -Aoshi : Mais...mais ou vas-tu ?...Enfin…
    Tomoe lui prit la main.
    -Tomoe : Mais je vais dormir avec toi.
    Et elle lui fit un doux sourire.
    Aoshi devint écarlate.
    -Aoshi : Tomoe…je…je…
    Puis Tomoe se mit à rire.
    -Tomoe : Baka va !
    Elle lui tapota doucement la tête.
    -Tomoe : Kei m’a dit d’aller dormir en bas…dans son bureau.
    Aoshi soupira d’aise.
    -Tomoe : D’ailleurs je vais y aller ! Et toi n’essayes pas de venir ou je crierais !
    -Aoshi : De… de… de… quoi ? Mais je ne suis pas…enfin….
    Tomoe sourit.
    -Tomoe : Je te taquine va.
    Puis elle embrassa Aoshi et sortit de la chambre.
    Aoshi cru à un rêve…c’était si irréel….
    _____________________________________________________________

    Sojiro dit plus un mot. Il était décontenancé. Il avait perçut dans le son de la voix de son amie le trémolo de sa voix, de ses pleurs…
    Sans même réfléchir il enlaça son amie et la serra contre lui.
    Ses mains joignirent celles de Chidori et il sentit des gouttes sur ses mains.
    -Sojiro : Chidori, peu importe la raison….Sache juste que je serais toujours là pour toi car…tu m’es chère… très chère….

    Pourrais je un jour te dire à quel point tu m'es précieuse?
    Pourrais je t'avouer mon amour moi qui ne suis rien
    Tandis que toi si belle, si douce, si lumineuse
    Crois tu que je suis quelqu'un pour toi...quelqu'un de bien?


    Et ils restèrent ainsi. Lui l’enlaçant, elle lui tournant le dos…
    _____________________________________________________________

    Aoshi allongé dans son lit repensa à la soirée…
    Tout s’était passé comme dans un rêve…Pour qu’elle fusse parfaite il ne manquait alors plus que ses parents et Shin….
    Puis il se remit à penser à Kasumi…
    Qui es tu toi qui croit en mon frère ?
    Toi qui dans le regard se dessine une prière
    Quand tu le regardes, quand tu le dévores
    Dans ton regard on y voit de la peine, l’ombre d’une mort…


    Mort…
    Il se redressa sur son lit…
    Il pensait se souvenir…Il était très jeune à cette époque là cependant il avait une excellente mémoire…
    Ce soir là…L’hôpital…puis l’enterrement…
    Sans aucun doute ce ne pouvait être qu’elle cette jeune fille qui était venue…Celle que Kei avait si durement rejeté…
    Pourquoi ça…D’ailleurs en y repensant pourquoi était elle à l’hôpital ce soir là ?
    Il n’y avait aucune raison qu’elle y fut à moins que….à moins que…

    Aoshi sortit de sa chambre et alla à la chambre de Kei. Il voulait savoir, il devait savoir…
    Il frappa doucement à la porte de son frère aîné mais n’eut aucune réponse. Il essaya encore une fois…Toujours rien…Il entrouvrit la porte et constat que son frère ne s’y trouvait pas…
    Il perçut alors un petit bruit.
    Il se dirigea vers les escaliers et du haut des escaliers il vit Kei.
    _____________________________________________________________

    Kei regardait Kasumi. Plongée dans ses souvenirs, elle ne l’avait pas remarquée. Les larmes et la main crispée de la jeune femme ne lui avaient pas échappées. Il avait ressentit cette peine mais ne comprenait pas pourquoi. Après tout elle n’avait rien perdu ce soir là…Sa vie n’avait pas été détruite comme sa vie l’avait été…
    Elle avait quitté le Japon peu après pour faire ses études en Europe. Non elle n’avait vraiment rien perdu….
    Pourtant…Cette dernière larme luisant sous le reflet de la lune l’avait profondément touché…

    Pourquoi est ce que je ne te comprends pas ?
    Pourquoi es tu revenue, revenue vers moi ?
    Pourquoi dis tu encore toujours m’aimer
    Alors que tu es celle qui a tout brisé ?


    Les yeux de Kei commencèrent à s’embuer. Du revers de sa main il chassa les prémices de ce qu’il n’avait que trop versé ces dernières années. Puis il referma doucement la porte et s’y adossa.
  • Chapitre 25 (par FBF)

    -Kei : Aoshiiiiiiiiiiiiiiiii ! On se lève petit paresseux ! Comment oses-tu dormir, alors qu’une jeune et jolie fleur se trouve à moins de dix mètres de ta chambre ?
    Aoshi, ouvrit un œil, vit son frère avec un horrible sourire pervers et se cacha sous les couvertures.
    -Kei : Ha non, jeune, homme ! On ne se cache pas ! Debout !
    Il prit la jambe de son frère et le tira jusqu’à la porte de papier. Aoshi se mit à tortiller dans tout les sens, essayant vainement de s’échapper des serres collantes de son grand frère.
    -Aoshi : Mais lâche-moi ! Je sais me lever tout seul !
    -Tomoe : Kei ? Aoshi ? Mais ...
    Aoshi tourna la tête et vit Tomoe, avec un des ces pyjamas, trop grand et trop large pour elle. Ses cheveux étaient dans tous les sens et ses yeux étaient encore gonflés de sommeil. Il sentit une bouffée d’amour lui gonfler le cœur.
    Kei lâcha son pied et courut vers la jeune adolescente.
    -Kei : Tomoe ! Ma chérie ! J’ai tellement rêvé de te voir ici … sauf que tu n’étais pas hab …
    BONG
    Kasumi se tenait derrière Tomoe, une cuillère à riz en main. Une veine battait sur sa tempe et elle semblait hors d’elle.
    -Kasumi : Décidément, tu ne changeras jamais … toujours à sauter sur le premier jupon venu … même si celui-ci est déjà pris.
    Sentant les regards des jeunes elle réajusta sa jupe et se racla la gorge.
    -Kasumi : Le petit déjeuner est prêt.

    -Hinako: Allez! Vas-y!
    -Kasumi : Non ! Je n’ose pas, je te jure ….
    Hinako lui sourit. Elle était toujours aussi jolie. Bien plus qu’elle. Son amie lui prit la main et la força à avancer vers la silhouette de Kei.
    -Hinako : Comment veux-tu sortir avec lui si tu ne lui demandes pas ?
    -Kasumi : Ce sont les garçons qui demandent cela …
    -Hinako : À l’âge de pierre … maintenant, nous somme à l’ère de la modernité, et plus rien n’arrête les femmes, libérées des hommes et de leur machisme. … Kei !
    Le jeune homme se tourna vers elle, un sourire aux lèvres. Dès qu’elles furent assez proches, il se jeta sur Hinako, oubliant Kasumi.
    -Kei : Tu sais que tu es jolie, toi ? Tu habite toujours chez tes parents ?


    Kei fit jouer sa mâchoire et fusilla du regard Kasumi.
    -Kei : Toujours aussi violente !
    -Kasumi : Tu ne t’en plaignais pas …
    Il bondit sur Kasumi et lui mit sa main sur la bouche. Il murmura à son oreille, la voix sifflante et froide comme la glace.
    -Kei : Si tu abordes le sujet de notre prétendue liaison, je te jure que plus jamais tu n’oseras te regarder dans un miroir ….
    Kasumi blanchit d’un coup. Aoshi et Tomoe se regardèrent.
    Pourquoi donc Kei était-il si fâché envers elle ? D’habitude, il adorait parler de ses conquêtes.
    Kasumi sortit du couloir et s’enferma dans la salle de bain. Là, elle s’effondra au sol, laissant rouler ses larmes amères sur ses joues.

    Hier j’ai cru qu’un sentiment restait au fond de toi
    Mais je n’aurais jamais cru que c’était celui-là
    Moi qui espérait le renouveau de notre amour
    Mais pour toi, il est devenu trop lourd

    _____________________________________________________________

    Kei claqua la porte de son bureau et se dirigea vers son bureau. Là, il jeta à terre et sur les murs tout les objets tombant sur son chemin. Il devait passer ses nerfs sur quelque chose … ou sur quelqu’un.

    Pourquoi faut-il que je me souvienne de toi ?
    J’aurais mieux fais de mourir à leurs place
    Ainsi, je n’aurais jamais du me voiler la face
    Car, sache le, te pardonnez, je ne veux pas


    Il envoya valser un dossier sur l’équipement des rugbymen qui éclata la porte d’une armoire. Là, une boite en bois vacilla, mais Kei la rattrapa. A l’intérieure, il y avait deux colliers. Chacun portait un médaillon en forme de cœur brisé. Mais ils étaient rassemblés, ensemble, ils ne formait qu’un.

    Moi qui avais cru tirer un trait sur le passé
    Voilà qu’il resurgit, encore plus violent qu’avant
    Mais je ne veux plus t’aimer, tu m’entends ?
    Plus jamais je ne pourrais t’aimer

    _____________________________________________________________

    Urumi regarda son reflet dans la psyché. Son cœur se gonfla d’une vanité enfantine. Sa longue robe bleu ciel lui donnait un air apprêté, tout en restant dans le sobre. Elle rit et tournoya sur elle-même. Pourtant, sons sourire s’effaça bien vite. Et si jamais il n’était pas là ? S’il n’aimait pas sa robe ? Ou pire … s’il ne voulait pas la voir ? A l’idée de cette dernière question, une larme perla au coin de son œil. Non … Non, elle ne devait pas y penser. Il acceptera de la voir. Il lui sourira et, peut être, l’embrasserait. Elle rougit, se souvent avec délice l’épisode du salon.

    Au souvenir de ce tendre jour
    Mon cœur déborde d’Amour
    Plus rien ne pourra m’empêcher
    De te voir et de t’aimer


    Forte de cette décision, elle prit son sac à main et descendit allègrement les marches du palier. Elle n’entendit, ni ne sentit son portable dans son sac.
    _____________________________________________________________

    -Sojiro : Chidori, peu importe la raison….Sache juste que je serais toujours là pour toi car…tu m’es chère… très chère….


    Chidori reçu ses paroles comme du miel qui coulerait dans sa gorge. Elle se sentit soudain mieux et à sa place, là, dans ses bras. La jeune fille se coula sur le torse de Sojiro mais ses larmes continuaient de couler.

    -Sojiro : Pourquoi pleures-tu ?
    -Chidori : Parce que … parce que …
    -Sojiro : Je t’ai fait mal ? Dis une chose déplacée ?
    Sa voix laissait passer une grande détresse. Malgré elle, Chidori sourit et secoua la tête.
    -Chidori : Baka, non. Simplement, comme cela, je ne sais pas. Elles coulent toutes seules …
    Elle sentit que Sojiro mettait son menton sur sa tête.
    -Sojiro : Elles ne coulent pas toutes seules, la gravité de la Terre les pousses vers son centre, c’est de la simple physique …
    Il reçut un coup de coude dans les côtes. Chidori se tourna vers lui, souriante.
    -Chidori : Vraiment, vous êtes tous les mêmes … toujours à plaisanter dans les pires moments …

    Mais cela me fait tant plaisir
    De pouvoir contempler ton sourire
    De te voir là, près de moi
    Même si je ne sais pas pourquoi…


    Sojiro lui sourit et se tourna, pour remettre de l’ordre dans sa chambre. Et puis, pour ne pas lui montrer qu’il rougissait.

    Comment pourrais-je lui dire, lui avouer
    Que, derrière ma grande amitié
    Se cache un sentiment bien plus compliqué
    Chidori, si seulement tu savais m’aimer …


    Chidori posa sa main contre son bras et lui sourit. Sojiro lui répondit un peu plus maladroitement. Soudain, il ne vit plus qu’elle et ses lèvres. Doucement, comme s’il ne savait pas lui-même ce qu’il faisait, il s’approcha d’elle. Chidori souleva un sourcil, ironiquement et lui demanda :
    -Chidori : Soji … que fais-tu ?
    Il s’arrêta, sa raison revenant au galop. Il fronça les sourcils. Le jeune homme passa une main dans ses cheveux et de l’autre, lui donna une pichenette.
    -Sojiro : T’avais une p’luche…
    Il s’étira et alla s’asseoir sur son lit, laissant une Chidori complètement abasourdie.

    Pourquoi es-tu toi
    Pourquoi suis-je moi
    Pourquoi suis amoureux de toi
    Alors que d’autres sont là …


    Il leva la tête et sourit intérieurement quand il vit Chidori rouge, occupée à se ronger les ongles, signe d’une grande réflexion chez elle.
    _____________________________________________________________

    Urumi s’arrêta devant le kiosque du parc et ouvrit son sac, à la recherche de sa trousse de maquillage. Elle vit son portable s’illuminer et vit qu’elle avait reçut un message. Intriguée, elle se dépêcha de l’ouvrir et crut que son cœur allait la lâcher.

    Urumi … c’est moi, Aoshi.
    Je voulais te dire une truc, mais je n’ai pas eu le
    Temps hier. Voilà, tu serais me voir demain
    Au parc ?

    A+
    Aoshi


    Urumi hurlant de joie, fit reculer les passant et s’envoler les oiseaux de leurs perchoirs.

    Il veut me voir, juste moi
    Pas elle, juste nous deux
    Seuls, les yeux dans les yeux
    Oh, je voudrais tant qu’il soit la

    _____________________________________________________________

    Sojiro jeta un œil sur son gsm et vit qu’elle avait reçut son message. Comme quoi, ses cours d’informatiques avaient payés. Réussir à le lui envoyer en lui faisant croire que c’était le numéro d’Aoshi, c’était du premier choix.
    Maintenant que la première phase était enclenchée, il pouvait la boucler. Il pianota sur le clavier et entendit la sonnerie particulière de son ami. Il tomba, hélas, sur sa boite vocale.
    -Bonjour, vous êtes bien chez Aoshi Satsaki. Je ne suis pas disponible, veuillez me laissez vos coordonnée, je me ferais le plaisir de vous rappeler …. WAAZZZZZA ! …. Shin ! baka ! Rends-moi mon portable ! BIP.
    -Sojiro : Aoshi ? C’est moi, Soji. Je voulais te parler, mais bon, ce sera pour la prochaine fois. C’est au sujet de ma sœur … Sinon, on se retrouve au parc, demain. A plus !

    Il raccrocha et sourit. Aoshi se précipiterait sûrement au rendez-vous. Mais là, il ne verrait qu’Urumi. Et lui, il serait avec Chidori. Tiens, en parlant d’elle, la jeune fille n’avait toujours pas bougé.
    Il se retourna et la vit, le regarder sous une mèche.
    -Chidori : Je peux venir, si tu vois Aoshi ?
    Son visage était sans expression mais ses yeux reflétaient son envie de le voir.
    - Sojiro : Non, je ne préfère pas.
    -Chidori : Pourquoi ?
    Sojiro lui sourit, chose qu’elle ne lui rendit pas.
    -Chidori : Pourquoi ? Tu ne veux pas que je sois heureuse ? Tu ne veux plus m’aider ?
    -Sojiro : Que vas-tu t’imaginer ? Bien sûr que je veux t’aider. Sauf qu’il faut que je règle deux trois choses avec lui. Ensuite, après que j’ai digéré ces quelques ses infos, tu pourra lui tomber dans les bras, sans problèmes.

    Sauf que tu ne seras pas au rendez-vous
    Je ne suis pas assez fou
    Que de mettre ma dulcinée
    Dans les bras de mon rival


    Chidori le regarda. Il semblait si heureux. Il l’était, sûrement, de l’aider. Mais son expression était si différente. Comme si, enfin, il recevait son cadeau de Noël avant les fêtes, comme si on lui avait annoncé que son anniversaire tombait tous les jours. Il semblait exulter de joie, tout en se contenant.

    Tu n’as pas intérêt à me mentir
    Car si jamais tu oses me défier
    Jamais tu ne remonteras sur tes pieds
    Et plus jamais, tu ne sauras rire


    Pourtant, maintenant qu’elle le regardait de plus près, il semblait heureux, certes, mais pour elle. Il lui souriait, content de sa bonne action. Elle ne l’avait jamais vu dans cet état là, sauf quand sa sœur lui avait ramené Tofu …

    10 ans auparavant
    -Tomoe : Soji ! Regarde ce que j’ai trouvé !
    Sojiro sourit de la maison et vit sa sœur avec un bâtard dans les bras.
    -Tomoe : Il est mignon, tu ne trouves pas ?
    -Sojiro : A croquer ! … Sauf qu’un bain ne serait pas du luxe.
    Joignant le geste à la parole il se pinça les narines.
    -Tomoe : Tu crois que maman voudra bien le garder ?
    -Mère : Tomoe ! Qu’as-tu là ?
    -Tomoe : Un chien ! On peut le garder, dis ?
    -Mère : Je voudrais bien, mais tu sais que ton frère y est allergique et …
    Sojiro commença à éternuer, de plus en plus fort. Puis, il s’étrangla mais s’éloigna suffisamment de l’animal en cause pour s’arrêter.
    -Tomoe : Oh. … j’avais oublié …. Je vais allez le remettre …
    -Sojiro : Non, vas-y garde le. Moi, je ne devrais pas le toucher, c’est tout !
    Tomoe lui sourit, avec ses deux dents de devant en moins et serra le chiot dans ses bras.
    -Tomoe : Comment on va l’appeler ?
    -Soji : … Tofu ! J’adore cela ! En plus il est tout blanc…enfin…il devrait l’être…
    -Tomoe : Va pour Tofu alors …


    Depuis, le chien fut inséparable de sa maîtresse et quand ce dernier rendit l’âme, deux ans auparavant, seuls Shin et Aoshi avaient su l’aider.

    Non, c’est faux, il est mon ami
    Le seul sur qui je puisse compter
    Celui qui m’aidera pour Aoshi
    Celui que jamais, je n’abandonnerais

    _____________________________________________________________

    Descendant les marches, Aoshi vit son gsm s’allumer.
    Sojiro l’avait appelé. Demain, au parc ? Pour sa sœur ? Il rougit au souvenir de ce qui venait de se passer. Il tapa très vite une réponse et s’en fut, dans la chambre d’ami.
    Demain, il devra affronter son meilleur ami et lui dire qu’il sortait dorénavant avec sa sœur …
    _____________________________________________________________

    Sojiro vit le message de retour d’Aoshi. Un sourire mauvais se profila sur son visage. Maintenant, tout était en place, rien ne l’arrêterait désormais.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 14 2006, 08:42 PM
Message #15


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Itsumademo Issho Part.VI (chapitre 26 à 29)
  • Chapitre 26
    Aoshi descendit les escaliers, prêt à rejoindre Soji au parc. Il se tenait devant la porte d’entrée…

    -Aoshi: Allo Tomoe?
    -Tomoe: Oui c’est moi!!!
    -Aoshi : Tomoe…euh… je voulais te dire que euh…
    -Tomoe: Euh quoi?
    -Aoshi: Eh bien je ne sais pas encore à quelle heure je pourrais venir te voir demain…
    -Tomoe : Et pourquoi ça ?
    -Aoshi : Eh bien je dois …enfin…je dois voir Soji demain...enfin on a rendez vous au parc.
    -Tomoe : Et pourquoi faire ?
    -Aoshi : Eh bien je ne sais pas si je dois te le dire…
    -Tomoe : Tu me caches quelque chose Aoshi ???
    -Aoshi : Non ! Enfin…Soji veut me voir demain au parc pour… pour….
    -Tomoe : Pour quoi donc ???
    -Aoshi : Me parler de toi apparemment…
    La conversation ne dura que très peu et ils raccrochèrent ensuite.


    Il regarda en arrière…depuis bientôt deux jours à présent…Il fit demi-tour et alla frapper au bureau de Kei. Pas de réponse… Bureau…C’était peut être un bien grand mot pour désigner l’antre de Kei. Autrefois il s’agissait du bureau de leur père…mais depuis la mort de leurs parents, Kei s’était « approprié » cette pièce.
    Depuis la veille Kei n’avait pas quitté cette pièce, pas même pour saluer Kasumi qui s’en allait…Cette dernière par ailleurs s’en était allé bien vite, les yeux gonflés…
    Que s’était il passé entre eux ?...
    Il frappa encore une fois...
    Cette fois ci Kei émit un vague grognement.
    -Aoshi : Kei je…enfin…
    -Kei : Groumpfffff
    -Aoshi : Bon je sors. Je rentrerais ce soir pas trop tard.


    Kei était allongé sur le vieux canapé en cuir de son père. Au pied s’entassaient pêle-mêle photos, lettres et alcool…
    Kei se rassit avec difficulté sur le canapé faisant tomber une bouteille de whisky vide et attrapa sur le sol une bouteille largement entamée et se servit une bonne rasade…
    Il passa sa main sur son visage…Ses joues étaient mal rasées….

    Pourquoi es tu revenue me torturer ?
    Pourquoi ne puis-je t’oublier ?
    Je voudrais tellement pouvoir te haïr
    Mais je ne sais juste que fuir…


    Kei tenait dans sa main une enveloppe…
    Il en tira un papier qui avait du être lu à maintes reprises tant il était usé…

    Kei,

    Quand tu liras cette lettre je serais déjà loin…Suite aux récents évènements, mes parents ont pris la décision de m’envoyer poursuivre le reste de ma scolarité en Angleterre…
    Tu pourras peut être penser que je ne fais que fuir…Et tu auras raison…Je ne supportes plus d’être si près mais si proche de toi…J’ai accepté pour essayer de ne plus penser à toi, de ne plus penser à ce qui est arrivé…Je ne dis pas que j’oublierais car je ne pourrais jamais…J’ai trop perdu pour pouvoir oublier…Seulement en restant...la douleur est trop présente…
    Seulement je tenais à ce que tu saches que malgré tout ce qui s’est passé jamais je ne t’oublierais et que je continue de t’aimer même si toi tu ne m’aimes plus…
    Pour toujours tienne.

    Kasumi.


    Combien de fois avait-il lu et relu cette lettre ?...Il ne saurait le dire…Il ramassa une photo…C’était Kasumi…Puis il vit à ses pieds la photo de ses parents…Il tendit la main vers le papier dans un geste désespéré et ne put l’atteindre….Sa main retomba et il se mit à pleurer longuement…

    Shin : Kei y’a du courrier !!! Je vais le chercher !!!
    Et Shin avait déjà atteint la boite aux lettres.
    Il revint avec quelques enveloppes. Kei regarda…facture, facture, lettre du notaire, facture,…et…une enveloppe dont il ne connaissait que trop l’écriture. Il jeta l’enveloppe dans la poubelle et se dirigea vers le salon…mais il ne put se résoudre et revint sur ses pas…Il arracha l’enveloppe des méandres de papier de la corbeille.
    Il envoya les garçons chez les voisins leur faisant promettre d’être sages.
    Il passa sa journée à s’occuper de la paperasse, des formalités administratives concernant leur héritage, les droits de succession,…pendant que les enfants se trouvaient chez les voisins.
    Le soir venu les enfants rentrèrent éreintés mais heureux, ils avaient mangé des ramens au bœuf et en apportaient à Kei un bol de la part de la voisine. Kei déposa le bol dans la cuisine tandis que les garçons filèrent se laver. Il finit son bol et monta coucher les garçons qui dans les circonstances actuelles partageaient la même chambre. Il les embrassa quand soudain Aoshi demanda à Kei :
    -Aoshi : Kei…dis est ce que papa et maman sont tristes sans nous ?
    Shin se réfugia sous sa couverture pour cacher ses larmes.
    Kei se retint de pleurer…pas devant les garçons…il devait être fort pour eux…
    -Kei : Shin, Aoshi….oui je pense que papa et maman sont tristes de ne plus être avec nous mais je pense qu’ils seraient encore plus tristes de vous voir malheureux…
    -Aoshi : Oui Kei c’est vrai…Bonne nuit…
    Et les garçons se couchèrent tandis que Kei sortit de la chambre.
    Pour la première fois il alla dans le bureau et s’installa sur le canapé de son père…ce même canapé sur lequel il aimait s’allonger et le regarder travailler.
    A présent il se sentit las…si las…
    Il se mit à pleurer…
    Il venait de vivre sa première journée de « père » et la disparition de ses parents se fit ressentir encore plus intensément….

    ______________________________________________________________________

    Kasumi assise devant son ordinateur tentait en vain d’écrire. Ce n’était non pas par manque d’imagination mais par lassitude. Ses deux précédents livres étaient devenus des best-sellers en quelques semaines à peine. Grâce à son nom d’emprunt, personne ne devinait que le célèbre auteur Hina SATS c’était tout simplement elle ainsi elle jouissait d’une grande liberté et pouvait se promener sans que qui que ce soit ne la remarque.
    Seulement là cela faisait déjà des heures et des heures qu’elle fumait cigarette sur cigarette sans avoir tapé un seul mot sur son fichu clavier. Elle laissa sa tête retomber en arrière en exhalant la fumée de sa clope.

    Il faisait doux en ce mois d’avril. Hinako et Kasumi se promenaient toutes deux heureuses d’être non seulement dans le même lycée mais comble du bonheur dans la même classe également. Hinako mangeait avec délice sa crêpe au chocolat tout en marchant.
    -Hinako : Tu en veux un bout Kasumi ? Tu n’en manges plus maintenant alors qu’avant…
    Et elle tendit la crêpe bien appétissante vers son amie.
    -Kasumi : Non merci Hinako je fais attention à ma ligne.
    Et Kasumi regarda son amie avec envie.
    Hinako était extrêmement belle avec ses grands yeux verts et ses cheveux auburn. Son corps était svelte et elle avait déjà à l’époque une poitrine fort bien proportionnée qui laissait les autres filles envieuses car elle n’était ni trop grosse ni trop petite. Sa coupe carrée mettait parfaitement en valeur l’ovale de son visage.
    -Hinako : Mais tu es très bien Kasumi !
    Kasumi était assez grande avec de longs cheveux blonds et de doux yeux bleus.
    -Kasumi : Contrairement à toi je ne peux plus me permettre d’ingurgiter tout et n’importe quoi comme toi ! Si je ne mangeais ne serait ce que le quart de ce que toi tu engouffres j’aurais déjà doublé de volume depuis bien longtemps.
    -Hinako : Ca veut dire que je ne suis qu’un ventre sur pattes c’est ça ???
    -Kasumi : Mais non ce n’est pas ce que je voulais dire.
    Hinako fit semblant de bouder son amie et devant la tête décontenancée de Kasumi elle lui sourit. C’est alors que les deux filles partirent dans un grand éclat de rire.
    -Hinako : soit ! Alors je mangerais deux fois plus pour nous deux ainsi tu ne seras pas frustrée car je mangerais pour toi. Ce sera comme si c’était toi !
    Et Hinako se mit à rire et croqua à pleine dents sa crêpe, laissant s’échapper du chocolat sur ses joues ce qui amusa beaucoup Kasumi.


    -Kasumi : Oh la la la ! A quoi est ce que je pense encore…Une bonne douche me fera du bien.

    Depuis le temps sa peine ne s’était pas envolée ni même estompée seulement elle savait que toutes les larmes de son corps ne ramèneraient pas Hinako. Elle avait essayé de se dire la même chose pour Kei seulement elle n’y parvenait pas…

    Une relation enchanteresse
    Emplie de délicatesse
    Qui a présent me blesse
    Puisqu’il a fallu qu’elle cesse…


    Elle se déshabilla et fila prendre une longue douche bien chaude. Sous l’action de la chaleur elle sentit se muscles se détendre puis elle entra dans son bain afin de s’y prélasser un peu.
    Confortablement installée dans sa baignoire elle ne put s’empêcher de resonger au passé…

    Kasumi marchait, la peur au ventre, les yeux emplis de larmes. Elle revenait de ses condoléances envers l’homme qu’elle aimait plus que tout et s’apprêtait à aller les faire aux parents de sa défunte amie.
    Elle arriva à l’entrée de leur demeure. Elle s’avança tremblante jusqu’à la porte et appuya sur la sonnette. Les secondes qui s’écoulèrent lui parurent interminables…
    Puis la porte s’ouvrit….
    Kasumi croyait être en plein cauchemar et espérait se réveiller tant la scène qui se déroulait semblait figée. Par la suite chacune des secondes qui s’écoulèrent resteront gravées dans la mémoire de la jeune fille dans les moindres détails, son cerveau enregistrant minutieusement la scène au ralentit.
    Le père d’Hinako ouvrait la porte et durant ce court laps de temps, Kasumi remarqua les yeux rouges et bouffis ainsi que les traits tirés du père d’Hinako.
    -Kasumi : Mr Kanata…
    Elle tenta de parler mais aucun son ne sortit de sa bouche.
    -Minami : Qui est ce ??
    Et la mère d’Hinako arriva à la porte passant sa tête derrière le bras de son époux. Ses yeux cernés trahissaient ses nuits passées à pleurer la mort de sa fille.
    Kasumi essaya à nouveaux de prendre son courage à deux mains et essaya de prononcer une phrase intelligible mais elle ne parvint qu’à bafouiller un vague et inaudible « pardon ».
    Minami alors se changea en furie tandis que son mari n’avait encore prononcé un seul mot, celle-ci se mit à hurler.
    -Minami : Tout ceci est de ta faute Inugawa Kasumi !!! Si Hinako n’avait pas été avec toi ce jour là elle serait encore probablement vivante !!! Ma fille serait encore en vie !! C’est de ta faute !!!!!
    Koshiro ferma la porte sur une Kasumi mortifiée. Tout se chamboulait dans sa tête.
    Il revint quelques minutes plus tard.
    -Koshiro : Kasumi excuse l’attitude de ma femme mais elle a besoin de trouver un coupable, elle veut trouver une person…
    -Kasumi : Je comprends….
    -Koshiro : Je pense qu’il serait préférable que tu ne reviennes plus dorénavant… Au revoir Kasumi…
    Et la porte qui se fermait s’abattit sur le cœur de la jeune tel un coup de poignard porté directement au plus profond de son âme.
    En l’espace d’une semaine elle venait de perdre tout ce qui comptait le plus à ses yeux…


    La sonnerie de la porte d’entrée la sortit de ses sombres pensées. Elle se leva précipitamment et s’enroula dans sa serviette. Elle mit ses chaussons et alla ouvrir la porte.
    Qui cela pouvait il bien être ? Kasumi n’attendait pas de visite…
    -Kei : Kasumi…
    -Kasumi Bon…bonjour Kei…
    -Kei : Pourquoi es tu revenue ?
  • Chapitre 27 (par FBF)
    Aoshi entra dans le parc. Il chercha des yeux Sojiro. Rien. Le jeune homme jeta un œil sur sa montre et vit qu’il était pourtant à l’heure, presque en retard.
    Cela ne lui ressemble pas … Aurait-il eu un empêchement ? Enfin, il aurait pu me prévenir.

    Il ne sentit pas une petite main se poser délicatement sur sa manche. Il fallu qu’elle le secoue un peu pour qu’il y prête attention. D’abords, son regard se posa sur de longs doigts, comme ceux d’un pianiste. Il remonta jusqu’à l’épaule, recouverte d’un léger châle blanc et releva la tête pour tomber sur deux grands yeux bleus.
    Urumi ?
    -Urumi : Bonjour Aoshi …
    -Aoshi : Salut. Dis, tu n’aurais pas vu Soji dans les environs ? J’ai rendez-vous avec lui.
    -Urumi : Oui, je sais. Il m’a dit de te dire qu’il ne pourra pas venir. Il est vraiment désolé.
    Elle lui sourit. Aoshi haussa les épaules et mit ses mains en poches.
    -Aoshi : Ok. Alors, je m’en vais, Si je n’ai rien à faire…
    -Urumi : Oh … je pensais que tu pourrais rester un peu avec moi … Mais si tu ne veux pas, alors, tant pis …
    Elle baissa la tête et se retourna. Aoshi soupira et ferma les yeux. Décidément, on faisait tout pour qu’il ne puisse pas voir Tomoe.
    -Aoshi : Bon d’accord, je fais un bout de chemin avec toi. De toute façon, je n’avais rien de particulier à faire …Sauf peut être avoir Tomoe dans mes bras …
    Urumi lui lança un regard une joie sans borne. Elle lui prit le bras et le serra contre son cœur.
    -Urumi : Promis, je ne t’embêterais pas longtemps. Je me demandais si tu vivais encore …
    Elle rit et lui sourit. Urumi ne bougea pas, heureuse d’être là, près de lui.

    Enfin je suis là, dans tes bras
    Maintenant, je n’ai plus froid
    Même si c’est pour un court instant
    Je peux dévoiler mes sentiments


    Aoshi la regarda, étonné. Il était pourtant certain de lui avoir bien fait comprendre qu’il ne voulait pas d’elle, et que surtout, après ce qui s’était passé, plus rien ne serait pareil. Mais elle était là, visiblement heureuse de se trouver près de lui, nullement fâchée, au contraire. Il lui sourit, la prit dans ses bras et l’emmena vers le marchand de crêpes, près de la statue brisée.
    _______________________________________________________

    Tomoe se redressa. Quelqu’un avait frappé à sa porte et cette personne ne devait pas être là.
    -Tomoe : Soji ? Mais …
    -Sojiro : Coucou frangine, la forme ?
    Il s’assit sur sa chaise de bureau et prit une des ses boules de neiges.
    -Tomoe : Tu ne devrais pas être avec Aoshi ?
    Sojiro la regarda, l’air étonné. Pourtant, elle le connaissait comme personne. Elle voyait bien qu’il avait quelque chose à lui cacher.
    -Tomoe : Et ne me mens pas …
    -Sojiro : J’ai pas pu y aller. Mais je l’ai prévenu, ne t’inquiète pas.
    -Tomoe : Je ne m’inquiète pas, je me demande comment tu as osé lui faire ce coup-là.
    -Sojiro : Je le fais par nécessité.
    -Tomoe : Nécessité ?
    -Sojiro : Je ne veux que ton bien, tu sais … ?
    -Tomoe : STOP ! De quoi tu parles là ? On croirait entendre un psychopathe qui parle à la personne qu’il essaye de prot …non, ne me dit pas que …
    -Sojiro : Il est indigne de toi. Et puis, tu sors déjà avec Shin. Ne te complique pas la vie. Elle est déjà bien assez sans que tu en rajoutes.
    Tomoe était folle de rage. Ses draps étaient froissés tellement elle bougeait et ses yeux lançaient des éclairs.
    -Tomoe : SAL*UD ! SORS DE MA CHAMBRE ! ORDURE ! BOURREAU ! PSYCHOPATHE !
    Elle lui lança son oreiller, qui se ramassa sur la porte qui venait de se refermer sur un Sojiro affolé.
    Une fois seule, Tomoe éclata en sanglot et ramena ses genoux contre sa poitrine.

    Toi mon frère, celui de mon sang
    Ne peux tu comprendre mes sentiments
    Toi qui prétends m’aimer
    Cesse donc de m’étouffer


    De son côté, Sojiro s’adossa au mur, celui qui faisait face à la chambre de sa sœur. Il tremblait de tous ses membres. Jamais il ne l’avait vu dans cet état. Elle semblait démente, complètement folle, comme possédée. Il pouvait s’avouer content que leur affrontement avait eu lieu dans sa chambre et non dans la cuisine, où les couteaux étaient très facile à prendre.

    Pourquoi ne veux-tu pas comprendre
    Me crois-tu capable de supporter
    De te voir l’aimer et lui, de l’oublier
    De te voir l’aimer lui et non moi


    Il frappa du poing à terre et grimaça. Il y avait une punaise à terre, et il l’avait enfoncée dans sa chaire tendre. D’un air absent, il regarda le sang perler à la blessure.

    Mon cœur saigne de te voir souffrir
    Et je pleure de te voir te mentir
    Sur ce que tu appelle sentiment
    Qui n’est que boniment


    Il se mit à sangloter, lui aussi, dans le couloir, dans son coin sombre où personne ne pouvait le remarquer.
    _______________________________________________________

    Séchant ses larmes, Tomoe se précipita vers son portable. Ses mains tremblaient un peu, mais la jeune fille arriva à composer le numéro.
    Une sonnerie. Une deuxième. Une troisième. Pour finalement tomber sur la boite vocal.
    -Bonjour, vous êtes bien chez Aoshi Satsaki. Je ne suis pas disponible, …
    Elle fit voler son gsm de l’autre coté de sa chambre, enragée. Il n’avait pas décrocher. Pourquoi ? Où était-il ?

    Ne suis-je donc rien à tes yeux
    Moi qui te prenais pour Dieu
    Je ne suis que poussière
    Dont tu ne semble pas être fier


    Elle se renfonça dans ses draps et son pied rencontra un morceau de papier. Elle le prit et faillit éclater encore une fois en sanglots. La photo montrait un Shin vivant, souriant à l’objectif, le visage noir de boue et les cheveux couvert d’une substance verdâtre. Au dos, elle pu lire : Souvenir de l’été 2004

    Il n’y a que toi qui m’a aimée
    Il n’y a que toi que j’ai aimé
    Pourquoi t’ai-je donc abandonné
    Pourra-tu me pardonner

    Subitement, elle se leva, enfila une long manteau, des chaussettes, prit ses bottes et ouvrit sans bruit sa porte. Sans réveiller son frère elle descendit une à une les marches et sortit dans le crépuscule.
    _______________________________________________________________

    -Urumi : Et sinon, tout va bien avec Tomoe ?
    -Aoshi : Merveilleusement bien. Je me croirais au Paradis. Et toi ? Tu as une personne en vue ?

    Comment fais-tu pour ne pas voir
    Ou ne veux-tu simplement pas croire
    Et si je te disais que tu étais ma vie
    Me croirais-tu atteinte de folie ?


    Elle haussa les épaules et ne répondit pas. Autant ne rien dire. S’il était au courant, même d’une infime partie de ses pensées, il risquerait de partir, et ne plus jamais revenir.
    -Urumi : Et …
    Elle ne termina pas sa phrase, sachant qu’il comprendrait.
    -Aoshi : Je ne sais pas… je ne vais plus le voir. A chaque fois que je le vois, seul, dans cette pièce, sa vie accrochée à de simples appareils, j’ai envie de les débrancher …
    Urumi stoppa net. Elle avait bien entendu?
    -Urumi : Les débrancher ? Tu veux sa mort ?
    Aoshi s’arrête lui aussi. Il leva la tête et offrit son beau visage au vent.
    -Aoshi : Je en sais pas, je ne sais plus. Avant, c’était sûrement pour le revoir, l’obliger à guérir … mais maintenant, quand je vois Tomoe, c’est une sorte de jalousie possessive …
    -Urumi : Je … je te comprends … cela ne doit pas être simple …
    Aoshi sourit tristement. Son visage, avant si beau, reflétait une détresse presque palpable. Il était plus pâle que d’habitude et ses lèvres étaient prises d’un tremblement non-contrôlable.
    Doucement, la jeune fille s’approcha et le prit dans ses bras. Elle le sentit trembler pour ensuite pleurer comme un enfant.
    -Urumi : Là … ça va allez … c’est normal …
    Aoshi ne se débattit pas. Au contraire, il se serra un peu plus contre Urumi et hurla de rage.
    -Aoshi : Normal ? Tu trouves normal de vouloir tuer son frère juste pour une fille ! C’est une meurtre de sang-froid !
    Urumi ne lui répondit pas, sachant très bien qu’il devait parler.
    -Aoshi : Bien sûr, elle est magnifique, le genre de femme que tous les mecs veulent. Mais moi, je ne veux pas la partager. Elle est à moi et personne en peut me la voler. Pas même mon frère. Et s’il le faut, je le tuerais !

    Pardonne-moi Shin, mais je l’aime
    Même si cela doit faire de la peine
    Si je dois tout détruire, tout écraser
    Je le ferais, car je ne peux pas cesser
    De l’aduler, de prier, de l’aimer

    Shin, pardonne-moi, je ne peux pas
    Pas maintenant, alors qu’elle est là
    Tout près de moi, la seule qui
    Donne une sens à ma vie


    Et doucement, il se mit à pleurer et gémir sur l’épaule de son amie. Urumi ne bougeait pas, mais dans son esprit, un plan germa …
  • Chapitre 28
    Kasumi, surprise ne prononça un seul mot et resta plantée devant la porte. Kei appuyé au chambranle de la porte la regardait dans les yeux avec une tristesse non dissimulée.
    -Kei : Dis moi Kasumi…dis le moi pourquoi es tu revenue d’Europe ?
    Kasumi se sentit vaciller…

    –Aoshi : Keiiii !! Shin il a envoyé le ballon chez les voisins on peut aller le chercher ?
    Shin apparut un petit sourire gêné sur ses lèvres sa main droite se grattant la nuque…
    -Shin : J’ai pas fait exprès…désolé…
    Kei leur fit les gros yeux.
    -Kei : Vous ne pouviez donc pas faire plus attention ???
    Aoshi se plaça devant son frère.
    -Aoshi : C’est de ma faute !!! C’est moi qui lui ai dit de tirer le plus haut possible, on ne savait pas que le ballon…
    -Kei : Peu importe !
    Shin et Aoshi baissèrent la tête…
    Kei se mit à sourire…
    -Kei : Je vous taquine…Bien sur que vous pouvez y aller mais n’oubliez pas de vous excuser et de les remercier hein ?
    Un large sourire éclaira le visage des garçons.
    -Shin : Oui ! T’en fais pas !
    -Aoshi : Nous serons de parfaits petits anges !
    Et ils partirent en courant.

    Kei les regarda partir le cœur serré…Si seulement ses parents pouvaient être la…si seulement ils étaient encore la…
    Du revers de la main il chassa une larme qui tentait d’apparaître.

    Derrière le bosquet une personne avait suivit toute la scène.
    Elle ne pouvait s’empêcher de pleurer encore et encore…à tel point qu’elle en eu un hoquet.
    Kei se retourna et regarda vers le bosquet.
    Kasumi se terra encore plus et n’osa plus bouger ni même respirer.
    Puis elle vit Kei s’éloigner pour aller à la rencontre des garçons qui revenaient avec leur ballon.
    Quand elle fut sûre qu’elle ne risquait plus d’être vue elle partit en courant.

    Elle erra le long du parc ne pouvant se décider à y entrer…
    Puis elle entra finalement et alla s’installer sur son banc…leur banc…
    Hinako…Si tu savais comme tu me manques…ici depuis cet accident les choses ont bien changées…Kei…Kei ne me parle plus...Kei est triste…si triste je le vois bien…Tes parents aussi...Oh ! Comme je regrette ! Si tu savais comme tu me manques…si je pouvais j’échangerai ta place contre la mienne, il y aurait tellement moins de malheureux…
    Un rayon de soleil l’aveugla…
    Elle se releva et se mit en chemin pour rentrer chez elle… Elle ne pouvait plus rester ici….

    Ses parents l’attendaient dans le salon, angoissées de voir leur fille changer autant depuis la mort d’Hinako… Elle les rejoignit dans le salon…Ils lui expliquèrent que la situation ne pouvait plus durer, qu’elle partait tous les jours et revenait indéniablement triste chaque soir. Ils ne savaient pas ce qu’elle faisait de ses journées…Ils avaient alors décidé de l’envoyer étudier à l’étranger mais ils redoutaient sa réaction. Kasumi sourit doucement, le regard vide et elle acquiesça…Puis elle se leva et monta sans bruit s’enfermer dans sa chambre.

    -… : Kasumi ! Kasumi ! Eh ! Kasumi !
    Elle ouvrit péniblement les yeux et sa vue était embrouillée…
    -Kasumi : Papa ??? Laisse moi s’il te plait…
    Mais des bras énergiques la secouèrent doucement.
    Elle vit enfin nettement qu’il s’agissait de Kei. Puis elle se souvint…la douche, la porte, Kei,…Instinctivement elle serra sa serviette contre elle.
    -Kei : Si ça peut te faire plaisir je ne me suis même pas rincé l’œil….
    -Kasumi : Euh...merci...je…
    Et elle se leva. Mais s’étant relevée trop vite elle failli trébucher et Kei fut assez prompt pour la rattraper.
    -Kei : Mais qu’est ce que tu fous ???
    -Kasumi : Je vais aller m’habiller j’arrive de suite….
    Puis elle prit la direction du couloir.

    Kei pendant ce laps de temps ou Kasumi avait perdu connaissance n’avait pu s’empêcher de la regarder…Puis il avait senti une odeur qu’il connaissait très bien….Celle du tabac froid…Elle lui avait pourtant dit avoir arrêté de fumer…Sa curiosité fut piquée quand il vit que son portable n’était pas fermé…Juste un coup d’œil…
    _____________________________________________________________________

    Kasumi ouvrit son placard à la volée et chercha un bel ensemble beige…qu’elle ne trouva point. Elle se souvint alors l’avoir laissé au pressing.
    Zut ! Zut !
    Puis son regard se posa sur une jupe verte…
    Parfait !...
    Elle enfila sa jupe prestement qu’elle assortit d’un léger pull de lin crème. En repassant devant le miroir elle remarquait enfin qu’elle avait pleuré…Puis elle se regarda tout court…A quoi bon ? Pourquoi prenait-elle tant de peine alors que cela ne servait plus à rien désormais ?
    _____________________________________________________________________

    Kei attendait assit sur le canapé…Que s’était-il passé ?

    Sa main s’allongeait vers l’ordinateur, quand le cri perçant de Kasumi le stoppa net.
    « Arrête ! Non ! Hinako !!!

    Hinako ??? Mais elle était devenue folle ou quoi ? Pourquoi rêvait-elle de son amie ? Mais quand il vit que Kasumi pleurait dans son sommeil quelque chose au fond de lui souffrait aussi. Qu’était-ce ? Etait-ce dû au ton de sa voix ? A la tristesse qui s’en dégageait ? Non c’était bien plus que cela…Puis il tiqua…Son regard…Oui bien sur !!! C’était donc ça….Kasumi avait ce regard vide et éteint…Le même que… depuis ce jour…Mais elle n’avait rien perdu ce jour là contrairement à lui qui avait subitement tout perdu….Alors pourquoi ? Et puis d’ailleurs pourquoi était-elle revenue ici ?...
    Maintenant qu’il y pensait, cette adresse lui était familière mais il ne saurait dire pourquoi…
    _____________________________________________________________________

    Kasumi arriva doucement dans le salon avec deux tasses de thés fumantes.
    Kei la regarda…Elle déposa les tasses sur la table basse et s’installa à même le sol.
    -Kasumi : Je t’écoute Kei…Que voulais-tu me dire ?
    -Kasumi : Bien Kei…que me vaut ta visite ?
    -Kei : Comme je te l’ai déjà dit en arrivant avant que tu ne « tombes dans les vappes » subitement…
    -Kasumi : Tu insinues que j’aurais simulé ? Que j’aurais fait exprès ???
    -Kei : Je dis juste que…
    -Kasumi : Sors de chez moi Satsaki Kei !!!!
    -Kei : Et si je refuse ?
    -Kasumi : Tu sors….
    -Kei : Pourquoi es tu revenue ?
    Kasumi s’arrêta net.
    -Kasumi : Quoi ?
    -Kei : Tu as très bien entendu. Pourquoi es tu revenue ?
    Kasumi baissa la tête et avala une gorgée de thé.
    -Kasumi : Kei…cela ne te regarde pas.
    -Kei : Je veux savoir quand même.
    -Kasumi : Je te l’ai déjà dit cela ne te regarde pas.
    -Kei : Kasumi je…
    -Kasumi : CE-LA-NE-TE-RE-GAR-DE-PAS !
    Kei se leva alors et attrapa l’écrivain par les épaules et se mit à la secouer d’abord doucement.
    -Kei : Pourquoi es tu revenue ? Hein dis moi !! Tu ne crois pas que tu en as déjà assez fait par le passé ? Tu ne crois pas ???
    Il secouait à présent frénétiquement Kasumi sans pouvoir s’arrêter de crier et hurler encore et encore « Pourquoi ? ». Sa colère était telle que des larmes de rage apparurent dans ses yeux…
    -Kasumi : CAR JE N’AI PLUS RIEN !!!...Je n’ai plus rien…
    Kei lâcha Kasumi qui s’effondra sur la table basse secouée par les sanglots.

    Kei s’arrêta…Il ne comprenait pas là…Qu’avait elle perdu ? Hein qu’avait elle perdu ? Qu’avait elle du endurer tandis que lui…Oui lui pouvait dire qu’il n’avait plus rien mais elle ? Que savait elle de tout cela ? Pour qui se prenait elle a dire des chose aussi insensées ?
    Lui qui avait du sacrifier et reléguer au fond de son cœur et de sa mémoire son amour pour elle, lui qui même avec le temps, et toutes ces autres femmes n’avait pu l’oublier elle…Elle…la meurtrière de ses parents…Et elle osait dire qu’elle n’avait plus rien ???

    Toi qui m’as tout pris tout enlevé
    Je ne peux malheureusement pas t’oublier
    Pourtant si tu savais a quel point j’avais souffert
    Alors bien doux serait cet endroit appelé Enfer


    « Le vol 1804 au départ de Tokyo en partance pour Londres est avancé. Nous prions les voyageurs de bien s’avancer vers la porte 12. »
    Kasumi se retourne une dernière fois avant de passer la porte. Elle salue ses parents une dernière fois. Elle regarde tout autour d’elle comme si elle cherchait quelque chose ou quelqu’un…Elle se retourne prestement…Puis elle entre…
    Non loin de là caché derrière un immense pylône Kei la regarde partir…
    Il vient de perdre celle qu’il aimait…Il n’a pas pu lui demander de rester…Trop de rancœur, trop d’amertume…trop de haine aussi pour cette personne tant aimée…Une haine amoureuse ou un amour haineux ? Lui-même ne saurait répondre…


    Kei se rassied sur le sofa.
    -Kei : Qu’as-tu perdu dis moi ? Hein ? Dis moi !!!!
    Kasumi pleure sans pouvoir s’arrêter….
    -Kasumi : Va t’en Kei….Va t’en….
    _____________________________________________________________________

    De l’autre coté de la ville, Tomoe arrive s’assied près de lui….
    Elle caresse son visage et ses cheveux…
    Il est si pâle. Froid comme la mort. Il n’est plus celui qu’elle connaissait. Plus son Shin de la photo.
    Le passé s’en est allé….

    Dors… dors…emmène moi avec toi…
    Eloigne moi de tout ça…
    Tu es mon premier amour et je t’ai trahi…
    Car à présent celui que j’aime est Aoshi…

    _____________________________________________________________________

    Kei regarde Kasumi pleurer…Comme cela lui est douloureux de ne pas pouvoir la prendre dans ses bras….Puis …Oui…
    Il se souvient de cette adresse, il se souvient de cette maison….Hinako…Qu’était elle devenue ? Etait ce pour cela que Kasumi parlait d’elle dans son sommeil ?
    -Kei : Que s’est il passé avec Hinako ? Pourquoi vis tu ici la ou elle vivait autrefois ? Pourquoi n’es tu pas retournée vivre auprès de tes parents ?
    Kasumi renifle…
    -Kasumi : Kei mes parents vivent leur retraite à la campagne j’avais besoin d’être en ville c’est tout…
    -Kei : Tu mens.
    -Kasumi : Non je ne mens pas.
    -Kei : Alors dis moi pourquoi vis tu ici dans cette maison ?
    -Kasumi : Cela ne te regarde pas.
    -Kei : Est-ce parce que comme tu l’as fait avec moi tu n’as pas su la garder ? Tu n’as pas su…
    -Kasumi : TAIS TOIIIIIII !!!
    -Kei : Non je ne me tairais pas. Alors ? Dis le ! Tu n’as pas su garder ta « meilleure » amie hein ?
    Tu lui as fait quoi hein ?
    -Kasumi : Tais toi Kei…Va t’en…
    -Kei : Oh que non je ne m’en irais pas !!! Pas tant que tu ne m’auras pas dit pourquoi tu es revenue dans cette ville !
    -Kasumi : Je ne te dirais rien Kei cela ne sers à rien.
    -Kei : Oh que si ! Dis moi juste pourquoi tu n’es plus amie avec Hinako cela suffira à mon bonheur.
    -Kasumi : Kei…
    -Kei : Allez dis le et je m’en vais !!!
    -Kasumi : JE N’AI PAS SU LA PROTÉGER !!! Je n’ai pas su la protéger !!! T’es content ???
    -Kei : La protéger de quoi ? De toi ? Ah bah ça c’est sur !!! Et elle vit ou que j’aille lui rendre visite dis moi ? Hein ???
    -Kasumi : VA T’EN KEI !!!
    Kasumi était devenue hystérique. Elle pleurait encore mais elle hurlait telle une forcenée.
    -Kei : Non je ne partirais pas d’ici avant que…
    -Kasumi : ELLE EST MORTE !!!! TES PARENTS L’ONT RENVERSEE !!!
    -Kei : Kasumi ce n’est pas drôle ce que tu dis la ! Je ne te permet pas d’insulter la mémoire de ceux que tu as tué tu entends !!!!
    Il empoigna Kasumi et s’apprêta à la gifler.
    -Kasumi : Ils l’ont tué le soir de l’accident….Elle traversait la route…J’ai essayé de la pousser mais je n’ai pas réussi…Elle est morte sur le coup….renversée par tes parents….
  • Chapitre 29

    -...: Mademoiselle je suis désolée mais les visites vont être interrompues....
    Tomoe émergea de son rêve éveillé. Elle n'avait même pas entendu l'infirmière pénétrer dans la chambre.
    -Tomoe: Hmmm pardon?
    -Infirmière: Je vous prierais de bien vouloir sortir de la chambre de Mr. Satsaki puisque les visites sont terminées pour lui aujourd'hui c'est l'heure des soins corporels.
    -Tomoe: Oh oui d'accord.
    Et la jeune fille se leva de sa chaise et remis la chaise à sa place, revint vers le lit et dans un élan de possessivité et de jalousie elle tira la couverture de Shin jusqu'au menton avant de jeter un regard en biais vers l'infirmière qui patientait. Tomoe alors déposa un baiser sur le front du jeune homme et sortit de la chambre.

    Toi qui m'avais fait perdre raison
    Je t'aimerai toujours à ma façon
    Si jamais tu as besoin de moi
    Ne t'en fais pas je serais toujours là.


    Tomoe sortit de la chambre et marcha jusqu'à la sortie.
    Elle passa la grande porte de l'hôpital.
    Elle huma l'air et en inhala une grande bouffée...Elle ferma les yeux...puis les rouvrit doucement...
    Maintenant elle pouvait enfin se consacrer totalement Aoshi.
    _____________________________________________________________________

    Dans le parc Aoshi séchait ses larmes, quelque peu honteux de s'être laissé allé devant son amie.
    -Aoshi: Je suis vraiment désolé Urumi. Pardonne moi de t'infliger un si triste tableau. Je suis vraiment pitoyable.
    -Urumi: Ne dis pas ça Aoshi...Jamais je ne penserais ça de toi…non jamais car...
    Tout en parlant elle s'était rapprochée du jeune homme à tel point que son visage se trouvait à présent très près de celui du jeune homme. Les yeux brillants elle le fixait...
    Elle en était pratiquement sûre, Aoshi et elle s'embrasseraient. C'était pour là, bientôt, tout de suite même. Son coeur battait la chamade à tout rompre...
    -Urumi:...Aoshi je ne dirais jamais cela de toi...tu es vraiment quelqu'un de spécial pour moi...

    Mes sentiments sont à tes pieds
    Mon âme et mon coeur...je te les ai donnés
    A présent c'est enfin à ton tour
    De te déclarer, de ME déclarer ton amour...


    Mais contre toute attente Aoshi détourna la tête rapidement...fixant le snack-bar...
    Avant même qu'Urumi n'ait pu terminer sa phrase Aoshi l'enlaça.
    -Aoshi: Merci Urumi...Merci d'être une si bonne amie...
    Urumi était décontenancée...Elle ne s'était pas attendue à ça...Mais elle se ressaisit bien rapidement.
    -Urumi: euh...Eh bien de rien Aoshi. Les amis sont fait pour ça non? Mais sache que quoiqu'il arrive je serais toujours la pour toi car je t'aim...
    -Aoshi: Merci. Excuse moi mais je vais aller voir Tomoe chez elle. On se revoit demain à l'école?
    Urumi sentit comme un coup dans sa poitrine.
    -Urumi: Oui... A demain...
    Et l'élu de son coeur s'en alla en courant.
    _____________________________________________________________________

    Chidori était allongée sur son lit. Elle s'ennuyait. Elle ne voulait pas aller voir Soji car bizarrement elle était gênée ces derniers temps en sa présence. Elle ne savait pas trop quoi penser de ce trouble qui était né il y a peu vis à vis de son ami...le frère de sa meilleure amie de surcroît. Elle voulait voir Tomoe mais quand elle avait essayé de la joindre sur son téléphone portable elle était tombée sur le répondeur... et elle n'osait pas appeler chez son amie...
    Elle soupira...
    Elle prit un magazine...le feuilleta sans même le lire...le jeta au sol...
    Elle soupira...
    Elle alluma la télévision...prit la télécommande et s"installa sur son lit...et elle zappa, zappa...puis elle éteint la télévision et se mit à hurler d'ennui dans son oreiller...
    A tout hasard elle réessaya de rappeler son amie...Peut être qu'elle répondrait enfin...
    Tonalité....
    -Tomoe: Allo?
    -Chidori: Tomoe je te dérange pas j'espère?
    -Tomoe: Non ça va Dori-chan.
    -Chidori: Ca te dirait d'aller au cinéma toutes les deux?
    -Tomoe : Oh...eh bien je pensais aller faire un tour dans les magasins, j'ai vu une jolie robe et...Ca te dirait quand même?
    -Chidori: Oui si après on va se manger un petit truc!!!
    -Tomoe: Hahaha!!! Tu ne changeras jamais! Allez c'est vendu!
    -Chidori: On se rejoint au centre commercial?
    -Tomoe: eh bien en fait je dois passer chez moi chercher mon porte monnaie je l'ai oublié
    -Chidori: eh bien dans ce cas la on n'a qu'a se rejoindre chez toi alors?
    -Tomoe: Ok ça marche. On se dit dans 10 minutes devant chez moi alors? Le temps que j'arrive et de prendre l'argent ça te laisse le temps d'arriver.
    -Chidori: D'accord! A tout de suite!!!
    Et Chidori se leva, enfila son manteau, prit son sac et descendit mettre ses chaussures.
    -Chidori: Maman! Papa! Je vais au centre commercial avec Tomoe!!!!
    Et sur ce elle s'en alla avant que sa mère ne puisse avoir le temps de lui demander de faire quelques commissions pour elle.
    _____________________________________________________________________

    Aoshi avait ralenti quelque peu et sortit son téléphone portable.
    Il remarqua alors qu'il avait omis de l'allumer depuis la veille au soir.
    Aussi se hâta-t-il en espérant avoir un message de sa douce. En consultant son répondeur il remarqua que Tomoe avait appelé sans laisser de message.
    Il fit le rappel automatique tout en marchant...Après quelques sonneries son amie décrocha enfin.
    -Tomoe: Allo?
    -Aoshi: Tomoe c'est moi. Je suis désolé mon téléphone était éteint aussi je viens juste de me rendre compte que tu avais essayé de me joindre. Qu'il y a t il?
    -Tomoe: Rien ne t'en fais pas. Non...Ne t'en fais plus c'est bon à présent....
    -Aoshi: Ah ok...Euh..en fait je n'ai pas vu Sojiro...apparemment il a du avoir un empêchement et comme je suis a 5 min de chez toi je me demandais si...
    -Tomoe: BAKA VA!!! Dépêche toi!!!
    -Aoshi: Bien j'arrive vite!!!
    -Tomoe: Oui fait vite!!!
    -Aoshi: Je t'aime Tomoe.
    Et il raccrocha pour se remettre à courir.
    _____________________________________________________________________

    Kei sous le poids du choc s'était rassis. Et Kasumi se mit à parler...
    -Kasumi: Kei il y a 8 ans avec Hinako nous marchions...Je ne sais pas si tu te souviens mais...euh enfin je devais venir chez toi...rencontrer tes parents...Et comme j'étais assez anxieuse…enfin y'avait des raisons quand même....Eh bien Hinako m'accompagnait. On est passées par le parc et elle a vu un chaton...Comme à son habitude elle s'est mise à le poursuivre pour l'attraper et le ramener chez elle...
    Hinako était souvent assez étourdie...et quand elle avait enfin réussi à l'attraper elle n'avait même pas remarqué qu'elle se trouvait encore sur la chaussée...Une voiture arrivait...J'ai couru...Mais pas assez vite pour la tirer vers moi...La voiture nous a percutées...Elle surtout....Je m'en suis tirée avec des ecchymoses...Elle en a perdu la vie. Tuée sur le coup... A l'hôpital j'ai su que les personnes qui se trouvaient dans la voiture étaient tes parents Kei...A ce moment la j'ai réalisé en te voyant que les gens que je devais rencontrer venaient de mourir en emportant avec eux ma meilleure amie...
    Kei n'avait rien dit. Il n'avait pas desserré les dents durant le récit et il se leva sans mot dire, se dirigeant vers la porte.
    Kasumi se leva promptement et lui attrapa le bras.
    -Kasumi: C'est la vérité Kei...La stricte vérité....
    -Kei: TAIS TOI!!!! Comment oses tu??? Comment oses tu salir la mémoire de mes parents en proférant de tels mensonges??? Alors que par TA faute ils ont perdu la vie??? Comment oses tu???
    -Kasumi: JE NE MENS PAS!!!
    -Kei: TU MENS!!!!! CE N'EST PAS VRAI!!!!
    Ils furent interrompus par la sonnerie de la porte.
    -Kasumi: Attend je vais voir qui c'est et on s'expliquera après.
    -Kei: On ne va pas s'expliquer il n'y a rien à expliquer!
    Kasumi ouvrit la porte...et tomba nez à nez avec Takeshi...
    -Takeshi: Bonjour mon amour!!! Je suis laaaaaa!!!!
    Et il l'embrassa.

Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 22 2006, 02:27 PM
Message #16


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Le prochain chapitre arrivera... (càd le 30)
1-si ma flemme me laisse tranquille dans 2 semaines maxi
2-sinon bah au plus tad...je sais pas!^^"""""

Mais vous pouvez vous consoler sur le chap 29 et l'apparition de Takeshi!!! Qui est-il? A quoi ressemble t-il? Pourquoi est-il la? Que veut-il a Kasumi???
Réponses au prochain chapitre!XDDDD
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 30 2006, 12:59 AM
Message #17


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



En ce jour pour toi mon TFC que j'aime:
Ton cadeau

Ô mon ami emmène moi près de toi
Contre ton corps, ce pays où l'on rêve encore
Ou l'Amour se joue du bout des doigts
Ou le Bonheur est sans effort

Ô mon ami emmène moi loin de tout ça
Enlève moi de ce monde plein de malheur
Enserre moi dans tes bras
Et de ta voix assèche mes pleurs

Ô mon ami si cher à mon coeur
Partons ensemble pour le Pays des rêves cette nuit
Ou tout n'est que pur bonheur
Et gardons en nous ce souvenir de la Vie
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Neith
posté Jan 30 2006, 09:11 AM
Message #18


Biographe officielle de Severynouchet


Groupe : Membres
Messages : 1 001
Inscrit : 25-August 04
Lieu : Entre Azkaban et Spinner's End
Membre no 857



Honte à moi, ma nièce, j'avais pas vu le nouveau chapitre !!
Il est excellent, c'est qui ce mec qui ose embrasser Kasumi ! Gomene, je devrais pas m'emballer. ça faisait longtemps que j'étais pas venue, quel plaisir... J'aime toujours beaucoup.

Ton cadeau pour TFC, il est très beau et il m'a touché. Un autre ?
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Kotoko
posté Jan 30 2006, 09:02 PM
Message #19


Modo Batte à Vis .:~Gourou de SoJi Oppa~:.


Groupe : Modo
Messages : 1 756
Inscrit : 7-April 05
Lieu : Sur le net?? xD
Membre no 2 305



Donc la suite d'Itsu est en cours et si tout se passe bien ce sera pour fin de semaine ou debut de semaine prochaine sachant que je suis également sur une mini-fic en meme temps donc voila!^^
Go to the top of the page
 
+Quote Post
mogyoda
posté Jan 30 2006, 09:19 PM
Message #20


Chaussette - l'elfe gagne un niveau et un bonnet


Groupe : Membres
Messages : 1 120
Inscrit : 6-September 04
Lieu : In neverland
Membre no 954



ah le chapitre 29... j'ai failli passer à côté
bref voilà encore quelqu'un qui débarque pour mettre le bazar entre Kei et Kasumi, ils vont jamais se réconcilier à ce rythme...
la suiteeeeeeee
Go to the top of the page
 
+Quote Post

2 Pages V   1 2 >
Fast ReplyReply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 

Version bas débit Nous sommes le : 9th November 2007 - 08:23 PM

Arctic 3 (Beta 2) - More IP.Board Skins from InvisionCube